On cherche bon plaideur pour une cause difficile: l’Amérique

 

PIERRE JC ALLARD

C’est un principe sacré de toute justice digne de ce nom, que l’accusé a droit à une défense pleine et entière.  Quelle que soit l’horreur des faits allégués, l’apparente évidence qu’ils ont bien été commis et commis par l’accusé, on ne doit JAMAIS prendre pour acquis que les documents sont authentiques,  les témoignages  fidèles, les preuves indéniables.   Il y a trop de liens à vérifier, trop de corroborations sont nécessaires, trop  d’occasion de biais et d’influence indues pour qu’on instruise un procès au Café du Commerce et qu’on vote le verdict et la sentence à mains levées…  On rend donc la justice au tribunal, dans une amiance propice….

Bien sûr.  Mais que doit on faire, si on trouve au tribunal des juges partiaux, des avocats véreux, des codes dont on a arraché des pages et qu’on voit les amis de l’accusé passer des enveloppes et de petites valises  aux jurés ?  Je crois que c’est le dilemme de quiconque aujourd’hui fréquente les médias citoyens, tout le lisant son journal le matin – Le Monde ou un autre –  et en écoutant le 20 heures.  Deux (2) images, deux (2) visions du monde qui s’opposent, non seulement sur les interprétations, ce qui serait normal, mais sur les faits eux-mêmes, ce qui est INACCEPTABLE.

Beau de parler de la « liberté de la presse’, mais la presse, aujourd’hui, ment effrontément.  Il suffit de comparer les chiffres de présence aux manifestations de rue pour voir le hiatus béant. Le mensonge grossier, insultant, car c’est une prise pour acquis de la parfaite stupidité des lecteurs.

Et quand on ne parle que de chiffres, l’on est dans l’extrême superficiel du subterfuge. C’est bien pire si l’on se risque à s’interroger sur des pourquoi et des comment.  Pourquoi être intervenu en Libye ? Au Mali?  Pourquoi la Syrie ?  Comment les choses se sont elles passées en  Serbie et au Kosovo? Comment s’y est-on pris pour multiplier par 20 la production de pavot en Afghanistan ?

Attention, donc, je ne parle pas de la justification des interventions – c’est une affaire politique qui se discute – je parle des faits BRUTS qui sont de totales inventions.    Les médias MENTENT.  Il y en a des douzaines d’exemples, allant des armes de destruction massive en Irak aux récentes loufoqueries sur l’emploi de gaz toxiques dans le désert syrien….

Ça, ce sont les beaux mensonges, quand on vient de loin, mais le traitement de la nouvelle locale en France n’est pas plus édifiant.  Woerth, Tapie, Chirac… On ne peut blanchir qu’en avouant une infinité de mensonges… Qui croit encore un mot de ce que disent les médias traditionnels ?

Aux mensonges des médias, j’ai déjà proposé une solution, je n y reviendrai pas . Mais il n’y a pas que les médias traditionnels qui mentent.  Ce qui se dit sur l’Internet est aussi le mensonge qui continue par d’autres moyens. Ici, sur Internet, la sur-représentation de certaines opinions est tout aussi évidente que le biais pro-systàme des grands médias.

Sur-représentation normale des extrêmes sur les blogues, compensant pour une autocensure des journaux bien-pensants qui les interdisent de séjour ?  Certainement, mais est-ce que ça explique tout  ?  N »y a-t-il pas aussi une grande complaisance des médias citoyens – dont Agoravox – à mettre l’accent sur Fascistes et Antifas ?  La manchette aux extrêmes, même s’ils sont bien marginaux, parce que, comme dirait Oscar Wilde, ils sont « tellement plus intéressants que la vertu! »    La vertu UMP-PS … et même les mi-vertueux acceptables, que sont le FdeG et le FN.

On ne peut pas reprocher à un journal  ou un blog (qui veut tout de même faire de la copie !)  de privilégier le sulfureux.  Mais quand le tribunal – Le Monde et assimilés –  est vraiment totalement faisandé, ne serait-il pas intéressant que le « Café du Commerce », sans vouloir devenir l’ultime redresseur de torts, fasse tout de même un effort pour faire une place à son bar à ceux, ‘bien pensant’, qui dans ce microcosme deviennent les parias ….et ne viennent donc pas.

l y a bien longtemps que je n’ai pas vu sur les grands blogs, en France ou au Québec, un article à la gloire ou même à la simple défense des USA.   Se peut-il que l’Amérique n’ait plus un seul ami ?  Permettez-moi d’en douter.  Ceux qui l’aiment encore sont-ils censurés ? Ont-ils renoncé à même tenter de produire une article sympathique envers les USA et la politique américaine ?

Je crois que ce serait dommage.  Car on peut croire que le biais atlantiste évident du système et de tous les grand médias est tel, que c’est bien la moindre des choses que la presse citoyenne prenne presque unanimement  la position antagoniste, pour rétablir l’équilibre… Mais je crois que c’est la mauvaise approche.

La presse citoyenne ne doit pas devenir un part pris contre un autre parti pris, mais viser à une couverture impartiale, représentative de toutes les  nuances de toutes les idées, lesquelles devraient toujours  circuler librement.   Qu’on confronte l’Amérique à ses actions, bravo; mais qu’on la prive d’une voix dans l’univers du web, NON.

Je saluerais l’apparition d’un avocat éloquent  prenant la défense de l’Amérique et de ses politiques.  Je lui confierais même immédiatement une chronique hebdomadaire. Car ce n’est pas ce que peuvent dire les groupes de presse –  dont les préjugés sont bien connus –  qui convaincra que l’Amérique mérite une oreille attentive. Au minimum un peu de clémence et, qui sait, pourquoi pas peut-être l’absolution.  Seule une voix émanant des blogs sera écoutée sur les blogs.

Vite, donc, un bon plaideur pour l’Amérique.  Pour qu’on voit TOUS les tenants et aboutissants et qu’on la juge selon ses oeuvres et non nos préjugés. Hâtons nous, de délibérer de son cas, car elle à déjà la corde au cou et on se bouscule pour ouvrir la trappe.  Et ne croyez surtout pas que l’Amérique s’en fout.  Elle sait que demain elle aura besoin d’amis.

Pierre JC Allard

8 pensées sur “On cherche bon plaideur pour une cause difficile: l’Amérique

  • avatar
    1 juillet 2013 à 7 07 48 07487
    Permalink

    Bonjour PJCA;

    Pour obtenir l’absolution, il faut démontrer un minimum de « regret »; ce qui n’est pas demain la veille. Par contre, tu as parfaitement raison de souhaiter une description exacte de la réalité « américaine ».

    C’est assez curieux car (est-ce une coïncidence?), mon article de ce soir tente de démontrer l’image exacte de l’histoire états-unienne.

    Mais je ne crois pas que je serais un « bon plaideur ».

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    1 juillet 2013 à 21 09 32 07327
    Permalink

    La civilisation américaine c’est comme la civilisation de l’île de Pâques était juste avant sa chute finale. La civilisation américaine est un boulet pour le progrès de la pensée humaine, il faudrait avoir le courage de couper court à cette culture et d’évoluer vers plus d’intelligence.

    Répondre
  • avatar
    1 juillet 2013 à 21 09 44 07447
    Permalink

    @ Lartiste

    Tu remarques que je n’ai pas postulé le job moi non plus…

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    1 juillet 2013 à 21 09 59 07597
    Permalink

    @ RH

    On ne peut pas « couper court » ; on peut seulement ajouter des élémenst et en arrriver a une dilution du mauvais et une augmentation de la part du bon qui rend l’absorbtion du tout moins néfaste. Un bon plaideur pour l’Amérique, c’est celui qui va identifier le bon et le rendre ostentatoire. Il doit enlever le poids de la mauvaise image qui empêcherait une nouvelle Amérique de se reconnaitre ou retarderait sa mobilisation pour un changement radical.

    Répondre
  • avatar
    5 juillet 2013 à 1 01 27 07277
    Permalink

    Un avocat pour quelle Amérique?

    Celle des illusions et des rêves et l’histoire de son passé peu glorieux?
    Ou celle de son AMWAY qui se réveille aujourd’hui en plein cauchemard?

    Celle du ControlCenter du Système monétaire mondial par les quelques .001% des riches de la planète?
    Ou celle des exploités, les travailleurs et les laissés pour compte de ce pays ? Et pourquoi plus ce pays qu’un autre?

    La terre entière est exploitée par les hiènes de la finance, plus ou moins subtilement selon les droits régaliens des pays concernés, certe, mais pourquoi plaider pour les U.S. et son peuple

    que l’humanité entière, naive victime des faiseurs de rêves et menteurs qu’on toujours été ces gens d’or, d’argent et de pierreries?

    Un pays qui crie Liberté à la face du monde et qui n’a jamais été mise en danger dans toute son histoire et qui se croit permis de policer la terre entière,
    Un pays dont les gouvernements successifs ont fait le contraire des principes fondamentaux d’une saine gouvernance (la liste est trop longue pour l’inscrire dans ce commentaire) soit:

    * protéger la société contre toute violence intérieure ou extérieure,
    * protéger tous les membres de la société contre l’injustice ou l’oppression causée par un autre membre,
    * fournir des infrastructures et des institutions publiques, qui sont bénéfiques à la société, mais qu’un entrepreneur privé ne peut pas financer lui-même profitablement.

    Un avocat pour défendre son art et sa culture? Ils…

    Répondre
  • avatar
    5 juillet 2013 à 1 01 28 07287
    Permalink

    .. bon faut faire court ici et sans publier d’images.. pas très invitant !

    Répondre
  • avatar
    12 août 2013 à 4 04 41 08418
    Permalink

    Bonjour à vous, j’ai lu avec attention votre article dont le titre est « On cherche bon plaideur pour une cause difficile : l’Amérique ».
    La réponse à cette quête ne serait-il pas, L’avocat du diable, peut-être ? Simple citoyenne.

    Répondre
  • avatar
    12 août 2013 à 7 07 00 08008
    Permalink

    @ simple citoyenne

    C’est assez ce que je pense, mais j’avoue que je suis moi-même biaisé

    PJCA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *