J’ai voté pour le chaos

Jean Gagnon Dossier Actualité économique

N’avez-vous pas comme moi ce sentiment désagréable que l’on vient de rater un autre rendez-vous électoral ? On a beau prétendre à une opposition plus forte à l’hôtel de ville de Montréal au lendemain de l’élection municipale du 1er novembre, j’ai bien peur que l’on revive plutôt une situation absolument semblable à celle des quatre dernières années, avec les conséquences économiques désastreuses qui ne sauraient être évitées.

Car il n’y a pas pire frein au développement économique, ainsi qu’à la justice sociale il va sans dire, que la corruption érigée en système. Et c’est justement dans cet état que l’équipe Tremblay avait laissé l’administration de la métropole québécoise à la veille de l’élection. André Noël et Michèle Ouimet du journal La Presse, ainsi qu’Alain Gravel à Radio-Canada, en avaient clairement fait la preuve au cours des derniers mois.

D’où surgira-t-elle cette opposition qui freinerait la décomposition lente mais assurée du tissu social et économique de Montréal ? De Louise Harel ? Son allocution de dimanche soir montrait clairement comment dépassée elle était par tout ce qui a été mis à jour depuis son saut en politique municipale. De Richard Bergeron ? Malgré les grands pas en avant qu’a pu réalisés sa formation politique, j’ai bien peur qu’il demeure la troisième roue du chariot. Et c’est peut-être le plus loin qu’il pouvait se rendre de toute façon. Il ne m’a pas démontré durant cette campagne qu’il avait l’envergure nécessaire pour prendre les rennes de la ville, compte tenu surtout de l’état dans lequel elle se trouve.

Pourtant, j’ai voté pour lui. Parce qu’il était le plus faible en terme d’intentions de vote. J’ai cru durant un moment que du chaos jaillirait la solution. Je ne souhaitais pas qu’il gagne. En fait, je souhaitais que personne ne gagne. Ou plutôt, qu’ils perdent tous. J’aurais souhaité une égalité entre les trois candidats. Un résultat si serré qu’aucun d’eux n’aurait pu prétendre à la victoire.

Mais avec le résultat que l’on connaît, tous les trois semblent tout à fait à l’aise de nous dire maintenant que la population leur a confié un mandat clair. L’un dirige, les deux autres surveillent. N’en avez-vous pas assez de ces discours ne comportant que les mêmes vieux clichés indigestes ?

Je souhaitais une situation totalement chaotique à l’hôtel de ville qu’elle aurait forcer le gouvernement québécois à bouger. À instituer cette commission d’enquête publique si nécessaire, si l’on espère un jour pouvoir faire un ménage durable à l’hôtel de ville.

Une situation tellement chaotique qu’il aurait fallu reprendre cette élection, mais cette fois avec des candidats différents. Non pas des gens qui auraient tremper dans cette suite de magouilles qui a caractérisé l’administration Tremblay. Non pas des gens qui seraient là simplement pour rallonger une carrière politique usée et arrivée à terme. Mais plutôt avec des gens qui auraient une vision d’une métropole moderne, urbainement saine, où l’essor économique servirait l’ensemble de la population.

Bien sûr, ce résultat était statistiquement presqu’impossible. Mais j’y ai rêvé, l’espace du court instant où j’ai fait ma croix.

5 pensées sur “J’ai voté pour le chaos

  • avatar
    4 novembre 2009 à 4 04 10 111011
    Permalink

    J’ai eu l’impression du déjà vu, d’une certaine ressemblance.
    Comme Hamid Karzaï, Gérald Tremblay a promis de faire le ménage.

    Autant les électeurs de Montréal ont été incohérents, autant les électeurs d’Afghanistan ont été dupés.

    Répondre
  • avatar
    4 novembre 2009 à 5 05 40 114011
    Permalink

    La qualité des politiciens à tous les paliers ( municipales, prov, fed) laissent vraiment à désirer. J’expliquerai cela par le manque d’intérêt général de la population pour la politique et surtout par le fait que nos élus ne sont plus ceux qui dirigent, mais de simples paravents. Et le salaire offert ne correspond pas aux responsabilités et à la pression médiatique.

    Répondre
  • avatar
    4 novembre 2009 à 8 08 57 115711
    Permalink

    Quand on réalise que seulement 13% des électeurs ont voté pour Tremblay, on se demande ce que signifie «démocratie». Quand on apprend que des vieux complètement gaga ont voté, on se demande où on s’en va ?

    Répondre
  • avatar
    4 novembre 2009 à 9 09 31 113111
    Permalink

    Quand les politiciens sont médiocres, c’est normal de critiquer mais quand ils sont courageux et que je vois les analystes politiques ironiser je me dis qu’il y a un malaise aussi parmi les journalistes et la masse des électeurs qui se noient dans le flux d’information disponible. Le politicien et journaliste sont à l’image de la société ou il vit.

    Au Qc, il y a trop de députés et il faudra aussi réequilibrer au niveau fédéral avec le ratio de population QC/Canada qui décroit.

    Sinon il faudra faire un bilan du Grand Montréal et s’il y a lieu de défusionner l’ensemble.

    Répondre
  • avatar
    4 novembre 2009 à 9 09 47 114711
    Permalink

    ….Mais j’y ai rêvé, l’espace du court instant où j’ai fait ma croix….

    Cé ça oui, continuez d’encourager la niaiserie démocratique en rêvant pauvre esclave.

    Mais ne vous rendez-vous pas compte que ce sont vous, les adorateurs de la mock-démocratie, les petits voteurs orgueilleux parce qu’ils prétendent avoir un »droit » qui nous mettez dans marde ?

    Faire une croix, son chemin de croix c’est de la foutaise et jamais ou grand jamais ce ne sera de la démocratie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *