J’agis, je pense, je suis…mort!!!

Andre Lefebvre

-Pourquoi dis-tu ça?

– Parce que c’est exact.

-Qu’est-ce que tu veux dire?

-Je veux dire que la chronologie de ces trois verbes est inversée; et que lorsqu’on suit cette chronologie, on ne peut arriver qu’à disparaître.

-Donc, la suite normale serait donc : Je pense – j’agis et je suis?

-Parce que tu crois pouvoir penser avant d’être?

-D’accord. Donc : Je suis – je pense –  j’agis.

-Exactement! C’est d’ailleurs la seule façon de savoir ce que l’on fait; tu ne crois pas?

-Et cela change quoi dans ma vie?

-Ça change que tu sais ce que tu fais parce que tu penses avant d’agir; je viens de te le dire.

-Bin, voyons! C’est clair qu’avant d’agir, je pense toujours à ce que je vais faire.

-Évidemment; mais est-ce que tu penses en fonction de qui tu es?

– Bin…j’imagine que …oui.

– Veux-tu vérifier?

-OK.

-Es-tu une personne égoïste ou altruiste?

– Je ne suis pas égoïste.

-Es-tu altruiste?

– C’est quoi ça?

– C’est de s’assurer que le bénéfice de ceux qui t’entourent est maximisé, sans égard pour ta propre position.

-« Sans égard pour ma propre position »? C’est beaucoup demander; tu ne crois pas?

-Peut-être. Vérifions cela tout de suite. Qu’est-ce qui t’arrive si tu adoptes ce comportement altruiste?

-À moi, je ne le sais pas du tout; aux autres, j’imagine que leur bénéfice est maximisé.

-Et que t’arrive-t-il si tous ceux qui t’entourent adoptent le même comportement altruiste?

-Euh…Alors là, mon bénéfice personnel est maximisé sans que j’aie la nécessité de m’en occuper ou, du moins, de me battre pour maximiser ce bénéfice personnel.

-Et alors? C’est positif d’être altruiste ou non?

– Extrêmement positif, à la condition que tout le monde s’y mette; mais c’est loin d’être certain que tous s’y mettront.

-Qu’est-ce que tu peux faire pour y remédier?

-Pas grand-chose.

-Quel pouvoir as-tu sur ceux qui t’entourent?

-Aucun.

-Dans ce cas, il réside où, ton pouvoir?

– Le seul pouvoir que je possède vraiment est le choix de mes comportements. Je n’ai aucun pouvoir sur les comportements des autres.

-Donc, ce que tu me dis est que le seul pouvoir que tu possèdes, afin que tous ceux qui t’entourent soient altruistes, est de commencer par choisir toi-même d’être altruiste?

-Ouais! Ça semble vraiment être la seule solution. Ce qui n’en est pas une puisque je serais le seul à faire ce choix.

-Je suis parfaitement d’accord avec toi. Maintenant, que penses-tu de la puissance d’influence de l’exemple?

-Je pense que c’est le seul et surtout le plus important pouvoir que l’individu puisse posséder.

-Ce que tu es en train de me dire est que : « ton pouvoir personnel est le plus important pouvoir qu’un individu puisse posséder »? Ce n’est pas ce que tu disais tantôt.

-Bon peut-être que le pouvoir que je possède n’est pas aussi nul que je l’ai dit. Disons que l’exemple est définitivement un pouvoir important sur les individus qui m’entourent.

-Tu es alors d’accord, que si tu adoptes le comportement altruiste, tu influenceras énormément ceux qui t’entourent et que d’autres adopteront, par la suite, ce même comportement?

-C’est très possible, en effet.

-Et si d’autres adoptent ce même comportement, tes bénéfices personnels seront alors maximisés?

-Si c’est le cas, assurément.

-Alors pourquoi n’adoptes-tu pas ce comportement immédiatement?

-Euh…Veux-tu m’excuser, je dois rencontrer une  personne très importantes dans dix minutes; je dois te quitter. On pourra continuer cette discussion très intéressante une autre fois.

-Aucun problème; à bientôt.

-À bientôt; salut.

-Hey!

-Quoi?

-Que dirais-tu si le gouvernement adoptait un comportement altruiste?

-Ça sauverait probablement la qualité de vie, l’économie, la culture, l’éducation enfin tout ce que tu veux. Ce serait formidable.

-Dis-moi; c’est qui le gouvernement dans une démocratie?

-Salut! Je dois partir. À la prochaine.

-À la prochaine! Mais dis-donc? On dirait que tu es tout seul???

-Je ne suis peut-être pas aussi seul à « être seul », qu’il y paraît.

-Effectivement. Bye!

Amicalement

André Lefebvre

avatar

Andre lefebvre

Mon premier livre "L'histoire de ma nation" est publier chez: http://fondationlitterairefleurdelyslibrairie.wordpress.com/ André Lefebvre

14 pensées sur “J’agis, je pense, je suis…mort!!!

  • avatar
    5 juillet 2011 à 8 08 34 07347
    Permalink

    Je ne suis peut-être pas aussi seul à « être seul », qu’il y paraît.

    André,

    Je trouve cette finalité superbe, mais le texte pas évident donc essayons de le remonter ensemble, cela me ferait plaisir.

    Tu veux bien
    Tu constates je l’ai pris par la fin !!
    Il y a de toi dans ce texte ou c’est de l’imaginaire au 1er degré

    A te lire si tu le souhaite

    Amicalement,

    Le Panda

    🙂 😉

    Répondre
    • avatar
      5 juillet 2011 à 9 09 05 07057
      Permalink

      J’espère qu’il y a toujours de l,auteur dans son propre texte; sinon, il peut dire quoi qu’il puisse connaître?

      Pour moi, il est évidemment évident (sic).

      S’il accroche quelque part, pour toi, je ne peux « évidemment » pas dire où. 😉

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    5 juillet 2011 à 9 09 01 07017
    Permalink

    J’aime bien ton texte.
    Il évoque une logique implacable d’un comportement, ou de comportements qui doivent obligatoirement exister pour réussir…n’importe quoi.
    Même un journal 😉
    Je crois qu’on cultive une réussite personnelle et qu’on se sert de cette « réussite ».
    L’État est une machine à souffler jusqu’à la flatulence l’égo…
    😛

    Répondre
    • avatar
      5 juillet 2011 à 9 09 06 07067
      Permalink

      Merci Gaétan.

      Ce texte est tout simplement une question sur le désintéressement intéressé. 🙂

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    5 juillet 2011 à 10 10 50 07507
    Permalink

    Pourquoi dis-tu ça?

    – Parce que c’est exact.

    -Qu’est-ce que tu veux dire?

    -Je veux dire que la chronologie de ces trois verbes est inversée; et que lorsqu’on suit cette chronologie, on ne peut arriver qu’à disparaître.

    -Donc, la suite normale serait donc : Je pense – j’agis et je suis?

    ============

    Bon allez j’y vais, mais quel que soit par le début ou la fin, c’est presque à mon sens le chien qui courre à la suite de sa queue, tu connais le résultat

    Je ne suis pas à New-York

    C’est une forme d’égoïsme ?

    Amicaleùment,
    Le Panda

    😛

    Répondre
    • avatar
      5 juillet 2011 à 11 11 49 07497
      Permalink

      Dans ce cas, je pense vraiment qu’il est plus que temps qu’on commence à courir après notre queue.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        5 juillet 2011 à 12 12 53 07537
        Permalink

        Lartiste,

        Je t’en conjure STP si tu y arrives, dis le moi et indiques moi comment tu as fait cela me ferait trés plaisir de faire plaisir 😀

        Tu ne manque pas d’humour, surtout reste ainsi c’est SUPER et pas PLOMBE :-O

        Quel régal Mesdames de connaitre un ARTISTE de cet ampleur, c’est la résussite à tous les COUPS TILT (K) (E) 😀

        Amicalement et avec tout mon respect aux lecteurs et surtout « lectrices »

        Le Panda

        Répondre
        • avatar
          5 juillet 2011 à 15 03 03 07037
          Permalink

          Voyons! Voyons!

          Un peu de tenue mon ami. :-S

          Amicalement

          Elie l’Artiste

          Répondre
          • avatar
            5 juillet 2011 à 16 04 23 07237
            Permalink

            Voyou, voyou que nous sommes (N)

            Mais je prends acte que tu es pire que moi, avec juste un peu pluis de raison peut-être ?

            Amicalement,

            Le Panda
            Patrick Juan

  • avatar
    5 juillet 2011 à 12 12 38 07387
    Permalink

    Le dialogue socratique est amusant.

    Abordant le sujet de l’agape avec le conditionnel qui en fait un paradoxe, et la volonté de pouvoir accouplé d’espérance, un deuxième.

    Le sociobiologiste vous dira que les animaux aussi ont un sens altruiste parce qu’on peut parfaitement l’expliquer, du point de vue de l’évolution, dans l’intérêt de la survie.

    «Espérer c’est vouloir sans pouvoir» – ‘Le Bonheur, désespérément’ d’André Comte Sponville

    «Seul l’humain peut prendre le mal comme projet » – ‘Qu’est-ce que l’Homme’ de Luc Ferry

    «Sers-toi de la moralité des autres comme d’une faiblesse que tu utiliseras à tes fins» – ‘L’Apologie du Diable’ de Johann Benjamin Erhard.

    DG

    Répondre
    • avatar
      5 juillet 2011 à 12 12 45 07457
      Permalink

      J’ai toujours affirmé que l’homme avait été conditionné « anormalement » lorsqu’il a « imaginé » être supérieur à l’animal. 😉

      Merci de ton appréciation Denis.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        5 juillet 2011 à 12 12 56 07567
        Permalink

        J’ai toujours affirmé que l’homme avait été conditionné « anormalement » lorsqu’il a « imaginé » être supérieur à l’animal (G)
        ========
        Je partage mille fois cela et les citations qui reléve tout venant de Denis c’est plus que plaisant :-O

        Amicalement,

        Le Panda

        Le don Juan est absent alors Patrick Juan 😉

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *