Badawi obtiendra-t-il la clémence de son pays ?

037a1ad1-9b2f-4fec-a638-f94440e8da3f_original_2

 

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Il défendait la liberté d’expression. Aujourd’hui, il fait face à un châtiment brutal.

Condamné il y a quelques mois à dix années d’emprisonnement, 300 000 $ d’amende, et 1 000 coups de fouet répartis sur 20 semaines, le blogueur Raïf Badawi suscite partout dans le monde des vagues de protestations contre cette punition inhumaine infligée pour avoir critiqué les chefs religieux de l’Arabie saoudite sur son blogue Liberal Saudi Network – site maintenant fermé. Le jeune homme de 32 ans est en prison depuis son arrestation en 2012.

Le 9 janvier dernier, il a subi les premiers 50 coups de fouet devant une foule de fidèles après la prière hebdomadaire près de la mosquée Al-Jafali à Djeddah. Pour des raisons médicales, la séance de la semaine dernière a été reportée. Celle de demain vient aussi d’être reportée rapporte Amnistie internationale après l’examen du condamné par un  comité de huit médecins.

Sa femme, Ensaf Haidar, a quitté le pays en 2013 avec leurs trois enfants et s’est réfugiée au Canada pour mieux défendre la cause de son mari. La famille s’est installée au Québec, à Sherbrooke. Mme Haidar se dit très inquiète pour la santé de son mari qui est diabétique. Elle réclame sa libération. Plusieurs manifestations de soutien sont organisées.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est dit prêt à accueillir Raïf Badawi au pays s’il est libéré.

Les pressions s’intensifient à l’international pour faire libérer le jeune homme. Des prix Nobel ont pris position en faveur de Raïf Badawi pressant l’Arabie saoudite de le libérer et demandant que les élites du pays défendent la libre expression.

Le Haut Commissaire des Nations-Unies aux Droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a demandé l’arrêt des coups de fouet contre Raïf Badawi. Il exhorte le roi Abdallah de l’Arabie saoudite à « exercer son pouvoir pour arrêter la flagellation publique en pardonnant au jeune condamné et à revoir d’urgence ce type de sanction extrêmement sévère. » IL ajoute « qu’une telle punition est interdite par le droit international des droits de l’homme, notamment par la Convention contre la torture que l’Arabie saoudite a signée. »

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, présentement en Égypte, a déclaré que le Canada est vivement préoccupé par la flagellation publique de Raïf Badawi. « Cette peine est une violation de la dignité humaine et de la liberté d’expression et nous lançons un appel à la clémence dans cette affaire. La promotion et la défense des droits de la personne font partie intégrante de la politique étrangère du Canada. »

Des partisans de Raïf se sont réunis devant de nombreuses ambassades saoudiennes dans le monde, dont à Ottawa, Paris, Rome, Londres, Bruelles, Copenhague.

Vendredi, à midi, il y aura une manifestation à Sherbrooke devant l’Hôtel de ville. À Thetford Mines, une vigile de sympathie organisée par le Groupe d’Amnistie Internationale de la ville se tiendra à la Place de la Paix devant le Cégep de Thetford, pour ne nommer que ces deux rassemblements. D’autres auront lieu à Montréal et dans d’autres pays.

Ce genre de châtiment se passe à Djeddah, une ville moderne cosmopolite très sophistiquée composée de 3,4 millions d’habitants. Située sur les bords de la mer Rouge, elle est un port pour les pèlerins qui se rendent à la Mecque. Dans cette ville, on retrouve le « jet d’eau du roi Fahd » d’une hauteur de 312 mètres – le plus haut au monde – et d’ici deux ans, le plus haut gratte-ciel au monde, « la Kingdom tower » de 1 000 mètres, sera complété.

Comme quoi le développement économique et technologique ne signifie pas toujours progrès de la condition humaine.

Que dire de plus ?

Je me demande comment un être humain fait pour tenir le coup coincé dans un tel gouffre.

Je me réjouirais de sa libération.

Badadi est en train de tracer un chemin de libération pour ses compatriotes. Les réactions vives suscitées par la communauté internationale auront un impact, petit ou grand, mais aucune action ne reste sans conséquences.

http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2015/01/15/005-declaration-onu-raif-badawi.shtml

http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/429156/coups-de-fouet-a-badawi-en-arabie-saoudite-2e-seance-suspendue-vendredi

http://www.amnestyinternational.be/doc/s-informer/actualites-2/article/la-flagellation-de-raif-badawi-en

 

 

 

 

 

 

 

 

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d’argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l’épanouissement de la personne par la pratique de l’attention vigilante : la pleine conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *