Me Denis Poitras. La gratuité qui dérange

 

 PIERRE JC ALLARD :

Vous connaissez beaucoup d’avocats qui travaillent gratuitement ?  Il y avait Me Denis Poitras, celui qui a pris la défense de tellement de Carrés Rouges  l’an dernier. Pris leur défense comme ça, pour rien, juste parce qu’il aimait la justice et qu’il croyait que tout le monde devrait avoir droit à un avocat, dans un système où celui qui n’en a pas a si peu de chance d’obtenir justice… Il y avait Denis Poitras.

Mais Denis Poitras n’y sera plus. Il ne sera pas là pour surveiller les brutes à front bas et les garces a garcette, comme la Stephanie Trudeau, pas là pour défendre les étudiants interpellés à la matraque et au gaz lacrymogène dont les procès seront entendus cet automne.

http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201307/18/01-4672017-greve-etudiante-lavocat-de-milliers-de-manifestants-en-faillite.php

l ne sera pas là. On vient de lui régler son compte.  Il n’est plus avocat. Il ne plaidera plus la cause de personne.  OUT !  KAPUT, Poitras !  Et tous ces étudiants – au moins 1700, peut être trois fois plus –  qu’il allait défendre cet automne ?  Eh bien ils se défendront comme ils pourront!  En fait, c’est toute l’épopée de la contestation étudiante de 2012 qui n’aura plus d’avocat…  On va pouvoir doucement réécrire l’Histoire, sans protestation.

Big Brother vient de rayer Denis Poitras du Barreau,   Pour quoi ? Il n’a pas tué ses enfants comme Turcotte. Il n’a pas escroqué, des pauvres gens, comme Lacroix.  Si ce n’était que de ça, on s’arrangerait…  Poitras est soupçonné de lNEXCUSABLE: ne pas avoir donné au fisc tout le fric que le fisc prétend que Poitras aurait dû lui donner.

On a eu Poitras par l’impôt, comme on a eu jadis Al Capone…   C’est l’arme hypocrite de l’État quand vous êtes trop méchant ou trop bon, mais de toute facon trop costaud et que vous êtes un emmerdeur qui méritez un traitement spécial. Un avocat  qui travaille gratuitement, c’est un emmerdeur bien costaud

Préparez vous  à un traitement bien spécial. Car si vous êtes soupçonné … accusé –  (mettez le mot que vous voudrez,  il prendra le sens qu’on voudra ) – de ne pas avoir donné votre (sa) livre de chair au fisc, c’est à vous de prouver que vous l’avez fait.   Spécial. Étrange… Une petite exception à la règle du fardeau de la preuve, pour faciliter le travail de l’Etat…  Alors soupçonné, coupable… c’est du pareil au même, car, si le fisc le prétend, lui tenir tête vous ruinera inexorablement.  Exit, donc, Maître Poitras.

Ouf, bonne affaire de réglée ! Car ce n’est pas une petit affaire de garder les petites gens à leur petite place. On peut les laisser jaser entre eux ou faire les zouaves dans la rue le temps de les rosser un peu, mais  ça ne doit pas biaiser la mission fondamentale de toute gouvernance, qui est évidemment de prendre des pauvres pour donner aux riches… ce qui équivaut, en fait, à créer ou à conserver les uns comme les autre.

Vous, les contestataire, donc,dérangez un peu,  mais pas trop; voyez çà comme une grève… Alors un Don Quichotte qui vient parler pour vous – et gratuitement –  c’est TROP dérangeant. Qui sait comment tout ça pourrait finir…

Poitras est un emmerdeur. Pourtant, quand je compte les milliers de jeunes que Poitras a défendu et pourrait continuer de défendre, je me dis qu’il l’a fait en suppléance de l’Etat qui a scandaleusement fait en sorte de NE PAS assumer par l’aide juridique les frais de leur défense.    Il a porté secours a des personnes en danger, abandonnées par leurs gouvernants. Si Poitras avait touché le minimum qu’on peut penser qu’auraient mérité ses interventions, il aurait largement le nécessaire pour payer ces taxes et impôts qu’on lui réclame, a tort ou a raison.   S’ils  n’a pas cet argent, c’est parce qu’il a fait le choix honorable le de travailler pour la justice plutôt que pour du fric.  C’est lui, l’honnête homme dans ce dossier

En ruinant Poitras, le fisc ingrat expose la turpitude de notre société et son incapacité crasse à assumer ses responsabilités.  Il l’expose encore plus clairement, en rendant public que Poitras n’a pas un sou vaillant.  Il se démarque de toutes ces ordures que nous a montrées la Commission et Charbonneau et qui ont, qui son château, qui son compte numéro en paradis fiscal.  Denis Poitras mérite notre admiration. Profitons-en, ils ne sont pas nombreux

Que penser d’une gouvenance  qui punit ceux comme Poitras qui font du bien et soutiennent la justice… alors qu’on donne des centaines de milliers de dollars à un Applebaum, dont j’opine qu’il est un prévaricateur lui-même corrompu et  que la loi est bien mal faite  qui ne permettra pas qu’on l’envoie au bagne en jetant la clef aux crocodiles ?  En penser qu’elle ne mérite plus aucun respect et n’a plus aucune légitimité…

Le fisc a la force prendre de Poitras, comme de vous et moi, tout ce qu’il veut.  Mais le temps est fini de croire que vous et moi ayons la responsabilité morale de lui donner plus que ce qu’il peut arracher.  Notre gouvernance n’est plus légitime. Le contrôle démocratique est un fiction.  La ponction fiscale ne rend pas tout ce qu’elle prend; c’est une rançon versée au 0,0001% de la société qui exploite le reste. Les étudiants qu’on va priver de leur défenseur, c’est le symbole de nous tous qui sommes sans défense.

On souffre tous un peu  et on se tait… mais il y a des cas ou l’infamie devient exemplaire Comme quand on tape sur Poitras  qui est indubitablement l’un des justes dans cette société où on ne  pense plus à défendre ceux qu’on accuse

Notre société veut se débarrasser des Poitras qui apportent une lueur de solidarité et donc d’espoir.  Poitras donne mauvaise conscience a tous ces avocats qui ne posent pas un geste pour défendre la justice.  Il arriveront peut-être è tous les éliminer.

Mais il pourrait suffire alors d’un peu de grabuge, pour qu’on comprenne, que ce sont ceux, hélas bien rares , qui comme lui ont prêté assistance à cette « personne en danger »  qu’est devenu l’État de droit, qui ont permis de retarder un peu l’échéance d’une violence sociale que nous provoquons.    Quand  il ne restera plus de Poitras, cette violence éclatera comme un ouragan. On regrettera notre inconscience, notre imprévision  et notre ingratitude.

Pierre JC Allard

9 pensées sur “Me Denis Poitras. La gratuité qui dérange

  • avatar
    29 juillet 2013 à 8 08 26 07267
    Permalink

    La loi vaut son pesant d’or et vive la ploutocratie!

    Répondre
  • avatar
    29 juillet 2013 à 10 10 30 07307
    Permalink

    Je ne comprend pas comment le gouvernement « voulant être payé », élimine la « source de revenu » de Maître (pour une fois je me sers du titre) Poitras?

    C’est d’une « profondeur » de réflexion abyssale dû à un « vide » immense de manifestation neuronale évidente. C’est encore pire que le fameux QI de 32% par groupe de quatre « élus », dont je parle souvent.

    Autre question: Le législatif est-il vraiment « indépendant » de l’administratif?

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    29 juillet 2013 à 15 03 25 07257
    Permalink

    Bonjour,

    Tout un questionnement résulte de ce fait si brillement analysé.
    peut-être verront nous dans un avenir rapproché l’émergence de non pas un seul Maître Poitras, mais de plusieurs représentants du barreau comblé la défense des étudiants du printemps québécois.

    @ André, le pouvoir législatif ne peu être indépendant de l’administratif (exécutif) tout simplement parce qu’il est une chimère de notre société.

    Qui serait tout un pied de nez au modèle corporatiste qui n’a pas sa place dans ce créneau et placerait les dirigeants du barreaux québécois dans une position inconfortable.

    Répondre
  • avatar
    29 juillet 2013 à 15 03 28 07287
    Permalink

    Le gouvernement se fout d’être payé. A travers diverses fictions, c’est lui qui cree l’argent er se le donne, puis fait les écritures aux livres pour que ça corresponde au scénario annoncé. Le gouvernement, toutefois veut  » faire un exemple » pour bien établir qu’on ne peut pas tricher impunément avec les règles: donner des services gratuits, c’est tricher.

    Mais, je crois qu’il a commis une erreur. Car si un minimum de 1700 justiciables – et peut être 5 000 – ont choisi leur avocat, ce qui est un droit absolument fondamental, les priver de ce droit parce que leur avocat est insolvable – et pour une dette fixée en fait arbitrairement par des fonctionnaires ! ne tient pas la route.

    Je serai heureux d’avoir un jugement déclaratoire de la Cour Suprême sur cette affaire et, quel que soit ce jugement, le fisc et le gouvernement en sortiront discrédités. C’est ce qu’on appelle en anglais  » a no, no situation  »

    N.B. Je suis heureux de vous informer que cet article, avec une brève mise en situation pour les lecteurs Francais, est le plus populaire ce matin sur Agoravox et recueille 95% d’avis favorables.

    Répondre
    • avatar
      2 août 2013 à 16 04 19 08198
      Permalink

      Faux, c’est la banque du Canada qui est une institution privée comme l’est la réserve fédérale des U.S.A. Le gouvernement triche avec les règles écrites dans la déclarations des droits et libertés et la constitution canadienne. Le barreau, caché derrière le gouvernement, y est sûrement pour quelque chose.

      Répondre
      • avatar
        5 août 2013 à 19 07 25 08258
        Permalink

        @ RH

        J’ai bien dit: « à travers diverses fictions ». La gouvernance est UNE et UNIE. C’est la banque, l’armée, les services secrèts, les hauts-fonctionnaires, les médias… Chacun a sa partition à jouer, mais l’orchestre sait où il va et toute rivalité est gardée au palier d’une vivifiante émulation. Quant a une vraie OPPOSITION, n’y pensez même pas ! le 0,0001% gouverne et possède. Ceux qui n’en sont pas sont des pions qu’on mange « en passant ».

        Laborit dit sagement de n’agir que si vous y trouvez plaisir, car il n’y a pas la moindre chance que votre action conduise a son résultat espéré dans la réalité.

        http://www.les7duquebec.com/trouvailles/sur-leloge-de-la-fuite-ou-la-question-des-strategies-de-domination/

        PJCA

        Répondre
  • avatar
    30 juillet 2013 à 13 01 34 07347
    Permalink

    Ah oui, l’impôt dû à Revenu Québec en vertu du pouvoir de taxation des provinces énoncé dans la constitution que le Québec n’a pas voulu signer. C’est logique. Laissons un juge indépendant de la cour de l’impôt du Québec, payé par Québec et nommé par Québec, décider combien ce monsieur doit à Québec.

    Répondre
  • avatar
    1 août 2013 à 10 10 39 08398
    Permalink

    Bonjour Pierre,

    il faudrait lancer un concours du pays le plus mal gouverné, comme ça, on donnerait une statuette de gagneuse plus un pourliche au gouvernement gagnant et il nous foutrait enfin la paix, en se reluisant les carreaux devant son trophée.
    Je propose que tous les pays participants gagnent !

    Répondre
  • avatar
    1 août 2013 à 11 11 31 08318
    Permalink

    Ave Demian

    On pourrait commencer par rendre la Légion d’honneur plus accessible, la donnant en prime, par exemple, avec l’achat de tout politicien pour une somme dépassant 1 000 euros….

    Quoi ? Vous me dites qu’on le fait déjà … ? Merde ! … Ajoutons une invitation au diner du Siècle et un thé-confidence avec cette jeune ministresse qui faisait dans l’Écologie. Le nom me reviendra… Il faut vraiment relancer la réflexion politique, n’est-ce pas ?

    PJCA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *