À cloche pied

 

COUV RACKY APLAT 9 OCTOBRE AVEC PRIX_Mise en page 1

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Au cours d’une grande épreuve, la force d’une personne  se révèle par sa capacité à assumer une expérience difficile et à l’utiliser pour créer d’autres situations dans sa vie.

Sur le plan collectif, les guerres existent entre clans et pays. L’équivalent se passe sur le plan personnel où il faut parfois un courage extraordinaire pour sortir d’une guerre individuelle entre le destin et soi.

En écoutant l’histoire de Mbépongo Dédy Bilamba, Raky (son nom d’auteur) racontée à Benoit Dutrizac hier,  le silence s’est fait en moi pour pouvoir accueillir totalement les émotions reliées à son expérience.

Au départ, Raky a tout pour elle. Belle, née à Paris de parents sénégalais, elle s’installe au début de la vingtaine dans le quartier Côte-des-Neiges à Montréal pour poursuivre ses études. Elle y mène une existence stimulante et riche en contacts humains et dans ses temps libres se démarque en devenant mannequin sous la lentille d’Oliviero Toscani. Très sportive, elle se passionne pour le basketball.

L’année suivante, sa vie se défait. Souffrant tout d’abord d’un bouton douloureux sur la jambe, elle consulte une clinique sans qu’on en diagnostique la cause. Un médecin lui prescrit des antibiotiques et après avoir suivi le traitement, la jeune femme ne voit aucun changement. Toujours en proie à de violentes souffrances, elle se rend à l’hôpital où elle va séjourner cinq mois ! Raky a confié à M. Dutrizac qu’elle a souffert d’une négligence médicale à l’hôpital, cependant, grâce à l’appui d’une infirmière qui insista sur les symptômes graves dont elle souffrait avec forte fièvre, on finit par prendre son cas au sérieux. On diagnostique une grave infection causée par la bactérie dite mangeuse de chair. On ampute sa jambe gauche, sinon elle mourra.

Quand elle se réveille plusieurs jours plus tard, elle ne sent plus sa jambe. Sa mère lui apprend qu’on l’a amputée. On imagine son désespoir, sa colère, sa peur et son impuissance, car tous les secteurs de sa vie sont bouleversés : sa vie professionnelle, sa vie en tant que femme, sa place dans la société, et sa jambe amputée jusqu’au-dessus de genou. Après six années à se déplacer en béquilles, elle porte aujourd’hui une prothèse.

Vous le devinez ? Raky a reconstruit sa vie. Elle est devenue photographe de mode et est coach sportive en basketball. Elle est mariée à un homme qui l’accepte et l’aime.

Raky se dit heureuse d’avoir puisé au fond d’elle l’énergie pour remodeler sa vie.

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d'argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l'épanouissement de la personne par la pratique de l'attention vigilante : la pleine conscience.

Une pensée sur “À cloche pied

Répondre à Robert Huet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *