Une mère témoigne sur l’intimidation de sa fille

 

Jeune, intimidation et agressions

Suite à mon billet sur l’intimidation et les agressions des jeunes à l’école, Nathalie, une mère de famille nous livre ce témoignage touchant.

Nathalie Dossier Taxage et intimidation

En tant que parent, le sujet de l’intimidation me fait revivre beaucoup d’émotions. Ma fille a, elle aussi, vécu l’intimidation. Une de plus parmi tant d’autres. C’est triste car les jeunes gardent le silence. Par peur des représailles, ils ne s’ouvrent pas.

Le changement de comportement de ma fille m’a fait douter que quelque chose n’allait pas. En la questionnant, elle a fini par me raconter ce qu’elle vivait tous les jours à l’école. J’en avais des frissons! Je me disais que c’était impossible tout ce qu’elle a vécu.

Pour le diner, je lui donnais des sous. Elle mangeait dans les toilettes. Ne pas être au courant au moment où elle le vivait m’a mise en colère. C’était douloureux d’apprendre tout ce qu’elle a subit en silence.

Un dimanche soir, je l’ai vu angoissé dans son lit. J’ai parlé avec elle pour découvrir que l’angoisse qu’elle vivait provenait du fait que le lendemain elle devait aller à l’école le lendemain et qu’elle savait ce qu’il l’attendait. Je lui ai dit que c’est assez et que ça doit finir! Demain, tu restes à la maison. Je m’occupe du reste.

Le lendemain matin, je téléphone à la direction de l’école et leur dit  que je garde ma fille à la maison car elle y est plus en sécurité qu’à l’école. La directrice répond:

Mais voyons madame, vous n’avez pas le droit de garder votre fille à la maison. Si vous faites cela je vais devoir faire une plainte à la DPJ.

Je lui ai dit que si elle n’avait rien d’autre à proposer, qu’elle la fasse sa plainte à la DPJ. Au bout d’une semaine, je reçois l’appel de la DPJ. Après leur avoir expliqué tout ce que ma fille subissait, il ne savait plus quoi me dire. Il m’a dit:

Écoutez madame , laissez nous une semaine de réflexion à savoir ce que nous allons décidé pour votre fille et on vous revient avec NOTRE décision.

La semaine suivante, la DPJ me rappelle pour me dire que, finalement, le mieux sera de garder ma fille à la maison mais que, malheureusement, elle ne sera pas scolarisée.

Peut-on accepter que ce soit nos jeunes qui écopent et non pas les intimidateurs? Le système est malade. Il n’y a pas de justice. Pendant que les parents se battent pour encourager leurs enfants à aller à l’école, à leur dire qu’ils sont de bonnes personnes… voilà ce que la DPJ nous offre comme solution! L’estime de soi et leur confiance en mangent un coup.

Pour les parents qui on perdus leurs enfants par suicide, ça me bouleverse terriblement. Je peux comprendre leur mal et leur frustration. Il faut AGIR ET VITE. Il faut que les gens CHANGENT et comprennent que l’intimidation peut DÉTRUIRE un être humain.

Autre texte sur le Taxage et intimidation

10 pensées sur “Une mère témoigne sur l’intimidation de sa fille

  • avatar
    17 décembre 2011 à 8 08 06 120612
    Permalink

    Ce genre de problèmes arrive lorsque nous mélangeons trop des cultures totalement différentes de la nôtre, et les occidentaux que nous sommes battent un peu trop leur coulpe sur ce que nos ancêtres ont fait dans les siècles antérieurs. Personnellement, je vis dans un endroit tranquille, mais j’ai quand même dû virer des gamins de divers âges du hall d’entrée de mon immeuble. Sans doute un jour faudra-t-il que je m’arme pour me faire respecter. Ce sera l’escalade et nous irons de nouveau vers les pogromes et autres folies que l’on croyait disparues à tout jamais. C’est d’abord aux parents qu’il revient d’éduquer, et non à la société. Si le boulot n’est pas fait, ça fait boum !!!

    Répondre
  • avatar
    17 décembre 2011 à 11 11 32 123212
    Permalink

    Je sympathise avec cette dame et sa fille. Ces histoires n’ont pas d’allure. Combien de milliards dépense-t-on annuellement dans les écoles? Comment se fait-il que les dirigeants des écoles sont incapables d’assurer la sécurité des enfants?

    Ce n’est pas normal et c’est le symptôme d’une société très malade.

    Je ne crois tout simplement pas au scénation de l’incompétence. Les autorités ont délibérément saboté le système d’éducation, comme le reste. Ils l’ont fait dans tous les pays industrialisés du monde, alors pourquoi pas au Québec également. C’est évident.

    L’UNESCO a décidé que des gens éduqués consomment plus et en conséquence il faut appauvrir tout le monde pour atteindre les objectifs de dévelloppement durable fixé par l’ONUé. Faites quelques recherches, vous allez voir.

    Quel genre d’adultes préparons-nous pour demain?

    Répondre
  • avatar
    17 décembre 2011 à 11 11 55 125512
    Permalink

    Ceux qui connaissent vraiment les difficultés que les enfants devraient se rapprocher les uns des autres.

    Répondre
  • avatar
    17 décembre 2011 à 11 11 55 125512
    Permalink

    Désolée : « les difficultés que les enfants rencontrent »

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2011 à 7 07 31 123112
    Permalink

    Je connais plusieurs familles qui éduquent leurs enfants à la maison sans passer par le système scolaire. Les enfants passent leurs examens comme tout le monde et graduent comme tous les autres. Renseignez-vous, c’est possible et accepté par le ministère. Un de ces enfants vient d’être accpté à McGill en sciences pures.. comme quoi c’est possible….
    Il y a toujours une solution à un problème
    Gazou

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2011 à 9 09 18 121812
    Permalink

    Le gros bon sens a pris quelques années sabbatiques. A se demander s’il reviendra. Lorsque des adultes sont incapables de faire respecter des règles de conduite de base, comment les enfants peuvent-ils être en sécurité ou même apprendre les limites qu’imposent le respect. Le phénomène d’intimidation, de harcèlement a toujours existé mais devient de plus en plus présent, à l’école comme ailleurs. Pourquoi? parce qu’il y a trop de rois, pas assez de châteaux et qu’ils se permettent de se conduire en goujats pour en obtenir un.

    Ce n’est malheureusement pas le fait exclusif du multiculturalisme, ni de la classe sociale. Les enfants odieux ont des parents qui semblent avoir abdiqués ou ont à tout le moins perdu le souvenir du rôle qu’ils ont l’obligation de tenir et surtout de l’exemple qu’ils doivent donner.

    Le courant social maintenant est: m’as-tu vu. Je serai le meilleur, le gagnant, les autres seront à mes pieds, je les soumettrai et je serai enfin quelqu’un. J’avance dans la vie comme un rouleau compresseur. La culture du narcissisme.

    Effectivement, comme dans le cas de cette mère ou de tout parent dont l’enfant vit des situations abusives qui compromettent sa sécurité physique et émotionnelle, le droit fondamental du tuteur va de pair avec ses obligations et le bien-être de l’enfant est une obligation. Tant que les personnes responsables des lieux ne sont pas en mesure d’en garantir la sécurité et la quiétude, le parent a l’obligation d’agir en bon père de famille. Voilà pour le volet DPJ qui devra composer avec les droits et obligations des parents et ne pas brandir la menace de punir ceux qui le sont déjà.

    Pour ce qui est de faire changer les choses, soit instaurer des politiques efficaces de dépistage et de résolution définitive des problèmes engendrés par le comportement des intimidateurs, j’inviterais les parents à faire une plainte commune au ministère de l’éducation qui a le devoir d’assurer la sécurité et le bien-être de chaque utilisateur dans ses établissements, la formation adéquate du personnel qu’il embauche et d’y instaurer des règles communes qui feront en sorte que le problème ne soit pas balayé dans la cour de récréation ou au-delà des clôtures, puisqu’il appert que le phénomène d’intimidation, de menaces et de harcèlement va et ira grandissant.

    Pour ce qui est de régler les problèmes liés au comportement des intimidateurs, j’inviterais les parents de ces derniers à faire l’effort de les encadrer, de les éduquer, de leur montrer l’exemple, en prenant toutes les mesures nécessaires afin que leurs enfants rendent service à la collectivité dans laquelle ils continueront d’évoluer et cessent d’agir en prédateurs en société. Ils ont eux aussi la responsabilité de leurs enfants. C’est probablement ici que la DPJ devrait enquêter suite à une plainte d’intimidation. Il appert cependant qu’elle aurait décidé de ne pas se porter volontaire dans ce dossier. Peut-être n’a-t-elle pas l’intimidation inscrite dans sa liste de comportements délinquants. Changez les règles, faites front commun en adressant vos attentes aux ministères de l’éducation, de la justice et des affaires sociales, afin que ces comportements soient jugés délinquants et inacceptables.

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2011 à 15 03 10 121012
    Permalink

    L’intimidateur est avant tout un rien de moins que rien , comme celui dont il se sert comme modèle.

    Donc , le 19 décembre 2011 ; test anti-doping pour tous ceux qui côtoyent cet enfant. === Me semble que ce n’est pas la première fois que j’en parle que le Québec est un laboratoire et le peuple le plus gelé de cette  »PLAN`TE ».
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    8 février 2012 à 22 10 57 02572
    Permalink

    DEFRASNE Christiane dit :Bonjour,Y-a-t’il d’ores et déjà un ciucrit de distribution en France ?Pourriez-vous me dire où trouver ce type de produits pour un usage privé (sac de 25 kg par ex).Merci

    Répondre
  • avatar
    9 février 2012 à 0 12 53 02532
    Permalink

    its so easy: you go to daily mootin and you « double click » on the video and you will be able to download it! Try and let us know more …But the best would be you invite yours friends to see this video on our blog!!! Hi hiDanke…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *