Les plumes de poules : peut-être une solution aux nids-de-poule !

gethumb.php

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Effarant, mais réel ! Il y aurait sur la planète quelques 19 milliards de poules, donc plus que le double de la population humaine. Chaque année, la consommation des volatiles donne cinq millions de tonnes de plumes ! Une tonne c’est 2 000 livres, donc 5 millions donnent 10 milliards de livres ! Le duvet a beau être léger, il y a des limites à l’accumulation.

Que fait-on de toutes ces plumes ? Une grande quantité va dans des décharges pour des décennies! D’autres sont recyclées en fin duvet, ou transformées en farine de plumes servant d’aliments pour les animaux domestiques, ou combinées avec d’autres matériaux, produiront de nouvelles technologies. Par exemple, l’Université des sciences et technologies de Chine à Hefei en combinant des plumes de poulet et de dioxyde de carbone ont obtenu un nouveau type de fertilisant, et en surplus, un produit secondaire utilisable pour imperméabiliser des tissus.

Les plumes sont aussi utilisées pour les thermoplastiques, tels nylon, pic, et des objets de consommation allant de la brosse à dents au pare-chocs d’une voiture. De plus en plus, les chercheurs tentent de remplacer les plastiques dérivés du pétrole par les ressources renouvelables comme les plumes de volatiles, entre autres, celles du poulet qui sont très résistantes à l’eau et contiennent de la kératine – protéine présente dans les cheveux.

Au Québec, un jeune étudiant de 14 ans a développé un procédé pour colmater les nids-de-poule
balllas-3David Ballas, jeune scientifique

Ce jeune homme très créatif a eu l’idée un jour de mélanger des plumes de poule à l’asphalte afin de rendre la chaussée des rues moins perméable. Après avoir discuté avec des chimistes amis de sa famille, il procéda à des tests comparatifs pour vérifier la réaction de l’asphalte ordinaire et le mélange des plumes en présence de l’eau. Les deux substances furent déposées dans des contenants transparents afin de vérifier jusqu’à quel point l’eau s’infiltrait dans le bitume, toutes ces substances furent soumises à différentes variations de température.

Conclusion de l’expérience ? L’asphalte a laissé passer plus de 50 % de l’eau alors que le mélange avec les plumes n’a laissé passer que 6 %. Dès que l’eau s’infiltre, l’asphalte devient perméable et se détériore. Son procédé lui a valu le prix au concours de science de son école.

Le jeune homme a envoyé son projet à la Ville de Dollard-des-Ormeaux. La Ville de Montréal n’aurait-elle pas intérêt à s’emparer de ce procédé qui, selon le jeune David, ferait économiser beaucoup d’argent aux contribuables ? Tout le monde au Québec, et particulièrement à Montréal, se plaint des nids-de-poule qui abîment les roues des voitures et alourdissent la circulation sans compter l’aspect non sécuritaire.

Le budget de la Ville pour la réparation des nids-de-poule s’élève à 2,7 M $. Par année.

Certains ont même pensé à produire des poulets nus pour résoudre la gestion des plumes
RTEmagicC_poulet-nu_02_txdam60578_9dd4e4

Enfin, l’imagination humaine n’ayant pas de limites, certaines personnes pour éviter la question du traitement des plume ont réussi à produire des poulets nus, donc sans plumes. Cette solution n’est pas très populaire.

L’image du poulet déplumé ci-haut est triste à voir.

 

 

Sources : http://www.futurasciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/developpement-durable-engrais-base-plumes-poulet-54023/

recyclage plumes poule

Journal Métro du 27 février-1er mars 2015

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d’argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l’épanouissement de la personne par la pratique de l’attention vigilante : la pleine conscience.

4 pensées sur “Les plumes de poules : peut-être une solution aux nids-de-poule !

  • avatar
    5 mars 2015 à 8 08 14 03143
    Permalink

    La justice européenne donne tort à la France, qui ne pourra plus appliquer un taux de 5,5% de TVA sur le livre numérique en vigueur depuis janvier 2013. Le taux devra repasser à 20%.

    La Cour a donné raison à la Commission européenne, qui avait introduit des recours en manquement contre la France et le Luxembourg, ces deux pays appliquant depuis le 1er janvier 2012 un taux de TVA respectivement de 5,5% et 3% à la fourniture de livres électroniques.

    La Commission européenne avait demandé à la Cour de constater que l’application d’un taux de TVA réduit par ces deux pays sur les livres numériques allait à l’encontre de la directive TVA.
    La Cour lui donne raison en concluant que le taux réduit de TVA est applicable uniquement à la fourniture de livres « sur tout type de support physique ». Si, certes, le livre électronique nécessite, afin d’être lu, un support physique, comme un ordinateur, « un tel support n’est cependant pas fourni avec le livre électronique », relève la Cour.

    Par ailleurs, elle souligne que « la directive TVA exclut toute possibilité d’appliquer un taux réduit de TVA aux services fournis par voie électronique » et estime que « la fourniture de livres électroniques constitue un tel service », et non une livraison de biens.
    Puis dans la mesure où cela ne soit pas un coup de main au F.N. je suis le roi des idiots, combien vous ont-ils versés, vous êtes des cons en terme clair il faut de l’argent pour apprendre à lire ❓ 😈 😈

    Répondre
    • avatar
      5 mars 2015 à 11 11 02 03023
      Permalink

      Ma poule, il ne te reste plus qu’à prendre ta plume et à publier un poulet à L’UE. Nous en caquèterons de plaisir car oui, cette TVA qui nous plume et ce monde qui nous prend continuellement pour des gallinacés de batterie nous insupportent.

      Répondre
      • avatar
        5 mars 2015 à 16 04 47 03473
        Permalink

        Mon cher coq, pourquoi pas ? Ça prendra toutefois l’effort de la fermette au complet.

        Répondre
  • avatar
    29 septembre 2015 à 12 12 50 09509
    Permalink

    C’est si impressionnant que ce jeune a fait de telles découvertes, et il vaut bien faire plus de recherches pour améliorer l’asphalte et le béton. Cette idée sera plus utile pour renforcer les matériaux de construction. Par contre, j’ai regardé une vidéo d’une nouvelle asphalte qui était plus perméable pour que l’eau passent directement en dessous du sol. Cela fait qu’il n’y a pas de flaques d’eau dans les rues ou le parking. En plus, l’eau peut s’accumuler sous le sol et être recueillie pour approvisionner la ville.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *