ÉMANCIPATION CE 1er MAI 2019

Par Nuevo Curso. Le 1.05.2019.

 

Parce que? Pour que?

JE SUIS PROLÉTARIAT INTERNATIONAL

Il y a moins de deux mois, nous avons lancé notre Conférence d’organisation dans le but d’unifier le travail de toutes les initiatives issues de la reprise et de la réappropriation du travail de la gauche communiste espagnole et de la FOR (Développement des travailleurs de la révolution »), jetant les bases de la constitution d’une nouvelle organisation politique: « Emancipation ». Bien que toutes ces initiatives et ces petits groupements aient eu lieu au départ en Espagne, nous avions bien en tête les paroles de Trotsky en 1930, alors qu’il tentait une dernière fois de convaincre la gauche communiste italienne de rejoindre l’opposition de gauche internationale alors organisée.

Je crois que sa conception de l’internationalisme est fausse. En fin de compte, vous concevez l’internationale comme une somme de sections nationales ou comme le produit de l’influence réciproque des sections nationales. Cette conception de l’Internationale est, dans le meilleur des cas, unilatérale, non dialectique et donc erronée. Si la gauche communiste du monde entier ne regroupe que cinq personnes, elle serait également tenue de créer une organisation internationale simultanément avec une ou plusieurs organisations nationales.

Il est faux de considérer que l’organisation nationale est la base et l’organisation internationale le toit. La relation entre les deux est totalement différente. Marx et Engels ont lancé le mouvement communiste en 1847 avec un document international et la création d’une organisation internationale. La même chose s’est produite lors de la création de la Première Internationale. La gauche de Zimmerwald a suivi le même chemin en préparant la Troisième Internationale. Il est beaucoup plus impératif de suivre ce chemin aujourd’hui qu’au temps de Marx. Certes, il est possible, à l’époque de l’impérialisme, qu’une tendance prolétarienne révolutionnaire se développe dans tel ou tel pays, mais elle ne peut pas prospérer et se développer dans un pays isolé; le lendemain de sa création, il doit rechercher ou établir des liens internationaux, une plate-forme internationale, une organisation internationale, car c’est le seul moyen de garantir la correction de la ligne nationale. Une tendance qui est enfermée dans les cadres nationaux pendant des années est irrémédiablement condamnée à la dégénérescence.

Léon Trotsky.  » Lettre au comité de rédaction de Prométhée « , 19 juin 1930.

TATLIN TOWER, CONÇUE POUR ÊTRE LE
SIÈGE DE LA IIIe INTERNATIONALE

 

En d’autres termes: ce qui caractérise une organisation politique de la classe ouvrière est un cadre d’analyse et des positions pour toute la classe … ce qui est universel.. Ensuite, il sera organisé territorialement et linguistiquement comme il peut en fonction de ses atouts et de la manière dont ils sont répartis à travers le monde. Si vous vous limitez plus ou moins ouvertement à une partie de la classe dans laquelle vous résidez, vous perdrez probablement la perspective des intérêts de la classe dans son ensemble. Dès le début, notre Conférence d’organisation n’a donc pas compris son travail limité, que ce soit en Espagne ou dans le domaine de notre langue. C’est pourquoi, dès le premier instant, elle a noué des contacts avec différentes organisations qui, issues de traditions et de trajectoires différentes, avec différents degrés de développement et d’extension, programmes et positions fondamentales au sein des frontières de classe : internationalisme et centralisme .

Depuis lors, il nous est apparu clairement que l’évolution de la crise et du conflit inter-impérialiste progressaient plus rapidement que la capacité des groupes politiques internationalistes, existants ou émergents, à coordonner leurs capacités et à structure commune. Servir par exemple en Amérique du Sud . Aussi tentant qu’il soit de « se concentrer » sur la portée de notre langage dans l’espoir qu’une coordination internationale plus large se construira, les tâches imposées par la situation mondiale nous placent dans la dichotomie de l’acceptation de la responsabilité et de la charge de travail correspondante. devenir un groupe « linguistique » en opposition à notre propre vision des tâches de chaque groupe révolutionnaire;

Nous savons également que l’utilisation de l’anglais en tant que « langue internationale » est un mirage tout autant que l’utilisation du français ou de l’espagnol. Tout effort visant à transcender les frontières linguistiques exige donc d’être présent dans plusieurs langues … autant que durable. Pourquoi le français, le portugais et l’anglais? Parce que ce sont les langues géographiquement limitrophes des régions et des villes où nous avons déjà des militants militants. Pourquoi pas des langues qui se chevauchent comme le catalan, le galicien, l’aymara, le quechua ou le guarani? Parce qu’ils se chevauchent et que la priorité en ce moment de dispersion internationale et de faiblesse du message internationaliste est de pouvoir atteindre le plus grand nombre avec nos forces limitées. Que signifie « durable »? Quel rythme de publication suivrons-nous dans les nouvelles pages? Notre objectif actuel est de maintenir les mises à jour quotidiennes et une certaine activité quotidienne dans les réseaux sociaux. C’est pourquoi chaque nouvelle page est créée avec son propre compte Twitter associé:Espagnol , portugais , français et anglais .

 


EN COMPLÉMENT À ÉMANCIPATION

 

PARTI COMMUNISTE INTERNATIONAL
LES PROLÉTAIRES N’ONT PAS DE PATRIE MAIS REPRÉSENTENT LA CLASSE
INTERNATIONALE DES TRAVAILLEURS !
PREMIER MAI 2019

Le processus de la globalisation, accéléré ces dernières décennies par le développement des communications et des transports, a entraîné toutes les zones de la planète dans le cycle infernal de la production capitaliste. La production, fondée sur l’exploitation du travail salarié et exclusivement destinée au profit, est un volcan qui éructe sans arrêt des marchandises, inutiles pour une bonne partie, dans des quantités de plus en plus croissantes. Mais le capitalisme, parvenu à sa phase de pleine décadence économique, autant idéal que moral, cherche à survivre en exploitant toutes les ressources de la planète, naturelle et humaine. Le pouvoir politique et économique s’est concentré dans les mains de quelques bourgeois à la tête d’immenses entreprises, lesquelles possèdent et contrôlent des richesses comparables à celles d’un état, et dominent ainsi les destins du monde entier. Mais le Capital, force historique anonyme et incontrôlable, détermine le heurt permanent entre les différents capitalistes et groupes nationaux de capitalistes et les entraîne inexorablement vers le précipice de la catastrophe économique et financière. L’extrême concentration du capital, qui ne cesse de s’accroître, d’une part rassemble, renforce et unifie la classe ouvrière, et d’autre part ruine impitoyablement les classes petite-bourgeoises, marchands et petits producteurs, classes privées de force et de programme historique et impuissantes socialement, même quand elles expriment bruyamment leur révolte, comme récemment pour une partie du mouvement des Gilets jaunes en France.
.
Dans le même temps, avec la progression inéluctable de la crise et la croissance explosive du nouveau colosse capitaliste chinois, qui bouleverse l’équilibre impérialiste existant, les tensions anciennes et nouvelles au niveau internationale s’aiguisent. Les États les plus puissants ont déjà commencé la guerre commerciale, à coups de législations commerciales nationales, d’embargos, de chantages, et les conflits armés éclatent ou se perpétuent dans de nombreuses régions du monde. Il est désormais évident à tous que le capitalisme ne réussira jamais à assurer un développement pacifique et harmonieux à l’espèce humaine, ce que les marxistes avaient déjà prévu depuis sa naissance. Ainsi les bourgeoisies renforcent leurs armées en vue d’un nouveau conflit impérialiste dans lequel seraient appelés à se faire massacrer des dizaines de millions de prolétaires ; et tandis que la misère des peuples ne cesse de croître, des centaines de milliards de dollars sont déversés dans la production d’armes de plus en plus létales.
.
Mais la guerre mondiale, cette terrible convulsion du monstre capitaliste agonisant, ne peut s’imposer qu’après avoir divisé les forces de son adversaire historique, la classe internationale des travailleurs, en les opposant les uns aux autres. Une campagne nauséabonde « souverainiste », « raciste » et appelant à la haine de l’étranger et du migrant, a déjà démarré dans de nombreux pays, dans le seul but de briser l’unité du prolétariat international et de le préparer à une nouvelle guerre. Cette infâme propagande prend pour prétexte le déplacement de millions d’hommes qui quittent leurs terres en raison de famines, de changements climatiques et de guerres incessantes, et ceci en Afrique, en Asie, en Amérique latine, et même en Europe. Ces migrations sont en fait imposées par les impérialismes rapaces qui par leur exploitation féroce des ressources naturelles et leur besoin insatiable de force de travail à bas coût, contraignent à la misère une masse croissante de déshérités.

.

Et la concurrence entre les grands impérialistes pour s’accaparer les richesses naturelles, s’emparer des zones de marché pour écouler leurs marchandises et leurs capitaux, occuper des points d’importance stratégique et militaire, sont la source de conflits incessants, comme au Moyen Orient et en Afrique centrale, forçant les populations à fuir les horreurs de la guerre. Le capitalisme a transformé une partie du monde en enfer pour celui qui travaille. Mais partout les prolétaires voient leurs conditions de vie et de travail se dégrader de jour en jour avec les attaques désormais continuelles de la classe patronale, animée seulement par la course au profit, et qui profite aujourd’hui de la faiblesse de la classe travailleuse, désorganisée et terrorisée par la crise économique qui arrive. Coupe dans les salaires, augmentation des horaires et de la charge de travail, réduction des garanties durement acquises par les luttes antérieures que ce soit pour l’emploi, la maternité, les maladies et les retraites, toutes ces attaques sont les mesures adoptées par les bourgeoisies nationales pour défendre leurs profits qui diminuent inexorablement, sans parler de la difficulté à écouler les marchandises produites conduisant ainsi à une surproduction mondiale et donc à une crise économique terrible. Le patronat est ainsi poussé à exaspérer l’exploitation des travailleurs tandis qu’une partie de plus en plus importante des prolétaires est condamnée au chômage.
.
En effet la chute du taux de profit est inexorable, indomptable, inscrit dans les gènes du mode de production capitaliste, comme le marxisme l’a amplement analysé ; de même que les crises économiques sont inhérentes au capitalisme, cycliques devant mener à une fin catastrophique de ce système, cadavre qui chemine encore et que les deux guerres mondiales du 20ème siècle ont permis de régénérer pour un temps seulement. Dans de nombreux pays occidentaux, une partie des travailleurs est constituée par des immigrés, très souvent contraints à travailler dans l’illégalité et la menace de l’expulsion ; ces turpitudes qui parfois s’avoisinent à des formes d’esclavage, sont couvertes par l’État bourgeois pour favoriser les patrons, augmenter la concurrence et la haine entre les travailleurs, et ainsi diminuer leurs forces de combat. Or une seule force historique émerge objectivement face au Capital : le prolétariat international, organisé en classe, uni au-delà des nationalités et des différences religieuses et ethniques. Ce prolétariat doit devenir une classe en soi, et non pas une marchandise pour le Capital ; il défendra ses conditions de vie et de travail en reconstituant ses syndicats de classe, instruments indispensables pour unir ses forces contre les attaques patronales. Il aura appris à démasquer les syndicats restés fidèles au régime bourgeois et les partis opportunistes faussement amis, et pourra alors conduire la guerre contre l’appareil politique, et ses outils policier et militaire. Mais dans cette véritable guerre de classe, le prolétariat international sera guidé par ses avant-gardes qui auront adhéré au Parti Communiste, révolutionnaire et international, à son programme historique invariant qui clame : les prolétaires n’ont pas de patrie ! Ils sont frères de classe et se retrouveront unis dans la lutte mondiale pour abattre le régime du Capital et instaurer le Communisme !

.
1er mai 2019. Parti Communiste International.
http://www.international­communist­party.org  – icparty@interncommparty.org


Ce qui distingue notre parti: – la ligne de Marx à Lénine à la fondation de la III° Internationale et du Parti Communiste d’Italie à Livourne 1921, à la lutte de la Gauche Communiste Italienne contre la dégénérescence de Moscou, au rejet des fronts populaires et des blocs partisans; – la dure œuvre de restauration de la doctrine et de l’organe révolutionnaire, en contact avec la classe ouvrière, en dehors de tout carriérisme personnel et de tout électoralisme.

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

2 pensées sur “ÉMANCIPATION CE 1er MAI 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *