DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE À LA PROCHAINE INÉVITABLE (3)

Les  semaines précédentes, nous avons traité de la Révolution d’octobre en Russie. Le texte est disponible à cette adresse URL : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/de-la-revolution-doctobre-a-la-seconde-guerre-mondiale/  Puis nous avons approfondi la question de la Seconde Guerre mondiale dont le texte est à l’URL: http://www.les7duquebec.com/7-au-front/206279/

Cette semaine nous traitons des plus récentes guerres impérialistes et de celle à venir.

 proletariat

 

**********

 

20) Aujourd’hui, la résurgence de la crise économique systémique du capitalisme moribond  amène les puissances d’une alliance impérialiste (Atlantique) à lancer une série de guerres de rapines au Moyen-Orient pétrolier afin d’y contrôler plus directement les sources d’énergies fossiles, en remplaçant les intermédiaires nationalistes locaux trop gourmands ou déviants. Cette succession de guerres de rapines localisées a entraîné la dislocation des rapports sociaux de production dans ces pays soumis, intégrés à l’ensemble économique impérialiste globalisée et mondialisée. Le vacuum de la gouvernance étatique bourgeoise provoquée par ces guerres répétitives, dans cette aire géographique fragile et en crise économique sévère (le chômage et la misère étant le lot de la majorité), a entraîné l’émergence d’alternatives tribales, ethniques, grégaires, religieuses, nationalistes, mises de l’avant par différents segments de la bourgeoise et de l’oligarchie princière locale (l’État islamique, le Yémen divisé, l’État kurde, l’État bantoustan-Palestinien, le Soudan chrétien, le Liban segmenté, l’Irak divisé, etc.) soutenus par différentes puissances internationales. Contrairement à ce que prétendent les « conspirationnistes » bourgeois – « chaos et anarchie » ne sont pas les objectifs recherchés, mais sont néanmoins les résultantes de ces menées guerrières entretenues et financées de l’intérieure et de l’extérieure des zones de combats. Guerres et diplomatie ne sont jamais que les prolongements de la politique, elle-même  extension de l’économique (7).

 

**********

potsdam

21) Revenons à la Seconde Guerre mondiale dont il est largement  question dans l’actualité au moment du 70e anniversaire de la victoire impérialiste Soviétique sur l’impérialisme Allemand.  Sans aucun doute l’impérialisme soviétique a subi l’assaut le plus important de la part de l’armée germanique. Six millions de soldats ont été déployés à travers la plaine de toutes les Russies, comprenant les unités d’élite du Troisième Reich. Il est compréhensible qu’il en ait été ainsi. C’est bien à partir des richesses confisquées à l’Union de toutes les Russies Soviétiques que l’empire germanique comptait ravitailler son armée, relancer son économie, revitaliser son industrie, se préparer à contrer l’invasion américano-britannique sur le front ouest et poursuivre son agression contre l’Afrique du Nord. Le capitalisme monopoliste d’État totalitaire russe a réussi à mobiliser toutes les forces de toutes les Russies multiethniques dans un immense effort pour sauvegarder le pouvoir du Parti bolchevique sur l’appareil d’État totalitaire et repousser l’envahisseur étranger venu piller, exploiter, pressurer, tuer et saigner à blanc la patrie aux multiples nationalismes.

 

22) Mission fut accomplie et la barbarie ennemie déchaînée contre les nations de toutes les Russies fut repoussée au prix de multiples sacrifices (26 millions de morts et des millions de blessés). Après la guerre, l’Union des Russies « Socialistes » Soviétiques, en vertu des accords négociés avec ses alliés impérialistes, protégea ses frontières par un glacis de pays asservis. Ces pays, à commencer par la Yougoslavie titiste et la Roumanie de Ceausescu, devaient par la suite tenter de se dégager de cette emprise impérialiste contraignante, croyant que de jouer à la fois sur les tableaux soviétique et américano-britannique pourrait leur être profitable. Aujourd’hui, Vladimir Poutine, digne successeur des apparatchiks soviétiques, poursuit cette politique de maintien d’un glacis de pays soumis aux portes de l’empire encerclé. Les guerres du Caucase, des Balkans, et d’Ukraine en attestent amplement.

 

23) Présentement, indubitablement la Russie est en mode défensif et subit les assauts de l’alliance impérialiste atlantique (OTAN). C’est le prix qu’elle doit payer pour s’être acoquinée avec la nouvelle puissance impérialiste chinoise dont l’ombre menaçante se profile à l’horizon de l’économie politique mondiale. Tout ceci n’empêche pas la Russie et la Chine impérialistes d’étendre leur zone d’influence en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est.

 

24) La gauche communiste n’a pas à endosser la propagande russe et n’a pas à contrecarrer la propagande américaine à propos des événements entourant la Seconde Guerre impérialiste mondiale sur le front Est. Quel est l’intérêt pour la classe prolétarienne révolutionnaire de connaître le quantum de l’effort fourni par chacune des puissances engagées dans cette guerre impérialiste meurtrière ? Ce que la classe ouvrière doit savoir c’est que dans cette guerre comme dans celle qui l’a précédé elle servit de chair à canon pour la défense des intérêts des différentes bourgeoisies  nationalistes. Telle fut la nature impérialiste de cette guerre économique, politique et militaire et tout comme hier les capitalistes nationalistes faisaient campagne pour la défense du totalitarisme « démocratique » contre le totalitarisme « fasciste ». Du bilan de ces évènements catastrophiques – allant jusqu’à l’usage de la bombe atomique par l’une des alliances belligérantes (comprenant l’URSS) -, nous devrons dégager des enseignements pour la révolution prolétarienne espérée et contre la guerre thermonucléaire projetée.

 

25) Spécifions au passage que compte tenu du niveau de développement des moyens de production, des forces productives et des rapports de production parmi les puissances  belligérantes la défaite des puissances de l’Axe était inéluctable. Ainsi, l’Allemagne s’avéra incapable de monter un projet militaro-scientifique comme le projet Manhattan (arme nucléaire), par lequel, l’impérialisme américain se positionna comme la première puissance hégémonique du siècle à venir. Quand au Japon, il suffit de mentionner qu’il ne produisit aucun nouveau porte-avions ni aucun nouveau grand cuirassé au cours de la guerre – attestant que son effort de guerre démesuré absorbait toutes les forces vitales de cette économie à peine entrée dans l’économie mondialisée. L’impérialisme américain pour sa part accéléra énormément la production de sa marine de guerre, l’arme privilégiée dans la Guerre du Pacifique. L’énorme puissance économique et militaire américaine alliée à la puissance soviétique formèrent le duo invincible de cette Seconde Guerre impérialiste mondiale. L’après-guerre – la « Guerre froide«  – mettra cinquante ans pour départager les capacités de chacune de ces puissances dominantes.

 

26) Pour conclure, deux modes de production antagonistes – capitalisme et socialisme pour l’édification du communisme – ne peuvent coexister ni pacifiquement, ni militairement, ni diplomatiquement, ni autrement. Si l’URSS a pu survivre pendant soixante-dix années aux côtés du camp impérialiste Atlantique, c’est que l’Union des Russies « Socialistes » Soviétiques était la forme économique,  politique, juridique, idéologique, du mode de production et d’échange capitaliste monopoliste dans cette partie du monde. Il semble aujourd’hui que la puissance impérialiste russe se soit trouvé un complice avec qui faire alliance en vue de poursuivre sa destinée économique et sociale bourgeoise. Malheureusement, pour les héritiers des bâtisseurs du capitalisme monopoliste soviétique, quel que soit leur allié impérialiste, le mode de production capitaliste globalisé et mondialisé est moribond et les entraînera jusqu’au fond avec le reste de la société capitaliste en panade.

 proletariat2

***********

 

27) Vite, que la Gauche communiste révolutionnaire authentique se retire de ce salmigondis pourri et qu’elle revienne à l’essentiel. C’est-à-dire, mieux comprendre le monde économique, politique et idéologique actuel afin d’éclairer la voie de la révolution prolétarienne à venir. Comme la Gauche communiste italienne le fit dans les années trente et suivantes nous affirmons que le programme de la gauche prolétarienne révolutionnaire est aujourd’hui :

 

  1. De ne pas trahir les principes de l’internationalisme prolétarien. En cette période de crise systémique du capitalisme en phase impérialiste décadente toute lutte de libération nationale est réactionnaire et anti-prolétarienne.
  2. Aucun front uni avec les sociaux patriotes, les « anties-fascistes » et les pros-dictature bourgeoises « démocratique » ne tient la route. La classe prolétarienne est la seule classe sociale révolutionnaire conséquente et tout autre classe ou fragment de classe qui souhaite contribuer à l’insurrection prolétarienne doit se mettre sous la direction, sans condition, de la classe prolétarienne.
  3. Partout dans le monde globalisé et mondialisé la seule façon de stopper la marche à la guerre et au totalitarisme d’État bourgeois c’est de promouvoir la révolution prolétarienne mondiale. Il n’y a plus aucune place pour les pleurnichages opportunistes ni les supputations réformistes. L’heure est au rappel de la troupe pour mener des escarmouches préparant l’insurrection générale.
  4. Tirons les bilans des échecs de la vague révolutionnaire des années vingt, de la Révolution bolchevique en particulier; de la vague révolutionnaire d’après-guerre, de la Révolution chinoise en particulier (1949); de la vague prérévolutionnaire des années soixante et soixante-dix, de la guerre du Vietnam en particulier (1973); pour élaborer les leçons appropriées afin qu’elles servent de fondement idéologique marxiste aux nouveaux partis qui surgiront inévitablement dans la résurgence du mouvement prolétarien spontané qui ne fait que commencer (8).
  5. Comment la Gauche prolétarienne communiste parviendra-t-elle à transformer le mouvement insurrectionnel prolétarien spontané en révolution prolétarienne communiste consciente pour amener cette classe révolutionnaire à accomplir sa mission historique maintenant – ou dans cinquante ans ? (9)

 

 

La semaine prochaineLES CONDITIONS DE LA RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE

 

Bibeau, Robert. (2014). Manifeste du Parti ouvrier. Publibook. Paris. http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782924312520

 

 

____________________________

 

(1) Groupe Internationale de la Gauche communiste. Contribution à une histoire du mouvement révolutionnaire. La dégénérescence de l’IC : le cas du Parti communiste français (1924-1927). Page 32. http://igcl.org/La-degenerescence-de-l-IC-43

(2) Groupe Internationale de la Gauche Communiste. Contribution à une histoire du mouvement révolutionnaire. La dégénérescence de l’IC : le cas du Parti communiste français (1924-1927). Page 33. http://igcl.org/La-degenerescence-de-l-IC-43

(3)  Groupe Internationale de la Gauche Communiste. Contribution à une histoire du mouvement révolutionnaire. La dégénérescence de l’IC : le cas du Parti communiste français (1924-1927). Page 36. http://igcl.org/La-degenerescence-de-l-IC-43 Aussi

Sur la nature et la fonction politique du parti politique du prolétariat. In Internationalisme. No 38. Gauche Communiste de France. 1948. Réédité 2012.

(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Yalta  et http://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Potsdam  et http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d%27Espagne

(5) http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/kouriles

(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_d%27assistance_%C3%A9conomique_mutuelle

(7) http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/la-finalite-le-chaos-pas-la-victoire/

(8) Courant Communiste International. Septembre 1998. La Gauche communiste et la continuité du marxisme. 24 pages réédité par le CIM en mai 2010. Montréal. http://www.fractioncommuniste.org/  et

(9)  Bibeau, Robert. (2014). Manifeste du Parti ouvrier. Publibook. Paris. http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782924312520

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *