De la démocratie au consensus.

Il faut qu’une société soit gouvernée.  Elle l’est quand se constitue, au sein de la société , un sous-groupe de ceux qui, ayant des intérêts communs et une même vision de la direction à prendre, ont la volonté de maintenir la cohésion du groupe et la force d’y faire prévaloir l’orientation qu’ils veulent donner à l’effort commun: une « majorité effective »

C’est ce sous-groupe dominant qui, tout en en tirant profit, assure à la société sa gouvernance, gérant, en les agençant plus ou moins efficacement, les complémentarités qui confèrent à celle-ci sa valeur, veillant à ce que des règles soient établies et respectées, à ce que des décisions soient prises et exécutées.

.La majorité effective gouverne .Elle le fait de façon plus ou moins autoritaire, par un mélange ad hoc de menaces et de promesses, de punitions et de récompenses qui découle de son histoire et des circonstances. Un le patron de gouvernement auquel elle habitue ses gouvernés.

Qui décide de ce patron ? La nécessité. Un Alexandre, un César ou un Napoléon peut venir brouiller les cartes, bien sûr, mais à terme, ce qui va normalement s’imposer à la majorité effective et donc à la société, c’est le mode de gouvernance qui répond le mieux  aux exigences de la situation.  Une société pastorale comme celle les Israélites avant Saül, ou d’éleveurs de bétail au Far-West américain, va tendre à être gouvernée « de facto » par une gouvernance de type consensuel, un« arbitrage » entre égaux, par des « juges » ou des shérifs qui souvent n’interviendront que sur demande.

Au contraire, si une coopération constante est essentielle – si on doit par exemple partager une ressource rare, gérer les crues du Nil ou maintenir des barrages en Chaldée – la gouvernance doit être plus présente et il nait un consensus pour qu’elle le soit. Paradoxalement, ce consensus qui pourra rester un non-dit sans perdre sa force contraignante, pourra être que trop de consensus n’est PAS une bonne solution…

Tout mode de gouvernance évolue et s’adapte sans cesse.  Mais, depuis la révolution industrielle, les flux et reflux de l’autoritarisme doivent obéir à deux (2) tendance lourdes dont nous avons déjà parlé et qui sont désormais toujours à l’œuvre pour que la férule devienne progressivement plus discrète.

La première, c’est qu’une société qui devient plus complexe devient dépendante d’un nombre croissant de compétences, dont chacune n’appartient plus qu’à un nombre décroissant de travailleurs. Ceux-ci cessent alors d’être interchangeables. Moins nombreux, différents, chacun devient et se sait plus nécessaire… et  à la limite indispensable.  Naturellement, le pouvoir de chacun en est alors augmenté d’autant. Le syndicalisme a été une manifestation de ce phénomène de différentiation qui confère un pouvoir grandissant à des groupes de plus en plusen restreints. Contrôleurs aériens, programmeurs informatiques, irremplaçables spécialistes et un jour, qui sait, vous et moi qui le serons devenus…

La seconde tendance lourde est que le travail devenant fourniture d’un service plutôt que production d’un bien, ce que le travailleur met de bonne volonté et de sa personnalité au produit en devient autant sinon plus important que les composantes matérielles et autres variables quantitatives. Le travailleur est alors le principal créateur de la valeur réelle de son service, puisque cette valeur dépend pour beaucoup de son attitude, de son ton, de sa manière de l’offrir, de l’empathie dont il témoigne.  On comprend  que le fouetter ne donnerait pas le résultat voulu….  Il faut donc cajoler le travailleur producteur, l’amadouer, le séduire, en faire un partenaire consentant du processus..,

Ces deux (2) développements OBLIGENT à maintenir une ambiance plus courtoise, plus amène dans la société. Nous avons dit « travailleurs », mais le même phénomène a son impact sur tous les rapports entre l’Etat et ses citoyens et les citoyens entre eux.  Nous sommes en marche vers une société et une gouvernance plus consensuelles, à la mesure du besoin que nous avons et ressentons les uns des autres.   On peut dire que c’est la liberté qui avance…

Où en sommes-nous nous de cette évolution ? On veut voir ce que nous appelons notre « démocratie » comme une étape de cette marche vers le consensuel, mais est-ce bien vrai?  Penser consensus, ne serait-ce avant tout penser raison, car nos émotions nous mènent, les uns comme les autres, dans des voies diverses et ce n’est qu’en acceptant l’arbitrage de la raison que nous renonçons à régler nos différends par la force ? Or  quand la démocratie privilégie la force par le nombre, c’est encore la force qu’elle privilégie… et force n’est pas raison.

La démocratie est une des formes de la gouvernance par la force. Ici, la force du nombre. La tyrannie de la majorité. Si d’un groupe de trois (3) deux votent la mort du troisième, c’est la démocratie. Immoral ? Absurde ? Nous discutons ailleurs de ce que, à défaut de le dire « nécessaire » en logique formelle, nous pourrions appeler une « impérieuse opportunité » de soumettre la démocratie à une éthique qui la transcende et en encadre l’exercice. Ici, restons-en au constat du double langage qui souffle le chaud et le froid sur la démocratie

C’est ce double langage que résume si bien la boutade archi-connue attribuée à Churchill : « La démocratie est la pire forme de gouvernement… sauf toutes les autres que l’on a essayées ! ». Clair.  Personne ou presque, en son for intérieur , ne croit que la démocratie que nous avons soit une forme raisonnable de gouvernance, mais on veut que tout le monde ou presque la dise acceptable. Nous voulons être d’accord qu’elle est le moindre mal.

Le soutien à la démocratie repose sur un très large consensus qu’on a réussi à créer pour la thèse du moindre mal, en en faisant le credo de tous les medias et en ne tolérant aucune critique de cette tyrannie de la majorité.  Aucune hérésie n’est permise. Ne pas encenser la démocratie est blasphématoire partout, sauf quelques cénacles de provocateurs marginaux.

La raison bien transparente pour laquelle on ne badine pas sur ce point, c’est que dans un monde d’interdépendance, de compétences réparties et de pouvoir diffus,  les gouvernés  ne le sont que s’ils acceptent de l’être et ne le sont efficacement que comme ils choisissent de lêtre. Gouverner implique donc désormais deux (2) opérations distinctes, dont la seconde est bien de coordonner les ressources de la société – dont le travail de tous, sous ses multiples facettes qu’on veut complémentaires est de très loin la plus importante – pour atteindre le but qu’elle s’est fixé…  Mais dont la première est de CONVAINCRE .

« Gouverner », maintenant,  c’est d’abord convaincre et séduire. Quiconque gouverne quoi que ce soit, qui que ce soit, où que ce soit, doit encore faire au départ le choix entre la force et la persuasion et en pratique se choisir un compromis entre les deux ; mais ce choix est devenu discret, quasi illusoire.

On peut toujours prétendre « gouverner » par la force, par ukases et diktats, mais la persuasion est tellement plus efficace que la coercition – et il est si clair qu’elle le deviendra de plus en plus – qu’annoncer  formellement  l’autoritarisme est exclu. Si on veut utiliser la force, on le fait, mais subrepticement. Le dire ne peut être qu’un bluff, un effet de manche ou une psychopathie, une gratification puérile et inane de l’égo avec des effets risqués qui peuvent être dévastateurs.

L’autoritarisme est d’autant plus inepte que, quoi qu’on dise, au moment de VRAIMENT gouverner, on cherchera toujours à convaincre plutôt qu’a imposer. Là est la clef.  A fortiori au palier du discours, le message est : « Démocratie, en avant toute » !  La  démocratie est le système de gouvernance par défaut.

Mais tout ca ne change pas le fait que la démocratie repose sur des énoncés absurdes, suppose chez le citoyen moyen une vigilance de tous les instants pour apprivoiser ses dissonances cognitives, et un cynisme sans faille chez tous ceux qui en discutent ou y participent. La question fondamentale, comme le dit si bien Alice à Humpty Dumpty, « c’est de savoir si on peut donner aux mots tant de sens différents » … Or, la réponse est bien connue… et le Système la connaît

Aujourd’hui, le baratin saugrenu pour la démocratie passe encore,… mais tout juste. Il est dénoncé departout, L’éducation et l’information ont transformé peu à peu les travailleurs ignares –  bêtes-de-somme du XIXe sicle attachés à la noria du « produire à la chaine » par un fil à la patte – en quidams curieux, nourris à l’internet, tous différents comme de vraies personnes et posant des questions différentes auxquelles il faut donner des réponses sensées si on veut convaincre.   Le marketing de la panacée « démocratie » est donc à revoir. Il va falloir etre démocrate autrement.

Si on tarde trop, cette option disparaitra et nous n’aurons plus que le choix entre le fascisme et l’anarchie.

Pierre JC Allard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 pensées sur “De la démocratie au consensus.

  • avatar
    12 mai 2014 à 10 10 37 05375
    Permalink

    « Il faut qu’une société soit gouvernée. »

    D’accord mais seulement à cause du manque d’éducation sociale et de valeur morale individuelle.

    « C’est ce sous-groupe dominant … »

    Déjà là, nous sommes devant un manque d’éducation sociale; car ce groupe ne doit pas être « dominant » mais plutôt « au service de la société »; donc « dominés ».

    « La majorité effective gouverne . »

    Le terme gouverne est tendancieux. En réalité il vient du mot « gouvernail » qui sert à « diriger » et non « restreindre ».

     » Elle le fait de façon plus ou moins autoritaire, par un mélange ad hoc de menaces et de promesses, de punitions et de récompenses qui découle de son histoire et des circonstances. »

    Ce qui est plutôt « primitif ». Elle devrait « diriger » en tentant de « convaincre » au lieu de « contraindre ».

    « Qui décide de ce patron ? La nécessité. »

    D’accord lors de cataclysmes; mais normalement ce devrait être la population qui se baserait sur les aptitudes de celui qu’ils choisiraient.

    « Paradoxalement, ce consensus qui pourra rester un non-dit sans perdre sa force contraignante, pourra être que trop de consensus n’est PAS une bonne solution… »

    Pas tellement « paradoxal » lorsqu’on connait « Diviser pour régner » qui s’applique dans un système social comme le nôtre.

    « Tout mode de gouvernance évolue et s’adapte sans cesse.  »

    D’accord avec vous pour le genre « d’autorité » dont vous parlez, puisqu’elle doit s’adapter aux « réactions négatives » de la population; mais pas du tout dans le genre de « celui au service de la population » qui est obligé de « convaincre ».

    « La première, c’est qu’une société qui devient plus complexe devient dépendante d’un nombre croissant de compétences, dont chacune n’appartient plus qu’à un nombre décroissant de travailleurs. »

    La phrase n’est pas terminée. Elle devrait être suivie par: …dont la vision générale est de plus en plus étroite orientée vers la « spécialité ». De sorte que la situation de plus en plus de citoyen est de moins en moins considérée.

    Mais je vais cesser, ici, d’être un avocat du diable et avouer que vous décrivez avec exactitude, la « situation actuelle de la société ». Le seul problème est qu’elle me semble inacceptable parce que strictement dévouée au « système ».

    D’où votre « enchaînement » qui dit: « On peut dire que c’est la liberté qui avance… » me semble suivre une bonne bouffée d’opium. 🙂

    Mais en continuant de lire, on se rend compte, qu’encore une fois, nous sommes d’accord. 🙂 Car vous nous ramenez graduellement par :

    « On peut toujours prétendre « gouverner » par la force, par ukases et diktats, mais la persuasion est tellement plus efficace que la coercition ».

    Pour finir par : « Le marketing de la panacée « démocratie » est donc à revoir. Il va falloir etre démocrate autrement. »

    Vous ajoutez: « Si on tarde trop, cette option disparaitra et nous n’aurons plus que le choix entre le fascisme et l’anarchie. »

    Personnellement je conseille l’anarchie; de sorte qu’un nouveau genre de démocratie puisse ensuite s’y développer.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    12 mai 2014 à 20 08 50 05505
    Permalink

    @Pierre JC Allard

    Vous dites que la démocratie est à revoir, qu’il faudra être démocrate autrement. Bien d’accord sur le principe mais dans l’application, c’est ardu.

    Déjà que deux personnes dans une famille ont de la difficulté à s’entendre, un groupe d’employés dans une entreprise fait rarement l’unanimité. La partisanerie semble être un de nos traits de caractère.

    D’accord pour un changement vers le meilleur, mais mon souci repose dans un manque de confiance dans la condition humaine. Pas individuellement, mais dans tout groupe de personnes qui s’octroie le pouvoir ou la capacité de gouverner …

    Et comme vous le dites « il faut qu’une société soit gouvernée ». Donc, encore des chefs, des lois, des ordres, des régimes, des visions, une hiérarchie privilégiée. C’est un cercle vicieux. Il faut aller vers une qualité d’être que chaque individu a le pouvoir de développer.

    Merci pour votre article éclairant.

    CAD

    Répondre
  • avatar
    12 mai 2014 à 23 11 44 05445
    Permalink

    @ André & Carolle

    On aura compris que je decris ce qui est et nn ce qu je voudrais qui soit. Il ne faut pas oublier, non plus, que ce texte est un extrait au debut d’un livre de 200 pages. Il en est encore au point de surtout poser les problenes…. mais les solutions suivront. Le texte complet sera en ligne sjur NS d’ici queques jours.

    Pierre JC

    Répondre
  • Ping :C’est quoi le champ de Higgs!!! | Les 7 du Québec

  • avatar
    20 mai 2014 à 12 12 09 05095
    Permalink

    « il faut qu’une société soit gouvernée »

    …par le gros bon sens, la responsabilité personnelle, la compassion et le respect de chaque individu qui la compose.

    Élever (moralement et spirituellement) les enfants au lieu de les éduquer, leur apprendre la communication des émotions, la valeur de l’individu vrai, la résolution de conflit etc… Plusieurs de nos problèmes récurrents ont été résolu il y a longtemps, les outils sont simples, mais pas enseignés…

    Les enfants c’est la clé… Et elle est entre les mains de tous les parents actuels, tous trop occupés à courir après des crédits imaginaires en ces temps « d’austérité »… Pour réaliser que le pouvoir de changer le monde est là entre leurs mains…

    Une chance que l’État est là pour éduquer les enfants! Ils pourront en faire d’autres parents inadéquats, il faut bien faire tourner l’économie!

    La guerre, ça coute cher…

    Amadeus

    P.S.: Je n’ai pas fait mieux, j’ai compris comment ce monde fonctionne vraiment un peu trop tard, mes enfants aussi ont été éduqué par l’État.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *