Comprenure 101

Le taux d’échec des cégépiens francophones à l’épreuve de français de 2008-2009 est le plus haut des 10 dernières années (17,2%). Je déchire ma chemise…

« MInute !  » – dit Rima Elkouri, le 12 novembre – « gardez-en pour faire un mouchoir, car c’est une « réussite» bidon et la situation est bien plus grave. Non seulement la qualité du français est bien pire qu’on ne le dit, mais cette incapacité à s’exprimer est indissociable d’une incapacité a raisonner qu’on fait tout pour nous cacher ».

Le 14, Foglia en remet un peu plus épais, en disant la même chose… mais en parlant aussi de Descartes. Descartes. Pas de prénom, pas d’adresse. Méchant Foglia. Vicieux. Qui connaît Descartes… ?

Evidemment, on s’en fout de Descartes. Cette Elkouri est sans doute une epèce d’Arabe, et tout le monde sait que Foglia est un maudit Italien déguisé en Français baveux… DONC, ces gens nous niaisent. On n’est PAS des incultes pitoyables. On a un GROS taux d’éducation, pis on est fier d’être Québecois. Le seul probleme, c’est qu’on est colonisé par les Anglais d’Ottawa, Hostie !

Si on connaissait Descartes, on ne mettrait pas « donc » dans cette phrase-là. On pourrait aussi questionner la pertinence de l’origine du locuteur dans le débat, mais ça, ça vient après: quand on peut déjà arrimer deux idées et réfléchir. Pour la plupart des finissants du secondaire ou même des cégépiens ce sera pour plus tard. Peut-être.

En attendant, ceux qui peuvent encore réfléchir voient bien que le jeune Québécois qui sort de l’école EST un inculte pitoyable. Et il doit s’admettre que ce n’est pas la faute des autres, mais le résultat d’un système d’éducation de merde qu’on s’est bâti nous-z-autres, entre fiers Québécois. Un système qui a fait de nous des analphabètes de la pensée.

Quand on ne peut pas cheviller des mots, les idées ne se tiennent pas. Elles s’empilent. Comme ces cailloux dont Santino le chimpanzé astucieux du zoo de Gävle, en Suède fait provision la nuit, dans son enclos, pour pouvoir les tirer aux visiteurs du zoo quand ils arrivent le matin.

Simiesquement génial, ce Santino… mais ce n’est pas assez. Il ne s’échappe pas. Avec nos idées qu’on empile et qui ne se tiennent pas, nous n’échapperons à rien nous non plus.

Ça grimace et ça gesticule dans l’enclos Québec, en rêvant de liberté, mais si on ne comprend pas le sens exact des mots et le rôle des liens entre les mots, on est incapable d’une pensée cohérente. Nous sommes trop nombreux à être incapables d’une pensée cohérente. Incapables d’établir les rapports de causes à effets qui permettraient de concevoir un vrai projet de société.

Incapables d’utiliser cet outil que peut être une démocratie même imparfaite. Il faudrait savoir faire un phrase, puis une autre… puis les emboîter. Quand on ne sait pas, tout reste flou, tout reste vague…

On n’aime pas ces politiciens-gardiens corrompus qui nous lancent nos bananes – comme ces policiers qui lançaient des bouteilles aux victimes de Katrina dans le Superdome de New Orleans – mais ils peuvent être tranquilles. On ne sait pas le leur dire. Faut-il les reconduire ? Se soumettre à eux ? « T’êt’ ben que oui, t’êt’ ben que non… ». « T’sé, c’est comme… « T’sé j’veux dire…

Depuis plus de quarante ans, on nous a saboté le cerveau. Comme celui de ces Américains miséreux et ignares qui vocifèrent et hurlent « nazi ! » quand Obama leur parle de redistribuer un peu la richesse… Chaque nouvelle cohorte qui sort du système d’éducation québécois est un peu plus molle, un peu moins prête à penser, la génération précédente se consolant d’être inepte en en préparant une qui le sera encore davantage.

On a créé des impuissants de l’expression qui ne savent pas honorer leurs projets. On a éduqué à l’impuissance et la société transmet cette impuissance qui devient alors héréditaire par apprentissage. Est-ce qu’on pourrait être moins fier de soi, juste le temps de baisser la tête et de constater le fiasco ?

Il faut recommencer à apprendre. Tout le reste ne peut venir qu’après. On ne pourra recommencer à à s’éduquer qu’en faisant table rase du salmigondis de connaissances disparates qu’on essaie aujourd’hui d’inculquer au enfants et aux adolescent, non pas parce qu’on croit qu’ils y trouveront une quelconque valeur nutritive pour l’esprit, mais pour justifier le temps qu’on a mis à former ceux dont le mandat est de faire gober ce brouet aux apprenants sans défense.

Il faudrait faire table rase, aussi, des jeux de nigauds-sorciers, qui traduisent tout en educanto et veulent transformer le simple en complexe pour montrer qu’ils connaissent des mots que les profanes ne connaissent pas, au risque de profaner ce que tout le monde connaît. De tous ces « éducationnalistes » qu’on a formés, n’y en-a-t-il pas un qui ait appris a dire du neuf simplement ?

Si personne ne dit mieux, j’ai ce projet qui a été accueilli avec intérêt par des douzaines d’éducateurs au Foro Mundial do Educacao de Porto Alegre en 2001 que Ramonet du Monde Diplomatique animait.

Je n’ai rien d’essentiel à changer à ce plan. Je l’ai même récemment dépecé en petites tranches, pour qu’il soit moins indigeste…

Si qui que ce soit au Québec pense à éduquer, – n’importe qui, du Ministre au plus jeune des enseignants – et veut en discuter, on pourrait engager un dialogue public. Il serait important, toutefois, qu’on le fasse en français et qu’on renonce à accabler les citoyens qui veulent comprendre le problème de ce « charabia des professeurs » dont parlait Bernanos et qui sert trop souvent à masquer la grande peur des bien-pensants… et leur insignifiance.

Pierre JC Allard

29 pensées sur “Comprenure 101

  • avatar
    16 novembre 2009 à 2 02 07 110711
    Permalink

    Je suis «ahurissé»…
    J’étais, il y a deux heures à écrire un article sur le sujet. Justement par le biais de Mme Elkouri. Et ce à partir d’un constat de votre NS.
    Ces chérubins, nos enfants, Pierre JC Allard, Nouvelle Société.
    Le lien ne semble pas apparaître, peu importe.
    Voici le brouillon d’un paragraphe.
    BECQUER BOBO!
    Les stratégies des tous les ministres de l’éducation qui ont passé et qui passeront vont échouer. Simplement parce qu’ils ajoutent bandages sur bandages plutôt que de tenter de guérir la plaie.
    La ministre Courchesne parle d’augmenter le nombre de cours de français au cégep. Traiter les feuilles avant le tronc ne donnera pas grand-chose.
    La blessure est en partie dans le système lui-même alimenté par une bande de fabricants de programmes de français qui font une prolifération de termes qui ne font qu’embuer une langue déjà difficile.
    Enseigner, c’est simplifier. Si 300 architectes de la complexité fabriquent du matériel et des programmes pour se bomber le torse, la réception de l’élève et même celle des enseignants ne sont pas adaptées.
    Cessons de dire que l’élève est le problème. Si la société l’est dans son ensemble, les structures et leurs philosophies en apparence propres sont gangrenées. On parle de l’école comme d’une chose abstraite, que l’on fasse donc une autopsie de ce «vivant mortuaire» de Québec et de la frange d’administrateurs qui jouent au Monopoly avec notre argent.
    Quant à l’image de la société, le tain est défraîchi mais l’image assez claire : tricher rapporte plus que travailler. Mais où a-t-on appris ça?
    ________
    En plus j’y flanque un «genre comme et un tsé veu dire, simplement pour montrer que l’incompréhension ne vient pas seulement de la structure de la langue, mais d’une absence d’articulation.
    ________
    Plus je vous lis dans ce texte, plus nous arrivons au même constat.
    Personne n’a idée du massacre qui se fait par les technocrates qui font des «approches» en ignorant complètement qu’enseigner c’est simplifier, et non pas bâtir un vocabulaire pour les apprenants que l’on modifie à tous les deux ans. Rien que pour faire savant.

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 8 08 21 112111
    Permalink

    Franchement, M.  »Jésusse Christ » Allard, vous y allez un peu fort, je vous aime toujours. légèrement moins cependant, puisque c ‘est de moi et de mes frères générationels dont vous parlez ainsi…

    Tous des incultes … impuissants ??!?

    j’vous dirais pas MInute,
    mais quand même,

    Combien de fois ai-je vu des erreurs sur les panels votre site ??? Assez pour vous le mentionner ici.

    Mon but n’est pas d’accuser qui que ce soit, seulement, puisque l’erreur est humaine, et que notre langue est si compliquée, pourquoi ne pas simplement ce concentrer sur le sens et le but des mots plutot que de dénigrer ceux qui l’utilise a leur facon. Nous ne sommes pas des francais de France, et c’est certainement pas en parlant en cul de poule qu’on va faire un pays.

    Vous ne pouvez nier qu’avec internet, chacun peut s’informer a sa guise, et les jeunes maîtrise parfaitement cet outil, assez pour donner la chance a n’importe qui sachant lire, d’en savoir 100 fois plus que vous ne pouviez en savoir a leur age.

    Justement, notre  »slang informatique » fait désormais parti de notre culture, et cela indéniablement puisque apporté et adopté par cette jeunesse, que je ne qualifierai aucunement d’inculte comme vous le faites, car il s’agit la du résultat de toute l’évolution humaine, comme la jeunesse a toujours été.

    Cette fois-ci cependant, son devoir sera encore plus grand et cette jeunesse devra faire beaucoup mieux que vous ne l’avez fait, vos frère et vous. Les défis auxquels nous sont tous confronté sont maintenant d’envergure mondiale. L’élite de votre génération est en constant progrès dans son agenda et je ne suis certainement pas le seul a remarquer que les événements s’enchaînent plus rapidement et sont de plus en plus évidents

    Je ne suis pas tellement étonner de vos propros finalement, vous le faites pour nous faire réagir probablement, et avec raison, on voit rarement des commentaires de jeunes sur votre blog, alors voyez que cela fonctionne, mais je le fais d’en un francais selon moi excellent, d’ailleurs un inculte ne pourrait vous lire selon vos dire. J’espère que vous observez comme moi la nuance qu’il faudrait apporter a vos propos

    Nous sommes tous des victimes d’un système d’éducation dysfonctionel en grande parti a cause de l’infiltration de la drogue dans les secondaires et d’apres ce que j’ai vu et entendu, dans la plupart des écoles publiques, il peut arriver que des classes entières soient sur le speed, l’extase et même du buvard !
    Certes, si nous regardons les statistique, le fait est alarmant, décrochage massif : 65% des jeunes hommes ne termine pas leur secondaire,
    Cependant, je ne doute aucunement de leur capacité d’adaptation et d’ouverture d’esprit
    C’est pourquoi, il ne faut surtout pas déséspéré, il ont la chance d’être jeune et d’apprendre de leurs erreurs, mais que font les autorités contre ce fléaut ? Pas assez, de toute évidence…

    La dessus, j’espère recevoir des excuses de votre part, d’abord pour cette jeunesse de 15 a 25 ans qui daigneront encore vous lire, comme moi, et ensuite pour tous ceux qui n’écrive pas sur blog, peut-être par peur d’etre critiqué pour des cédilles, des  »es »
    Et si je ne trouve pas l’apostrophe sur mon clavier suis-je pour vous un inculte ?

    Il y en a surement des erreurs dans mon texte, et je vous garantis, qui que vous soyez, que si tout ce que vous trouver a faire c’est de justement les trouver, c’est que vous avez rien compris ou rien a faire , alors relisez et réfléchissez au lieu de chercher des fautes aux autres.

    En outre, sachez que nous nous retrouvons impuissant comme vous l’avez été a notre âge, et ce non seulement devant l’impérialisme anglais, mais également devant cet échec de l’indépendance, ce statut quo dégradant que trop accepte en bon colonisé cocu-content, nous a été transmis par nos ancêtres, qui sont encore en vie et qui comme vous, nous critique alors que le système dont ils ont tous profité est sur le point d’exploser.

    Sans vouloir mettre le feu au poudre et sembler anarchiste, je crois que si vous et la société en général n’avez plus confiance en la relève, c’est donc que pour vous qu’il n’y a plus d’espoir, et cela jamais je ne pourrais m’y résoudre. Alors sachez, que si vous croyez que tout est perdu, rien ne deviendra encore plus vrai, car c’est ce que vous aurez choisi.

    Ayez confiance en la jeunesse,
    et nous serons la pour vous …

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 9 09 23 112311
    Permalink

    Real Makake,
    Je vais laisser M. Allard s’expliquer, mais je vois clairement une attaque contre le système scolaire et non une attaque sur ceux qui le subissent.
    D’ailleurs, le problème remonte à bien plus loin que votre génération.
    Quand vous allez au restaurant et que vous mangez mal, accusez-vous les clients?
    Bonne journée!

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 13 01 10 111011
    Permalink

    > Depuis plus de quarante ans, on nous a saboté le cerveau. Comme celui de ces Américains miséreux et ignares qui vocifèrent et hurlent « nazi ! » quand Obama leur parle de redistribuer un peu la richesse…

    Oui avec l’amalgame que le nom était Parti national-socialiste 😆
    Et sans oublier le mot communiste à toutes les sauces.
    Mais le summum c’est quand ces crétins ont renommé les ‘french fries’. Le top du top ! 😀

    Je dois dire que je suis satisfait de l’enseignement a l’école publique de ma fille en maternelle et 1ere année. Chaque soir, elle a des devoirs et le niveau me semble très bon. Le problème se situe après 12 ans et avant l’université.

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 17 05 39 113911
    Permalink

    Paul Napoli

    Connaissez-vous la méthode d’enseignement de votre fille en première année ?
    Etes-vous du Québec ?

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 17 05 50 115011
    Permalink

    gaétan pelletier

    Le problème remonte depuis la « révolution tranquille » des libéraux de Ti-Jean Lesage et du rapport Parent.
    C’est là que la litanie des changements de programmes et des méthodes d’enseignement a commencée.
    C’était « supposé » de faire des « génies » avec les jeunes du Québec.
    On disait aussi: ÉDUCATION GRATUITE.

    OUPS……le Québec a dû déménager au Zimbabwe !

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 18 06 33 113311
    Permalink

    Bonjour Fern,
    Je ne sais pas si vous vous souvenez de l’enseignement du français par une méthode de «sons», où je ne sais quoi, vers les années 70. Le programme n’a pas duré longtemps et fut un fiasco. J’ai eu des collègues qui étaient passés par là. C’était la pire des méthodes. Il a encore des difficulté avec son français.
    Sujet, verbe, complément.
    Un substantif au lieu d’un nom… Et avec ça des changements et des complications à tous les deux ans.
    Qu’on leur apprenne à écrire simplement. S’ils veulent se compliquer la vie plus tard, ils écriront sur les 7… 🙂
    Bonne journée!

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 18 06 41 114111
    Permalink

    « Les jeunes Canadiens désireux de servir en Afghanistan comme fantassins sont si nombreux que l’armée de terre doit freiner leur recrutement, affirme son chef d’état-major, le lieutenant général Andrew Leslie.

    « J’ai 1600 fantassins de plus que ne l’exigent nos besoins », je me retrouve dans une position unique comparativement à la plupart de mes collègues des forces armées de l’OTAN. J’ai plus de volontaires à chaque rotation que je n’ai de postes à combler. »

    ” Venir servir en Afghanistan est devenu une compétition.”

    Source :
    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2009/11/12/009-recrutement-armee-canada.shtml

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 19 07 42 114211
    Permalink

    T’es à L’Isle des Soeurs Paul ? mmmhhh… pas sûr que l’école publique soit la mêm qu’à NDg ou Cotes des Neiges…les gauchos qui deviennent des bobos sont toujours marrants ….

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 19 07 48 114811
    Permalink

    @ Real Makake.

    D’abord, merci d’être là. C’est la bonne nouvelle. Remarquez que nulle part je ne dis « tous »… La mauvaise, c’est que vous êtes le seul. C’est le Québécois-type qui est inculte et impuissant…

    Je ne blâme pas le Québécois-type, mais ce qu’on lui a fait. Je ne blâme pas votre génération, qui n’est plus inculte que la précédente que parce qu’elle a eu le malheur que ce soit celle-ci qui la forme; c’est depuis la réforme des années « 60 que l’éducation se dégrade.

    Comprenez que je n’en veux pas à l' »accent », qui est sans importance, ni même à l’orthographe, laquelle n’est pas la cause, mais la conséquence d’un désintérêt pour l’expression. Je ne corrige JAMAIS l’orthographe de mes correspondants.

    Je m’inquiète seulement du manque de rigueur dans l’expression même. Vous dites : « pourquoi ne pas simplement ce concentrer sur le sens et le but des mots plutot que de dénigrer ceux qui l’utilise a leur facon  »

    Parce que l’on se parle pour se comprendre et que si le mot ne traduit pas exactement votre pensée, ou ne signifie pas la même chose pour vous et votre interlocuteur, ou si votre phrase n’est pas articulée pour être sans ambiguïté, l’autre ne sait PAS ce que vous pensez. Vous risquez de graves malentendus.

    Le problème n’est pas au palier des connaissances disponibles – comme vous le dites, elles le sont plus que jamais – mais à celui des LIENS entre les éléments d’information. On ne les a jamais enseignés et on n’enseigne pas à les établir.

    Ce qui est létal pour une société, car si on n’établit pas des rapports de causes à effets, toute la démarche devient aléatoire, tout est également probable… et c’est finalement un algorithme dans google qui émule le raisonnement et fait les choix ! Qui contrôle la machine connaît les choix et peut vous manipuler. C’est ce qui se produit présentement.

    « Nous sommes tous des victimes d’un système d’éducation dysfonctionnel…  » C’est bien ce que je crois. Mais ce n’est pas parce que vous vous droguez que le système est dysfonctionnel. Vous vous droguez pour échapper a une réalité dont on ne vous a enseigné ni le sens ni la finalité, ni les critères qui vous permettraient d’y trouver un sens ou même une signification.

    Je ne doute aucunement de la capacité d’adaptation et ni de l’ouverture d’esprit de ceux de votre cohorte, mais, pour parler informatique, ce n’est pas le processeur le problème, ce sont les programmes. Je ne suis donc pas « désespéré »… mais je ne vois pas de solution a court terme.

    « J’espère recevoir des excuses de votre part, d’abord pour cette jeunesse de 15 a 25 ans qui daigneront encore vous lire » Je suis sûr que vous comprenez que mes remarques ne s’appliquent pas à ceux qui peuvent me lire… et que je ne dois pas d’excuses à ceux qui ne le peuvent pas et à qui mes remarques s’appliquent donc parfaitement… 🙂

    Puis-je vous inviter à lire les textes que j’ai écrits sur le système d’éducation ? J’apprécierais tout ce que vous m’en diriez, comme tous vos commentaires sur les autres thèmes dont j’ai traité sur mon blogue Nouvelle Société.

    Je parle beaucoup des Québécois, mais je constate que, finalement, j’en parle plus que je ne leur parle. Il passe en moyenne, 500 personnes par jour sur mon site ou mon blogue, mais seulement 12% l’an dernier étaient du Québec et la proportion est stable depuis 10 ans.

    Si je faisais le décompte de ceux qui me répondent, j’ai bien peur que la proportion serait encore plus biaisée….

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 19 07 52 115211
    Permalink

    Cotes des Neiges, mais quel horreur !! J’y met jamais les pieds. Je prefere Westmount ou à la rigueur Outremont mais juste en journée. :mrgreen:

    C’est une école réputée mais elle est publique donc c’est possible de faire de la qualité à l’école primaire. Beaucoup d’enfants issus de l’immigration. Ils ont pas le droit de parler anglais dans la cour mais ma fille a commencé a me dire des mots bizarre à consonnance espagnole. Ile des soeurs a de belles résidences mais aussi des appartements 3 1/2 relativement abordable.

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 19 07 59 115911
    Permalink

    T’as de l’humour, pas pire ..lâche l’avatar SuperDupont, ça fait vraiment expat pas assimilé… 🙂

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 20 08 03 110311
    Permalink

    @Marc,
    Oui il ressemble a SuperDupont mais c’est extrait d’une affiche cinema Café Express 1980 avec Nino Manfredi.

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 20 08 06 110611
    Permalink

    @ PN et Marc.

    J’ai été sur l’exécutif des Comités de Parents de la Province de Québec. Il y a en effet des écoles publiques qui sont plus égales que d’autres. Mais la structure rend toute éducation raisonnable impossible. sauf dans de petites singularités qui apparaissent et disparaissent assez rapidement

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 20 08 21 112111
    Permalink

    @PJCA
    Il faut étudier ces singularités qui fonctionnent bien d’autant que cette école primaire est la plus grande du québec avec plus de 800 enfants.

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 20 08 35 113511
    Permalink

    je ne me lancerai pas dans le débat, j’avoue être peu interessé, oui je vois tenant et aboutissant mais je ne suis pas là dedans, tant de choses à refondre.. Juste pour dire, ma 1ere est à l’université Mc Gill, les deux suivants sont des concombres qui n’ont pas fini leur secondaire 5, je travaille le dernier , il lit du Dolto et me psychanalyse, y a de l,espoir avec celui là s’il ne vire pas trop cynique …

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2009 à 22 10 17 111711
    Permalink

    Personnellement, je doute qu’on puisse changer la société, et ce, même si on a de bonnes idées.

    Je le vois autours de moi; les gens s’en foutent des grands enjeux. Ils n’ont pas conscience de ce qui se passe vraiment. Changer les choses? Pourquoi faire? C’est ça que j’entend.

    La seule solution que je vois, c’est de se ressembler, ceux et celles qui partagent les même valeurs et vision des choses, et de fonder une communauté. Le reste de la société s’arrangera.

    Répondre
  • avatar
    17 novembre 2009 à 7 07 20 112011
    Permalink

    @ PJCA

    Wow…Merci d’être la vous aussi, vous êtes un pillier de ce site et de par ce fait je vous dois grandement respect.

    Je tiens a préciser que j’apprécie grandement vos réponses et surtout que vous ayez pris le temps de me répondre avec autant de soins. C’était la première fois qu’on me répondait sur ce site car mes commentaires sont souvent trop long et
    permettez-moi donc de vous avouer être très touché par l’ouverture dont vous m’avez fait part.

    J’accepte donc votre invitation concernant vos autres textes avec un enthousiasme renouvelé et j’espère sincèrement que vous continuerez longtemps a faire ce que vous faites, ce qui nous permettra d’avoir plusieurs autres occasions d’échanger nos points de vue…

    Merci encore et a bientot !

    Répondre
  • avatar
    17 novembre 2009 à 10 10 02 110211
    Permalink

    gaétan pelletier

    Quel désastre pour les jeunes en difficulté, surtout.

    Paul Napoli

    Je ne connais pas les méthodes d’aujourd’hui, ( j’ai laissé l’enseignement en 80, écoeuré ) mais vous devriez rencontrer le professeur car le soir, vous faites un controle et non le prof.
    Pauvre enfant, elle a deux profs à son âge……………..

    Répondre
  • avatar
    17 novembre 2009 à 12 12 01 110111
    Permalink

    Les « GRANDS » décideurs se préparent:

    Sabotage avant privatisationPour obtenir facilement le consentement de l’opinion pour la privatisation des services publics, la stratégie la plus souvent utilisée consiste à organiser préalablement le sabotage des services publics, afin que leur inefficience puisse servir de prétexte à leur privatisation. Cette stratégie a été massivement appliquée dans les secteurs de la santé et de l’éducation.Voici ce que l’on peut lire à propos de l’éducation publique dans un document de l’OCDE, l’organisation des Maîtres du Monde qui est également à l’origine de l’AMI: »Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangeureux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement.Cela se fait au coup par coup, dans une école et non dans un établissement voisin, de telle sorte qu’on évite un mécontentement général de la population. »Cahier de politique économique » n°13 de l’OCDE

    Répondre
  • avatar
    17 novembre 2009 à 15 03 44 114411
    Permalink

    « Comme celui de ces Américains miséreux et ignares qui vocifèrent et hurlent « nazi ! » quand Obama leur parle de redistribuer un peu la richesse… »

    Ainsi donc la prostitution (et manipulation) du langage. La droite extrème étatsunienne appelle les maigres réformateurs comme Obama : nazis parce qu´ils veulent universaliser le système de santé à l´européenne et entrer donc dans une société plus juste, avec plus de répartition de richesse et moins de terribles inégalités; mais ne le traitent pas de nazi, lorsqu´il l´est vraiment en bombardant la population civile Pakistanaise avec des avions bombardiers sans pilote. Et par contre en Europe, les corrompus et mafieux partis ¿socialistes??, qui justement ne le sont pas (socialistes), sont en traîn de liquider le peu qui restait de l´idée d´ouvriérisme, de révolution, de solidarité ou même de l´idée même de plus de justice en général (sociale ou pas sociale).
    Tout en se perpétuant au pouvoir coûte que coûte, sans autre finalité que de conserver ce pouvoir pour conserver ce pouvoir et les avantages qui en découlent.Ainsi donc, ces partis socialistes traîtres à leurs idéaux, sont devenus des partis fascistes . D´ailleurs Mussolini venait des rangs socialistes ainsi que Hitler et les nazis étaient des nacional-socialistes-ouvriers.
    Nous sommes dans une situation inversée : les partis socialistes et communistes en Europe ne sont plus que de la bureaucratie malsaine fasciste, mais continuent de mentir sur le fait qu´ils sont des libérateurs de l´on ne sait plus quoi . Dans le cas de l´espagne et du pays basque je n´ai jamais vu rien de plus fasciste et nazi répresseur que les socialistes quand à la mort qu´ils veulent de la culture et de la langue basques, mais ausi par l´incarcération massive de militants de partis politiques indépendantistes. Ce sont les socialistes les nazis (nacional-socialistes-espagnols) et dans le cas des étatsunis c´est l´extrème droite la plus proche des nazis ou des fascistes qui traite Obama de nazi. Le monde à l´envers; mais mal à l´envers.

    Répondre
  • avatar
    17 novembre 2009 à 17 05 36 113611
    Permalink

    @ Fen:

    Attention. J’ai travaillé deux ans pour l’OCDE et je suis resté en contact par la suite. Le texte que vous citez a été vite dénoncé à l’époque – vers 1995, je crois – et l’on a dit qu’il ne s’agissait pas de la politique de l’OCDE, mais d’un commentaire sur le comportement de certains pays sous développés… Pays où j’avais travaillé, d’ailleurs…

    L’OCDE ne fait jamais de déclarations cyniques…. Moi oui, parfois… comme quand je parlais de cet AMI auquel vous faites allusion…

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/019-un-ami-qui-vous-veut-du-bien/

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    19 novembre 2009 à 12 12 34 113411
    Permalink

    J’ai souris hier en lisant un article sur cyberpresse qui relatait que de « grands » penseurs jonglaient avec l’idée de modifier l’orthographe de certains mots de notre patrimoine. Ainsi un « oignon » deviendrait un « ognon » le « c » succédant au « x » dans les mots pourrait se voir mutiler.

    J’ai souris….nous sommes à l’air des communications instantanées. Nous sommes tellement devenus des être instantané que nous en sommes à tronquer même notre langage. Nous n’avons plus le temps de nous parler. Comment pourrions nous avoir le temps de bien enseigner.

    J’ai 34 ans, j’ai été formé par les soeurs du Bon Pasteur et les frères des Écoles Chrétiennes. Lors de mon atterissage dans un établissement publique, le Cégep, j’ai vécu un choc. Il ya 15 ans, tel un voyageur j’ai eu à apprendre à vivre à le décallage horaire, mais dans une institution scolaire. J’ai alors vagabondé dans cette institution qui n’était pas en mesure d’assouvir ma soif. Comme bien d’autre, j’ai décroché, raccroché, décroché etc…

    Comme je le disais, j’ai maintenant 34 ans. Pour parfaire mes connaissances j’ai dût fonder 3 entreprises et travailler dur, sans diplôme, sans LE papier d’une grande « Adversité » comme la nommait Sol. Bien entendu mes allées et venues dans le système m’ont pourvus de connaissances mais ont fait de moi un généraliste du monde des TI. Le Klondike des années 90.

    Depuis un an j’ai liquidé ma dernière entreprise pour tâter du marché des travailleurs « dépendants », par opposition au travailleur autonome. J’ai eu le choix de l’emploi. Pas seulement que mon expérience révélait une grande connaissance. Mais de l’aveu des employeurs, ils n’évaluaient pas mon degré de compétence mais de locution. Ils avaient de la difficulté à trouver des ressources en mesure de structurer leur idées, de conceptualiser.

    L’arrivé des Cégep à formé des généralistes. de bon Jack of all trade. Mais ces bons Jack sont devenus enseignants. Et comme ils ne sont pas spécialistes leurs connaissances générales ne répondent pas aux questions des nouveaux voyageurs. Et un voyageur qui s’ennuit…change de destination.

    J’ai souvent dis que plusieurs idées du site Nouvelle Société de PJCA étaient loin d’être farfelu. Mais pour en accomplir il ne faudra pas réinventer l’état. Il faura fonder un parti politique qui sera en place pour un mandat précis et qui disparaitra lorsque ce mandat sera implanté. Sinon nous continurons de tergiverser sur la nation en se fermant les yeux et en prétextant que tout nos problèmes viennent du fait que nous ne sommes pas un pays.

    Mon constat…arrêtons de former des gens. Commençons à les instruire. Dans formation, on suppose la notion de moule. Et il est temp de briser celui-ci.

    Répondre
  • avatar
    19 novembre 2009 à 18 06 57 115711
    Permalink

    @ Buffle entreprenant: Je ne considère comme farfelue aucune des idées du site NS. Elles se réalisent une a une… au fur et à mesure qu’il devient dans l’intérêt d’une majorité effective de les faire se réaliser.

    Ce qui déçoit beaucoup ceux qui ont suivi ce site depuis la première heure, c’est de constater qu’elles ne sont généralement pas la cause d’un changement, mais en sont l’effet. Ce ne sont pas tant des propositions que des prévisions.

    Ce n’est pas un choix que j’ai fait. C’est le constat que l’on ne change pas le vent en déplaçant les voiles… on l’utilise mieux, c’est tout.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    10 décembre 2013 à 10 10 47 124712
    Permalink

    Le 10 décembre 2013
    PJCA,

    Vous voulez de meilleurs oeufs, commencez avec les poules.

    https://www.facebook.com/gaiagernaire?sk=notes#!/note.php?note_id=279751595403435

    DANS TOUTES LES ÉCOLES DU QUÉBEC, TOUTES LES FILLES DEVRONT ÉTABLIR LEUR BIOGRAPHIE DÉTAILLÉE : UNE ONTOGENÈSE ET UNE PHYLOGENÈSE !

    Aussi, DANS TOUTES LES UNIVERSITÉS FRANCOPHONES DU QUÉBEC, le préalable onto-phylogénésique complété doit être exigé au 2ième cycle et de tous ceux qui seront habilités à exercer dans une sphère touchant à l’humain au quotidien après le 1er cycle : médecine, nursing, droit, pédagogie, sciences sociales, etc.

    Ce qu’il y a de différent, de révolutionnaire même, dans cette  » formation « , c’est simplement que l’État réalise que  » l’individuation  » prend la place qui lui revient dans une société comme la nôtre où les institutions appartiennent aux citoyens payeurs d’impôts. Aller à l’école suppose un temps et un espace à chaque Socrate, Montaigne, Rousseau, Miller, Ruffo, Dolto, Einstein, Vernadsky, Kepler, pour vivre sa  » métamorphose « .

    La plus grande résistance viendra de notre compulsion à investir narcissiquement ceux sur lesquels nous exerçons du pouvoir. C’est justement cet esclavage psychologique qui nous maintient dans l’illusion d’être de « bons » parents. Où l’aurions nous appris, ou de qui nos grands-parents, nés autour de 1880, l’auraient-ils appris ? Le moyen âge a duré longtemps ici. Ne parlons-nous pas le vieux français?

     » Une mère n’est capable d’empathie que si elle s’est libérée de son enfance, et elle réagira forcément sans empathie tant que le déni de son destin la chargera de chaînes invisibles. Et il en est de même pour le père. [13]  »

    Cette citation décrit le  » vice caché  » grevant les intrants du système scolaire. Mais il s’agit bien d’un effet, pas d’une cause.  » Cognocere rerum causas « , connaître la raison des causes.

    L’idée de base est de rééquilibrer toutes les filles avant qu’elles ne commencent à se reproduire.

    Jean-François Belliard

    Répondre
  • avatar
    10 décembre 2013 à 13 01 30 123012
    Permalink

    @ Gaigenaire

    L’idée de travailler sur les responsables de l’enduction de l’enfant me talonne depuis longtemps. Vous en voyez un aspect seulement et dans une perspective bien ciblée… Je n’ai pas la compétence technique pour en discuter. Mais sur le simle plan de la transmission de v connaissance et de valeurs, l’avantage de remonter un coup en amont semble évident.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2005/11/15/15-la-formation-parentale/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *