ENLEVER LE MASQUE (partie 2)

Avoir été capable de se créer un masque pour ne pas souffrir a été dans un sens un acte de courage, qui a aidé à survivre et à s’adapter à l’environnement dans lequel on évoluait. Rappelons les cinq blessures et les masques qu’elles incitent à porter :

Le FUYANT – masque de la blessure du REJET

Le DÉPENDANT – masque de la blessure de l’ABANDON

Le MASOCHISTE – masque de la blessure de l’HUMILIATION

Le CONTRÔLANT – masque de la blessure de la TRAHISON

Le RIGIDE – masque de la blessure de l’INJUSTICE

Petite mise au point. Nous NE PORTONS PAS TOUJOURS un masque, seulement lorsque nous avons peur de souffrir, de revivre la blessure que le masque est supposé protéger, ce qui peut se produire au cours de la journée, ou rarement, dépendant des personnes et de leurs blessures. De plus, nous ne possédons pas TOUTES les caractéristiques décrites dans l’article de la semaine dernière relatives à une certaine blessure. La description du caractère de chacun est là pour nous aider à nous reconnaître dans certains des comportements reliés à notre blessure.

Chaque type de caractère a tendance à se leurrer

S’il est très facile de voir objectivement les autres et leurs comportements, il n’en est pas ainsi pour nous-mêmes. Voici quelques leurres faciles à reconnaître.

Le FUYANT (masque de la blessure du REJET) se fera croire qu’il s’occupe bien de lui-même et des autres pour ne pas sentir les différents rejets vécus.

Le DÉPENDANT aimera faire l’indépendant et répéter à quel point il se sent bien seul et qu’il n’a besoin de personne.

Le MASOCHISTE se convaincra que tout ce qu’il fait pour les autres lui fait énormément plaisir. Il trouvera des excuses aux situations ou personnes qui l’ont humilié.

Le CONTRÔLANT sera convaincu de ne jamais mentir, qu’il garde sa parole et que personne ne lui fait peur.

Le RIGIDE aimera dire à tout un chacun combien il est juste, que sa vie est sans problèmes. Il aimera croire qu’il a beaucoup d’amis qui l’aiment comme il est.

Comment guérir les blessures?

Pour qu’un problème disparaisse, il faut d’abord le voir et l’accepter. S’accepter inconditionnellement, c’est-à-dire s’accepter même si nous ne sommes pas d’accord avec ce qui nous arrive et même si nous ne comprenons pas le pourquoi de certaines situations. Parfois, il faut même accepter de ne pas être capable d’accepter telle chose. Pour s’accepter véritablement, la notion de responsabilité est essentielle. En tant qu’être humain, on ne peut pas plaire à tout le monde et on a le droit d’avoir certaines réactions humaines qui peuvent déplaire.

Qui se cache derrière le masque?

Quand nous commençons à prendre conscience des peurs qui influencent nos pensées et nos comportements, le masque devient inutile, et tombe. Il n’y a alors plus de raison de stagner dans une énergie négative, réactive. Se révèlent alors dans toute leur plénitude nos forces innées. Si une personne par la suite réagit encore par la peur, au moins elle en sera consciente et pourra se regarder avec objectivité.

QUI SE CACHE DERRIÈRE LE MASQUE? Voici les forces cachées derrière les blessures et les masques.

DERRIÈRE LE MASQUE DU FUYANT (blessure du rejet) SE CACHE UNE PERSONNE …

• efficace, dotée d’une bonne endurance au travail, capable de travailler seule

• débrouillarde, douée d’invention, d’imagination, de créativité

• apte à réagir; habilitée à faire ce qu’il faut en cas d’urgence

• autonome

Lorsque le FUYANT prend de plus en plus sa place, ose s’affirmer, et ce, même si une autre personne semble oublier qu’elle existe, qu’elle peut quand même être bien dans sa peau, on peut dire que sa blessure est en voie de guérison.

DERRIÈRE LE MASQUE DU DÉPENDANT (blessure de l’abandon) SE CACHE UNE PERSONNE…

• habile sachant faire ses demandes. Qui ne se sent pas abandonnée si on lui dit non

• qui a des dons artistiques et de comédien. Personne qui sait capter l’attention des autres

• qui peut aider les autres sans entrer dans leurs problèmes

• qui, bien que sociable, a besoin de moments de solitude pour se retrouver

Lorsque le DÉPENDANT se sent bien, même seul, qu’il recherche moins l’attention, qu’il entreprend les projets qui l’inspirent, même si les autres ne l’appuient pas, on peut dire que sa blessure est en voie de guérison.

DERRIÈRE LE MASQUE DU MASCOHISTE (blessure de l’humiliation) SE CACHE UNE PERSONNE …

• audacieuse, aventurière, possédant de grandes capacités dans divers domaines

• sensible aux besoins des autres, capable de respecter la liberté de chacun

• qui est bon médiateur, conciliateur, susceptible de dédramatiser des situations difficiles

• joviale qui aime le plaisir et met les autres à l’aise

• généreuse, serviable et altruiste

• qui a des talents d’organisateur

• sensuelle, personne qui sait se faire plaisir en amour

• digne et fière

Lorsque le MASOCHISTE (blessure de l’humiliation) prend le temps de vérifier ses besoins AVANT de dire oui aux autres, et qu’il en prend moins sur ses épaules, cesse de se créer des limites, on peut dire que sa blessure est en voie de guérison.

DERRIÈRE LE MASQUE DU CONTRÔLANT (blessure de la trahison) SE CACHE UNE PERSONNE …

• qui possède des qualités de chef et qui, par sa force, est habile à rassurer et à protéger

• sociable, bon comédien, possède le talent de l’art de oratoire

• aide les autres à acquérir plus de confiance en eux, en faisant valoir leurs talents

• capable de déléguer – permet aux autres de se valoriser

• capable de gérer plusieurs choses à la fois, de prendre des décisions rapidement

• s’entoure des bonnes personnes pour passer à l’action

• capable de grandes performances et capacité de lâcher priser complètement

Lorsque le CONTRÔLANT réagit moins négativement quand les autres dérangent ses plans et qu’il commence à lâcher prise (signifiant arrêter de s’attacher aux résultats) et s’arrête de vouloir que tout se passe selon sa planification, on peut dire que sa blessure est en voie de guérison.

DERRIÈRE LE MASQUE DU RIGIDE (blessure de l’injustice) SE CACHE UNE PERSONNE…

• créative, très énergique, dotée d’une grande capacité de travail

• ordonnée et excellente pour produire un travail de précision

• qui a la capacité de simplifier et d’expliquer clairement

• très sensible et perçoit ce que les autres ressentent

• enthousiaste, vivante et dynamique

• qui, tout comme le FUYANT (blessure du rejet), sait quoi faire en cas d’urgence

Lorsque le RIGIDE (blessure de l’injustice) se permet d’être moins perfectionniste, de faire des erreurs sans vivre de colère ou de critique, qu’il se permet enfin de montrer sa sensibilité aux autres sans la peur d’être jugé, on peut dire que sa blessure est en voie de guérison.

Enlever le masque

En conclusion, les personnes qui se cachent derrière un masque sont tellement plus belles, productives et riches que les attributs même qu’elle se sont créés à travers le masque, pourquoi attendre? Oser enlever le masque, c’est oser se montrer dans sa vulnérabilité et sa condition humaine. Oser juste être soi, audacieusement, sans se laisser intimider par les peurs de rejet, d’abandon, d’humiliation, de trahison et d’injustice.

Un aveu de mon plus jeune frère lors d’une réception m’avait profondément touchée : «Je n’apprécie plus les personnes trop parfaites, lisses, que l’on ne peut jamais atteindre… les personnes qui me touchent, maintenant, sont celles qui montrent leur vulnérabilité. Elles sont attachantes. Je les crois dans leurs propos. Elles me touchent.»

Ces personnes qui ne sont plus occupées à bien paraître et à chercher l’approbation, à être parfaites, ou à avoir peur d’être rejetées, ont de l’énergie à consacrer au bien du tout. Elles aiment et accueillent les autres pour ce qu’ils sont. Alors, telle l’image qui apapraît en début d’article, nous rayonnons dans l’univers.

CAROLLE ANNE DESSUREAULT

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d'argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l'épanouissement de la personne par la pratique de l'attention vigilante : la pleine conscience.

26 pensées sur “ENLEVER LE MASQUE (partie 2)

  • avatar
    1 décembre 2011 à 2 02 42 124212
    Permalink

    Faire rentrer les gens dans des cases leur ôte leur liberté d’être. Je suis l’ensemble de ces états, en fonction du temps, des gens que je côtoie. Je suis un caméléon. Cela ne m’empêche pas d’avancer et d’aimer, voire de haïr quand il le faut. Mais mon leitmotiv, c’est la réflexion et le contrôle de soi. Le reste se fait naturellement, en fonction des opportunités. C’est la survie qui guide mes pas, comme l’homme préhistorique que beaucoup sont restés.

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 8 08 20 122012
    Permalink

    Donc quand je décide de m’aimer, de me faire confiance et de sortir de ma survie, j’enlève automatiquement mes masques car dans la vie, il n’existe que les peurs ou l’amour. Les peurs sont reliées à l’égo et l’amour est relié à mon soi.
    Bonne journée

    Répondre
    • avatar
      6 mars 2017 à 13 01 34 03343
      Permalink

      Oui c’est vrai, les peurs à l’ego, l’amour au coeur, à sa lumière, pourquoi avons nous si peur de briller de notre lumière, cessons de nous cacher derrière les masques de nos blessures. Merci

      Répondre
      • avatar
        8 mars 2017 à 14 02 36 03363
        Permalink

        En effet, il faut cesser de nous cacher derrière nos masques. Plus facile à dire qu’à faire, dirons-nous, mais il suffit d’être alerte à nos pensées et à nos émotions.

        Entre l’ego et l’Être, il y a le mental dans lequel les peurs sont programmées.

        Je crois que s’ouvrir à notre intuition est un des moyens qui nous rapproche de notre authenticité.

        Merci d’avoir prise le temps de partager votre réflexion.

        Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 8 08 53 125312
    Permalink

    Ce serait juste de citer vos sources car votre texte est tiré du livre de Lise Bourbeau « les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même »
    Clémentine

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 11 11 45 124512
    Permalink

    Félicitation pour l’amélioration. Encore plus facile à comprendre :

    Le CONTRÔLANT – masque de la blessure de la TRAHISON

    Mais, je dirais : masque de la blessure ressentie comme une TRAHISION.

    Clin d’oeil.

    Pourriez-vous expliquer pourquoi vous aviez l’impression de marcher sur des oeufs hier ?

    Cordialement.

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 16 04 53 125312
    Permalink

    @Clémentine
    Il est vrai que mes sources sont tirées du livre de Lise Bourbeau, ceci a été mentionné dans l’article de la semaine dernière (1 de 2), Quel masque portez-vous?

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 16 04 53 125312
    Permalink

    @Clémentine
    Il est vrai que mes sources sont tirées du livre de Lise Bourbeau, ceci a été mentionné dans l’article de la semaine dernière (1 de 2), Quel masque portez-vous?

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 17 05 00 120012
    Permalink

    @delpech

    Les méthodes font rentrer les gens dans des cases dans le but de tenter de comprendre ce qui se passe en eux, très approximativement. Les méthodes ne sont pas les êtres humains. Il faut sortir de la rigidité des cases une fois que l’information est digérée.

    «MON LEITMOTIV, C’EST LA RÉFLEXION ET LE CONTRÔLE», je dirais plutôt : «Mon leitmotiv, c’est la réflexion ET LA MAÎTRISE.»
    Amicalement,
    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 17 05 00 120012
    Permalink

    @delpech

    Les méthodes font rentrer les gens dans des cases dans le but de tenter de comprendre ce qui se passe en eux, très approximativement. Les méthodes ne sont pas les êtres humains. Il faut sortir de la rigidité des cases une fois que l’information est digérée.

    «MON LEITMOTIV, C’EST LA RÉFLEXION ET LE CONTRÔLE», je dirais plutôt : «Mon leitmotiv, c’est la réflexion ET LA MAÎTRISE.»
    Amicalement,
    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 17 05 02 120212
    Permalink

    @Viviane Jodoin

    La vérité est toujours simple.

    Merci de votre commentaire,

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 17 05 05 120512
    Permalink

    @Le Gaiagenaire

    Hum … je me propose de vous répondre à ce sujet sur CENT PAPIERS dans QUEL MASQUE PORTEZ-VOUS?, une fois que le site aura été rétabli. Il est en déconnexion depuis tôt ce matin.

    A plus tard,

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 17 05 05 120512
    Permalink

    @Le Gaiagenaire

    Hum … je me propose de vous répondre à ce sujet sur CENT PAPIERS dans QUEL MASQUE PORTEZ-VOUS?, une fois que le site aura été rétabli. Il est en déconnexion depuis tôt ce matin.

    A plus tard,

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 19 07 53 125312
    Permalink

    @gaiagenaire

    Vous me faites sourire … j’arroserai bientôt, c’est sûr.
    Ici, le site CENT PAPIERS est toujours en panne. Est-ce la même chose pour vous?

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
    • avatar
      1 décembre 2011 à 21 09 08 120812
      Permalink

      @Carolle Anne Dessureault

      Je me suis fait rejeté un commentaire par la « boss » contrôlante du Conseil du Statut de la Femme du Québec parce que certains mots étaient en majuscule. Son « netiquette » à elle veut que les majuscules soient l’équivalent de cris,c.a.d. de violence…

       » Ici, » C’est où ?

      Moi, où je suis, c’est erreur 504 ou quelque chose de semblable depuis 07:00, ici …

      « Rose »

      Répondre
  • avatar
    1 décembre 2011 à 19 07 53 125312
    Permalink

    @gaiagenaire

    Vous me faites sourire … j’arroserai bientôt, c’est sûr.
    Ici, le site CENT PAPIERS est toujours en panne. Est-ce la même chose pour vous?

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    2 décembre 2011 à 0 12 25 122512
    Permalink

    UN RAPPEL IMPORTANT

    CentPapiers est à procéder à des modifications qui peuvent parfois en rendre l’accès difficile. Vous êtes invités en ce cas à aller directement au site « Les 7 du Québec », pour y trouver et pouvoir commenter la « Chronique du jour », ainsi que les chroniques des jours précédents qui apparaissent normalement dans la liste en haut a droite de la page UN de CentPapiers

    Pierre JC Allard

    Répondre
    • avatar
      2 décembre 2011 à 20 08 35 123512
      Permalink

      Le 2 décembre 2011

      La seule chose authentique dans chaque être est l’émotion.

      Le gaïagénaire met fin à cette « amitié » maintenant.
      🙂

      Répondre
  • avatar
    2 décembre 2011 à 1 01 54 125412
    Permalink

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT, le contrôle de soi, ça veut dire la maîtrise de soi. Vous voulez peut-être d’autres synonymes ? Quant à l’étude supposée des gens que l’on place dans des cases, elle se fait surtout pour élaguer les idées et parquer les êtres, sauf votre respect !

    Répondre
  • avatar
    2 décembre 2011 à 20 08 05 120512
    Permalink

    @delpech
    J’ai souvent lu dans les livres spirituels que la maîtrise différait du contrôle dans ce sens qu’elle laissait plus de place à la liberté et moins à la répression. De toute façon, j’ai très bien compris que c’était le sens que vous donniez à votre leitmotiv.

    Je vous ferai remarquer que les études qui parquent les gens dans des cases est là pour aider les gens à en sortir, lorsqu’ils prennent conscience de cette catégorisation de leur personnalité.

    Bonne soirée,

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    2 décembre 2011 à 20 08 05 120512
    Permalink

    @delpech
    J’ai souvent lu dans les livres spirituels que la maîtrise différait du contrôle dans ce sens qu’elle laissait plus de place à la liberté et moins à la répression. De toute façon, j’ai très bien compris que c’était le sens que vous donniez à votre leitmotiv.

    Je vous ferai remarquer que les études qui parquent les gens dans des cases est là pour aider les gens à en sortir, lorsqu’ils prennent conscience de cette catégorisation de leur personnalité.

    Bonne soirée,

    CAROLLE ANNE DESSUREAULT

    Répondre
  • avatar
    2 décembre 2011 à 20 08 37 123712
    Permalink

    LeNoogernaire a répondu:
    décembre 2nd, 2011 à 20:35

    Le 2 décembre 2011

    La seule chose authentique dans chaque être est l’émotion.

    Le gaïagénaire met fin à cette « amitié » maintenant.

    Répondre
  • avatar
    22 avril 2013 à 13 01 22 04224
    Permalink

    Delpech est une fameuse caractériel….On ne voit pas autre chose!

    Les synonymes n’ont pas tous la même équivalence éthymologique. Sinon, ça serait le même mot. Les racines du mot maîtrise sont différente du mot contrôle. Et de part l’étude de ces racines, il est vrai de dire qu’un leitmotiv de contrôle est une moyenne aberration. Mais je ne crois pas non plus que delpech soit suffisamment guéri pour avoir un leitmotiv de maîtrise.
    Elle veut contrôler les autres mais n’est pas capable de se maitriser elle. Voilà une vérité toute simple que tout le monde voit bien.
    La maîtrise implique plus soi-meme, et le contrôle implique les autres p/r à soi-meme. Alors si Delpech ne voit pas la différence, prenons ce qu’elle nous dit, et comprenons qu’elle a le leitmotiv de contrôler les autres. Bravo delpech…!
    Et puis même sans analyse éthymologique, on ne peut s’empêcher de remarquer sa volonté d’agresser. Moi, je n’aime pas constater des attitudes semblables. Je ne suis vraiment pas parfaites, et de ce fait, je ne me gêne pas pour juger en masse et faire voir mon commentaire à tous pour la faire c**** elle: Ma belle delpech…que de malheur dois-tu créer autour de toi et que de mauvaises analyses tu as dû pousser à tout le monde. Mais si tu ne faisais que montrer ta bêtise, au moins, mais non…tu fais du mal à tous avec ton attitude. Alors stop ça…tu n’intéresse pas personne avec tes défauts. Tais-toi et éduque-toi. Merci!

    Répondre
  • avatar
    7 octobre 2016 à 13 01 54 105410
    Permalink

    Merci pour cet article. La première étape est de comprendre que l’on agit instinctivement dans certaines situations de la vie courante. Mais ces réflexes proviennent de notre égo qui veut éviter de souffrir. Il a mis en place des mécanismes d’auto-défense. C’est par l’auto-observation que l’on commence à faire une réelle prise de conscience. Vient ensuite le temps de mettre le doigt sur cette blessure de l’être qui demande à être reconnue, acceptée pour enfin être guérie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *