La crise de l’éducation… en 1 000 mots

Il y a une crise de l’éducation parce que l’on n’éduque plus. Les parents n’éduquent plus parce que c’est devenu trop complexe et que, de toute façon, l’emploi du temps que prévoient les plans de carrière de la société actuelle ne le leur permet pas . L’école ne le fait pas davantage, car ce n’est pas le job des enseignants d’éduquer, mais d’instruire : transmettre des connaissances.

Instruire et encore… Transmettre des connaissances, mais celles dont ont décidé les planificateurs de l’éducation – ce qui n’est pas bête, puisqu’on devrait avoir un objectif en  tête quand on instruit  – mais on leur demande aussi de les transmettre avec les moyens et selon le schéma défini aussi par les planificateurs de l’éducation, ce qui est une aberration.

Une  bêtise, car l’enseignant est le pédagogue et c’est le propre de la pédagogie de savoir formater un contenu pour le rendre accessible à des apprenants qui ont des aptitudes et des intérêts différents, voire des connaissances antérieures modérément dissemblables. Si ce n’était le cas, l’enseignement pourrait être entièrement programmé et l’élève n’aurait pas besoin d’un guide dans l’univers des connaissances : il lirait et apprendrait…

Quand on veut dire à l’enseignant comment enseigner, on le rend inutile. En lui demandant surtout d’enseigner de la même façon à tout le monde, on crée un système ou le bon sens exige  qu’il introduise une myriade de ce que l’on considérera comme des exceptions ou des dérogations, au lieu d’accepter que l’éducation est du « sur mesure » et que tout le monde ou presque est normal, dans le sens ou la norme est large et se confond avec le vaste espace ou l’éducateur peut réaliser ses objectifs.

On ne doit avoir qu’une exigence face à l’enseignant : que les apprenants qu’on lui confie apprenne. Quand on veut qu’il éduque, il faut lui en demander plus, mais d’abord le tirer du piège ou, même sur le plan de la transmission des connaissances, l’école d’aujourd’hui, qui devrait faire du « sur mesure », s’ingénie à faire de l’industriel.

Aujourd’hui, on a le lit de Procuste pour tout le monde.  On a donc des échecs, des abandons en masse et des vies se décident sur le talent ou la bonne volonté d’un adolescent qui se pliera ou non à la corvée de maîtriser le calcul intégral, qu’il soit de lqa graine de Mozart ou de Picasso n’y changeant rien.

Une approche dont les résultats sont encore pires, bien sûr, quand il ne s’agit plus de transmettre des connaissances, mais des règles d’interprétation, des principes, une culture, des valeurs… tout ce qui devrait être une éducation.

Il y a deux générations, le collège offrait du grec, du latin et de la philo; il offrait aussi des valeurs, une culture et un sentiment d’appartenance. C’était rétro, mais la plupart étaient fiers de leur vieux collège, même s’ils en sortaient en pensant tous à peu près la même chose…

Vers les années 60, on a voulu créer une société plus complexe, une société pluraliste, avec du monde ordinaire qui pensent par eux-mêmes; avec des gens, donc, qui ne pensent pas tous la même chose et où chacun respecte les valeurs et la culture des autres. On a mis le paquet sur l’éducation, mais on a raté un virage.

On a oublié que plus une société est complexe, plus il est essentiel d’y valoriser l’appartenance à des groupes de dimension humaine. On a oublié que c’est dans une société pluraliste qu’il est le plus nécessaire de fournir à chaque éduqué toutes les ressources nécessaires pour éclairer ce qui devient pour lui un choix plutôt qu’une acceptation des valeurs. On a oublié, surtout, que pour que les valeurs de chacun soient respectées, on doit faire en sorte, d’abord, que chacun en ait, des valeurs.

On a sauté le garde-fou des valeurs et on a créé des écoles monstrueuses, des écoles inhumaines, qui ne favorisent pas l’autonomie de l’individu, ni sa formation professionnelle, ni surtout son insertion sociale. Pire, on a créé des écoles que l’on n’aime pas. Vous en connaissez beaucoup, vous, des gens de nos jours qui ont la fierté de leur vieille polyvalente ?

Solution ?   Recommencer à éduquer, en faisant le contraire de ce qu’on fait dans une polyvalente. Plutôt qu’une école impersonnelle ou l’enfant  est passé de spécialistes en spécialistes, il faut une école dont l’axe soit une relation personnelle de longue durée entre un groupe d’élèves et un enseignant qui soit un modèle et assume une responsabilité plus globale sur son apprentissage.

Que ce soit le même pendant 5 ans. C’est cette relation de longue durée qui permettra à l’enseignant devenu éducateur d’être un modèle et qui favorisera l’éclosion d’un vrai sentiment d’appartenance. En revanche, l’enseignant qui est le seul maître de sa pédagogie ne doit pas avoir le contrôle des examens : c’est au Ministère de définir la docimologie et de conférer attestations et diplômes

J’ai parlé, il y a longtemps d’un système « préceptoral », lequel  permet un meilleur développement socio-affectif de l’adolescent, de meilleurs résultats scolaires, une activité professionnelle plus gratifiante pour l’enseignant. C’est un moyen de bâtir une vraie culture populaire plus large et d’obtenir une orientation professionnelle bien plus adéquate. C’est aussi la façon idéale de réduire absentéisme, vandalisme et violence à l’école. Et un système préceptoral coûterait moins cher que notre système actuel…

Il n’y a qu’une seule condition préalable à la mise en place de ce système, en plus, bien sur, d’une véritable volonté politique de changement. Cette condition, c’est qu’existe chez un nombre suffisant des enseignants, le désir de créer une relation plus humaine avec leurs élèves. J’aime le penser.  Il faudrait leur en parler

Pierre JC Allard

http://nouvellesociete.wordpress.com/education/

6 pensées sur “La crise de l’éducation… en 1 000 mots

  • avatar
    22 février 2011 à 1 01 28 02282
    Permalink

    Malheureusement, nos enfants sont à la merci de cette horde de fonctionnaires socio-constructivistes qui nous ont pondu le cours de ECR, sans parler de cette armada bureaucratique que sont les commissions scolaires!!!

    Votre idée a du bon, mais l’actuel système d’éducation qui est lourd, qui est sur-bureaucratisé et qui est étatisé à son maximum la rend, malheureusement, utopique!!!

    Il faut désétatiser les écoles et, surtout, le système d’éducation et complètement!!! Ça presse!!! Que connaissent les fonctionnaires à l’éducation, hein???

    On désétatise, on abolit la bureaucratie, on donne le pouvoir aux gens qui sont sur le terrain et on donne des bons d’éducation, pour assurer la pérennité de la démocratisation de l’éducation!!! Seulement là, votre idée pourrait être applicable, car le système serait débarrassé de ses oeillères étatiques!!!

    «On a sauté le garde-fou des valeurs et on a créé des écoles monstrueuses, des écoles inhumaines, qui ne favorisent pas l’autonomie de l’individu, ni sa formation professionnelle, ni surtout son insertion sociale.»

    Dieu, merci, je suis un produit de l’école privée et, en 2005, l’année où j’ai obtenu mon DES, le problème était moins apparent!!! Aujourd’hui, avec la charmante Réforme, on peut se vanter d’avoir sacrifié une cohorte au grand complet!!! La prochaine, c’est celle qui est, actuellement, en secondaire 1!!!

    Mais, c’est de même que ça marche, au Québec, et que ça marchera tout le temps, s’tie!!! 🙁

    Répondre
  • avatar
    22 février 2011 à 21 09 43 02432
    Permalink

    « Que connaissent les fonctionnaires à l’éducation, hein??? »
    Voilà une question que je me suis toujours posé. Les fonctionnaires sont pas en business eux-autres faque y peuvent pas savouère ce qu’on veut comme future main d’oeuvre dans nos boui-boui pis dans nos compagnies de nettoyage de tapis de Fraddé! HA! Commencerait à être temps de se demander pourquoi qu’on se pose pas les vraies questions au Québec-Socialiste!

    😡

    Répondre
  • avatar
    22 février 2011 à 22 10 50 02502
    Permalink

    Il y a des objectifs secrets parmis certains groupes dans le monde qui veulent rendre les gens incultes et illettrés.
    Les systèmes d’éducation vont servir seulement l’élite ou à ceux qui sont les maîtres.
    Les illettrés vont être la chair à canon ou des exclaves manuels pour servir l’élite.
    Il s’agit de voir agir Charest avec les procureurs, les soins médicaux et les enseignants.
    Tous les humains non-rentables vont être exterminés lentement mais sûrement.

    Fernand Cloutier
    Val-d’or

    Répondre
  • avatar
    23 février 2011 à 7 07 26 02262
    Permalink

    Pierre est parti en vacances en France aux dernières nouvelles. il ne vous répondra pas. 😆

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *