Histoire du Canada un peu nuancées, enfin!

.

ANDRÉ LEFEBVRE

Voici un excellent et formidable travail fait par Jacques Lacoursière visible sur internet.

http://www.youtube.com/watch?v=8Xd3NtKQWvA&list=PLLQMFcjPfO11uRzx-7jrgM7ygXUeQfOYC&index=1

Malheureusement, à partir de Samuel de Champlain il verse dans l’histoire « périphérique » du Canada et rapidement insiste sur l’histoire de la France et de l’Angleterre au Canada en délaissant l’histoire des « Habitants ». Mais ses informations sur l’importance de la traite des fourrures sont très exactes. Par contre il relève que les Amérindiens se faisaient la guerre quand, en réalité, ce n’était que des escarmouches au sujet des « lignes » de troc. Il laisse entendre également que Champlain vise à former un « peuple nouveau » au Canada en unissant les Amérindiens aux Français. La réalité est que cette idée vient des Amérindiens eux-mêmes qui perçoivent l’avantage de s’unir à ces hommes qui possèdent tellement de produits inconnus et avantageux et surtout, savent les fabriquer.

Lacoursière décrit la création de ce « nouveau peuple » mais il les appelle les « Habitants » au lieu de « Canayens ». Cela lui permet de ne faire qu’une moindre mention des « coureurs de bois » sans leur donner toute leur importance pour la nation « canayenne ». C’est également parce que le nom de « Canayen » ressemble à du « joual », ce qui « froisse » quelque peu le préjugé de cette langue qui, en réalité, est la même que celle de la monarchie française de l’époque.  Cette façon d’aborder l’histoire laisse entendre que la création du « peuple nouveau » voulue par les Amérindiens n’a pas réussi; ce qui est complètement faux. Leur influence fut très grande au niveau psychologique tout autant qu’au niveau de l’apprentissage à la survie dans le pays.

La participation de Bernard Assiwini replace quelque peu les choses. Surtout lorsqu’il mentionne la philosophie amérindienne au sujet de la Terre-mère ainsi que l’explication du sens de « propriété privée » chez l’Amérindien.

Dans le récit, en 1666 Jean Talon se rend compte qu’il y a trop d’hommes pour le nombre de femmes en âge de se marier. Il demande qu’on envoie des femmes au Canada. Preuve que la création d’un « nouveau peuple » en unissant Français et Amérindiens, n’est pas du tout dans l’esprit des Français. De plus, leur version sur la Salpêtrerie de France n’est pas exacte. Les prostituées n’y sont pas acceptées à l’époque dont on parle.

À un certain moment du récit, cependant, on affirme que les « Canayens » sont des personnages sur lesquels on n’a aucun contrôle. Ce qui est l’exacte vérité.

Par contre, sa description des « coureurs de bois » découvreurs du continent est parfaite; il évite cependant de dire que la majorité des « Canayens » sont « coureurs de bois ». L’apport de Robert Grenier archéologue subaquatique est également très important. L’importance de Jean Nicollet qu’on « mousse » énormément dans ce récit, tient du fait que Nicollet est « soumis » aux autorités françaises. Ce genre de « coureur de bois » était très rare.

Quant à ses « explorateurs du bon Dieu », les Jésuites, ceux-ci étaient toujours accompagnés de « coureurs de bois » qu’ils appelaient leurs «  donnés ». À cette époque, un homme pouvait se « donner » à un maître. Il devenait alors son « homme de main ». Cela existait en France pour les nobles comme en Amérique pour le clergé. C’est « hommes de main » n’étaient certainement pas des « enfants de cœur » quoi qu’on en laisse sous-entendre. Il faut prendre conscience que les Jésuites, extraordinairement puissants partout dans le monde, s’intéressaient principalement à la « politique ». Leur volonté de « convertir » appuyait leur « vues » de créer une puissance internationale susceptible de contrôler les Puissants de l’époque. Dans leur « relation », ces « explorateurs du bon Dieu » ne mentionnent presque jamais les coureurs de bois qui les guident, mais certaines phrases leur échappent qui le prouvent.

Je dois dire que les « bouts de films » décrivant ce qui est raconté sont, pour la plupart assez extraordinaire. Ce travail sur l’histoire du Canada est le meilleur que j’ai pu visionner jusqu’à maintenant.

Je me dois de remercier Jacques Lacoursière qui m’a fait vivre des moments extraordinaires. J’ai vraiment trouvé ce travail passionnant.

Cependant, la relation de la conquête et surtout la bataille de Carillon brosse superficiellement  la valeur des miliciens « canayens » et se limite à l’histoire « officielle ». C’est ce qui arrivera, malheureusement, à toute sa présentation qui suit la conquête, la révolution américaine etc…

Je me permettrai de relater ma propre version, si vous n’avez pas d’objection. Je ne m’en tiendrai qu’au début de l’histoire de notre nation, puisqu’à partir de 1689, j’ai raconté avec assez d’exemples, la suite de l’épopée jusqu’à nos jours.

À suivre

André Lefebvre

 

 

 

 

 

 

avatar

Andre lefebvre

Mon premier livre "L'histoire de ma nation" est publier chez: http://fondationlitterairefleurdelyslibrairie.wordpress.com/ André Lefebvre

7 pensées sur “Histoire du Canada un peu nuancées, enfin!

  • avatar
    12 mars 2013 à 4 04 55 03553
    Permalink

    André,

    Bonjour, souhaites tu voir,lire, debattre au sujet de cet article sur Les Voix du Panda?

    Cela comme nous le faisons depuis pas mal de temps, au plaisir de te lire dans un sens ou l’autre avant toute opération.

    Amicalement,

    Patrick Juan

    Répondre
    • avatar
      12 mars 2013 à 8 08 23 03233
      Permalink

      Je croyais avoir lu que tu avais décidé de ne plus « importer » des articles de cp?

      Je n’en connais pas la raison et cela ne me regarde pas du tout. C’est ta décision. Tout comme celle de faire paraître cet article, ou non, sur Les Voix.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        12 mars 2013 à 13 01 13 03133
        Permalink

        André,

        Je pense que tu as mal lu, mon commentaire, j’ai dis que je ne publierais plus sur CP, pour autant que les « choses ne soient en ordre ».

        Car je ne reçois plus d’avis de publication des commentaires sur ma bal, en réponse Gaëtan m’a expliqué en « privé » les raisons.

        Mais en ce qui concerne les « rédacteurs » « ayant » un compte ouvert de libre expression, je ne le fais qu’avec « leur accord ».
        D’où ma question sur la suite de tes articles, donc cela veut dire que je dois venir à plusieurs reprises par jour pour constater ce qui se passe.
        Voila mon « motif »
        Donc je respecte la régle d’il y a quelques années, et c’est avec le plus grand plaisir que tu as ta place sur Les Voix, si tu le souhaites bien sur.
        P.S. JE PASSE UN PEU PLUS TARD POUR CONNAITRE TA REPONSE SI TU LE VEUX BIEN…..
        Tu vois si je n’étais pas venu voir, je n’aurai pas eû connaissance de ta réponse, merci.

        Amicalement,

        Patrick Juan

        Répondre
        • avatar
          12 mars 2013 à 14 02 35 03353
          Permalink

          La réalité, pour moi, est que tu as mon accord depuis longtemps; et si jamais tu décides de ne plus publier mes articles, cela devient ton choix. C’est toi qui dirige les voix.

          Jusqu’à maintenant, tu n’as pas senti la nécessité de me demander la permission à chacun des articles; je ne vois pas ce qui t’y oblige aujourd’hui.

          Par contre, je ne me laisse jamais « entraîné » dans un quiproquo qui ne me regarde pas; donc…

          Amicalement

          André Lefebvre

          Répondre
  • avatar
    12 mars 2013 à 15 03 25 03253
    Permalink

    Jusqu’à maintenant, tu n’as pas senti la nécessité de me demander la permission à chacun des articles; je ne vois pas ce qui t’y oblige aujourd’hui.

    Merci, c’est fait!

    Amicalement,

    Patrick Juan

    Répondre
    • avatar
      13 mars 2013 à 8 08 12 03123
      Permalink

      Gaëtan,

      Merci beaucoup de ce lien que j’ai pris bien du plaisir à « parcourir » si tout était aussi simple et clair cela serait merveilleux.

      C’est en toute amitié, que je poste ici une petite découverte d’où je vis enfin pas trés loin et j’invite ceux qui y viendraient sans probléme et avec le sourire.

      http://www.sancy.com/auvergne/decouverte

      Amicalement

      Patrick Juan

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *