L’employabilité, un secret mieux gardé que la santé!

.

Quand les fonctionnaires se cachent derrière le secret professionnel

Ne lisez pas ce billet. Vous seriez trop déçu de la façon d’agir de certains fonctionnaires. C’est un texte trop démotivant. C’est pourquoi je vous invite à ne pas le lire. Surtout si vous êtes fleur bleue et croyez que nous vivons dans un système qui est beau et parfait. Continuez de voguer sur votre nuage et ne lisez pas ce billet.

Raymond Viger Dossier Communautaire

Il existe plusieurs programmes de réinsertion pour les gens qui sont loin du marché du travail ou qui ont des choses à régler pour pouvoir y faire leur entrée. Depuis quelques années, la pression est forte sur les coupures et les restrictions pour les programmes de réinsertion. Un peu comme en santé, il coûte moins cher de prévenir que de guérir, en employabilité, il coûte moins cher d’investir pour aider les gens à retourner vers le marché du travail que de les laisser sur l’aide sociale.

Mais ce principe pourtant simple à comprendre n’est pas la panacée de nos politiciens qui s’amusent diaboliquement à couper partout et à augmenter les contraintes pour y avoir accès.

Les programmes de réinsertion sociale

Mais revenons aux fonctionnaires qui sont les intermédiaires entre les organismes communautaires, les bénéficiaires et les programmes de réinsertion. Lorsque nous référons une personne pour adhérer à un programme d’insertion, nous l’avons évalué et nous considérons que le programme choisi est le meilleur outil pour soutenir la personne dans son cheminement et sa continuité. Nous la référons donc au Centre local d’emploi pour entériner notre proposition.

En encadrant 165 jeunes qui nous proviennent des différents coin de la ville, avec plusieurs programmes possibles pour eux, nous sommes en contact avec beaucoup de fonctionnaires différents ainsi que des politiques internes pour chaque bureau qui passent d’un extrême à l’autre. Pour la majorité des fonctionnaires qui travaillent dans les Centre locaux d’emploi, nous avons normalement un excellent service et une excellente communication. Un partenariat dans le soutien des gens que nous accompagnons conjointement.

Fonctionnaires insécures et infantilisant

Mais il arrive parfois que nous tombons sur les 3% de fonctionnaires qui font honte à la profession. C’est ce qui nous est arrivé la semaine dernière. Je me permet de vous partager cette triste réalité. Une forme d’auto-thérapie pour me calmer les nerfs. Mon thérapeute étant décédé depuis quelques années, je dois maintenant me débrouiller seul pour ventiler mes frustrations envers le système. Mon blogue devient donc mon nouveau thérapeute.

Nous référons au Centre local d’emploi une personne que nous accompagnons dans un cheminement de retour au travail. La personne se fait refuser l’accès au programme. Elle quitte le Centre local d’emploi traumatisée et en pleurant. Les raisons qu’elle nous donnent sont difficiles à croire. Elle s’est senti brusquée par le fonctionnaire. Celui ne l’aurait écouté que 2 minutes et aurait fait venir son patron pour compléter l’entrevue. C’est déjà surprenant qu’un fonctionnaire ne soit pas capable de rencontrer une bénéficiaire sans faire venir son supérieur dans le bureau.

Qu’une personne soit refusée dans un programme, cela fait parti des pouvoirs qui sont conférés aux Centres locaux d’emploi. Pour aider la personne que nous accompagnons, pour nous il est important de connaître les motifs du refus et ce qu’ils lui ont réellement proposés. J’appelle donc le fonctionnaire responsable, comme nous le faisons régulièrement pour le bien-être des gens que nous accompagnons et pour nous assurer de pouvoir donner le meilleur suivi à ces gens. Le fonctionnaire ne réussi à me parler que 2 minutes, se cachant derrière une phrase apprise par coeur:

Nous avons tout expliqué à la bénéficiaire, qu’elle vous explique les raisons du refus.

J’avais l’impression de parler à un robot, insécure, inexpérimenté et incapable de parler à un autre être humain. Je ne lui demande pas de se justifier. Je cherche juste à comprendre pour mieux aider une personne dans son cheminement. En moins de 2 minutes, comme il l’avait fait avec la bénéficiaire, il me transfère à sa supérieure! Pas fort sur la communication et le partenariat!

Je parle donc à son patron. Elle me dit que les informations sont confidentielles et qu’elle ne peut pas me parler. Voyant que j’insiste, elle me demande de lui donner les motifs que j’ai reçus de la bénéficiaire. Je lui en donne quelques-uns. Sur la défensive, elle me dit que ce n’est pas ce qu’ils ont dit à la bénéficiaire. Parfait lui dis-je, pouvez-vous me dire quels sont les motifs de son refus. Je ne peux vous en parler, c’est confidentiel me répond-elle encore une fois. D’un côté, elle me dit de demander au bénéficiaire les raisons du refus. De l’autre elle me confirme que ce qu’elle me dit ne sont pas les vrais motifs. Et malgré tout, elle ne veut pas me donner les vrais motifs du refus.

Comme nous le faisons avec les psychiatres, psychologues, médecin et autres professionnels, je lui offre de lui faire parvenir une lettre d’autorisation de la bénéficiaire pour connaître les motifs du refus et savoir qu’est-ce qui lui a été offert. Elle me répond que même avec une lettre d’autorisation de la bénéficiaire elle ne pense pas qu’elle puisse me parler. Puisqu’elle ne pense pas, je lui demande de vérifier pour être sûr de sa position. Elle vérifie donc au central avec le patron du patron du fonctionnaire du début. Le big big bus régional. La réponse est la suivante:

Même avec une lettre d’autorisation de la bénéficiaire, je n’ai pas le droit de vous parler. Nous sommes en Employabilité et nous n’avons pas les mêmes normes qu’en Santé. La bénéficiaire a eu les informations, qu’elle vous explique les raisons du refus.

Ça fait 20 ans que j’interviens auprès des jeunes. Je parle à toutes les semaines à différents fonctionnaires. Mais quand je tombe sur ce 3% de fonctionnaires, incapables de réfléchir et de prendre position, qui se cache derrière des procédures parce qu’ils ont peur de prendre des initiatives ou de me parler… je fulmine. Je suis en ta… Nous sommes tous en état de choc et consternés dans l’organisme. Nous mettons tellement d’énergie pour aider et soutenir les gens que nous accompagnons qu’il est très pénible et difficile de se heurter à de tels fonctionnaires.

Je vous avais prévenu de ne pas lire ce billet. Rien pour nous remonter le moral en ce lundi matin. Rien pour aider ma pression non plus.

Autres textes sur Communautaire

16 pensées sur “L’employabilité, un secret mieux gardé que la santé!

  • avatar
    10 mars 2012 à 7 07 51 03513
    Permalink

    3% seulement??? Vous voulez rire???

    Les fonctionnaires chargés de renouveler ma carte d’assurance-maladie (carte Soleil) que j’ai dû rencontrer sont tellement obtus et m’ont tellement « niaisé » que je leur ai dit de se la mettre au c.. leur cartes.

    Je n’aurais pas eu de problèmes pour en obtenir une si j’étais arrivé du Sahara. Les chameaux ne sont pas tous « à bosses ».

    Mais vous avez raison; je n’aurais pas dû vous lire car j’étais presque parvenus à oublier leur imbécillité chronique et je me préparais à ré-essayer d’obtenir ma carte. Mais là, j’en ai encore pour six à huit mois à me calmer.

    « Tout passe dans la vie! »; mais cela ne semble pas s’appliquer au fonctionnariat.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 8 08 03 03033
    Permalink

    @ delpech

    J’imagine que la personne concernée vient de se rendre compte qu’elle n’est qu’un numéro dans notre société de production. Elle est devenu un numéro non-producteur et très peu consommateur. Il ne lui reste probablement qu’à se fier à la loi du hasard (pour elle) et de la nécessité (du système évidemment).

    Monsieur Viger nous le dira probablement.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 11 11 26 03263
    Permalink

    @ Delpech.

    Nous continuons d’accompagner les gens avec les moyens que nous avons. Nous pourrions en faire beaucoup plus si certains fonctionnaires étaient plus collaboratifs.

    Raymond Viger

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 11 11 28 03283
    Permalink

    @ L’artiste 12.

    3%, je ne voulais pas rire, je voulais être poli. Il existe un certain nombre de fonctionnaire dont le travail est irréprochable et qui sont ouvert à aider les gens qui les consultent. Quand je parle des pommes pourries de notre système, je préfère me limiter à 3% pour respecter ceux qui travaillent fort et bien.
    Raymond Viger

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 12 12 54 03543
    Permalink

    Trois pour-cent (3 %)… vous sous-estimez la réalité il me semble.

    Le modèle québécois est bon à jeter à la poubelle. Personnellement, je ne crois pas à ces programmes de réinsertion. Désolé. On pourrait prendre tous ces buraucrates et les congédier demain matin. Ça ne changerait rien à rien, nême que ce serait bien mieux. Imaginez un instant qu’au lieu d »aller quémander à un fonctionnaire arrogant et grassement payé pour un service quelconque. on n’aurait plus d’impôt à payer et on demanderait plutôt à un entrepreneur (maintenant propère) d’offrir un emploi à celui/celle qui en a besoin et de former cette personne pour ce travail.

    Ça couterait pas mal moins cher que de se fier au gouvernemaman et ce serait pas mal plus efficace.

    L’état n’est pas là pour améliorer la qualité de votre vie. L’état est là pour vous dominer. Fuck le gouvernemaman… et bon samedi.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 13 01 09 03093
    Permalink

    Mais ne pensez pas que je suis un sans coeur. Le système est ce qu’il est, et tant qu’on verse des taxes et impôts de fous comme on fait présentement pour financer ce navire, ceux qui sont admissibles à des services devraient être en mesure de les recevoir.

    Mais l’état a créé des immunités juridiques pour ses fonctionnaires, qui ne peuvent être poursuivis pour les actes commis dans l’exercice de leurs fonctions. Pour être certains qu’ils se sentiraient encore mieux protégés, on leur a permis de se syndiquer.

    Donc les employés du public (vous) ne vous doivent aucun compte, ne peuvent être poursuivis s’ils enfreignent la loi, et ont de meilleures conditions de travail et une meilleure sécurité d’emploi que ceux qui payent leur salaire.

    Comme je disais, l’état est là pour vous dominer. Fuck le gouvernemaman… et bon samedi.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 13 01 18 03183
    Permalink

    Monsieur Viger c’est écrit : nons avons tout expliqué à la bénéficiaire, qu’elle vous explique les raisons du refus……=== Est-ce qu’ils lui ont expliqué par ecrit ^. J<ai recommenc/ 'a faire des fautes , cela fait je ne pourrai aller loin encore aujourd<hui. === On dirait que l<on contr[ole mon ordinateur. "a menute que je veux frotter un peu , ]Ca fait des fautes pis c<est pas de ma faute. Le / , 'a c<est /crit , je tape sur la m{eme touche recommenc/ 'a faire des fautes…….. Je n<irai pas plus loin ici Monsieur Raymon Viger , votre pression be Quiet , faite comme moi , 'a 2 hrs je vais retourner jouer dehors.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 13 01 36 03363
    Permalink

    JMDS… tu semble avoir un virus. Tu devrais nettoyer ton ordi.

    À tous,

    J’aimerais bien connaître votre opinion sur ce passage suivant d’un article que je viens de lire dans La Presse. C’est lié d’une certaine façon à mon commentaire précédent.

    Donc auujourd’hui, Michel Girerd de La Presse écrit ceci en parlant de la Caisse de Dépôt du Québec :

    ‘On va me dire que l’ère de l’internationalisation et des stratégies sophistiquées de placements de la Caisse sous le règne d’Henri-Paul Rousseau (2002-08), après des années de vaches grasses, s’est finalement terminée en catastrophe. La Caisse allait déclarer en 2008 des pertes de 40 milliards à la suite d’une chute de 25 % de son gigantesque portefeuille. Et personne n’a compris comment l’équipe de M. Rousseau avait pu se faire embarquer dans la saga du papier commercial en y devenant le plus important investisseur canadien. Un mystère qui a fait perdre à la Caisse près de 6 milliards!’

    Que pensez vous de l’affirmation de Michel Girerd selon laquelle ‘personne n’a compris comment l’équipe de M. Rousseau avait pu se faire embarquer dans la saga du papier commercial en y devenant le plus important investisseur canadien’?

    Aujourd’hui, Henri-Paul Rousseau est administrateur de Power Corp. qui l’a engagé dès son départ de la Caisse.

    http://www.powercorporation.com/en/governance/board-directors/

    Avec 40 milliards de dollars, tu peux financer beaucoup de programmes de réinsertion sociale et de retour au travail. Dommage que La Presse et M. Girerd n’ont toujours pas percé ce fabuleux mystère.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 13 01 39 03393
    Permalink

    JMDS… le problème avec ton ordi est que la langue de ton clavier est probablement l’anglais plutôt que le français. Donc, les touches donnent des caractères différents du français. Tu devrais changer ça.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 13 01 42 03423
    Permalink

    Par contre avant de partir jest replac/ . Ben non , cela fait que Monsieur Lartiste12 , ben l<a je vous bat , en 2 jours je me calme , j<utilise la m/thode de Boudha. Par contre ils restent dans ma t[ete . === Je crois que leur truck c<est de se croiser les pattes , cela d/gage les <<COUILLES<<. Je me pose une question , les femmes comme Pauline Marois , Lisa Fr}}ula , etch/t/ra , est-ce que l<on doit se poser des questions 'a leur endroit ^ .

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 14 02 09 03093
    Permalink

    Bonjour Monsieur A.L.. , pourquoi dans le même texte tout est bien écrit , comme ici présentement et que dans le précédent il y a des fautes ? Je n’ai rien changé , j’ai juste eu le temps d’aller pisser et me chercher une autre  »BLEU » . Monsieur A.L. j’ai mis 2 points en entrée à votre nom , mais le commentaire précédent , c’était avec 2 points A.L… Ouf , j’ai cru un instant que ce n’était pas le même , mais les vidéos m’ont rassûré.
    Bon après-midi à vous ,
    Jean-Marie De Serre.

    P.S. Attention à vous.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 14 02 28 03283
    Permalink

    P.S. encore , méfiez-vous tous encore , quand un Multi-millionnaire fait un party de  »ROUGE » chez lui et que tout les meilleurs suceux de culs sont invités , j’en ai conclu que ce aurais été la même chose si cela avait été les  »BLEUS », les PI-KIOUS , etc.etc.etc. === Monsier Raymond Viger , je ne serai pas au travail à 2 heures , mais je l’aime ma job , si je ne suis pas là à 2 heures , j’y serai à 3 , mais je vais aller jouer dehors avant de m’endormir ce soir.
    Jan-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2012 à 16 04 20 03203
    Permalink

    Raymond,

    Je suis certain que tu travailles fort pour aider ces gens, et tu as beaucoup de mérite. Il me semble que ce serait plus rentable de faire notre chèque directement à Raymond et sortir le fonctionnaire de l’équation.

    Après ça, Raymond pourrait aider le fonctionnaire à se trouver une vraie job.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *