C + I + G +(X – M), vous vous souvenez ?

Jean Gagnon Dossier Actualité économique

C’est l’équation qui permet de déterminer la valeur (ou la taille) de l’économie, soit le PIB (Produit intérieur brut). Il s’agit simplement de faire la somme des dépenses de consommation (C), des dépenses en investissements des entreprises (I), des dépenses des gouvernements (G) et de la balance du secteur extérieur, c’est-à-dire la valeur des exportations (X) moins celle des importations (M).

C’est ce qui détermine la santé de l’économie. Quant la somme est supérieure à celle de l’année précédente, c’est que l’on a bénéficié d’une croissance économique, soit un enrichissement général. Mais lorsque cette somme est inférieure, c’est que nous sommes en récession, donc que nous nous appauvrissons.

Pourquoi revenir sur cette équation la plus connue de la science économique ? Simplement parce qu’elle peut nous aider à comprendre le constat que vient de faire l’économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI), Olivier Blanchard.

Depuis quelques semaines, les médias rapportent les propos de nombreux économistes qui proclament tous que la récession est terminée et que la reprise s’amorce. L’économiste du FMI pense également que la récession est terminée, mais il croit surtout que la reprise, compte tenu que la récession fut très atypique, sera complexe, lente et douloureuse.

Revenons d’abord sur la récession. Elle fut violente comme pas une depuis la grande dépression des années 30. Durant les deux premiers trimestres de l’année 2009, le PIB s’est contracté de plus de 6 % comparativement aux mêmes trimestres de l’année précédente.

La raison est que le C et le I dans l’équation se sont écroulés. Les consommateurs américains, par exemple, se sont mis à épargner plus de 5 % de leurs revenus personnels, alors que le taux d’épargne avoisinait plutôt zéro depuis plusieurs années. Quant aux entreprises, ils ont cessé tout investissement, et se sont contentées de liquider leurs inventaires.

Si la récession semble maintenant être terminée, comme bien des économistes le prétendent, c’est que le G dans l’équation est en train d’augmenter dramatiquement. On a qu’à penser au programme de dépenses de près de 800 milliards de l’administration Obama.

Mais ne nous berçons pas d’illusion, prévient Olivier Blanchard. “ Plusieurs éléments de notre système économique ont été brisés “, dit-il. Plusieurs entreprises qui auraient tenu le coup lors d’une récession normale n’ont pas pu résister cette fois-ci et ont fait faillite. Dans plusieurs pays industrialisés, le système financier est devenu dysfonctionnel, et il faudra beaucoup de temps pour le remettre sur pied. Pendant ce temps, l’intermédiation financière, c’est-à-dire le transfert des ressources financières vers les différents agents économiques pouvant les utiliser efficacement, est en grande partie paralysée.

Chez les pays émergents, les entrées de capitaux, dont ils sont si dépendants, se sont évaporées et prendront de nombreuses années à revenir à leur niveau d’antan.

De plus, l’augmentation rapide et sans précédente du G aura comme effet de créer des déficits énormes chez les gouvernements. Les conséquences seront des hausses d’impôts et de taux d’intérêt à long terme, deux facteurs qui freineront la croissance économique future.

Il est clair que pour retrouver une croissance soutenue, il faudra que les consommateurs recommencent à jouer leur rôle si essentiel dans le système économique que nous connaissons, c’est-à-dire utiliser leurs épargnes pour augmenter le C de l’équation. Mais le feront-ils ? On peut en douter sérieusement.

La crise que nous traversons semble avoir eu raison de deux croyances populaires. D’abord, celle que le prix des maisons ne peut que monter. Mais aussi, celle qui dit que l’on peut compter sur un rendement annualisé moyen de 6 % et plus des marchés boursiers. Ces deux facteurs assuraient l’enrichissement des individus et faisaient en sorte que l’épargne n’était pas nécessaire.

C’est tout ça qui a changé. La croissance économique américaine sera supérieure à 4 % au troisième trimestre parce que les compagnies regarnissent leurs inventaires et que les gouvernements dépensent sans retenue. Mais attention, ne vous laisser pas berner, car ça ne durera pas. On devra vraisemblablement se contenter pendant quelques années d’une croissance économique au mieux de 1 à 2 %, à peine la moitié de celle à laquelle nous nous étions habitués.

Une pensée sur “C + I + G +(X – M), vous vous souvenez ?

  • avatar
    21 août 2009 à 2 02 56 08568
    Permalink

    Et il faudra règler cette question de l’argent qui ne vaut plus rien… Qu’est-ce qu’on fait quand la somme des dettes est quatre fois la valeur des actifs ? Qu’il y ait plus de monnaie en circulation que de valeur réelle représentée n’est pas une nouvelle, c’est l’essence du capitalisme financier… mais c’est tout a fait nouveau qu’on ait fait en sorte que tout le monde le sache…

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/06/23/le-grand-emprunt-national/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/07/05/regler-la-crise-financiere/

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    21 août 2009 à 7 07 52 08528
    Permalink

    La reconstruction des inventaires et les dépenses gouvernementales élevées vont arithmétiquement sur-évaluer le PIB au cours des prochains trimestres. Mais après, il faudra que la demande finale (C+I) soit au rendez-vous, sinon ce sera le double-dip.

    J’ajouterais ceci:

    http://minarchiste.wordpress.com/2009/07/31/les-keynesiens-se-tappent-la-poitrine/

    http://minarchiste.wordpress.com/2009/08/18/impact-des-deficits-sur-les-taux-dinteret-leffet-crowding-out-revisite/

    Répondre
  • avatar
    21 août 2009 à 9 09 25 08258
    Permalink

    Il faut aussi des jobs si l’industrie veut des consommateurs pour écouler les inventaires .
    Pour permettre à la classe moyenne et à la basse classe d’acheter des maisons, il faut une baisse des prix.
    C’est le contraire qui se produit; le prix du bois a doublé, ici au Canada, où les compagnies forestières ont des difficultés à écouler les inventaires .
    On ne peut pas construire une maison simple à moins de 150,000.00$.
    Une hypothèque de 30 ans, représente des mensualités d’environ 800,00$ par mois + les taxes et l’entretien.
    Il faut un salaire d’au moins 50,000.00$ par an.
    Il n’y a pas de miracle là dedans…………………………….

    Répondre
  • avatar
    21 août 2009 à 11 11 56 08568
    Permalink

    Entièrement d’accord avec M. Allard.

    On ne peut parler de « produit » lorsque c’est un emprunt (une dette avec intérêts) qui fait rouler C-I-G-X.

    Ceux qui ont cru que leur dépenses sur carte de crédit constituait une croissance économique subissent la crise et perdent leurs actifs réels. Les préteurs, eux, se renflouent avec du papier pour recommencer.

    Non, la crise a simplement été repoussée de quelques mois. Seul une guerre mondiale pourra remettre le compteur à zéro. Ils y travaillent très fort.

    Répondre
  • avatar
    22 août 2009 à 6 06 35 08358
    Permalink

    « l’augmentation rapide et sans précédente du G aura comme effet de créer des déficits énormes chez les gouvernements. Les conséquences seront des hausses d’impôts et de taux d’intérêt à long terme, deux facteurs qui freineront la croissance économique future. »

    Oui et plus particulierement aux USA et UK.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *