Islam. Le songe d’une nuit d’été

Mon billet d’aujourd’hui est résolument aoûtien.  J’ai voulu laisser en suspens pour un moment l’analyse factuelle de la crise financière globale, l’indignation concernant  les vicissitudes de la politique française – avec ses sondages et sa corruption – et mon apitolement sur  la stagnation de la pensée politique au Québec.  J’ai voulu plonger dans l’imagination.

Donc, il ne faut pas voir ce texte comme une prophétie – encore moins comme un voeu ! – mais simplement comme un petit scherzo  onirique en mineur, dans la symphonie tragico-pathétique qui est la musique de fond de cet été. Une saison qui, pour notre civilisation, semble hélas prémonitoire d’une fin du monde…

Parlons religion-fiction. On parle beaucoup de l’Islam qui va changer l’Occident, mais que se passerait-il, si c’est l’Occident qui changeait l’Islam ? Avec la science qui n’explique pas tout et la possibilité bien réelle que tout aille de mal en pis, il n’est pas exclu que le monde se refugie dans le fondamentalisme religieux pour se lover tranquille dans un nouveau Moyen-Âge.  Si l’on prend cette voie, sont-ce les preachers  à l’Américaine qui prendront charge d’âmes en Occident…?  Ou n’est ce pas l’islam qui serait, même chez-nous, le bon véhicule d’un retour à la foi ?  L’Islam, peut-être, s’il changeait un peu…

Qu’est-ce qui devrait changer dans l’Islam pour que l’Occident y trouve ses réponses ?  A première vue, TOUT. Mais, si on y regarde de plus près, on peut voir dans l’Islam les germe de transformations qui en ferait une religion universelle au goût de l’Occident d’aujourd’hui. Des transformation guère plus radicales que celles qui ont permis jadis au judaisme de quitter ses oripeaux d’origine pour devenir christianisme.

Si on pose au depart que l’Occident, déçu et meurtri, voudrait  revenir à un monothéisme rassurant, celui de l’Islam est plus pur que celui des Juifs ou des Chrétiens. La notion fondamentale de l’Islam est celle d’un Dieu ineffable. Le reste est culturel… et donc négociable.  Tenez, si on interprète un peu cette notion de Mahomet, « sceau des prophètes », il n’est pas difficile d’en faire le message qu’il n’y aura plus en effet de prophètes, puisque l’humanité, déjà éduquée et informée de Dieu, n’a plus qu’a obéir à sa conscience et au Livre…

Mais le Livre lui-même peut s’interpreter… Ainsi le prosélytisme n’a plus a être une conquête par les armes, mais  peut en être une par la connaissance.  Et toutes ces sagas guerrières du Coran, comme celles de la Bible, n’ont pas à être plus littérales que la création du monde en 6 jours. Elles peuvent n’être que des paraboles, des histoires dont il faut trouver le sens. Un sens qui correspond aux besoins du XXIe siècle.

Quand on VEUT interpréter, Il peut ne rester du Coran et de l’Islam que le Dieu (Allah) … et des conseils judicieux.  Prenons la prière, 5 fois par jours. Pourquoi ne deviendrait-elle pas un “moment de communion” avec Dieu ?  Une remise en question  fréquente qui permet de remettre les pendules à l’heure, de ne pas laisser le passé determiner l’avenir – ce qui est la notion de karma –  mais de repartir base-zéro sur qu’on croit la volonté de Dieu ?  Briser le karma. Pardon des offenses. Changer d’avis. Renoncer a l’entêtement… Et le front par terre n’est qu’une simple coutume locale: on peut communier avec Dieu debout…

Ramadan ?  Un autre symbole à interpréter. Le jeûne devient la decision de se priver pour ne pas abuser du pouvoir que l’abondance a donné a l’Homme sur la nature.  Du pouvoir que la Nature a donné au fort sur le faible.   La vertu cardinale d’une société d’abondance  devient la simplicité volontaire. L’obésité est un péché et le symptôme du déséquilibre. La manifestation de l’avarice.

Des impôts ?  Concept dépassé: tout le monde triche. Pas d’impot, mais la confiscation progressive au-dela du seuil de satiété determiné par un consensus populaire. Avant ce seuil, c’est l’aumône qui exprime une volonté de partage. Celui qui ne contribue pas sa part est identifié au mepris populaire et sa fortune sera reprise à sa mort, ce qui sera l’equivalent émotif déshonorant de faire payer ses dettes par ses héritiers.

Quand le prêt à intérêt est un péché, d’ailleurs, la thésaurisation a peu d’attraits et le capitalisme lui-même change de sens. La crise financière que nous connaissons est impossible, quand c’est la pensée islamique qui prévaut. Comme est impossible tout nationalisme, tout racisme, dans un monde global qui se confond avec l’Oumma, la communauté des croyants….

L’Islam en Occident. Rêve ou cauchemar?  Vision paradisiaque ou dantesque ? Je n’en sais rien. Juste un songe d’une nuit d’été…. Mais on aurait tort de ne pas même penser à cette hypothèse

Bonne vacances

Pierre JC Allard

45 pensées sur “Islam. Le songe d’une nuit d’été

  • avatar
    9 août 2010 à 8 08 50 08508
    Permalink

    Bonjour PJCA,

    À tous :
    Voici un vidéo à voir, en particulier à 3:00 du vidéo, mais je vous suggère fortement de le visionner en entier.

    Paix.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 10 10 16 08168
    Permalink

    Bonjour de mois d’Aout à la veille de celui de Ramadan!

    Mr JC Allard, je sens dans vos propos une évolution entre votre autre article du mois de Décembre qui titrait « Pas d’autres musulmans au Québec » et celui ci dans lequel on peut lire à la fin: « L’Islam en Occident … on aurait tort de ne pas même penser à cette hypothèse »

    C’est un bon début de commencer à y « songer » mais je doute que l’Occident soit assez mûre pour l’accepter. Mais ça viendra un jour inchaAllah.

    Au fait, les 5 prières en islam ne sont pas uniquement « un moment de communion avec Dieu » mais aussi d’adoration, de pardon et PROSTERNATION à Dieu. Delà l’importance et la prescription islamique d’y inclure aussi notre corp et tout notre physique dans cette manifestation du « front par terre ». Ça prend de l’humilité pour le faire, songez-y aussi!

    YoussefStefa

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 10 10 30 08308
    Permalink

    @ StephanL.

    Ma position de base est immuable. Relisez mon article de décembre où je précise bien que l’Islam a souvent les anges de son côté et pourrait bien sortir victorieux d’une confrontation entre les cultures. J’ai dit et je réaffirme, cependant, que les deux cultures islamique et occidentale ne peuvent cohabiter. On chasse l’Islam ou on adhère à l’Islam.

    Je sais que les 5 prières ne sont pas seulement aujourd’hui un « un moment de communion avec Dieu » . Je dis que c’est ce qu’elle deviendront quand l’Islam s’adaptera au goût de l’Occident…. une simple hypothèse.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 12 12 56 08568
    Permalink

    Salue à tous,

    Concernant les religions, j’ose espérer qu’un jour, nos congénères n’en auront plus besoin. Ils sont un tuteur pour les boiteux, mais une contrainte pour les gens qui pensent. Car en effet, qu’y-a-t’il de pire qu’un idiot : un croyant totalement dénué de discernement intellectuel ; un individu qui croit parce qu’il ne peut pas penser au-delà de ses croyances obsolètes. La croyance est un avatar de l’absurde, du mépris de l’être. La croyance a tué des millions de gens et ne s’arrêtera pas tant que l’homme s’acharnera à se prendre pour un dieu.

    Je suggère que chacun d’entre nous se débarrasse de ses oripeaux de croyant et s’ouvre au monde de la pensée. Ainsi, nous aurons plus de chance d’évoluer, en tant qu’espèce. Si nous restons dans le vomi religieux, nous serons d’éternels crétins imbus de soi et dispencieux.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 13 01 21 08218
    Permalink

    Delpech,

    Avez-vous déjà lu la Bible pour dire toutes ces choses?

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 13 01 49 08498
    Permalink

    La bible est un ramassis de stupidités avec une pointe de pseudo-histoire, comme le coran et la plupart des textes religieux.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 13 01 57 08578
    Permalink

    @ MD

    Mettant la foi au dessus de la raison, le religieux supprime l’arbitrage impartial de celle-ci et si, comme les monothéismes, il affirme la supériorité innée d’un groupe ou inclut une obligation de prosélytisme, il ne peut que conduire à des conflits entre croyances qui ne pourront être résolus que par la force. TOUTE RELIGION EST DONC UN OBSTACLE À LA SOLIDARITÉ ET À LA PAIX. Une tare sociale à éliminer par une intransigeante laïcité.

    Cela dit il faut la lucidité de voir que cette lutte n’est pas gagnée et que le phénomène religieux revient spontanément, quand l’individu sent une perte de contrôle sur sa vie ou son milieu. Une société doit gérer au mieux cette tendance.

    http://www.centpapiers.com/pour-en-finir-avec-dieu…-et-avec-l’atheisme/21390

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 14 02 00 08008
    Permalink

    @ AL

    J’ai sauté quelques pages dans les Nombres… Sauf pour un kabbaliste, l’intérêt s’émousse…

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 14 02 18 08188
    Permalink

    @PJCA

    Merci pour le rappel. Malgré son évidence, j’avais oublié que votre billet d’aujourd’hui portait sur la fiction.

    Mais comme vous devriez le savoir, si l’Islam s’adapterait à ce point à l’Occident, il ne sagirait plus de l’islam, mais d’autre chose dont les pratiquants ne seraient pas des musulmans (soumis à Dieu).

    Par contre, c’est vrais que si l’Occident se metrait à piquer d’avantage ses idées dans l’islam autentique, il s’en trouverait surement mieux économiquement et socialement…

    Je devine déjà les réponses des islamophobes…

    Stéphan L.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 14 02 20 08208
    Permalink

    Troisièmement, les religieux ont toujours abusé des pauvres gens. Ceux qui sont aujourd’hui encore de leur côté sont des pauvres types, voire des salauds. Ils sont les vecteurs d’une maladie plus dure encore que la pire des pendémies, à savoir l’ignorance.
    Alors, peu importe que vous soyez forts en gueule, vous les crétins du pouvoir suprême, l’intelligence vaincra un jour, et vous, vous terminez vos jours comme des cloches, errant sans fin sous les lampadaires de vos évèques, tristes sirs de nos pères.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 14 02 46 08468
    Permalink

    PJCA,

    La suprématie de Dieu est reconnu au Canada.

    http://lois.justice.gc.ca/fra/C-12.3/page-1.html#anchorbo-ga:l_I

    La Reine Elizabeth a juré de faire tout en son pouvoir pour appliquer la loi de Dieu dans son royaume.

    http://www.oremus.org/liturgy/coronation/cor1953b.html

    Voir la vidéo ci-dessous du couronnement de la Reine Elizabeth.

    Extrait du texte du couronnement :
    (Archbishop :Will you to the utmost of your power maintain the Laws of God and the true profession of the Gospel?…
    Queen: All this I promise to do.
    Then the Queen arising out of her Chair, supported as before, the Sword of State being carried before her, shall go to the Altar, and make her solemn Oath in the sight of
    [The Bible to be brought.]
    all the people to observe the premisses: laying her right hand upon the Holy Gospel in the great Bible (which was before carried in the procession and is now brought from the altar by the Archbishop, and tendered to her as she kneels upon the steps), and saying these words:

    The things which I have here promised, I will perform, and keep. So help me God.

    [And a Silver Standish.]
    Then the Queen shall kiss the Book and sign the Oath.

    V. The Presenting of the Holy Bible

    When the Queen is again seated, the Archbishop shall go to her Chair; and the Moderator of the General Assembly of the Church of Scotland, receiving the Bible from the Dean of Westminster, shall bring it to the Queen and present it to her, the Archbishop saying these words:

    Our gracious Queen:
    to keep your Majesty ever mindful of the law and the Gospel of God
    as the Rule for the whole life and government of Christian Princes,
    we present you with this Book,
    the most valuable thing that this world affords.

    And the Moderator shall continue:
    Here is Wisdom;
    This is the royal Law;
    These are the lively Oracles of God.

    The Queen having thus taken her Oath, shall return again to her Chair, and the Bible shall be delivered to the Dean of Westminster. )

    http://www.youtube.com/watch?v=vBNBfhFncJU

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 15 03 43 08438
    Permalink

    Hi! là vous autres , ça va très vite et j’aime que cela ça aille vite , je suis un hyper-actif n’importe ou et quand , je suis même précoce pour une certaine chose , mais je peux recommencer à volonter.=== Je me demandais suite à ce texte et commentaires si Amir Kadir , fallait qu’il se pette le front par terre comme les « PAPES » quand ils vont quelque part , 5 fois par jour ? Je me demandais aussi si le René de Céline vu qu’il est ben plein(Trou-Du-cul) a le droit d »avoir 3 « FEMMES ». Si oui Hi , Hi’ Hiiiiiiiiiiii
    J.M.D.S.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 16 04 24 08248
    Permalink

    Donc, si je comprends bien, les deux commentateurs qui veulent se débarasser de toute forme de religion, ni l’un, ni l’autre n’a lu la Bible.

    C’est un processus de réflexion très rigoureux que vous faites.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 16 04 37 08378
    Permalink

    Je crois que l’erreur que plusieurs font est de penser que l’église r-o-m-a-i-n-e catholique, c’est Dieu ou le message de Dieu.

    Plusieurs atrocités ont été commises ‘au nom’ d’une religion ou d’une autre.

    Mais ce n’est pas Dieu, ni le message de Dieu qui incite à la violence, qui dit de faire la guerre, qui dit d’imposer sa volonté aux autres par la force.

    L’autre chose que vous oubliez de considérer, c’est que l’homme d-o-i-t répondre à une forme ou autre d’autorité.

    Les communistes- socialistes-globalistes-étatistes et autres qui croient au pouvoir de l’État proposent l’État comme autorité suprême.

    Vuous n’avez aucun droit inné dans un tel système, uniquement des privilèges accordés par l’État, lesquels peuvent être accordés ou retirés en tout temps.

    Reconnaître la suprématie de Dieu, c’est reconnaître la dignité de l’homme et ses droits innés.

    Nier Dieu, c’est remplacer Dieu par l’état et nier l’individu au profit de l’état.

    Présentement, les états dits civilisés comme le Canada, les autrespays du Commonwealth, et les États américains reconnaissent la suprématie de Dieu, ce qui garantit vos libertés individuelles.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 17 05 05 08058
    Permalink

    @ AL:

    1. Je considère avoir lu la Bible, même si j’ai sauté quelques pages des Nombres ( Citez-moi un passage des nombres qui mérite le détour ! 🙂 Mais, de toute façon, je ne veux pas me débarrasser des religions pour ce qu’elles pensent ou prêchent, mais pour l’impact délétère qu’elles ont sur le comportement humain en société.

    2. Ce que dit le Souverain au moment du couronnement (sacre) est une phrase rituelle qui n’a plus d’impact sur la réalité de la gouvernance.

    3. Je ne confond pas « Dieu » qui est une idée complexe qui mérite réflexion… et « religions » dont les dogmes sont des ramassis d’absurdités.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 17 05 56 08568
    Permalink

    PJCA…

    La Bible est un ouvrage cryptique. Je n’ai pas non plus la prétention d’avoir tout lu, ni d’avoir tout compris.

    Mais je connais plusieurs passages importants.

    Nombre est dans l’ancien testament. Le Christ Jésus, c’est le nouveau testament.

    Ce que je peux vous citer, c’est ceci :

    Matthieu 22:

    35 Et l’un d’eux, qui était un homme de loi, l’interrogea, l’éprouvant, et disant :

    36 Maître, quel est le grand commandement de la loi ?

    37 Jésus lui dit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée.

    38 C’est là le premier et grand commandement.

    39 Et le second est semblable : Tu aimeras ton voisin comme toi-même.

    40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 20 08 04 08048
    Permalink

    « Donc, si je comprends bien, les deux commentateurs qui veulent se débarasser de toute forme de religion, ni l’un, ni l’autre n’a lu la Bible. »

    Et alors? Qu’est-ce que ça vient faire?

    Vous devriez apprendre à raisonner correctement. Je crois que vous raisonnez comme une savate.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 21 09 07 08078
    Permalink

    Corrector,

    Et je crois que vous raisonner comme un melon d’eau quand je le tapotte pour savoir s’il est mûr.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2010 à 22 10 33 08338
    Permalink

    Êtes-vous capable de donner un justification logique à vos propos?

    Est-ce que vous balancez des idées en vrac comme elles vous viennent?

    Répondre
  • avatar
    10 août 2010 à 0 12 16 08168
    Permalink

    Moi, j’aimerais que l’on cesse de parler de Dieu. En effet, c’est une valeur qui n’a plus de sens que pour les esprits chagrins. Et puis, les religions monothéistes ont contribué largement au brouillage de l’esprit. Quand l’homme pensait que chaque vie sur la terre était une émanation de Dieu, alors il était en accord avec la création. Puis les monothéistes, comme Akhenaton le pharaon, ont voulu bouleversé cet ordre naturel. Depuis, et au vu des textes dont vous parlez avec tant de déférence, l’homme devient le centre de la création et a droit, de ce fait, de vie et de mort sur les autres espèces. C’est comme cela que le capitalisme a pu étendre son influence jusque dans l’écuelle des plus modestes d’entre nous. C’est pour ça aussi que les bouleversements environnementaux définitifs ont pu se faire jour. C’est pour ça que les requins eux-mêmes sont en danger de mort car ne pouvant plus se reproduire, au rythme où ils sont assassinés. Vous rendez-vous compte que vouloir expliquer le monde avec des outils non appropriés modifie durablement les échanges que nous avons avec les autres cultures, les autres peuples, les autres espèces.
    Nous ne sommes pas, loin s’en faut, les détenteurs de l’intelligence, et nous avons le culot, par voie religieuse ou autre, d’imaginer cette escroquerie comme étant l’unique manière de penser.
    Alors, Mesdames, Messieurs de la croyance merdeuse, qu’avez-vous à répondre à cela, si tant est que vous compreniez mes propos bien évidemment ?

    Répondre
  • avatar
    10 août 2010 à 8 08 46 08468
    Permalink

    Corrector et Delpech Michele…

    On n’entend pratiquement jamais parler de Dieu dans les écoles, en politique ou dans les médias, sauf pour en dire du mal.

    Pourtant, notre société est fondée sur la suprématie de Dieu.

    Je crois que c’est cela qui vous choque.

    On vous a dit toute votre vie, que la religion est la cause de plusieurs maux dans notre société et vous n’avez qu’à regarder les divers scandales impliquant l’Église romaine catholique pour vous convaincre du bien-fondé de cette affirmation.

    Mais comme je disais plus haut, ce n’est pas la Bible qui dit de faire du mal, ce sont des gens de mauvaise foi qui se cachent derrière des croyances religieuses pour faire du mal.

    Je vous ai cité ci-dessus le passage de la Bible qui résume le fondement et la justification de toutes les lois ‘ Aimes ton voisin comme toi-même’.

    Ce n’est certainement pas ce principe qui est la cause des maux que vous imputez à Dieu ou au fait de croire en la parole de Dieu.

    En fait ‘aimer ton voisin comme toi-même’ est le fondement de la règle d’éthique la plus importante dans notre société, soit la règle d’or (the Golden Rule).

    On retrouve la formulation de cette règle dans les toutes les grandes religions.

    http://www.journaldumauss.net/spip.php?article127

    C’est le fondement de la Common Law et c’est ce qui fait que vous pouvez aller dehors et faire ce que vous voulez, pourvu que vous ne causiez aucun dommage à autrui.

    Mais voilà, il semble que de moins en moins de gens connaissent cette règle.

    On enseigne maintenant aux jeunes que l’autorité suprême, c’est l’état, contrairement à la consitution du pays, qui dit que l’autorité suprême, c’est Dieu.

    Moi, je suis 100 % d’accord avec ça, que l’autorité suprême c’est Dieu, parce que si c’est Dieu l’autorité suprême, je sais que ce n’est pas Jean Charest, Stephan Harper ou un autre homme ou femme, qui est mon égal, et qui prétendra à tort avoir l’autorité pour me dominer, alors que je suis libre de faire ce que je veux, en autant que je ne cause aucun dommage à autrui.

    Mais ce n’est pas ce qu’on enseigne, donc certains qui ne sont pas habitués à ce discours se rebiffent.

    La Bible version King James contient plusieurs vérités et principes de vie qui forment un code de conduite.

    Que proposent ceux qui voudraient anéantir la Bible et toute référence à Dieu?

    Un nouveau code de conduite défini par l’État, dans lequel l’état et l’autorité suprême, et l’individu est au service de l’état.

    Il est là le problème les amis. Ce n’est pas Dieu ou la Bible le problème, mais plutôt ceux qui ignorent les principes de la Bible.

    PJCA…

    Il est trop facile d’analyser une situation et de faire abstraction des parties qu’on ne peut expliquer en disant, comme vous faites, qu’il ne s’agit que d’une phrase rituelle sans impact sur la réalité de la gouvernance.

    Vous êtes un homme intelligent, Vous devriez tout simplement admettre l’évidence.

    Dieu est suprême.

    Répondre
  • avatar
    10 août 2010 à 10 10 22 08228
    Permalink

    Je n’essaye de convertir personne. Vous pouvez croire ce que vous voulez. C’est ça la liberté.

    Par contre, ce que j’essaye d’expliquer, au meilleur de mes habiletés, c’est que Dieu joue un rôle clé dans nos traditions, y compris la tradition juridique.

    Voici un article qui explique comment la Règle d’or est le fondement de la Common Law.

    http://www.halexandria.org/dward266.htm

    Par ailleurs, aujourd’hui, le 10 août 2010 marque le 50e anniversaire de l’adoption de la Déclaration canadienne des droits, qui est l’oeuvre de John Diefenbaker.

    http://www.canlii.org/fr/ca/legis/lois/lc-1960-c-44/derniere/lc-1960-c-44.html

    Voici un article du Toronto Star à ce sujet :

    http://www.thestar.com/opinion/editorialopinion/article/845783–diefenbaker-s-bill-of-rights-an-act-worth-remembering

    Si vous prenez le temps de lire cet article, vous verrez comment les libertés individuelles sont au coeur de ce qui définit le Canada. Vous verrez également que Diefenbaker était un croyant, et que si l’on croit en Dieu, on n’a d’autre choix que de reconnaître les libertés individuelles.

    Vous verrez également comment les barreaux des divers provinces se sont rapidement manifestés pour dénigrer cette déclaration.

    Pourquoi?

    Parce qu’on y reconnait la suprématie de Dieu et le droit inné de l’homme d’être libre.

    Voyez-vous, ceci va à l’encontre du principe que l’état contrôle tout.

    Voici quelques passages de l’artcile du Star :

    Thanks to the tireless work by Diefenbaker — a former defence lawyer, a Canadian of non-French or English origins, and a child of the Prairie west who knew discrimination and had witnessed injustice far too many times in his life — who began calling for a declaration by Parliament of the fundamental rights, freedoms and responsibilities of Canadians from the moment he was first elected in 1940, these crucial issues were put on the nation’s agenda.

    “I believe the time has come for a declaration of liberties to be made by this Parliament,” he thundered in the Commons in 1946. “Magna Carta is part of our birthright. Habeas corpus, the bill of rights, the petition of right, all are part of our traditions . . . freedom from capricious arrest and freedoms under the rule of law, should be made part and parcel of the law of the country.”

    L’article conclut comme suit :

    On this, the 50th anniversary of the proclamation of the Bill of Rights, it will do all Canadians well to remember John Diefenbaker’s words from the summer of 1960 as he described his duty:

    “I am a Canadian, a free Canadian, free to speak without fear, free to worship God in my own way, free to stand for what I think right, free to oppose what I believe wrong, free to choose those who shall govern my country. This heritage of freedom I pledge to uphold for myself and all mankind.”

    Répondre
  • avatar
    10 août 2010 à 12 12 22 08228
    Permalink

    aimélaliberté, je ne sais pas d’où tu viens, ni qui tu es, mais tu me chauffes avec ton Dieu. La France a fait la révolution, guillotiné le Roy et sa pouffiace, mis les curés à l’index parce qu’ils nous broutaient le minou, à force de prosélytisme. Et toi tu la ramènes, la tronche enfarinée, droit dans tes bottes de chamelier à la limite de l’apoplexie. Simplement pour nous les briser menu avec un dogme qui empêche l’homme d’avancer dans sa démarche spirituelle et intellectuelle. Tu voudrais quoi : nous remettre dans le giron des crapules de l’Evêché ? Franchement, je s’rais toi, je f’rais mon autocritique. Tu sais, comme au temps de Staline !!! Comme ça on aurait une chance de marcher sur ton cadavre puant de religieux ignare et désirant le rester. Y’a basta !!!!!

    Répondre
  • avatar
    10 août 2010 à 13 01 06 08068
    Permalink

    Ouais c’est cela Delpeche.

    Bonne journée à toi aussi!

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 0 12 08 08088
    Permalink

    Ouf vous êtes déprimants !!

    J’espère AiméLaliberté que lorsque tu dis Dieu tu ne parle pas d’un homme ou de quelque chose à l’apparence humaine nous attendant de l’autre côté ?? J’aimerais bien connaître ta définition de Dieu.. C’est quoi Dieu pour toi ?? ça aiderait sûrement dans le débat !!

    Et c’est dommage que Delpeche soit tombé en mode insulte, ça clôt la discussion. En fait il n’y a jamais eu de discussion c’est plutôt deux égos qui s’affrontent voulant que l’autre déclare forfait et donne raison à l’autre..

    Haaaa l’être humain 🙂

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 1 01 27 08278
    Permalink

    DAN, sans doute n’as-tu jamais été sous le joug religieux, pour réagir de la sorte. Personnellement, je refuse l’arbitrage d’un imbécile qui n’a qu’une solution pour résoudre les conflits, à savoir Dieu.

    Mais je me moque éperdument de ce Aimélaliberté. D’ailleurs, pour prendre ce genre de pseudonyme, il faut vraiment être arriéré quand on a un discours déiste.

    Le dogme, c’est la fermeture de l’esprit !
    La réflexion, l’esprit scientifique, c’est une ouverture exponentielle à l’aventure intellectuelle et spirituelle.

    Alors, si l’on veut vraiment avoir un dialogue, il faut ouvrir le débat et cesser de passer le monde au jus déiste.

    Je ne sais pas si tu es au courant, mais l’islam prend ses marques jusque chez nous en France. Même que le pouvoir politique a tendance à se plier aux revendications de ses adeptes, que ce soit pour l’abattage des bêtes sans étourdissement ou pour des créneaux horaires à la piscine, pour les femmes uniquement.
    Je ne parlerai pas des demandes répétées aux dirigeants d’entreprises pour avoir des salles de prière.

    Notre pays, la France, Votre mère, à vous les canadiens, va très mal. Et je doute que ça s’améliore.

    Le pire, dans tout ça, c’est que c’est notre libéralisation des mœurs qui en est la cause, et notre laïcité. En effet, si nous étions restés dans le même état que nos ainés, avant la guerre 14/18, il y aurait opposition systématique entre catholiques et musulmans, avec toutes les violences qu’on peut imaginer.

    Mais aujourd’hui, on s’aperçoit malheureusement que la laïcité n’a pas su élever l’homme. Elle n’a fait qu’utiliser les pare-feu habituels sans aller de l’avant dans sa réflexion. On aurait dû anticiper, plutôt que de rester assis sur notre cul à regarder passer les trains, comme de parfaits bovidés.

    Alors, dans ces conditions, un dialogue avec un déiste est absolument impossible à imaginer, sauf si cette personne veut bien laisser son discours affligeant de côté. Mais malheureusement, ces gens sont trop cloisonnés pour sortir de leurs propres ornières intellectuelles. Sans doute d’ailleurs est-ce par peur de l’inconnu qu’ils se renferment de la sorte.

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 8 08 54 08548
    Permalink

    Delpeche,

    Avant que j’oublie, la France n’est pas notre mère.
    Je ne sais pas ou tu prends cette affirmation farfelue.

    Ce que j’essaye d’expliquer dans mes commentaires précédents, et que tu ne comprends manifestement pas, c’est la s-t-r-u-c-t-u-r-e de l’autorité.

    Mais tu as tellement peur du terme ‘Dieu’ que tu ne comprends absolument rien.

    Ici, c’est l’Amérique du Nord, pas la France.

    Notre héritage juridique est anglo-saxon, la Common Law, qui n’a rien à voir avec le système français.

    Si tu n’aimes pas mes explications, franchement je m’en câlisse.

    Tu peux retourner manger ta baguette et ton fromage.

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 10 10 24 08248
    Permalink

    Delpeche,

    Au bout du compte, tu affirmes :

    Le pire, dans tout ça, c’est que c’est notre libéralisation des mœurs qui en est la cause, et notre laïcité.

    Je suis en partie d’accord avec toi, mais je sais aussi que le système impose sa volonté à ceux qui ne comprennent pas son fonctionnement.

    Pour comprendre l’illusion du pouvoir, il faut savoir qui on est, et qui a autorité sur qui, et en vertu de quoi.

    Tu interprète mes propos comme un appui aux religions organisées, ce qui n’est pas du tout le cas.

    Le chef d’état du Canada, qui est la Reine, est elle-même liée (sous l’autorité de) par ce qui est écrit dans la Bible VKJ.

    Au Canada, tous les ministres, premiers ministres, députés, agents de police, fonctionnaires, juges, greffiers prêtent serment d’allégenace à la Reine.

    La Reine est la Défenderesse de la Foi.

    Cela sont des faits historiques.

    Je n’y peux rien. C’est comme ça.

    Donc, au bout du compte, tout le monde qui prétend avoir autorité sur les hommes, femmes et enfants du territoire (Canada) est lié par la Bible VKJ.

    Donc, ne crois-tu pas qu’il est pertinent de savoir ce qui est écrit dans ce texte?

    Ta réaction est typique, je me fais souvent insulter parce que je réfère à la Bible VKJ ou aux lois du Canada qui reconnaissent la suprématie de Dieu.

    Ça aussi, c’est un fait historique. Je n’y peux rien.

    On voit quand même qu’il y a beaucoup d’intolérance pour celui qui tient un discours différent…

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 10 10 55 08558
    Permalink

    Et voilà Aimé Laliberté qui tombe dans les insultes à son tour !!

    Voilà pourquoi je prône le travail personnel, l’éveil spirituel sans religion. Vu sous cette angle ça m’attriste moins que de voir des gens embrasser le sol sur leur tapis en rendant gloire à Dieu qu’il visualise comme étant un être supérieur à eux et pour la plupart comme étant un homme !!

    Vous êtes deux sur le forum, vous avez chacun une vision de la réalité propre à vous puisque vous avez chacun un chemin différent. Vous protégez cette réalité qui est la vôtre par votre ego qui n’accepte pas d’être attaqué sur ses positions et donc vous vous sentez menacé et tombé en mode attaque et défense. Le tout enrobé d’un monde virtuel qui n’aide aucunement à améliorer la communication entre êtres humains. En personne vous auriez peut-être réussis à vous comprendre davantage.

    L’humanité n’avancera jamais tant que les gens ne travailleront pas sur eux personnellement pour changer leur perceptions et ainsi changer automatiquement la vision qu’ils ont de la vie et des humains. Pouvoir discuter sans se sentir menacer, pouvoir être proche des gens même s’ils ne sont pas comme nous. On ne peut changer personne d’autres à part soi-même. Malheureusement ça n’arrivera pas à moins d’un évènement très important et encore, je me dis que l’être humain en général est voué à l’endormissement, à l’état de mouton, car croire qu’une autorité supérieure à eux s’occupe de tout les sécurisent et leur permet de passer à travers la vie qui pour la plupart est médiocre.

    @Delpeche

    Je suis totalement anti-religion. L’avancement personnel de chaque être humain ne peut passer par la soumission à une quelconque autorité. La vérité doit être trouvé en chacun de nous, personne ne peut nous dire comment faire ou quoi faire. Gardez en tête que quand je parle de religion je parle surtout du système hiérarchique mis en place pour contrôler le peuple.. Si une personne se dit Chrétienne car elle croit qu’un jour Jesus est venu sur terre, qu’il a passé sa vie à prôner l’amour de son prochain, à parler à tous pour essayer de les éveiller pour qu’enfin ils comprennent leur vrai pouvoir personnel et que cette personne se sert des paroles de ce sage pour grandir, pour s’améliorer, pour comprendre, je n’ai pas de problème avec ça. Mais si par contre la personne se soumet à l’autorité en place, donc qu’elle est catholique, qu’elle prend place dans la grande supercherie de la religion, qu’elle croit aux conneries de la ressurection, l’immaculée conception, les miracles et tout ce conte de fée alors à ce moment là je débarque car cet être vient automatiquement de perdre le contact avec lui-même, il vient de donner sa vie et sa conscience à une institution créer pour régner sur le peuple par la peur.

    C’est un peu confus mon affaire et je tire un peu à tout vent mais voilà !!

    Bonne Journée !!!

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 11 11 04 08048
    Permalink

    Dan,

    Je ne me sens pas menacé, et ça m’importe peu d’avoir raison. Et je n’en veux pas à Delpech, qui a le droit d’avoir sa propre vision. J’ai réagi à ces insultes, c’est tout.

    Pour le reste, je partage ton opinion sur les religions, et la soumission à une pseudo autorité.

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 11 11 10 08108
    Permalink

    Merci Dan, de comprendre ce que je ressens lorsque je lis des propos tels que ceux de Aimélaliberté.

    Aimélaliberté, si votre système politique est inféodé au spirituel, je ne m’étonne pas que les sectes abondent dans votre Canada : ce nom vient de Kanata, qui signifie « peuplement » ou « village » en langue huronne.

    « Ta réaction est typique, je me fais souvent insulter parce que je réfère à la Bible VKJ ou aux lois du Canada qui reconnaissent la suprématie de Dieu.  »

    On dirait un exalté qui parle, quand tu emploies le mot « Dieu ». Mais je suis certaine qu’on serait dans un bar, nous boirions une bonne chopine ensemble, en rigolant bien fort de nos conneries.

    Quand je dis que la France est votre mère, c’est parce que, que tu le veuilles ou non, le Canada est une ancienne province françoise.

    Dernière chose, je préfèrerais que vous m’appeliez Michèle, au lieu de Delpech.

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 12 12 01 08018
    Permalink

    Michèle,

    On fait la paix alors, merveilleux. Je ne viens pas ici pour m’engueuler avec vous ou quiconque.

    Bonne journée.

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 13 01 51 08518
    Permalink

    @ Aimé Laliberté

    Wow c’est incroyable que votre explication claire, simple et précise ne soit pas mieux comprise. C’est aussi le résultat de ma réflexion. Delpech Michele me semble particulièrement… enragé? J’ai l’impression de voir un Louis Préfontaine version religion.

    Le plus comique c’est qu’il (/elle) vous traite d’exalté parce que vous utilisez le mot Dieu mais vous êtes très clairement agnostique. En fait j’ai rencontré peu de personnes « croyante » qui était religieuse et chacune d’elle était agnostique (peu importe ce qu’elle pouvait en dire). Par exemple j’avais rencontré un homme qui était profondément catholique mais il s’opposait totalement à l’église romaine et à la gigantesque institution. Il n’avait aucun intérêt pour la messe et tous les rituels parce que pour lui la religion était quelquechose d’individuel et hors de l’humanité. Il n’était pas catholique, il était agnostique.

    Ce que je remarque c’est que la vision de Michele et de Corrector est simplement du relativisme. On élimine la religion et soudainement, la seule autorité est l’état et nos origines sont maintenant collectives.

    Selon Michele, la France est notre mère (analogie de Dieu le Père?) alors que 95% des Québécois n’ont jamais mis les pieds en France. De dire que la France est notre mère c’est considérer qu’il existe une origine collective alors qu’un individu n’est jamais lié à la moindre collectivité.

    Votre point de vue considère tous les humains égaux et avec des droits qui viennent avec leur existence même. Le simple fait d’exister me donne le droit de réclamer la protection contre les agression des autre. Le simple fait d’exister me donne le droit à la propriété, le droit à la vie et à l’intégrité physique.

    La conception d’une « autorité divine » rend la moralité immuable. Avec celle-ci, les loi contre l’agression de la propriété sont impossible à abolir ou à modifier. On ne peut décider d’exproprier un individu sur des bases de « bien collectif ». On ne peut emprisonner une personne sans qu’il n’y ait de victime. Si on refuse l’existence d’une « autorité divine », même les loi deviennent corrompues par le relativisme. On peut justifier l’agression des individu sur une base raciale, sexuelle ou d’orientation sexuelle. On peut saisir la propriété d’une personne pour la redistribuer à son voisin. On peut emprisonner une personne sur la base de ses paroles parce qu’elle nuit à la « nation »

    Le plus drôle c’est que je n’ai jamais eu aucun intérêt envers la religion. Par contre ce que je remarque c’est que les gens qui sont totalement contre la religion en tant que concept (mépriser les croyants de toutes les religions) sont aussi ceux qui voudraient être « Dieu ». Ils sont souvent des constructivistes qui prétendent manipuler la société, créer des loi, des réglement, des contraintes et des avantages pour diriger la société. Ils refusent de regarder les rapports sociaux comme un ordre chaotique. Pour eux, l’absence de règles dans un secteur précis constitue une aberration.

    Ce que je remarque c’est que lorsqu’on rejette la croyance en tant que concept, on rejette aussi les droits humains en même temps et on considère l’humanité comme une armée de singes qu’on peut manipuler, diriger et construire comme si c’était une bâtisse.

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 21 09 08 08088
    Permalink

    Dans un article précédent, je parlais d’en finir avec Dieu… et avec l’atheisme.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2010/07/20/pour-en-finir-avec-dieu…-et-avec-latheisme/

    Ici, mon propos n’est pas Dieu ni la foi, mais la religion comme encadrement social. Je voulais souligner qu’il y a dans l’Islam – tout de même environ 6 siècles plus jeune que la Chrétienté – des éléments qui collent mieux à la réalité moderne.

    Je n’en pense pas moins que « pas de religion  » est de loin la meilleure option, mais si, comme on peut le craindre, il y a une retour vers la foi qui accompagne la déconstruction assez pénible de notre civilisation, une évolution de l’Islam s’affranchissant de ses racines culturelles jouerait sans doute le rôle de religion universelle mieux qu’un christianisme vidé de son sens et de sa valeur de dépassement… une faillite qui n’a pas été sans jouer un rôle dans le déclin de l’Occident

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    11 août 2010 à 23 11 32 08328
    Permalink

    La religion n’est aucunement dangereuse.

    Le coeur de l’homme oui…
    Les hommes assoiffés de pouvoir aussi (et ils vont utiliser n’importe quelle institution pour assouvir ce désir de domination/destruction)

    Toutes les plus grandes oppressions passent par l’état… par des rois, par des empereurs, etc.

    Et pour paraphraser PJCA:

    « TOUT ÉTAT -QUI NE SANCTIFIE PAS LA LIBERTÉ INDIVIDUELLE (DONT LA LIBERTÉ DE CROIRE ET DE PRATIQUER LA RELIGION DE SON CHOIX), EST DONC UN OBSTACLE À LA SOLIDARITÉ ET À LA PAIX »

    Dans l’histoire moderne -non, depuis 2000 ans, non depuis toujours(?), nous constatons que ce sont les étatistes athées (ou soi-disant religieux, mais ils restent des étatistes -comme les pharisiens, tant dénoncés par Jésus), qui tuent le plus… qui détruisent le plus, etc.

    Et non ce n’est pas vrai que la foi -et la pratique de la foi chrétienne- rend con. La foi est du domaine du coeur et si le coeur est dans « l’amour », l’intelligence s’en trouve embellit.

    Les religions qui prônent une fusion de la foi et de l’état, comme l’islam moderne ou comme certains courants de la chrétienté -les fondamentalistes sionistes, anyone? ou les chrétiens croisés-étatisés du moyen-âge- sont à craindre.

    Il est même possible de ne pas croire et d’être respectueux des droits individuels. Kevin en est l’exemple suprême ici. Il a compris l’importance du respect des droits « sacrés donnés par Dieu »…

    Pour les autres, je vais prier pour vous tous les jours, et à la messe ce dimanche.
    😉

    Répondre
  • avatar
    12 août 2010 à 15 03 30 08308
    Permalink

    Salut Kevin,

    Je suis content de voir qu’au moins toi tu comprends ce que je raconte. Portes-toi bien mon vieux!

    Répondre
  • avatar
    12 août 2010 à 15 03 33 08338
    Permalink

    C’est simple à comprendre, que l’on soit croyant ou pas, pratiquant ou pas, soit on respecte TOUS les droits individuels sacrés de tous les individus, soit les étatistes ou l’état -oppressif- ne respecte pas tous ces droits.

    Répondre
  • avatar
    12 août 2010 à 17 05 59 08598
    Permalink

    Bah dans mon cas je suis agnostique.

    À mon point de vue, si un « Dieu » existe, il a créé un monde en mouvement dont les interactions créent la vie. L’univers serais donc la magnifique création de Dieu, une espèce de sculpture extrêmement complexe qui a été élaborée à partir de très peu de choses.

    Si Dieu existe, son existence est impossible à prouver ou à réfuter. Si il existe, il se refuse à la moindre manipulation de sa création. Si Dieu existe, il ne s’amuse pas à créer des maladies, des incendie et des cataclysme pour troubler ou encourager les créatures qui se promènent. Si Dieu existe, il souhaite seulement qu’on vive notre vie le mieux possible, qu’on puisse aider son prochain et vivre sa vie positivement. Si Dieu existe.. il s’en calice bin raide de nos temple et nos églises et nos institutions et nos prières et nos bibles. Un être qui serait capable de « créer » n’aurait pas de vanité ni de prétention ni de fierté.

    Répondre
  • avatar
    12 août 2010 à 19 07 04 08048
    Permalink

    @ Kevin et par rapport à votre dernier texte, nous sommes presque sur la même longueur d’onde, sauf pour ceci:

    « Si Dieu existe, son existence est impossible à prouver ou à réfuter.  »

    « Si il existe, il se refuse à la moindre manipulation de sa création. »

    « Si Dieu existe.. il s’en calice bin raide de nos temple et nos églises et nos institutions et nos prières et nos bibles. Un être qui serait capable de « créer » n’aurait pas de vanité ni de prétention ni de fierté. »

    ***

    Si Dieu existe, et s’Il est UNIQUEMENT « amour », OUI, Il respecte par dessus tout notre liberté de « gaffer » ou de bien faire. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’intervient pas.

    Je crois que plusieurs pans de la théorie de l’évolution sont vrais, mais comme vous dites, si Dieu existe, cela veut dire qu’il a créé tout ce qui existe, et qu’il soutient toujours la « vie » (dans l’invisible? connaissez-vous la physique quantique?), d’une certaine façon… même s’Il n’intervient pas dans tous les détails de nos choix, Il est -s’il existe- toujours présent… sinon Il ne serait pas Dieu… non?

    Si Dieu existe, et qu’Il est Amour, il nous laissent donc libre de l’ignorer ou de le vénérer.

    Et oui pour nous simples humains -hyper orgueilleux (en passant: c’est le péché originel, selon la Bible)- SA demande qui consiste à L’aimer Lui, plus que nous même ou les autres créatures, peut passer comme quelque chose d’anormal, de déplacé. Par contre, si c’était uniquement ça que Dieu demande (i.e. un retour d’amour) et si c’était justement ça l’épreuve de la vie (soit passer par dessus la « gaffe » originelle…) ?

    Et si Dieu existe, le bien et le mal existent, non? Alors, sa demande « d’amour jaloux », ne serait pas une démarche de jalousie -malsaine et/ou égoïste- comme l’entendrait les humains… mais plutôt un choix véritable entre le bien et le mal?

    En tout cas, en tout cas, vous êtes libre de penser comme vous voulez. Vous avez placé vos idées et je place les miennes. Je n’essaye pas de vous convertir (moi je l’ai voulu !! et je l’ai -i.e. la foi- demandé pendant des années, car je voulais comprendre la « Vie »…), car je respecte VOTRE liberté de ne pas croire ou pas voir les choses comme moi. Tout ce que je fais, c’est d’apporter une autre « lumière » à vos réflexions…

    Sentez-vous libre de m’envoyer chier si vous sentez que je brime votre liberté…
    😉

    p.s.
    De toute façon, sur l’essentiel, i.e. le respect de tous les droits individuels sacrés, et sur le libre marché et sur un paquet de trucs importants sur le plan de la vie matérielle, nous sommes 100% d’accords. Le reste se passe entre VOUS et Dieu (s’Il existe, bien sûr…)

    Répondre
  • avatar
    13 août 2010 à 14 02 42 08428
    Permalink

    Bah à mon avis, lorsque dans les texte biblique (incluant toutes les religion, pas juste la bible), on remarque qu’il demande de l’aimer… mais… je crois que ça signifie plus aimer la « vie ».

    De dire que le « bien et le mal existe » ouais c’est vrai sauf que ce n’est pas à nous de juger les autre. Tu remarquera que « juger » est aussi un mot très récurrent. Le problème vient lorsque les hommes imagine Dieu… comme un Homme. On se met donc à le vénérer comme un roi, comme un être humain souhaiterais être vénéré.

    À mon avis Dieu n’intervient absolument pas dans sa création puisque ça serait la contredire. Si Dieu est si supérieur et merveilleux, alors il a créé l’univers et les résultats que nous avons sont exactement selon son plan. Il aurait créé un mécanisme qui fait naturellement émerger la vie et ensuite la conscience et ensuite l’amour.

    En fait ma conception me vien partiellement d’un roman de Anne Rice. J’aimais bien ses conte de vampire quand j’étais jeune et un de ses volume un peu plus récent (dans la série il y a « Entretien avec un vampire », un film en a été sorti avec Bradd Pitt et Tom Cruise), le livre « Memnoch le Démon » amène une perspective de la vie très très intéressante. Je vous la soumet dans un autre post

    Répondre
  • avatar
    13 août 2010 à 14 02 54 08548
    Permalink

    Donc, ça reste quand même un roman, mais l’histoire théologique est super intéressante ;

    À la base, il n’y avait rien, même pas le temps. Dieu a créé le paradis et ses anges, des êtres conscient et éternel, sans aucune existence physique. Ensuite Dieu a créé l’univers (bah dans le roman on dit la terre… on comprend que c’est l’univers au complet). Avec l’univers, il a créé le temps et la « réalité », ce qui a influencé ses « anges » (on ne parle rien de physique encore, pas des petit bonhomme tout nu avec des ailes). Ses anges sont allé visiter la terre et se sont émerveillé de sa création ; la vie! Ils voyaient des merveilles se développer partout (dans la vie d’un ange, le temps est une notion très relative puisqu’ils sont éternels). Les anges voyaient une partie d’eux-même dans la vie ; ils voyaient une petite étincelle (métaphore pour dire la conscience et la vie)

    Ensuite ils ont vu apparaître les humains. Le plus surprenant pour eux, c’est la vigueur de l’étincelle qui est plus forte que jamais et plus semblable à eux-même. Pourtant, un des anges (Memnoch), celui qui était le plus critique et le plus curieux, était aussi horrifié. Il s’identifiait aux humains, il les voyais vivre et souffrir, il les voyais jouir et mourir! Cette vie était à la fois magnifique et horrible. Il questionnait son seigneur parce qu’il ne comprenait pas pourquoi il laissait la souffrance faire son oeuvre. À chaque fois, Dieu lui demandait patience et lui conseillait d’observer.

    Ensuite les anges ont remarqué les « âmes ». Les humains lorsqu’ils meurent, laissent leur « âme » (qui est la même essence que les anges) errer sur terre. Avec les millénaires, ceux-ci se multiplient et constituent un immense voile autour de la terre. Memnoch est horrifié de les voir errer, souvent complètement sans aucune conscience de leur état, tentant pendant des siècles de continuer à vivre leur vie humaine.

    Long story short, Memnoch s’oppose à Dieu et le défie. Dieu lui dit donc que si il aime tant les humains et souhaite tellement le questionner, sa tâche éternelle sera donc de trouver les âmes les plus méritantes et les plus saines pour venir au « paradis » (le paradis c’est un monde immatériel où vous pouvez voir et jouir de tout ce que vous imaginez)(Par exemple pour un humain, ça serait un paradis… humain).

    Le plus comique c’est qu’on comprend que Dieu n’a jamais été cruel, la souffrance des humains n’est possible que parce qu’ils sont conscient de leur existence, que la jouissance n’existe que parce que la souffrance aussi existe. Que celle-ci amène éventuellement à la machine organique vers un état de conscience et permet d’élever les humains au niveau des anges. Memnoch fait partie du plan de Dieu, tout comme la souffrance et la jouissance qui éventuellement crée quelquechose de magnifique (l’âme).

    Bon ça reste un roman mais l’histoire était très intéressante. Dieu n’intervient jamais, il n’a fait que créer une fois et ensuite observer. Sa création amène au résultat prévu (sinon il ne serait pas Dieu….) et c’est pour ça qu’on doit le respecter. Selon ce point de vue, il ne réclame pas d’églises ou d’offrandes ou quoi que ce soit. Il demande même l’inverse.

    Répondre
  • avatar
    9 octobre 2010 à 7 07 22 102210
    Permalink

    Bonjour très cher cousin quebecois, je vois que les débats sont les même de l’autre coté de l’atlantique !

    Merci pour cet article !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *