Février: mois de l’histoire des Noirs

Texte de François Richard Dossier Culture

Afin de souligner le Mois de l’histoire des Noirs, nous vous offrons cet article portant sur un personnage marquant d’origine africaine de l’histoire nord-américaine: James Douglas, premier gouverneur de la Colombie-Britannique.

James Douglas, 1803-1877

À un an de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Vancouver, il est pertinent de rappeler que le premier gouverneur de la Colombie-Britannique était un homme d’ origine africaine, élevé parmi les esclaves de la plantation de son père écossais en Guyane britannique, colonie située dans le nord-est du continent sud-américain.

Compagnie de la Baie d’Hudson

Après des études en Angleterre, le jeune James Douglas s’installe au Canada à l’âge de 16 ans, en 1819, afin d’entamer une carrière de négociant dans le commerce des fourrures. Ses talents de gestionnaires lui valent d’ être nommé, à l’âge de 37 ans, responsable du District du Pacifique de la Compagnie de la Baie d’Hudson, devenant du coup responsable d’un immense territoire s’ étendant du Yukon à la Californie, à une époque où la région est dépourvue de gouvernement .

Gouverneur de la Colombie-Britannique

Au cours des ans, alors que l’Empire britannique s’ investit progressivement dans le développement du nord ouest de l’Amérique, James Douglas détiendra une autorité commerciale, puis politique, lui conférant des pouvoirs énormes. En plus d’ être responsable de la Compagnie de la Baie d’Husdson, qui détient un monopole sur les activités commerciale de la région, il occupe le poste de Gouverneur de la Colonie de l’île de Vancouver de 1851 à 1864, puis devient le premier gouverneur de la Colonie de la Colombie-Britannique lors de sa création en 1858. Il occupera ces postes jusqu’à sa retraite en 1864.

Colonisation et guerre

Durant ses années à la tête de la future Colombie-Britannique, James Douglas a dirigé l’installation des premiers cultivateurs dans la région et a été, plus souvent qu’il ne l’aurait souhaité, au centre des nombreux et sanglants conflits qui opposaient cultivateurs et prospecteurs d’or aux nombreux habitants autochtones de l’extrémité ouest du continent. Sans soutient conséquent des autorités britanniques, James Douglas a parfois dû recourir à une justice expéditive afin d’éviter que les antagonismes entre les différents habitants du territoire sous sa gouverne ne dégénèrent en guerre ouverte.

Esclavage et Canada

La politique d’installation de colons, notamment des Noirs américains fuyant l’esclavage, de James Douglas a fortement aidé le futur Canada à conserver le territoire de la Colombie-Britannique lors du tracé de la frontière canado-américaine, en 1846.

La vie de James Douglas illustre la richesse et la complexité de l’Histoire des Noirs en Amérique du Nord et permet de mieux comprendre l’apport des descendants d’Africains à notre société. Un apport de bâtisseur, et non une simple présence en tant que victimes.

Pour en savoir plus sur James Douglas

Autres textes sur Culture

Can you jam? Can you rock

Manon Barbeau et la Wapikoni mobile

Call Out Back to school

Underpressure 2010, convention internationale graffiti

Samajam, le bonheur des percussions

GRAFFICI, ma vie, ma Gaspésie

Une pensée sur “Février: mois de l’histoire des Noirs

  • avatar
    7 février 2009 à 19 07 24 02242
    Permalink

    Merci François pour la référence et la diversité d’opinions.

    Je suis en parti d’accord avec Morgan Freeman. D’un côté, le rappel historique d’une réalité qui a été trop souvent mise de côté est importante pour rappeler à l’ordre certains. D’un autre côté, l’objectif à atteindre est de ne plus avoir à le faire parce que la réalité serait assumé par tous.

    M. Freeman a peut-être suffisamment confiance en lui pour passer outre tous les outrages que son peuple a subi. Je travaille avec de jeunes Noirs pour qui, ce rappel historique leur fait du bien.

    Répondre
  • avatar
    7 février 2009 à 20 08 44 02442
    Permalink

    Raymond

    « Le Mois de l’histoire des Noirs est un hommage à l’héritage des communautés noires; la contribution de l’ensemble des écrivains est essentielle à la conservation et à la transmission de faits historiques », déclarait le Maire Gérald Tremblay. Ce seul aspect ne mérite-t-il pas d’être souligné ? Célébré depuis 1976 au Canada au mois de février, le Mois de l’histoire des Noirs a officiellement été reconnu en décembre 1995 par le Parlement du Canada. Et c’est en novembre 2006 que l’Assemblée nationale adoptait un projet de loi visant à faire du mois de février le Mois de l’histoire des Noirs. Et nous voyons que cette commémoration est une excellente occasion pour l’organisation d’activités culturelles dans plusieurs régions du Québec.

    Pierre R.

    Répondre
  • avatar
    7 février 2009 à 23 11 57 02572
    Permalink

    J’aime bien Maître Pierre quand vous parlez des régions. Encore aujourd’hui, plusieurs endroits du Québec ne voient des Noirs qu’à la télévision. La diversité culturelle ne fait pas parti de leur quotidien. Le Mois de l’histoire des Noirs est une excellente façon de leur montrer une réalité qui leur est encore inconnue.

    Répondre
  • avatar
    8 février 2009 à 15 03 30 02302
    Permalink

    Raymond,

    Merci pour cet article informatif. je n’ai pourtant pas compris pourquoi c’est associé à février et aux noirs. Merci pour compléter mon ignorance.

    Répondre
  • avatar
    11 février 2009 à 7 07 47 02472
    Permalink

    Bonjour L’Enfoiré.

    Je ne sais pas pourquoi février a été choisi pour le mois de l’Histoire des Noirs. Je vais faire des recherches et je vous reviens sur ce point.

    Répondre
  • avatar
    12 février 2009 à 14 02 07 02072
    Permalink

    L’Enfoiré,

    En réponse à votre question,

    Février a été choisi mois de l’histoire des Noirs, car c’est au cours de ce mois que sont nés deux des hommes à l’origine de l’abolition de l’esclavage aux États-Unis.

    Le premier est Frederick Douglass (1818-1895), né esclave dans le Maryland, homme politique, écrivain et militant de premier plan du mouvement abolitionniste américain.

    Le deuxième est Abraham Lincoln (1809-1865), le président américain qui a aboli l’esclavage dans son pays.

    L’historien, auteur, journaliste et militant de la cause noire américain, Carter G. Woodson (1875-1950) est à l’origine de la célébration officielle de l’hitoire des Noirs au cours du mois de février. La première « Negro history week » a eu lieue en février 1926.

    Répondre
  • avatar
    13 février 2009 à 2 02 43 02432
    Permalink

    Voilà une autre facette peu connue de l’histoire de l’esclavagisme aux États-Unis:

    Il n’y avait pas que des blancs qui possédaient des esclaves noirs, mais bien aussi des noirs qui étaient des propriétaires d’esclaves.

    BLACK SLAVEOWNERS

    Mais le plus surprenant, c’est qu’avant que des esclaves noirs soient utilisés aux États-Unis, des esclaves blancs le furent! Les premiers esclaves furent des blancs!!!

    The Forgotten Slaves: Whites in Servitude in Early America and Industrial Britain

    Those academics who insist that slavery is an exclusively Black racial condition forget or deliberately omit the fact that the word slave originally was a reference to Whites of East European origin – « Slavs. »

    Répondre
  • avatar
    14 février 2009 à 8 08 10 02102
    Permalink

    Merci M. François pour ces rajouts historiques fort intéressant. Notre mémoire sociale ne retient bien que ce qu’elle veut bien.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *