Démocratie versus—-l’inconnu


À l’époque de la guerre froide, nous avions deux “super-puissances” qui se confrontaient au niveau international. L’une défendait la démocratie, l’autre le socialisme. Le 26 décembre 1991 la super-puissance défendant le socialisme bascula et l’URSS fut dissoute.

Le monde entrait dans une nouvelle ère géopolitique; il n’y avait plus qu’une seule superpuissance : les USA qui se disait « Démocratique ».

Durant la décennie qui suivit, la démocratie s’installa chez les anciens satellites de l’URSS ainsi qu’en Russie. Pendant ce temps, d’autres « puissances en herbe », ayant une politique « théocratique » commencèrent à prendre du poil de la bête.

L’Iran, suite à sa révolution de 1979, installe un régime « théocratique » et élimine tous les représentants prônant un régime différent. En 1980 les USA rompt ses relations diplomatiques et impose des sanctions économiques au pays.

En 1991, lors de la guerre du Golfe, l’Iran reste « neutre », mais permet à l’aviation Irakienne de se poser sur son territoire  et accueille les réfugiés irakiens.  Il est clair que la position « théocratique » prend de la force au Moyen Orient, même si les « dirigeants de cette « politique » ne sont pas tous en accord. En 1999, l’Iran est déchiré politiquement entre les demandes de réformes par le peuple et la puissance du clergé conservateur. Cette situation prévaudra jusqu’en 2005 où Mahmoud Ahmadinejad est élu président. La puissance islamique anti américaine est, à ce moment-là, solidement établie.

Entretemps, en mars 2003, l’Irak est envahie par une coalition des « forces démocratiques », sans mandat de l’ONU. Il est facile de voir que la « démocratie » ne pouvant se permettre d’attaquer l’IRAN, affaiblit la « puissance montante islamiste » en éliminant l’Irak. Cette « action » des défenseurs de la « démocratie » est tout simplement le début d’une guerre, déclaré en 2001 par les USA, dont l’excuse est : le « terrorisme » islamiste.

Il est clair que les USA et tous ses alliés ne sont pas intéressés à laisser se développer une deuxième « superpuissance » représentée par des pays islamiques. Ils ne veulent pas se placer dans une position de politique internationale où deux superpuissances seraient en place, dont l’une composée d’islamistes. Ils savent très bien que la « guerre froide » qui en découlerait, ne serait pas aussi « froide » que la précédente, composée d’une superpuissance « athée ».

L’affrontement, au niveau international, devient assez clair : les « forces démocratiques » contre les « politiques islamistes ».

Par contre, il y a du sable dans l’engrenage des « nouvelles démocratie » installées par les « alliés démocratiques ». Les politiques théocratiques qui perdent le pouvoir, ne perdent pas  beaucoup de puissance; et elles continuent de se manifester dans ce que l’on pourrait appeler une guerre de « guérilla ». Évidemment, cette guerre livrée par « l’ennemi », n’en est pas une aux yeux des « démocraties ». Elle est considérée publiquement, comme étant une suite « d’attentats terroristes ». Ce qui éloigne de l’esprit l’idée d’une « guerre mondiale » et empêche les pays non directement impliqués à rester « neutres ». D’un autre côté, il est publiquement entendu que ces « alliés de la démocratie » considèrent qu’ils livrent une « vraie guerre » au terrorisme « où qu’il soit dans le monde ».

Ce « où qu’il soit dans le monde » décrit exactement la position géographique de cette force rebelle islamique. Elle se réfugie dans plusieurs « états arabes » en restant plus ou moins « incognito ».

Les alliés « démocratiques » partent à leur poursuite et se rendent compte rapidement qu’il leur est impossible de les vaincre sans s’assurer de diriger le pouvoir de ces « États arabes ». Leur simple « influence » économique ne s’avère pas suffisante.

En Afghanistan, l’ancienne puissance URSS n’a jamais pu en prendre le contrôle. Il s’en est suivit une guerre civile qui permit au Talibans de prendre le contrôle du pays en 1997.  Jusqu’en 2001, le Pakistan appuie publiquement le régime Taliban d’Afghanistan. Cette année-là, cependant, les choses changent et le Pakistan se met à faire ressortir « la politique extrémiste » des Talibans.

La même année, l’attentat du World Trade center, donne l’occasion aux « alliés démocratiques » d’attaquer les Talibans d’Afghanistan avec l’aide du Pakistan. C’est alors qu’ils déclarent la « guerre aux terrorisme partout où il est dans le monde ». Encore une fois, on s’attaque à la « puissance islamique » pour l’empêcher de prendre trop d’essor. La puissance islamiste « Talibanaise » retourne dans « l’incognito » et continue sa guerre de guérilla.

Un problème s’amplifie de plus en plus : Partout où les « alliés démocratiques » prennent le pouvoir, ils sont constamment attaqués par les «  maquisards terroristes ». Nulle part, ils ne parviennent à soumettre ces « combattants du Jihad ». L’OTAN et l’ONU sont alors obligées de prendre part à la défense de la « démocratie ». C’est-à-dire que l’OTAN se permet, de plus en plus, avec l’appui de l’ONU, de s’attaquer aux pays arabes qui n’adoptent pas « la politique démocratique » prônée par la « superpuissance » internationale, les USA.

Celle-ci a, depuis longtemps, préparé un « agenda » qui lui permettra d’effacer cette menace « terroriste ». Et comme cette menace se trouve dans la plupart des pays arabes, l’agenda concerne la prise de pouvoir de ces pays. Évidemment, puisque le maintien du pouvoir par les « alliés de la démocratie » dans ces pays ne tient toujours qu’à un fil, l’ONU et l’OTAN deviennent très présent et actif dans ces « administrations ». Chacun de ces pays subjugués devient une « dictature militaire » des alliés, cachée sous un vernis « démocratique ». C’est d’ailleurs la seule façon de contrer et combattre les forces du « maquis » islamistes.

Par contre, le coût de cette « guerre », parce que le pouvoir doit être constamment appuyé militairement, est faramineux. L’administration financière de ces différentes guerres se fait souvent au dépend de « pillage des richesses » du pays « libéré ». D’autant plus que plusieurs des « forces d’occupation » est laissée aux mains de « sous-contractants » c’est-à-dire des « mercenaires ». Ceux-ci ne se privent donc pas de « se payer » pour renflouer leur possible « déficits ». Très peu d’effort est fait pour empêcher ce pillage.

Mais, encore là, ce n’est pas suffisant pour diminuer efficacement « la facture »; et la population des pays « démocratiques » ressent les conséquences des coûts de cette « guerre ». Comme la facture n’est pas « publique », la population a l’impression vague qu’une minorité de privilégiés « vampirise » les moins nantis. En fait c’est bien le cas, mais une bonne portion des argents recouvrés sert à financer cette volonté de « démocratiser » le monde entier.

Voici une carte montrant les pays où l’Islam est présent :

Il est bien évident que les « combattants du jihad » se réfugient strictement dans les pays où la population est à 100% islamique. Et c’est dans la liste de ces pays qu’on peut trouver le nom des pays inscrits dans l’agenda des « alliés démocratiques ».

En 2010 le mouvement anti-islam se précipite. Les « alliés de la démocratie » nous donnent l’impression d’être devant une « urgence ». Le « printemps arabe » devient le nouveau stage de cette guerre contre la « puissance islamiste », qui pourrait devenir une « superpuissance » éventuellement.

Le tout débute par la Tunisie en décembre 2010. Le slogan « dégage!!! » se fait entendre dans une série de pays arabes, où le pouvoir est détenu par une dictature. Les pays qui suivent le mouvement sont : l’Égypte, la Libye, le Bahreïn, le Yémen et la Syrie. Le mouvement se réclame de la « non-violence ». En réalité on s’est rapidement rendu compte qu’on pouvait ajouter : « excepté là où c’est nécessaire ». La Lybie est le pays qui souffre le plus de cette « nécessité » jusqu’à maintenant.

Actuellement, les « alliés de la démocratie » n’étendent pas plus loin, ce « printemps arabe ». Ils en ont plein les bras pour l’instant.

Il est impossible de croire que ce « printemps arabe » se limite aux pays cités. Lorsque ceux, actuellement en effervescence, seront sous contrôle, un second souffle du « printemps arabe » est à prévoir. Le but ultime est de faire disparaître au plus tôt, les appuis qui pourraient aller vers l’Iran. Car, il est évident que si l’Iran parvient à devenir une « puissance nucléaire », les pays Islamistes seront tentés de se joindre à l’Iran et, à ce moment-là, la coalition islamique pourra devenir une « superpuissance », possédant la richesse du pétrole, avec qui il faudra compter. Une telle superpuissance deviendrait rapidement « la seule superpuissance mondiale » à cause du pétrole.

L’inquiétude des USA au sujet de l’issu de cette guerre contre le « terrorisme » transparaît dans les appels d’urgence, de Barak Obama, à se libérer de leur dépendance au pétrole. Si les USA devenaient indépendant du pétrole, le danger de la « superpuissance islamique » serait beaucoup moindre, puisque les USA pourraient répondre militairement à toutes menaces de leur part. Mais avec le contrôle du pétrole dans les mains de la superpuissance islamique, la partie serait perdue.

Le Pakistan possède bien l’arme nucléaire; mais ce pays ne peut pas rassembler les forces islamiques parce que l’Inde, son voisin, possède également des armes nucléaires. La position du « Pakistan nucléaire » est loin d’être identique à la position que détiendrait un « Iran nucléaire ». Il est plus que probable que l’urgence de la prise de contrôle des « alliés de la démocratie » des dictatures de l’Islam est causée par l’imminence de l’Iran à se doter de l’arme nucléaire.

On se rend compte, depuis longtemps, que la démocratie imposée à des pays arabes, ne réussit jamais et ne résulte qu’en appauvrissement de la population et en augmentation du pouvoir des dictateurs « élus ». Le nouvel optique est de déchoir ces dictatures, non pas pour « enrichir » la population comme on le prétend, puisque les libyens étaient déjà plus qu’à l’aise; mais pour, tout simplement, enlever des appuis susceptibles à l’Iran.

Si jamais l’Iran était sur le point d’avoir l’arme nucléaire, une guerre mondiale serait imminente. La Chine et l’Inde sont des « amis de l’Iran ». La Russie et les anciens pays soviétiques ont également des liens solides et importants avec l’Iran. La république islamique d’Iran accorde la priorité à ses relations avec les autres états de la région et avec le reste du monde islamique.

Il est très clair que l’Iran est actuellement, la cible des « alliés de la démocratie ». Il est tout à fait clair que l’enjeu est d’une importance capitale pour la « démocratie » tout autant que pour le « capitalisme » dont je n’ai pas souligné l’importance et l’implication; mais le capitalisme n’est que l’autre facette de notre « démocratie ». Il est également très clair que la partie est loin d’être jouée.

Amicalement

André Lefebvre

avatar

Andre lefebvre

Mon premier livre "L'histoire de ma nation" est publier chez: http://fondationlitterairefleurdelyslibrairie.wordpress.com/ André Lefebvre

10 pensées sur “Démocratie versus—-l’inconnu

  • avatar
    6 septembre 2011 à 3 03 45 09459
    Permalink

    Comment expliquer que le Venezuela et l’Équateur ne soient pas identifiés sur cette carte comme pays démocratiques? Il faut quand même le faire! Ça demande une explication….

    Répondre
    • avatar
      6 septembre 2011 à 13 01 16 09169
      Permalink

      Remarquer que l’Indonesie et la Mongole sont démocratiques… ce sont les cartes de Risk qui ont été mêles 🙂

      PJCA

      Répondre
  • avatar
    6 septembre 2011 à 4 04 25 09259
    Permalink

    Excellente question Oscar.

    Ma réponse (très personnelle) est que cette carte est fournie par « Freedom House » basée à Washington; et non celle de l’institut « Human sécurity report project ».

    La carte représenterait donc l’opinion de Washington plutôt que l’opinion « mondiale ». Elle décrirait alors plus précisément la situation « réelle » de la politique actuelle avec l’OTAN au service des USA.

    La Bolovie non plus n’est pas considérée comme démocratique. Curieusement, le Vénézuéla et la Bolovie sont les deux pays de l’Amérique du sud, les plus riches en gaz naturel.

    J’imagine que tout cela a une signification.

    Remarquez, également que les frontières des pays ne semblent pas tout à fait exactes non plus. Je ne sais pas pourquoi.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      6 septembre 2011 à 4 04 42 09429
      Permalink

      Par contre, le problème de l’heure me semble être les pays islamistes.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    6 septembre 2011 à 11 11 24 09249
    Permalink

    L’ensemble de cette démonstration est tirée directement (consciemment ou non) des cartons du Pentagone. C’est exactement la propagande déployée par les américains pour justifier leurs agressions contre les pays du Proche-Orient et contre l’IRAN. Je cite l’auteur  » Si les USA devenaient indépendant du pétrole, le danger de la « superpuissance islamique » serait beaucoup moindre, puisque les USA pourraient répondre militairement à toutes menaces de leur part. Mais avec le contrôle du pétrole dans les mains de la superpuissance islamique, la partie serait perdue. »

    La partie perdue pour les USA ???
    L’IRAN n’est pas et ne sera jamais une SUPERPUISSANCE. Les pays arabes (même s’ils sont de religion musulmane) ont de nombreuses contradictions avec l’IRAN (la syrie faisant image d’exception et non pas de généralité par son alliance avec l’IRAN.
    Ce n’est pas l’IRAN qui agresse les USA mais bien l’inverse sous couvert de pseudo « démocratie »
    La superpuissance émergeante pour le prochain siècle s’appelle la CHINE et elle n’esty pas du tout musulmane (une petite minorité au SinKiang – rien en comparaison des 1,3 milliard de chinois –

    Il n’y a pas d’opposition islamisme – déocratie ce n’est pas ainsi que les crises économiques mondiales se dessinent en ce moment.
    L’Europe est en crise et les USA à cause de la crise de leur système économique et pas parce que les tunisiens pratiquent plus ou moins la religion du Coran.

    Sorry André. Regarde du côté de l’alliance CHINE-RUSSIE si tu veux expliquer le monde actuel.

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2011 à 13 01 12 09129
    Permalink

    Je crois que Orwell a vu juste, avec les trois superpuissances « too big to conquer » et une zone d’anarchie qui sert de lieu de rencontres… L’islamisme aurait pour vocation de souder le « lieu de rencontres » en une quatrième force… mais personnellement je n’y crois pas.

    Si l’ex-URSS occidentalisé s’unit à l’UE, on aura les trois puissances de Orwell…. et un équilibre qui garantira une paix relative, avec des alliances fluctuantes et tous les conflits limités au « lieu de rencontres ». Si cette union ne se fait pas, on aura un monde bipolaire…. et la guerre totale d’extermination qui finalement en sortira

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2007/10/13/03-une-chance-pour-la-paix/

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2011 à 14 02 17 09179
    Permalink

    « L’ensemble de cette démonstration est tirée directement (consciemment ou non) des cartons du Pentagone. »

    C’est exactement ce que je pense aussi, après avoir regardé la situation présente et ses « sources ».

    Maintenant, si vous croyez que les USA ne considèrent pas sérieusement la puissance de la Chine, libre à vous. Mais ce n’est pas pour eux, la priorité puisqu’ils ne peuvent rien y faire et une super puissance chinoise est moins un danger pour eux que l’autre.

    Par contre, il est évident (enfin pour moi) que la puissance potentielle de l’Islam est une priorité pour les USA et même pour l’Occident en général.

    Les USA ont un contrôle économique assez solide avec la Russie, malgré ses « alliances économiques. Ils sont à égalité avec la Chine (au pire); mais, ils n’ont aucun pouvoir véritable sur les pays islamiques qui peuvent changer de cap d’un seul coup s’ils trouvent un pays assez puissant et antiaméricain.

    Les USA sont actuellement embourbés complètement dans ces pays islamistes. Ils leur faut en sortir le plus tôt possible en s’assurant le contrôle, sinon des pays, du moins, du pétrole. Ils n’ont pas le choix.

    Ce n’est même pas une question « idéaliste »; c’est strictement une question de survie du pouvoir et de leur économie.

    Le danger, à leurs yeux, n’est pas « l’égalité des forces »; c’est plutôt l’idéal théocratique asservissant (pour demeurer « politically correct »).

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      6 septembre 2011 à 21 09 37 09379
      Permalink

      Au sujet de l’alliance Chine-Russie, il y a 50 ans on en parlait déjà pour avoir un peu plus peur. 🙂

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
    • avatar
      7 septembre 2011 à 8 08 44 09449
      Permalink

      Cette video est révoltante mais représente exactement l’importance et l’insignifiance d’un système établit sur lequel la « raison » et « l’intelligence » n’a plus aucun emprise.

      Il est fort probable que les agissements décrits dans l’article plus haut proviennent, eux aussi, du même genre de « déduction systématisées ».

      Sortir de Harvard vous donne la « maîtrise » de ce genre de « raisonnement » où l’intelligence n’a aucune place.

      « Protégeons la liberté en limitant les droits!!! ».
      « Condamnons l’illégal même s’il est légitime!!! »

      Si vous trouvez une logique intelligente à ces deux expressions, vous êtes digne de Harvard.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *