Du tourisme exotique au tourisme lubrique

Par Khider Mesloub. Le 25.03.2019. Sur le webmagazine Les7duQuébec.com

This article is available in English-Espagnole-Italian-Portuguese:
25.03.2019.TOURISMO-ENGLISH-ITALIAN-ESPAGNOLE-PORTUGUESE

 

« La terre est une vieille prostituée. Elle se vend partout. », a écrit l’écrivain Pierre Mac Orlan.

Transfigurée par le capital, elle sait mettre en valeur ses charmes naturels, monnayer ses paysages voluptueux, ajouterai-je.

 

Le tourisme est un phénomène inhérent au monde occidental capitaliste. Dans un univers concentrationnaire où l’homme moderne passe la majeure partie de sa vie enfermé dans les bagnes industriels ou les geôles du tertiaire, cloîtré dans des habitations carcérales bétonnées, cet homme – cette femme –  opprimée et stressée éprouve le besoin de s’évader de sa prison urbaine et mentale.  En guise de thérapie compensatrice, les voyages lui permettront, pense-t-il, de soigner son affliction existentielle. De s’offrir quelques évasions furtives vers des contrées exotiques. S’accorder quelques moments de pureté loin de son monde urbain pollué, de sa vie quotidienne souillée, de sa famille atomisée, de sa culture originelle lobotomisée.

.

L’horreur touristique

L’horreur touristique s’abat sur l’ensemble de la planète. Tous les pays sont mis en coupes réglées. Aucun espace n’échappe à la concurrence. Chaque pays investi dans les infrastructures touristiques pour attirer le maximum de clients. A l’instar de la péripatéticienne vantant les agréments de son anatomie lascive et orgastique, chaque pays magnifie les attributs exceptionnels de son territoire : nature luxuriante, mer cristalline, patrimoine culturel exceptionnellement riche. Cette politique touristique participe de la spécialisation des pays, s’intégrant dans la division internationale du travail. Obérant pour les pays du Sud toute diversification productive, pénalisant tout développement économique authentique et pérenne.

En outre, l’industrie du tourisme participe grandement à la destruction de ces contrées dont elle tire profit. Ainsi, elle vend ce qu’elle contribue à détruire, notamment par la destruction écologique, la désagrégation sociale et culturelle, la défiguration des régions entières transmuées en zones spécifiquement touristiques. En outre, par la rapacité mercantile de l’industrie du tourisme, le « monde touristique » est mis en mode économique productive : les villes transformées en musées lucratives, les campagnes muées en parcs d’attractions rentables, les littoraux métamorphosés en mer bétonnée.

.

Par ailleurs, les populations “autochtones” sont folklorisées par les protagonistes de leur déculturation, ces Occidentaux ethnocidaires responsables des désordres anthropologiques irréversibles infligés aux peuples longtemps colonisés (introduction de l’argent, de la propriété privée, destruction des modes de production traditionnels, exode rural, etc.). Sans oublier que la majorité de la population locale des pays dits touristiques ne profitent jamais des infrastructures du tourisme (complexes touristiques, hôtels, piscines, plages, divers secteurs de distractions et de loisirs, et autres multiples sites), réservées aux seuls voyageurs occidentaux richement solvables.

.

Naissance du tourisme

Historiquement, le terme touriste entre dans la langue en 1816 et tourisme en 1841. Mais c’est au XVIIIe siècle que fleurit la mode du tourisme ou plus exactement des voyages. Elle prend naissance en Grande Bretagne, première puissance économique à l’époque. En effet, c’est à cette époque que de jeunes riches aristocrates anglais commencent à faire leur Grand tour de l’Europe. Ils visitent la France, l’Espagne, l’Italie, etc. Ensuite, au cours du XIXe siècle se développe le tourisme bourgeois. Sa consécration se matérialise par la création de la première agence de voyage par Thomas Cook en 1841. Dans le sillage de l’industrialisation et de l’urbanisation de l’Europe se développent parallèlement les premiers moyens de transport modernes, favorisant l’expansion du tourisme Au début, le chemin de fer constitue la principale locomotion mécanique rapide. Ensuite, au XX siècle l’avion remplacera les chemins de fer comme moyen de déplacement rapide. Plus tard, les premières autoroutes sont créées en Italie (1924) et en Allemagne (1932).

.

C’est au lendemain de la seconde boucherie mondiale, au cours des Trente glorieuses, que le tourisme connaît réellement son essor. Le tourisme se démocratise. Se massifie. Se popularise.  L’industrie du tourisme se structure, notamment par la création de nombreuses agences de voyages, la publication de guides touristiques, l’invention de clubs, l’élargissement des infrastructures dévolues au tourisme (hôtels, aéroports). Aujourd’hui, le tourisme est devenu un véritable produit de consommation courant. Il génère des milliards de chiffres d’affaires, et de substantiels profits. En matière économique, le tourisme devance l’industrie pétrolière et automobile. Il est devenu la première activité mondiale, avec plus de 200 millions de salariés employés. Soit quasiment 10% de l’emploi mondial. Le tourisme est en forte croissance. A mesure que le mode de vie occidental se répand, le tourisme se développe.

.

Exutoire touristique

De façon générale, dans la société capitaliste moderne, le tourisme a pour fonction de procurer, à l’occidental stressé, immergé dans une atmosphère urbaine polluée, une ambiance temporelle haletante, un rythme de vie trépidant, l’exotisme, la sensation factice de bonheur, le soleil, la détente, un bien-être absent de son quotidien cimenté par le stress. En un mot, un sentiment d’évasion et de dépaysement. Pour ce touriste occidental à la vie accidentée par le travail aliénant, il s’agit de partir savourer la « pureté » de la nature, les sites vierges sauvages écologiques ; découvrir des “peuplades” autochtones folklorisés, infantilisés.

.

Le tourisme offre au voyageur occidental, en quête de son paradis perdu, un dépaysement garanti, par la découverte de paysages féeriques. Plongé dans ces horizons édéniques, le touriste occidental peut communier avec des espaces et horizons fantastiques. Il peut se ressourcer, se régénérer, se purifier, le temps de ce séjour éphémère furtif, avant de regagner l’enfer de son quotidien bétonné d’agressions stressantes protéiformes, barbelé d’activités professionnelles aliénantes, oppressantes, déprimantes.

.

A notre époque moderne capitaliste mondialisée, le tourisme constitue l’ultime étape de la marchandisation de la société. De fait, les pays du Sud, souvent sous-développés, sont livrés à la perversion du capitalisme. Longtemps épargnés par les rapports marchands, ces régions traditionnelles pauvres ont été infectées par l’introduction du mercantilisme, la « civilisation » capitaliste. Désormais, la cupidité gouverne les mentalités de ces populations périphériques. Le mode de vie de ces sociétés a subi une véritable mutation anthropologique. Ces sociétés traditionnelles, sous l’effet corrosif du tourisme, se décomposent. Victimes des prédateurs touristiques et des spéculateurs immobiliers, ces populations sont expropriées de leurs terres et de leur village, pour être parquées à la périphérie des villes. Perdant ainsi le lien avec leurs racines, leurs coutumes, leurs traditions. Aussi finissent-elles par se désagréger.

.

De fait, ce secteur rentable du tourisme, le capitalisme l’a investi avec d’énormes moyens de communication, notamment par le recours effréné à la publicité. Pour l’exploiter de manière optimale, le capitalisme a favorisé le développement de cette industrie du tourisme collectif, le voyage organisé. Le voyageur, devenu consommateur quasi compulsif de produits touristiques, est constamment assailli de propositions de séjours aux tarifs réputés compétitifs et économes en temps. Aussi, les tarifs des séjours sont-ils tirés de plus en plus vers le bas, accompagnés d’une réduction du gaspillage de temps. Comme au sein du monde de l’entreprise où les gains de productivité et l’optimisation temporel dominent la logique capitaliste, l’industrie du tourisme a intégré ces catégories marchandes capitalistiques dans ses offres de voyages. Le temps de transit est proscrit, car il est considéré comme du temps mort. Désormais, l’objectif principal des voyagistes est donc d’acheminer le touriste aux points de consommation touristique dans un temps court. Cet objectif est assuré grâce au développement exponentiel des moyens de transport à grande vitesse, comme l’avion et le TGV, et grâce aussi aux réseaux d’autoroutes. Cette croissance des transports s’effectue malheureusement au prix de la pollution de l’écosystème. En effet, toute cette technologie des transports modernes est obtenue moyennant une consommation de ressources énergétiques et d’une pollution grandissante. Ainsi, l’industrie touristique est un vecteur de destruction écologique, sociale et culturelle (voilà qui devrait intéresser les égéries de l’Urgence climatique et de Sauvons la planète).

.

Ironie du sort, la croissance exponentielle des moyens de transport, étendue à l’ensemble des pays, entraîne parallèlement l’aménagement des diverses structures aéroportuaires et urbaines, homogénéisant ainsi les espaces architecturaux. Générant corrélativement une uniformisation urbaine du monde, au point de réduire considérablement la frontière de l’exotisme au fur et à mesure du développement du tourisme. Aujourd’hui, tous les pays, toutes les grandes métropoles, sont identiques, uniformes. Aussi, pour savourer réellement les délices du dépaysement, les opérateurs touristiques organisent des séjours dans des contrées de plus en plus reculées, isolées, inhabitées qu’ils « aménagent » afin d’offrir le confort occidental (…).

.

Par ailleurs, si certaines sociétés traditionnelles érigent la virginité de la femme en dogme qu’aucune loi humaine ne doit violer au risque de stériliser définitivement la communauté, le capitalisme, quant à lui, n’existe que par la violation permanente des espaces vierges réduits en terrains à exploiter et à féconder financièrement. L’industrie du tourisme ne déroge pas à cette loi du viol des espaces vierges transformés en lieux de valorisation du capital par la colonisation mercantile de ces contrées longtemps demeurées impénétrables, vierges, épargnées de tout contact humain occidental infecté par la civilisation marchande. C’est ainsi que certains sites naturels, comme de nombreux monuments millénaires, épargnés longtemps par l’invasion humaine mercantile, sont aujourd’hui davantage menacés par la fréquentation outrancière des masses touristiques que par les outrages du temps (ou par les destructions de la guerre ou des talibans ou de DAESH). On peut citer comme exemple le site de Lascaux : ce site a failli disparaître sous l’effet du souffle des visiteurs.

.

Tourisme sexuel

Tout se consomme, la nature comme les humains. Aussi, ces dernières années, l’intérêt ne se porte plus seulement sur les paysages idylliques, la découverte des « bons sauvages », par ailleurs graduellement détruits par le capital. Aujourd’hui, le tourisme contemporain, à l’image de l’Occident moralement perverti, s’est sexualisé. Désormais, le touriste prédateur s’envole vers les contrées exotiques pour goûter aux charmes des corps sensuels « indigènes », de préférence impubères, dotés d’une volupté virginale. Cette nouvelle consommation touristique sexuelle est la dernière forme d’exploitation capitaliste (occidental, oriental, méridional, septentrional).  Certes, l’Occident ne colonise plus les terres fertiles et fécondes des pays du Sud, mais il s’accapare les corps lascifs des autochtones, pour assouvir sa rapacité libidineuse. Ces nouvelles prestations sexuelles participent de la nouvelle industrie touristique internationale offerte aux lubriques occidentaux en quête de transcendance sensuelle exotique, de débauches orgiaques touristiques participent de la nouvelle forme de domination du mode de production capitaliste mondialisée.

.

Dans ce secteur lucratif et lascif du tourisme sexuel, outre la Thaïlande, le Maroc est devenu une des destinations favorites du tourisme sexuel. Et en particulier, des pédophiles français et européens. Les conditions sont idéales pour eux : la monarchie leur garantit une royale impunité, la loi du silence, le silence de la loi. Selon les informations, le tourisme sexuel se serait considérablement développé dans le royaume chérifien, royaume qui chérit bien ses touristes libidineux. Dans la seule ville de Marrakech, les deux tiers des enfants prostitués se consacrent uniquement aux touristes, chouchoutés mais nullement chahutés, bichonnés mais jamais bastonnés, dorlotés mais aucunement menottés, par la population marocaine consentante. Contente de l’attrait touristique de son pays sexuellement dépaysant, plaisant, apaisant.

.

De façon générale, le tourisme est à l’aventure ce que la prostituée est à l’amante. Il est vénal et chronométré, et surtout il multiple les clients pour enrichir ses maquereaux financiers. C’est une entreprise de racolage. Les campagnes de publicité pour aguicher les clients sont envahissantes. Au plan des séjours, les parcours touristiques sont balisés, biaisés, banalisés. Ils sont soumis au conformisme. En lieu et place de l’aventure, le tourisme préfère la visite guidée, téléguidée, l’atmosphère enguirlandée. Les nuits des chambres aseptisées aux nuits à la belle étoile. L’ensauvagement par l’esprit au corps ensauvagé. Les voyages aux pays des merveilles aux aventures dans les merveilles des pays. En un mot, un tourisme mis au format d’un centre de loisirs, à l’instar de Disneyland. Un tourisme sous cellophane. Un tourisme chloroformé.

.

En comparaison, jadis, nos ancêtres, sans voyagistes ni transporteurs, parcouraient la terre avec plus d’esprit aventurier que nos touristes dépressifs contemporains. Ils emportaient dans leurs pérégrinations pédestres interminables, ou à dos d’âne, ou à cheval pour les plus nantis, pour seul bagage leur viatique. Et pour seule quête : la spiritualité et l’apaisement de l’âme. Dans leurs itinéraires, motivés parfois par le pèlerinage, ils trouvaient partout gîte et couvert mis à leur disposition par les habitants des villages traversés. Cet esprit d’hospitalité était la règle, la coutume millénaire en vigueur dans toutes les anciennes sociétés traditionnelles. De nos jours, sur le chemin de la route, un voyageur tenté par l’aventure ne rencontre que portes closes et terrains clôturés. Qu’indifférence et méfiance. Cherche-t-il un endroit où passer la nuit ?  Aucun espace sans clôtures ne s’offre au voyageur aventurier impécunieux : aucune âme charitable ne lui fournira gîte et couvert, ni portion de jardin pour la nuit. En revanche, l’endroit traversé offre une multitude de panneaux sur lesquels sont indiqués les noms des nombreux hôtels et auberges. Cette offre marchande de notre société capitaliste moderne marque la différence fondamentale avec l’invitation gratuite des sociétés traditionnelles. La différence entre le gîte payant et l’hospitalité. Entre la société marchande et la société du don.


Désert touristique algérien

Quant à notre cher pays : l’Algérie est en délicatesse avec le tourisme. En effet, en Algérie le tourisme ne décolle pas. Pourtant le pays recèle des trésors touristiques splendides. En dépit de ses multiples atouts enchanteurs, l’Algérie n’attire pas les investisseurs dans le secteur du tourisme. Donc les touristes. Pourvue d’un littoral de 1600 kilomètres, l’Algérie constitue une destination idéale pour le tourisme. Sans oublier d’autres merveilles, telle les vestiges romains, les gravures rupestres, le majestueux désert. Néanmoins, le tourisme sommeille sous le soleil ardent réchauffant et irradiant uniquement les habitants algériens, sous le ciel bleu azur réservé aux seuls citoyens algériens. Et pour cause.

.

Nombre d’Algériens intéressés déplore l’absence d’investissement dans le secteur du tourisme. En effet, l’activité touristique en Algérie ne parvient pas à se réveiller de sa léthargique somnolence économique. Et l’activité touristique n’est pas près de décoller. Pour preuve, ces vingt dernières années, l’Algérie n’a attiré que 3 000 touristes par an. Chiffre ridiculement dérisoire comparé aux autres pays voisins. En 2018, le nombre de touristes venus en Algérie n’a pas excédé 2 000 visiteurs.

.

Le secteur du tourisme est négligé depuis maintenant plus de trente ans par les pouvoirs publics. Sur la carte touristique mondiale, l’Algérie demeure toujours inexistante, invisible Pourtant, ces dernières années, à la suite de la baisse du prix du pétrole, dans le cadre de la diversification de l’économie algérienne principalement tributaire des hydrocarbures, l’activité touristique a été inscrite dans le programme de réorientation de l’économie. En dépit de la volonté affichée par le pouvoir de promouvoir et de relancer l’activité touristique, on assiste à aucun redémarrage de ce secteur déserté par les investisseurs.

.

Outre l’indigence de la politique de promotion du tourisme en Algérie, vient se greffer le problème de l’obtention du visa algérien pour les nombreux voyageurs désireux visiter l’Algérie. Aujourd’hui, au plan des infrastructures touristiques, l’Algérie ne dispose que de 50 000 lits en bord de mer. À l’échelle nationale, l’Algérie compte seulement un peu plus de 110 000 lits. En outre, pour des raisons de sécurité, de nombreux sites touristiques », tel le Hoggar, sont fermés aux étrangers. Au reste, l’Algérie demeure parmi les destinations les plus onéreuses de l’Afrique du Nord. Juste pour le prix du billet d’avion, le coût du voyage est exorbitant. Sans compter le coût du séjour très élevé comparé aux autres pays voisins.

.

Néanmoins, eu égard à notre analyse critique du tourisme en général décrite plus haut, contrairement aux thuriféraires partisans de l’ouverture de l’Algérie au tourisme, on peut conclure que la décision de fermer les frontières au tourisme international dans les années 80 a été un choix politique légitime. En effet, à la faveur de l’augmentation considérable des recettes pétrolières, dès les années 1980 l’Algérie a tourné le dos au tourisme. Pour promouvoir et investir dans le tourisme interne, destinés aux seuls citoyens algériens. En outre, ce choix de se détourner du tourisme international a été motivé par des raisons de préservation des traditions algériennes susceptibles d’être corrompues par l’invasion des touristes occidentaux porteurs de cultures étrangères dissolvantes. Cette crainte du saccage du patrimoine culturel algérien par les hordes touristiques occidentales et/ou orientales est fondée. De même, la peur de la pollution immorale de l’Algérie par ses multitudes occidentales/orientales  libidineuses est motivée.

.

L’Algérie a raison de refuser de transformer le pays en dépotoir « déculturatoire » touristique, en bordel des Occidentaux ou des orientaux, en contrée exotique exploitée par le capital financier international. Le tourisme est le colonialisme de l’Occidental/oriental pauvre, cet idiot heureux appartenant à la petite bourgeoisie et aux classes moyennes,infatué de son aliénation, qui, l’espace de quelques jours, pétri de relents colonialistes et paternalistes, peut se croire riche dans un pays pauvre, se comporter en territoire conquis par la grâce de ses dollars ou euros.

.

Mesloub Khider

 

5 pensées sur “Du tourisme exotique au tourisme lubrique

  • avatar
    25 mars 2019 à 9 09 30 03303
    Permalink

    L’Homme n’est plus le loup pour l’homme… Il est devenu le chien!

    Répondre
  • avatar
    25 mars 2019 à 15 03 29 03293
    Permalink

    Je respecte sincèrement cet auteur publié assez fréquemment sur les 7 du Québec, mais comme personne n’est parfait, qu’il me permette de résumer en deux mots les bêtises qu’il commet ici…et qui ne soient pas si graves après tout !

    je ne suis pas surpris des relents schizophrènes de ce billet sur le tourisme, comprendre ; le tourisme de masse qui pollue la terre est mauvais, mais on aimerait bien le développer en Algérie, avec si possible une police des mœurs saoudienne qui veille scrupuleusement à la chasteté des touristes, prévoir des serrures et ceintures de chasteté, bannir le bikini, interdire toute bouffe ou aliment suspecté d’être un aphrodisiaque, toute boisson stimulante ou excitante comme le vin, le café et le thé, imposer des calmants sexuels et déguiser les touristes en pèlerins de la Mecque, afin de ne pas souiller la vierge terre Algérienne ! d’ailleurs, si le régime actuel du clan Bouteflika à une seule chose qui soit à mettre à son crédit, c’est d’avoir préservé la virginité de l’Algérie au prix d’innombrables sacrifices !

    Thaïlande, Philippines, Vietnam, Indonésie, Japon, Brésil, Costa Rica, Colombie, Porto Rico, Antilles, Mexique, Ibiza, Espagne, Italie, Grèce, France, Europe entière, Amérique du Nord, Maroc , Tunisie, Egypte, Liban, Afrique noire, République dominicaine, et même Cuba ! la sainte Cuba ! Vous l’aurez toutes cherché, vous avez donné vos fesses aux touristes, et vous l’avez fait sans scrupules, vous vendez vos enfants sur le trottoir, vous avez descendu votre froc pour de vieux dégoulinants occidentaux pour et de vieilles épaves occidentales ! déchéance, dépravation, orgies, partouzes, sucettes, Plus rien ne vous différencie de Sodome et Gomorrhe ! vous avez souillé la planète et laissé derrière une marée de préservatifs usagés, de strings et de sous-vêtements souillés !

    Bon ben, il vaut mieux rester chez soi ! d’ailleurs, les rues ne sont plus sûres, que chacun se trouve une nana, un mec, une poupée gonflable ou que sais-je et qu’il fasse ses cochonneries chez lui ! y en a marre !

    Ce commentaire se veut amical et humoristique après tout… car l’auteur, aussi sympathique qu’il puisse être semble très affecté par cette perception machiste, pédophile, et autres images dépravées sur le tourisme… j’espère qu’il sort de temps en temps…et qu’il pourrait même envisager de visiter la Thaïlande, c’est un pays magnifique, ou en dehors de Bangkok ou de Phuket…on le rassure, il n’y a pas d’orgies, ni de sexe tarifé, même chose pour les autres pays… et même s’ils y en a du cul tarifé, c’est un petit plus compliqué que ce qu’il croit… ! Bref.

    Répondre
  • avatar
    25 mars 2019 à 20 08 32 03323
    Permalink

    Réponse à SAM
    Partout dans le monde, aucune parcelle de notre planète, la bien dénommée Nature, n’échappe à son viol permanent par la minoritaire classe capitaliste parasitaire. A sa destruction. A son épuisement. A sa pollution. A son « extermination ». Cette même classe se livre aux mêmes horreurs sur des centaines de millions d’ Êtres-Humains réduits à l’esclavage salarié. Partout, cette même minoritaire classe exploiteuse, grâce à sa fortune, achète, exploite, opprime, extorque (plus-value), massacre (accidents du travail), réduit à la misère des millions d’autres êtres-humains par le chômage forcé, sacrifie régulièrement des millions de prolétaires dans ses guerres impérialistes (première et seconde boucherie mondiale et les centaines de guerres locales).
    N’est-ce pas là chose naturelle. Mais que des esprits aigris, envieux, passéistes, arriérés, tantinet religieux et moraliste, en un mot ces communistes revanchards, ouvriers révolutionnaires stupides, dénoncent, veulent détruire par la révolution.
    Après tout, grâce à leur fortune, à leurs usines, leurs sociétés, nous avons un travail. Sans police du travail, sans contrainte, nous nous enfermons librement, de nous-même, derrière ces usines aux serrures dont les clés paradoxalement appartiennent aux mêmes propriétaires. Dans ces lieux ou paradoxalement où seul compte l’amour de l’argent. Où l’amour sentimental et la sexualité sont bannis. L’entreprise est un lieu de production de la plus-value et non de fornication. Bizarrement, la seule libido permise est la pulsion de production professionnelle, l’énergie industrieuse et industrielle.
    N’est-ce pas conforme à la modernité, à la civilisation, à la nature humaine, ce système capitaliste mondial qui permet aux hommes et aux femmes de profiter des agréments des usines, des entreprises; de pouvoir pratiquer à leur guise le Tourisme Professionnel, c’est-à-dire changer de Lieux de leur Exploitation, de partir chaque matin en pérégrination pour se baigner dans ses bâtiments de leur formidable oppression ; de se faire suer le burnous par l’ensoleillant esclavage salarié ; de s’offrir régulièrement à des nouveaux proxénètes patronaux qui exploitent leurs forces de travail pour en tirer la plus-value.
    N’est-ce pas tout à fait conforme à la modernité que ces capitalistes, pour valoriser leur capital, veuillent partir à l’assaut de la planète pour la plier à leur volonté mercantile, la piller par leur exploitation effrénée. Que ces mêmes capitalistes asservissent à leurs instincts cupides, dans leurs bagnes industriels et tertiaires, des millions de travailleurs pour leur extorquer la plus-value. Laissons-les poursuivre sereinement leur œuvre de civilisation fondée justement sur l’exploitation de la nature et de la force de travail.

    Quelle passéisme que de vouloir dénoncer cette Horreur capitaliste. De vouloir détruire cette civilisation marchande.
    Le tourisme est l’avenir l’homme, et surtout de l’Algérie !

    Cette réponse se veut amicale et humoristique après tout…

    Répondre
  • avatar
    26 mars 2019 à 1 01 40 03403
    Permalink

    @ Monsieur Mesloub

    Merci pour votre réponse ! Je ne vous contredis pas… mais tenez-vous bien ! je n’irais pas par quatre chemins, ni que je vais tournoyer autour du pot… à mon grand regret, je préfère vous l’annoncer maintenant et me libérer du fardeau : le capital a tué l’être humain ! j’en suis navré ! C’est fini ! toutes mes sincères condoléances ! et si vous y tenez, je peux vous accompagner à la morgue à des fins d’identification de la dépouille ! d’ailleurs, l’autopsie révèle que la victime avait trop espéré de la vie ! et comme l’attestent les marques de violence sur le corps, et sur la tête, la pauvre victime n’avait aucune chance ! hélas !

    Hélas aussi, Il me semble qu’il soit un peu tard pour remettre le système capitaliste mondial en question, le projet prolétarien de Marx n’est pas ou plus compatible avec la nature humaine, en tous cas celle du 21ème siècle ! voilà tout ! et ne comptez ni sur les occidentaux, ni sur les orientaux, encore moins les Africains ou les latinos pour le remettre en branle ! l’argent et le matérialisme à pourri la planète et il serait trop compliqué pour la science de normaliser reformater les gènes humains ! À moins d’une guerre totale qui anéantisse la moitié de la planète et réapprenne à l’homme le respect des choses simples de la vie, connaître leur vraie valeur, comme le pain, le partage, le devoir, la responsabilité, l’humilité, le respect de la terre et de la nature..etc

    L’industrie du tourisme n’est qu’une goutte d’eau dans un complexe industriel mondial qui a foutu la planète en l’air ! Cette industrie touristique au moins à eu la bonne idée de ne pas tout miser sur le tourisme de masse destructeur et essaie depuis 50 ans de se diversifier, d’inciter les gens à envisager le tourisme autrement , de manière écologique, en couple, en famille, ou entre amis, ou même seul, découvrir la nature, emprunter les sentiers, marcher, escalader, pédaler, visiter des villes, sympathiser avec les locaux, loger chez l’habitant tout en l’aidant financièrement, voilà des enjeux que les jeunes générations comprennent très bien et y sont sensibles au plus haut point !

    Bien entendu, on ne pourra jamais éradiquer l’élitisme qui court dans les gènes des êtres humains ! tenez ! même au temps du communisme le plus orthodoxe, la nomenklatura et les apparatchiks vivaient mieux que le peuple ! Appartements dans le ‘’village du tsar’’ à Moscou, accès aux ‘’Gaz Volga’’ l’équivalent de Mercedes Benz russe ou limousines ‘’ZIL’’, meubles ‘’Empire’’ tsaristes ou fauteuils Chesterfield, les ‘’camarades’’ ne lésinaient pas sur les moyens pour mieux bouffer ou être mieux soigné et tricher le système ! Aujourd’hui, les vieux appartements soviétiques se vendent des millions de dollars, et il faut avoir des couilles en titane poinçonnées au kremlin ou chez Vladimir pour habiter ces ‘’joyaux’’ de l’architecture russe ! et ne parlons pas des camarades ‘’communistes’’ chinois, c’est encore pire ! on y bouffe que les meilleurs mets que la Chine possède, ailerons de requins, poule noire, caviar russe, bite de tigre, bile d’ours, couilles de chiwawas et j’en passe !

    Que voulez-vous ! les humains ont décrété qu’ils se sont ‘’libéré’’ et qu’ils méritent chacun selon son parcours et ses ‘’efforts’’ une part de luxe et de volupté dans sa vie ! ‘’J’ai réussi’’ ! ‘’je suis meilleur que les autres’’ ! ‘’tout ça c’est grâce à moi’’ ! ‘’J’ai souffert, et maintenant je récolte le fruit de mon labeur’’ ! ‘’si j’était pas là, ils seraient morts de faim, de soif ou de maladie’’ ! ‘’vous allez tout de même pas me comparer à ces idiots, ces imbéciles, ces va nu pieds, ces sans culottes’’ !Bref, ego démesuré, cupidité, pulsions en tous genre, adrénaline, euphorie, et aliénations sont l’unique moteur du genre humain < cette époque, et décidément, Karl Marx s’est trompé de discipline ! Au lieu de s’attaquer à l’économie, il aurait fallu qu’il s’attaque à la psychologie, la psychanalyse, aux traitements par électrochocs, pour comprendre qu’il lui fallait bifurquer sur la génétique ! Voilà ou le communisme aurait dû commencer, dans les laboratoires, à fouiller l’ADN, la manipuler, la zigouiller et si ça marche pas, demander aux ingénieurs de fabriquer une puce, un implant à insérer dans la cervelle des humains ! Mais, on y vient, ne vous inquiétez pas pour ça, la fameuse intelligence artificielle y travaille fort, et quelques syndiqués de la silicone valley ont déjà des puces implantées dans la paume des mains pour ‘’Puncher in’’ !
    Bref, qu’est-ce que le capitalisme au final ? un Alien qui a attaqué la planète terre ? un virus transmis par les singes ? un astéroïde qui est tombé dans la mer ! le capitalisme n’est rien d’autre que la conséquence la plus désastreuse de l’Évolution ! Celle-là à échappé à Darwin ! il l’a loupée alors qu’elle faisait des ravages déjà à son époque ! surtout lorsqu’on a cessé de dire que le religion ou la spiritualité était un signe de bonne santé mentale pour l’homme, et on a cru que le matérialisme allait solutionner tous les problèmes de l’humanité ! sans doute dans la précipitation, et sans mesurer les conséquences !

    L’être humain est un être élitiste, bipolaire, animal, prédateur et carnassier par essence ! le matérialisme lui a ouvert les yeux pour exploiter son environnement au maximum, et le capitalisme lui a permis d’exploiter son propre potentiel et assouvir ses besoins de prédation ! le communisme, cet idéal humaniste qui a rêvé de maîtriser les hommes devra être repensé en entier ! car on ne maîtrise pas les fauves et les bêtes sauvages sans une bonne dose de calmant, un travail sur le cerveau, et une science plus poussée que celles qu’on a connu à ce jour ! pour le faire ‘’humainement en tous cas !

    En attendant, on peut certes limiter les dégâts ! mais comment ?!! dites-le moi ! même sur cette partie on arrive pas à se mettre d’accord! Les élites de tous poils nous étouffent ! l’élitisme est partout ! même les carottes ne sont plus ces vieilles carottes tordues et goûteuses de jadis ! les médecins qui hier soignaient leurs communauté avec zèle et abnégation tout en vivant parmi eux, ont franchi le mur du son et rejoints les élites qui nous coûtent ici au Québec la moitié du budget de la province en salaires et avantages! Et pas qu’au Québec, partout ! les ingénieurs, les directeurs de projets, les créatifs, les artistes, les commerçants, et maintenant les éboueurs, les plombiers et les électriciens tous leur ont emboîté le pas et ne se projettent que dans un monde de luxure, chacun son trip ! en tous cas tout ce que vous possédez doit refléter votre ‘’rang’’ social, même la monture de vos lunettes, et même le papier cul dans les chiottes ! d’où la demande explosive en matériaux et objets de luxe partout sur la planète principalement extraites et transformés par des misérables…qui ont chez eux des écrans plats faits en chine! Il n’y a qu’à survoler les bidonvilles africains pour voir des paraboles fixées sur les toits en tôle trouée, ou les favelas latino-américaines qui se pétrifient elles aussi avec des magasins de luxe et des night clubs ! les environnementalistes occidentaux se gavent de crevettes tigrées récoltés par des gamins non scolarisés en Thaïlande, les écolos préfèrent le homard au beurre aux viandes rouges maltraitées, et les profs d’université ont troqué leur look hippie des années 70 pour des look de stars de Hollywood ! et s’il y a un dénominateur commun dans cette jungle urbaine contemporaine, c’est le Dieu fric, le dollar, l’euro, l’oseille quoi, et chacun pour soi ! Pourquoi voulez-vous que les plus pauvres ne perdent pas la tête et s’en privent ! c’est d’ailleurs la règle dans le tiers monde ! l’arnaque, le vol, les magouilles, bref, il est plus sûr d’investir ses économies à New York qu’a Ouagadougou ! même les prostituées de l’occident sont plus ‘’sûres’’ que leur homologues du tiers monde ! demandez aux touristes qui affectionnent ce genre de rapports, ils vous le diront tous ! les Saoudiens préfèrent Bangkok à Marrakech, la mafia russe a acheté Marbella en Espagne, et toute la féerique province d’Algarve portugaise au sud, la côte d’azur et la riviera française, et plus personne ne se rend en Afrique ou en Asie, sauf pour piller ! c’est la règle !

    Désolé d’être un peu long, mais il me semblait que vous répondre par une dissertation sur le prolétariat n’aurait servi à rien… je préfère m’en tenir aux réalités, et comment s’en protéger en tous cas, car on est plus en mode ‘’action’’ comme jadis, on est plus qu’en mode ‘’réflexion’’, et si on arrive à boucler le mois sans trop de casse, et en un seul morceau, c’est déjà ça !

    Amicalement tout de même ! et je vous reçois cinq sur cinq Camarade !

    Répondre
  • Ping :Du tourisme exotique au tourisme lubrique – les 7 du quebec | Raimanet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *