Contre-interrogatoire de M. Zambito : Le PLQ? C’est qui ça?

Nous avons eu droit à cinq (5) contre-interrogatoires de valeur et d’intéret inégaux sur le témoignage de M. Lino Zambito devant la Commission Charbonneau. Il semble important d’en faire le suivi.

1er contre-interrogatoire :

L’avocat des entrepreneurs; Résultat :

0 – 0 = 0 (Je ne retiens rien, comme dirait l’autre). La juge Charbonneau a fait un air très significatif lorsque cet avocat a dit n’avoir plus de questions. Elle ne semble pas aimer qu’on lui fasse perdre son temps.

2e contre-interrogatoire :

L’avocat de la ville de Montréal a fait un excellent travail en contre-interrogatoire; mais malgré que certains disent qu’il a marqué quelques points, ce n’est vraiment pas le cas. Il a essayé de tout mêler dans plusieurs contrats, mais n’a pas du tout réussi, lorsqu’on connaît comment se déroulent les stages d’une soumission jusqu’à la fin du contrat.

Par exemple, au sujet de la dalle de béton que M. Zambito soupçonnait d’être présente sur le chantier à venir, mais qui n’était pas présente dans les plans et devis. Lorsqu’il a mentionné cette possibilité à M. TPS, celui-ci a répondu : « Soumissionne selon les plans et devis ». Il est bien évident que M. Zambito ne pouvait faire autrement s’il voulait être le plus bas soumissionnaire. De toute façon, il était aussi évident que si on y trouvait une dalle de béton, il faudrait payer en surplus pour l’enlever, puisqu’elle ne figurait pas aux plans et devis donc était « hors contrat ». Cela devenait un « extra à venir », si jamais il y avait bien une dalle de béton.

Il avait également contre-interrogé le témoin sur le tuyau TBA exigé par M. Abdallah pour remplacer celui qu’INFRABEC voulait couler sur place. L’avocat voulait identifier où se trouvait le 300,000 $ qui, supposément, était allé à M. Aballah. Il ne semblait pas comprendre que ce 300.000 $ était inclus dans le prix de vente du tuyau TBA fournit par Tremca, où INFRABEC avait été obligé d’acheter le fameux tuyau, quand il pouvait l’obtenir pour 300,000$ moins cher chez un autre fournisseur. INFRABEC avait reçu un prix d’un de ses fournisseurs au montant  de 200.000 $ au lieu du 500.000 $ qu’il a dû payer chez Tremca.

Dans ces deux cas, c’était finalement l’avocat qui ne comprenait pas la situation. Reste à savoir si c’était volontaire ou non.

3e  contre-interrogatoire :

L’avocat du gouvernement a été égal à lui-même. Il avait eu l’air, disons « dépassé », avec M. Duchesneau et ne s’est pas démenti avec M. Zambito. Il voulait savoir d’où venait l’argent « cash » remis à un responsable de la ville. La seule réponse possible était : du profit obtenu sur le contrat en question. Mais l’avocat n’acceptait pas cette réponse, puisque le contrat était payé par chèque et que l’argent remis était du « cash ». Heureusement que M. Zambito n’a pas répondu : « l’argent venait de mes chaussettes » car l’avocat aurait eu l’air plus c… Le fait est que, l’entente au préalable stipulait le montant à être donné pour l’obtention du contrat avait été décidé d’avance et M. Zambito à payer le montant « cash ».

4e contre-interrogatoire :

L’avocate du PQ  a été extrêmement efficace et a effacé tous les soupçons sur le Parti Québécois, par une série de questions sur chacun des contrats de l’époque du PQ, oè la réponse possible était toujours « Aucun pizzo ». Un travail remarquable de sa part. Il y a bien eu une somme de 150,000 $ en « cash » versée à la firme de génie TRIAX, mais aucun lien avec le PQ ne fut recherché ou démontré. On a pris soin de ne pas élaborer la question, et ce n’était certainement pas à cette avocate de le faire.

5e contre-interrogatoire

Il n’y en a pas eu. Le PLQ s’est désisté à l’étonnement de tous. Sous prétexte qu’on ne pouvait pas questionner le témoin sur le cas de Mme Normandeau, on a laissé tomber la défense de la réputation de M. Bibeau, de M. Wisshel et Mme Beauchamp. Très difficile à comprendre si l’avocat n’a pas été averti de faire attention aux autres témoins qui viendront. Finalement, tout ce que l’avocat du PLQ a gagné est de se faire rabrouer, hier, par la juge Charbonneau lorsqu’il a avoué que ses questions touchaient ce qui était sous l’ordonnance de non publication.

C’est passionnant de voir travailler ces avocats. Sur cinq (5) il y en a que deux (2) qui me semblent compétents. C’est très étonnant.

André Lefebvre

 

avatar

Andre lefebvre

Mon premier livre « L’histoire de ma nation » est publier chez:

http://fondationlitterairefleurdelyslibrairie.wordpress.com/

André Lefebvre

Une pensée sur “Contre-interrogatoire de M. Zambito : Le PLQ? C’est qui ça?

  • avatar
    21 mai 2013 à 0 12 24 05245
    Permalink

    I’ve said that minimum 562216 periods. The difficulty this like that is they are just way too compilcated for the average bird, if guess what happens I suggest

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *