Bill Gates, avancée technique, peut-être. Régression socio-économique, certainement

YSENGRIMUS   Le jugement sévère de l’Histoire est donc amorcé sur Bill Gates. Il a ouvertement volé les innovations des autres à son profit exclusif et re-banalisé le monopole avec privilège. Cet ultime nabab mythologique incarnera donc pour l’Histoire l’art peu subtil de mettre l’explosion technologique au service de l’engraissement du parasite obstructeur. Microsoft est un gros coucou destructeur posé pesamment sur le nid clignotant et souffreteux du NASDAQ. Il n’y a vraiment pas de quoi pavoiser… Les thuriféraires pâmés de Gates invoquent sa ci-devant générosité (gros salaires, musées gratis, etc) pour les employés de sa firme de gras durs sur Seattle. Il faut donc à ce jour avoir la carte du Parti M$ pour aller au musée… Générosité? Élitisme et esprit de corps, oui. Opportunités pour la gagang de petits copains. Miettes éparses pour les dociles et les groupies qui suivent dans le sillage. Rien pour la société civile, dans cette manne aussi titanesque que sélective, gérée selon la doctrine régressante du plus insensible et du plus condescendant des ploutocratismes. Toute la doctrine sociale du capitalisme d’avant le New Deal est là, sur un mouchoir de poche… D’autres suppôts de Gates roucoulent à propos de son virage philanthropique. Holà, holà, ho! Avec entre vingt et cinquante milliards de menue monnaie voletant dans mes poches, je vous en donne moi aussi de la philanthropie, pour me dédouaner de trente ans d’extorsion et de strangulation totalitaire, en faisant mumuse avec les groupes humains de mon choix comme si c’était des figurines sur une table de bureau tertiaire, ou je ne sais quels «avatars» fallacieux… Qu’il s’attaque donc à la rougeole comme il prétend le faire… le symbole est parlant. Je ne sais pas s’il va éradiquer la rougeole, mais il œuvre certainement à éradiquer le rouge…

Bill Gates, c’est le capitalisme qui trahit sa propre doctrine de libre concurrence et remythologise le monopole. Si son entreprise, son «œuvre», a peut-être fait avancer la technologie (?), elle a certainement fait régresser le capitalisme vers des doctrines (pseudo mirifiques) pré-1929. Ce potentat et ses lieutenants peuvent amplement se payer ces petits frais de cours ridicules imposés de droite et de gauche au bout du bras par quelques micro-nations vétillardes, pour leurs pratiques monopolistiques éléphantesque étalées sur une génération… On aurait prédit cet ITT à la puissance mille à FDR au moment du New Deal, il en serait tombé en bas de sa chaise roulante. Même dans leur logique de capi, c’est un totalitarisme monopolistique fou furieux. Ils ont exploité le besoin technique criant d’unifier le parc d’ordi mondial pour se graisser au présent et protéger leurs profits futurs. C’est exactement comme s’enrichir sur la faim… Et Bill Gates peut bien, après cela, se transformer en mascotte inepte et jouer les Colonel Sanders de la technologie. Le mal est fait. Un mal profond et durable. Un cancer lent. Car si l’individu Gates s’en va, on a encore MicroCrosse dans les jambes pour un bon moment… Magouilles… Dictature… Extortion… Médiocratie technique… D’accapareur à ploutocrate à philanthrope. Voilà bien le cheminement le plus fétide imaginable, pour un tel détenteur de ressources spoliées. Ce n’est vraiment pas fini, l’œuvre de Bill Gates. Tiens, ça me fait remonter dans la gorge un vieux poème de Gilles Vigneault intitulé, justement, L’oeuvre:

L’oeuvre

La misère en habit de deuil
De la meilleure coupe
De la plus belle soie
Vient de passer la main tendue
Elle mendiait pour le compte
De la Charité
Trop timide
Ou plutôt reprenons:

La charité en habit de deuil
De la plus belle soie
De la meilleure coupe
Vient de passer la main tendue
Elle demandait qu’on entretienne
La Misère.

(Gilles Vigneault, dans Balises, 1964, Nouvelles Éditions de l’Arc, p. 71)

.
.
.

Urgent. Il faut saisir la fortune de Bill Gates et construire des écoles et des cliniques avec. Laisser des avoir financiers colossaux du genre de la fortune de ce type entre les mains de propriétaires privés est un crime majeur contre l’humanité. Cela mène au bout du compte à des farfeluteries misanthropes genre milliards en legs à des Fondations pour Chiens… Tout cet argent est un avoir collectif extorqué. Je le redis: il doit être saisi sans délai ni compensation et alloué d’urgence à l’éducation et à la santé.

avatar

Ysengrimus

Voir ici: http://ysengrimus.wordpress.com/about/

7 pensées sur “Bill Gates, avancée technique, peut-être. Régression socio-économique, certainement

  • Ping :Bill Gates, avancée technique, peut-être. Régression socio-économique, certainement « Le Carnet d'Ysengrimus

  • avatar
    17 janvier 2014 à 1 01 06 01061
    Permalink

    « Si son entreprise, son «oeuvre», a peut-être fait avancer la technologie (?) »

    Pas du tout et ce dès le départ.
    Je me souvient lors de la sortie du Windows 3.1, il concurençait un autre système d’exploitation nommé GEOS qui tenait sur une disquette molle 5 1/2 au lieu de 3, et qui était plusieurs fois plus rapide, performant, et graphiquement attrayant que le lourd win3.

    Il y avait nette régression déjà.

    DG

    • avatar
      17 janvier 2014 à 1 01 11 01111
      Permalink

      Régression technique aussi donc. Houlà.

      Après on suggèrera que le capitalisme n’est pas ouvertement nuisible à la production efficiente de biens utiles…

  • avatar
    17 janvier 2014 à 20 08 28 01281
    Permalink

    @Paul Laurendeau

    Le poème de Gilles Vigneault, « L’oeuvre », est un cri profond dénonçant l’hypocrite mascarade de la fausse générosité.

    « Holà, holà, ho! Avec entre vingt et cinquante milliards de menue monnaie voletant dans mes poches, je vous en donne moi aussi de la philanthropie, pour me dédouaner de trente ans d’extorsion et de strangulation totalitaire, en faisant mumuse avec les groupes humains de mon choix comme si c’était des figurines sur une table de bureau tertiaire, ou je ne sais quels «avatars» fallacieux…» … j’appuie, car rappelons que sa Fondation est la plus grande qui existe, jugée TRANSPARENTE avec une nécessité juridique de dépenser 1,5 milliards par année en projets caritatifs pour maintenir son statut d’organisme de bienfaisance … EXEMPTÉ DE TAXES. Comme dirait Yvon Deschamps : «Quand même … il faut le dire … »

    M. Microsoft – Gates ne se limite pas à la technologie informatique. Que penser du projet « l’Arche du jugement dernier » qui l’implique avec Monsato, le gouvernement norvégien et Rockfeller pour constituer une réserve mondiale des semences sur la mer de Barents ? La Banque de semences (dont le but est de préserver la variété des espèces, ce qui est fort louable) est en construction … On ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec l’eugénisme d’Hitler qui fut grandement financé par la Fondation Rockfeller !

    L’espèce humaine serait-elle menacée ?

    Carolle Anne Dessureault

Commentaires fermés.