Lyme n’est pas une danse, mais elle pourrait vous faire valser d’horreur

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

On en parle depuis quelques années. La maladie de Lyme ou « borréliose de Lyme » s’est répandue dans le monde occidental comme un vent de terreur. On l’appelle en Europe et en Amérique du Nord la maladie du Nil occidental. La maladie de Lyme tire son nom de la ville de Lyme au Connecticut où elle a été suspectée la première fois en 1975.

L’année 2017 a été décrétée « une année à tiques » en raison d’un cycle de maturation des nymphes (tiques immatures). En Europe, ce fléau touche plus d’un million de personnes.

Elle est présente dans nos forêts, les parcs publics, et peut-être aussi vos propres jardins !

Comment cela s’est-il produit ? Au printemps, des milliards de tiques ont éclos dans nos forêts. Ces tiques ont peu à peu gagné les parcs publics. Et attention, peut-être même sont-elles dans nos jardins !

Il y a dix ans, les tiques limitaient leur séjour dans les forêts, particulièrement dans l’est de la France, de l’Allemagne et du nord de la Suisse. Aujourd’hui, elles séjournent aussi en Amérique du Nord. Voyez la carte ci-dessous.

.

La carte illustrant les zones affectées des limes 

On peut voir sur la carte que les États-Unis sont recouverts de ces tiques et maintenant le sud du Québec ! Elles sont maintenant dans toute l’Europe et dans une grande partie de l’Afrique de l’Est et du Sud, ainsi qu’en Australie.

.

Que fait exactement la maladie de Lyme à votre corps ?

La maladie de Lyme est une maladie bactérienne qui touche l’être humain et de nombreux animaux. La borrélie est la bactérie responsable de l’infection et la maladie se caractérise par une grande diversité (génétique, épidémiologique, clinique et diagnostique) car multiviscérale et pouvant affecter divers organes ! Elle évolue sur plusieurs années ou décennies, en passant par trois stades. Non soignée et sans guérison spontanée au premier stade, après une phase dormante, la maladie de Lyme peut affecter la plupart des organes humains, de manière aiguë et/ou chronique et conduire à des handicaps physiques et mentaux avec des séquelles et des rechutes. La maladie de Lyme est l’une des deux grandes formes de borréliose – maladies infectieuses bactériennes véhiculées et transmises à l’homme par les tiques ou des poux de corps.

Selon l’Agence officielle américaine, elle aurait dépassé en 2009 le VIH en incidence et elle est devenue la 7e maladie la plus déclarée aux États-Unis.

Selon l’Agence gouvernementale américaine, aucune transmission de personne à personne (par toucher, baiser ou acte sexuel) n’a été prouvée ; aucun cas de transmission par transfusion sanguine et les poux ne semblent pas non plus vecteurs de cette maladie.

.

Les risques de contracter la maladie de Lyme – Savoir reconnaître la maladie

Les cas déclarés viennent de parcours en forêt, le long des routes forestières, parfois dans les jardins, le bocage ou d’autres milieux naturels ou semi-naturels riches en herbacées et petits ou grands mammifères pendant le début du printemps jusqu’à la fin de l’automne. Les agriculteurs, les golfeurs, les chasseurs sont à risque.

  1. Une simple piqûre et, si la tique nous transmet la maladie, les bactéries s’infiltrent dans tous nos organes et tissus de notre corps, y compris les os. Les lésions graves provoquent des douleurs très fortes, des paralysies, des fatigues chroniques accablantes et des troubles psychiatriques…
  2. Lorsque l’infection devient chronique, cette maladie peut être confondue avec la plupart des maladies connues en médecine, et des dizaines de milliers de personnes seraient ainsi mal diagnostiquées.
  3. Un des spécialistes mondiaux de cette maladie, le docteur Richard Horowitz,  révèle une méthode de diganostic qui serait efficace, beaucoup plus que les tests Elisa et Western Blot. Il propose dans son livre « Soigner Lyme et la maladie chronique inexpliquée » des solutions adaptées. Il a conçu un questionnaire – dont une partie est publiée ci-dessous – afin de détecter les symptômes qui se rattachent à cette maladie. Le Dr Horowitz a soigné mes milliers de patients dans le monde atteints de la maladie de Lyme. Son principal traitement est l’antibiotique DOXYCYCLINE à raison de 100-200 mg par jour pendant quatre semaines.

QUESTIONNAIRE SIMS-ML DU DR HOROWITZ

Rubrique 1 : Fréquence des symptômes

Question Jamais Parfois Souvent Très souvent
Fièvres, sueurs, bouffées de chaleur ou frissons inexpliqués
Changement de poids inexpliqué, amaigrissement ou prise de poids
Fatigue, lassitude
Perte de cheveux inexpliquée
Ganglions gonflés
Mal à la gorge
Douleurs testiculaires ou pelviennes (dans le bas ventre)
Règles irrégulières sans raison apparente
Lactation inexpliquée, douleurs mammaires
Vessie irritable ou dysfonctionnement urinaire
Troubles sexuels, perte de la libido
Mal à l’estomac, indigestion
Modification des habitudes intestinales (constipation ou diarrhée)
Douleurs thoraciques ou intercostales
Essoufflement, toux
Palpitations, battements « manqués », bloc auriculo-ventriculaire (BAV)
Antécédents de souffle cardiaque ou d’atteinte valvulaire.
Douleur ou gonflement d’une ou plusieurs articulations
Raideur de la nuque ou du dos
Douleurs musculaires ou crampes
Tressautement des muscles du visage ou du reste du corps (fasciculations)
Maux de tête
Raideur ou craquements dans le cou
Fourmillements, engourdissements, sensations de brûlure ou de « coup de poignard » (paresthésies)
Paralysie faciale
Vision double ou floue
Audition/oreilles – Bourdonnements, sifflements ou douleur dans les oreilles (acouphènes)
Mal des transports accru, vertige
Vertiges, manque d’équilibre, difficultés à marcher
Trémulations, tremblements
Confusion, difficultés à penser
Difficulté à se concentrer ou à lire
Distraction, mauvaise mémoire à court terme
Désorientation ; je me perds ou je ne vais pas au bon endroit
Difficulté à parler ou à écrire
Sautes d’humeur, irritabilité, dépression
Troubles du sommeil, je dors trop ou trop peu, réveil trop matinal
Effet aggravant de l’alcool sur l’intensité des symptômes et/ou de la « gueule de bois »

Se guérir de la maladie par des moyens naturels (plantes et alimentation)

Le principal mode de transmission de la maladie de Lyme est la morsure de la tique. Cette tique, lorsque possible, doit être retirée dès que possible et conservée dans un sac afin de la faire analyser.

Sur le site REMÈDES DE GRAND-MÈRE POUR LA MALADIE DE LYME, on mentionne plusieurs remèdes naturels qui ont pu aider les gens à se défaire de l’infection de la tique. Évidemment, plus tôt le traitement débute, et plus les chances de succès sont grandes.

Voici les remèdes suggérés :

-appliquer le TIC-TOX (un mélange de huiles essentielles) sur la morsure trois fois par jour durant deux jours et faire suivre par un traitement interne de 3 à 5 goutes par jour ;

-réduire l’inflammation (qui est un des principaux symptômes de la maladie) en consommant des champignons, du Ganoderma (Reishi), de l’ail, de la passiflore et réduire la consommation de produits laitiers et le gluten ;

-augmenter la consommation d’eau afin d’éliminer les toxines ;

-augmenter la consommation de protéines organiques maigres (noix, avocats, graines de lin, huile de poisson) ;

-des tisanes ou gouttes fort importantes : l’astragale, le sureau, les feuilles d’olivier ;

-booster le système immunitaire par l’astragale et par beaucoup de vitamines C.

ET, en excursion dans les bois ou endroits à risque, protégez-vous avec un chasse-moustique et des pantalons longs, bas qui protègent la peau entre le pantalon et la chaussure.

ET QUE CHACUN DE NOUS SOIT ÉPARGNÉ DE CETTE MALADIE !

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d’argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l’épanouissement de la personne par la pratique de l’attention vigilante : la pleine conscience.

4 pensées sur “Lyme n’est pas une danse, mais elle pourrait vous faire valser d’horreur

  • avatar
    17 août 2017 à 3 03 00 08008
    Permalink

    Merci madame Dessureault de ce texte précieux pour la santé. Et j’apprécie beaucoup que vous ajoutiez quelques suggestions de remèdes naturels qui sont souvent oubliés et qui peuvent pourtant compléter un traitement médical quand ce n’est pas le remplacer.

    Répondre
    • avatar
      20 août 2017 à 13 01 43 08438
      Permalink

      Bonjour,

      Mieux vaut prévenir que guérir comme dit si bien le proverbe. Ainsi, avoir à portée de la main des suggestions de remèdes naturels AU CAS OÙ les tiques se manifesteraient pourrait bien nous épargner des conséquences indésirables.

      Merci.

      Répondre
  • avatar
    17 août 2017 à 19 07 46 08468
    Permalink

    «Et attention, peut-être même sont-elles dans nos jardins!»

    Vous avez raison. Au début de l’été, je me suis réveillé en pleine nuit à cause d’une tique qui tentait de rentrer plus profondément dans ma cuisse. La veille, je n’ai fais que jardiner dans ma cour arrière en plein coeur de Montréal dans la Petite-Patrie. Et j’étais en pantalon long.

    Heureusement, aucune inflammation ne s’est produite.

    Répondre
    • avatar
      20 août 2017 à 13 01 41 08418
      Permalink

      Tant mieux !

      Votre expérience démontre bien qu’il faut se protéger, même au coeur de la ville.

      Merci d’avoir pris le temps de vous exprimer.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *