Menace à la tronçonneuse

c0e6538f90218c1b129f5f480c6b6337_L

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Il est devenu dangereux de se promener sur les routes. Déjà, samedi soir un cas de rage au volant avec blessure s’est produit à Portneuf. Il s’agit d’un militaire qui aurait des tendances suicidaires et qui doit être évalué sur son aptitude à comparaître, une requête faite par son avocat !

Autre cas troublant lundi dernier à Saint-Jérôme où un père de famille accompagné de sa femme et de ses deux jeunes enfants décide de poursuivre un conducteur qui l’a effrontément coupé. Les deux véhicules finissent par s’immobiliser. C’est là que le père de famille regrette de l’avoir suivi car son adversaire sort une tronçonneuse et le menace ainsi que ses enfants ! L’agresseur a été arrêté. Il a plaidé non coupable au Palais de justice à une accusation d’agression armée. Dossier à suivre.

Voici des conseils à suivre en cas de situation de rage au volant

Mieux vaut prévenir que guérir. Surtout dans les cas de rage au volant. Ce n’est pas le moment d’assouvir notre ego et d’avoir raison. Les routes semblent un terrain de grande susceptibilité pour les humains !

1) Restez calme

2) Essayez de garder une bonne distance entre vous et le conducteur agressif

3) Ne fixez jamais le conducteur

4) N’entrez pas dans son jeu et évitez de le défier en lui faisant des signaux (gestuels ou autres)

5) Ne klaxonnez pas pour attirer son attention

6) Si vous avez un téléphone cellulaire mains libres, composez immédiatement le 9-1-1 et transmettez le maximum de renseignements au Service de police (ex. : le numéro de la plaque d’immatriculation du véhicule, la description du conducteur, la marque et le modèle du véhicule, etc.)

7) Si le conducteur vous suit de très près, rangez-vous dans la voie de droite ou sur l’accotement de façon sécuritaire pour que le chauffard puisse vous dépasser et cesse de vous talonner

8) Évitez de vous rendre à votre domicile afin que le conducteur enragé ne connaisse votre adresse. Dirigez-vous plutôt vers un poste de police ou un endroit public achalandé

9) Quoi qu’il arrive, restez à l’intérieur de votre véhicule, verrouillez vos portières, ne baissez pas votre vitre et n’essayez pas de confronter le conducteur : concentrez-vous sur votre conduite

 

 

Sources : ZONE911.COM – Actualité et information de l’urgence au Québec

– See more at: http://www.zone911.com/actualites/scenes-policieres/item/20201-dossier-de-rage-au-volant-accusation-d-agression-armee-scie-a-chaine#sthash.6T7BZzz2.dpuf

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d'argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l'épanouissement de la personne par la pratique de l'attention vigilante : la pleine conscience.

2 pensées sur “Menace à la tronçonneuse

  • avatar
    9 avril 2015 à 13 01 27 04274
    Permalink

    La voiture étant une extension du corps, l’esprit qui s’y trouve logé soudain plus au large que d’habitude se trouve confronté à deux phénomènes contradictoires entre eux :
    1- Les organes sensitifs se retrouvent d’un seul coup à l’intérieur de son nouveau corps, et seul un jeu optique lui permet de savoir ce qui se passe derrière. Ses yeux ont reculé dans une cabine, et ses phares sont aveugles. Ses maisn ne tiennent qu’un cercle de plastic, et ses oreilles sont bien enfermées. Ceci met en état d’inquiétude, et a pour effet de gonfler les diverses bulles d’intimité dont on s’entoure (voyez E.T. Hall : La dimension cachée et les études sur l’espace vital des animaux par K. Lorenz). Cette dilatation préventive de nos frontières (de la plus publique à la plus intime) a pour effet de rendre intrusifs des comportements très anodins, comme celui de se rabattre un peu trop près. Ah, voilà qu’on s’enrage… Ce n’est pas seulement parce que le chauffeur indélicat du véhicule qui est devant a frôlé votre calandre (il est en fait passé à un mètre au large), mais parce qu’il a pénétré dans un espace d’intimité dont la frontière, habituellement placée au bout de vos bras, se retrouve déménagée à deux mètres en avant de la calandre. Alors on se sent envahi, et nié dans son droit d’être. GRRR !
    2- Mais ce nouveau corps a pour particularité d’être beaucoup plus puissant que le corps habituel. Voici que le monde des vengeances vous est accessible ! Vous foncez, klaxonnez, faites des appels de phares, et bousculez un peu le bouclier arrière de votre « agresseur » tout en faisant rugir votre moteur en signe d’exaspération. Faites bien attention que ce genre de comportement appelle en général des explications hors habitacle, là où la vérité des muscles reprend tout ses droits. Ainsi un chien, qui fait le fier derrière la barrière de son jardin, se retrouve tout bête quand celle-ci vient, au hasard d’une réfection, à manquer partiellement : le voici face à face avec son ennemi abhorré.
    Les conseils de Carolle-Anne sont donc très précieux. Regardez-vous agir, prenez du recul, il y a des gesn qui ne savent pas conduire poliment, ne cherchez pas à les tuer, et ne répondez pas avec sauvagerie aux attaques et aux provocations.

    Répondre
  • avatar
    11 avril 2015 à 19 07 24 04244
    Permalink

    @Allan Erwan Berger

    Intéressant votre analyse du comportement humain au volant exacerbé par une intrusion d’espace intime par les autres véhicules.

    Je retiens surtout votre deuxième point comme explication du mécanisme d’agressivité. La voiture étant « un corps » plus grand et puissant, le conducteur se sent effectivement plus puissant. Ce qui à mon avis ne fait que démontrer les pulsions internes non conscientisées. On a tous un jour ou l’autre le « goût » spontané de répliquer, mais la morale ou le bon sens nous rattrape et on « se voit » très violent – comme ceux qu’on accuse d’être violent – et on travaille la maîtrise.

    J’ai toujours été frappée par les petits travers du quotidien qui mettent en rogne ! On peut se penser calme et respectueux, mais il suffit d’un petit incident pour faire craquer la pointe de l’iceberg du masqué. Voici un beau terrain pour aller à la chasse de ce que l’on dissimule dans le petit.

    Je vous souhaite de belles promenades sur les routes de France.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *