Impact de l’interdiction de fumer en prison

Un écran de fumée!

Comment les prisonniers réagissent à l’interdiction de fumer dans les prisons. Quels en sont les impacts et les conséquences?

Jean-Pierre Bellemare, prison de Cowansville.

Dossier Chronique du prisonnier, Criminalité, Santé

medicament-arret-fumer-timbre-nicotine-gomme-tabac-cigaretteL’interdiction de fumer dans les pénitenciers engendre une augmentation de la criminalité! Car une bonne partie des détenus qui fument ne peuvent assouvir leur dépendance. C’est bien connu, la dépendance à la nicotine est comparable à celle de l’héroïne. Quand un héroïnomane est en manque, que fait-il? Il cherche sa drogue aussi longtemps qu’il peut tenir debout. S’il n’en trouve pas, il utilise n’importe quelle autre substance pour se tempérer. Le fumeur de cigarette réagit de la même manière. D’ailleurs, cette dépendance est si puissante que des policiers ont déjà négocié des confessions avec des prévenus contre des cigarettes.

La cigarette, une dépendance qui tue

timbre-nicotine-gomme-tabac-arreter-fumer-cigaretteS’il est privé de sa drogue, le fumeur peut souffrir de dépressions sévères qui peuvent le mener jusqu’au suicide. Récemment, Howard Saper, enquêteur correctionnel, blâmait le Service Correctionnel du Canada (SCC) pour le nombre anormalement élevé de suicides dans les pénitenciers. Faut-il faire le lien? De l’intérieur, je sais que c’est vrai quoiqu’en disent les autorités. Étrangement, le souci du Service correctionnel du Canada diminue au fur et à mesure que le temps passe. Comme si leur oubli était une forme d’intervention! Pour les autorités, ne plus penser au suicide en prison suffit à régler le problème. Il est vrai que la clientèle carcérale ne possède pas de groupe de lobby à Ottawa.

Timbres de nicotine et gomme

arreter-fumer-cigarette-tabac-arret-consommation-medicamentEn réponse à cette interdiction, le Service correctionnel du Canada à mit à la disposition des prisonniers des timbres de nicotines et des gommes Nicorette. Les fumeurs n’ont pas cessé de fumer. On leur a simplement arraché leurs produits des mains. Privés contre leur gré d’une drogue aussi puissante, plusieurs se sont mis à découper leurs timbres de nicotine pour les fumer avec du thé roulé dans des pages de livres arrachés. Oui, c’est à ce point pathétique. Cette nouvelle façon de consommer les timbres a provoqué la mort de quelques détenus par empoisonnement.

Même après ces décès et plusieurs avertissements, cette pratique n’a jamais cessé. Le Service correctionnel du Canada a réagit en ne distribuant que des gommes à base de nicotine. Le même scénario s’est répété mais avec une préparation plus sophistiquée. À la prison de Cowansville, les gardiens du pénitencier se sont transformés en surveillants de cours d’école, cherchant les fautifs qui fument en cachette.

Nouvelles dépendances et autres drogues

Pour les contribuables qui observent cette situation sans sourciller, je vous arrête. Une partie de ces fumeurs ressortiront avec une nouvelle dépendance aux drogues dures. Car privé de ses cigarettes en prison, un fumeur acceptera pratiquement n’importe quoi pour apaiser son manque. Ce n’importe quoi, au pénitencier, c’est habituellement de la cocaïne, du crack, de l’héroïne, des pilules, du pot, du hasch ou de l’alcool distillé.

Une fois libéré, les prisonniers ressortiront encore plus mal en point qu’à leur arrivée. Pourront-ils se payer leur nouvelle dépendance en travaillant honnêtement? Les coûts reliés à la consommation de drogues dures sont exorbitants. Qui fera les frais de ces nouveaux adeptes de drogues dures? La sécurité du public, celle qui semble si chère aux décideurs. Seuls les fruits du crime permettent l’accès aux drogues dures pour ceux qui n’ont pas de moyens.

Pourquoi interdire la cigarette dans les prisons?

Des fonctionnaires à l’emploi du Service correctionnel du Canada ont démontré devant les tribunaux qu’ils ont contracté le cancer des poumons sur leur lieu de travail. La fumée secondaire à laquelle ils furent exposés est en cause. Le Service correctionnel du Canada a réagit immédiatement en interdisant de manière progressive l’usage des produits du tabac dans tous les pénitenciers canadiens. Cette politique est entrée en vigueur le 31 janvier 2006. Naturellement, il a fallu faire des ajustement et corrections au fur et à mesure que les problèmes se sont présentés lors de cette mise en application.

Autres textes sur Chronique du prisonnier

3 pensées sur “Impact de l’interdiction de fumer en prison

  • avatar
    8 janvier 2011 à 7 07 30 01301
    Permalink

    Je comprends l’interdiction ne pas pouvoir fumer a l’intérieur pour ne pas nuire a la santé des non fumeurs. Mais est-ce qu’il y a une interdiction de fumer dehors aussi? Et pourquoi pas une salle pour fumeur?

    Répondre
  • avatar
    3 août 2011 à 16 04 38 08388
    Permalink

    es « intellectuels de notre pays » crient au scandale dénonçant une interdiction de plus, car en interdisant on formate la société, ou quelque chose comme ça. Et bien, interdire aux fumeurs de déranger les non-fumeurs, c’est aussi interdire aux fumeurs de tuer les non-fumeurs. Ces égoïstes intolérants du mégot nous radotent toujours le même discours, mais qu’ils aillent aux funérailles des 5 000 personnes qui meurent chaque année du tabagisme passif, presque autant que les tués de la route. A un moment donné, il faut réagir, ne pas en faire tout un fromage, car interdire de fumer dans les lieux publics, c’est normal. On n’est pas à New York où on peut être pénaliser pour fumer dans la rue. Y’en a marre de voir toujours les mêmes « se rebeller » alors que les lois protègent les citoyens. Ceux qui sont dérangés, ceux sont les buralistes, et certains patrons de restaurant. Mais demandez aux employés, les serveurs, les petits employés, ils sont bien contents et ils ont raison. Ils sont aussi énervés par les hausses succéssives. Leur rêve, c’est qu’on ait 60 millions de fumeurs ou quoi ?

    Répondre
  • Ping : Prisonnier de la cigarette « L'Heureux Dresseur de Torts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *