Cinéma et culture avec Vincent Guzzo

Les arts et l’entreprise privée

Vincent Guzzo malmené par Guy A. Lepage

Raymond Viger  Dossiers CultureBoutique équitableCinéma et télévision

Vincent Guzzo a été l’invité de l’émission Tout le monde en parle avec Guy A. Lepage. J’ai été agréablement surpris d’entendre Vincent Guzzo, un homme d’affaire, parler de l’avenir du cinéma québécois.

J’ai été cependant déçu de la façon que Dany Turcotte et Guy A. Lepage ont traité Vincent Guzzo. Le discours de Vincent Guzzo était pourtant bien centré sur un équilibre entre un propriétaire de salle de cinéma, les artistes et le public.

Il est vrai qu’un propriétaire d’entreprise veut faire de l’argent. Mais pour se faire, il veut que ses clients soient heureux et satisfaits des produits qu’il offre. Il veut aussi que ses fournisseurs lui offre des produits de qualité, vendable et avec lesquels il pourra faire de l’argent.

Je viens de l’entreprise privée. J’ai été un commerçant avant d’être dans le communautaire. J’ai bien aimé le discours et le positionnement de Vincent Guzzo. Pour les artistes et artisans tel que Dany Turcotte et Guy A. Lepage, j’aimerais bien qu’ils aient l’ouverture d’entendre et de voir des gens tels que Vincent Guzzo comme des partenaires dans la grande famille artistique et culturelle que nous formons tous ensemble.

La question qui tue

Vincent Guzzo est-il un partenaire culturelle pour le Québec ou un gros méchant capitaliste?

Autres textes sur Cinéma et télévision

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *