La désindustrialisation de la France – PME en péril ?

Robert Bibeau. Directeur. http://www.les7duquebec.com

 

L’analyse et les conclusions que nous présentons ici sont valides pour la plupart des pays industrialisés. La France nous servira d’exemple pour illustrer le phénomène de délocalisation manufacturière et de saccage industriel en cours dans l’ensemble des pays occidentaux.

 valeur ajoutee

En France, l’industrie a perdu 1,9 million d’emplois entre 1980 et 2007, soit 36 % de ses effectifs. En 2013, la part de l’industrie dans l’emploi total était de 24,7% en Allemagne mais de seulement 17,9% en France. Or, l’industrie est presque le seul secteur économique générateur de plus-value (valeur ajoutée). Entre 2000 et 2010, la valeur ajoutée industrielle a chuté d’environ 6,1% en France, comme dans 10 autres pays de l’Union européenne comprenant l’Allemagne, l’Italie, la Grande-Bretagne, L’Espagne, le Portugal, l’Autriche… Doit-on s’étonner de l’approfondissent de la crise économique ?

 

En 2013, la part de la production manufacturière dans le PIB était de 22,2% en Allemagne et de seulement 11,3% en France. Ainsi, la baisse de la valeur de la production industrielle entre janvier 2008 et décembre 2014 a été de 1,4% en Allemagne mais de 16,5% en France. Comme le disent les chercheurs du CNRS : « Dans les régions en voie de désindustrialisation, les emplois précaires et mal payés d’aide-soignante, femme de ménage ou d’assistante maternelle sont devenus les seules propositions de reclassement faites aux anciennes ouvrières qualifiées. »

 

Selon les chercheurs, la réduction progressive des activités industrielles se traduit, en France comme dans les autres pays, par :

  • la diminution du nombre d’emplois dans le secteur secondaire (industrie),
  • une baisse du poids de ce secteur dans le PIB (PIB et valeur ajoutée),
  • l’amplification du déficit commercial et industriel structurel,
  • l’automatisation des chaines de montage (entrainant un chômage accru),
  • la délocalisation des activités industrielles vers les pays « émergents ».

 

« Toutefois, prétendent les chercheurs du CNRS, les progrès technologiques et l’automatisation des tâches permettent de diminuer les couts et devraient être des facteurs favorables si cela permettait de conquérir de nouveaux marchés et de maintenir l’emploi. »  Ce qui à l’évidence n’est pas le cas (36% des effectifs industriels français ont disparu depuis 30 ans).

 

La délocalisation est la conséquence d’une production manufacturière réalisée pour moins chère à l’étranger (dans les zones aux salaires de misère, fortement mécanisée par les multinationales françaises qui y ont déplacées leurs machines-outils). « La disparition de certaines activités industrielles est la conséquence soit d’un processus normal de l’évolution des besoins (sic), soit de l’impossibilité de produire à un cout compétitif dans une économie avancée », prétendent les chercheurs du CNRS. De fait, il est vrai qu’un travailleur français ne pourrait survivre s’il recevait le salaire d’un ouvrier au Vietnam. Il risquerait de s’évanouir sur la chaine de montage comme l’entreprise américaine le démontre de l’autre côté de l’Atlantique.

 

Les chercheurs du CNRS concluent « La véritable cause c’est celle de la compétitivité dans les secteurs occupés par notre industrie lorsque ni le progrès technique, ni l’automatisation, ni l’amélioration de l’activité commerciale ou du management, ni la reconversion dans d’autres secteurs d’activité ne permettent d’éviter la délocalisation ou la faillite. »  Voilà une tautologie. Les chercheurs du CNRS concluent que si l’industrie française n’est pas assez compétitive, alors c’est qu’elle n’est pas assez productive… Évidemment dirons-nous ! La véritable question serait de savoir pourquoi l’industrie française ne parvient pas à maintenir sa compétitivité face à l’industrie des pays « émergents », et face à l’Allemagne, et face aux États-Unis, qui ne sont certainement pas des pays « émergents » ?

 

Les chercheurs poursuivent leur investigation : « En dehors de ces facteurs endogènes à l’industrie, les facteurs exogènes sont les impôts et taxes, les normes européennes, le SMIC, le Code du travail… et le taux de change. Ce dernier intervient directement sur les exportations, mais il permet aussi aux importations de concurrencer notre production nationale. Il touche donc finalement l’ensemble des entreprises exportatrices ou non. Pour les facteurs exogènes, les acteurs sont L’État et l’Union européenne (…) L’examen de l’action de l’État français par rapport aux autres pays de l’UE montre que les charges sur les entreprises sont plus lourdes, le Code du travail plus lourd, plus complexe et plus handicapant (pour les entreprises), et que le SMIC introduit globalement des salaires plus élevés qu’ailleurs en Europe et même en Allemagne, sur l’ensemble de l’échelle des salairesNon seulement l’État français accepte les normes européennes, qui peuvent jouer sur le commerce hors Union européenne, mais il a une fâcheuse tendance à en rajouter. Ceci nous handicape un peu plus. Mais le facteur primordial qui est du ressort de l’État français, c’est la gestion de la monnaie, gestion qu’il a donnée à la zone euro. Compte tenu de tous les handicaps cités plus haut, il en ressort que la compétitivité ne peut pas être gagnée, sauf exception, sans un taux de change plus favorable à notre pays par rapport à nos fournisseurs et clients, au premier rang desquels se place l’Allemagne. »

 

À nouveau une conclusion en oxymoron… Voilà que le manque de productivité de l’industrie française explique son manque de compétitivité (…)  Mais pourquoi ce manque de productivité serions-nous tentés de demander ? Dans le paragraphe suivant, les chercheurs proposent leur « explication » à ce mystère.

 

« La représentation de l’industrie par le Medef occulte la dimension du taux de change, car ce syndicat patronal est aux mains de la grosse industrie, fortement exportatrice et délocalisée. Le Medef n’attend que de l’argent pour investir et une diminution des charges. Il se satisfait de l’euro qui lui simplifie la vie et lui évite une monnaie nationale plus sujette à des variations de cours sur le marché européen. Pourtant c’est le maillage des petites et moyennes entreprises qui est le tissu créateur d’emplois et garant du savoir-faire français. Celles-ci, dont la production est surtout nationale, ne peuvent combler les handicaps endogènes et exogènes pour rester concurrentielles. »

 

Vous avez compris ce salmigondis ? Contrairement à ce que prétendent les chercheurs du CNRS, l’objet de l’activité économique n’est pas de créer un « tissu industriel créateur d’emploi, ni de garantir le savoir-faire français », mais de valoriser le capital en générant la production d’une abondante plus-value. Le fait que l’euro « satisfasse » les grandes entreprises françaises ne semble pas intriguer les chercheurs…  Le mode de production capitaliste encourage la monopolisation, c’est exact, mais la monopolisation n’interdit pas la sous-traitance vers les PME, même qu’elle la favorise. Les grands trusts multinationaux – exportateurs – sont représentés par le MEDEF qui n’attend que les subventions de l’État et de meilleures conditions de surexploitation de la force de travail, des conditions comparables à ceux des pays « émergents » pour faire des profits exorbitants. Le salut du « savoir-faire français et des emplois » est à ce prix. D’abord hausser le taux d’expropriation du surtravail, et ensuite subventionner l’exploitation du travail salarié français (sic). Si la tonte des travailleurs français ne soutient pas la concurrence-productiviste avec la tonte des travailleurs chinois alors les cartels multinationaux français iront surexploiter la classe ouvrière chinoise… c’est cela la mondialisation impérialiste.

 

Les chercheurs, consciencieux, persistent et signent : « L’euro finit de les tuer (les PME) lentement, car quoique l’on dise de l’esprit national, le français regarde de plus en plus les prix des marchandises avant d’acheter. Le label français est vite délaissé au profit du cout même quelquefois à moindre qualité du produit. »

 

Vous avez bien lu, le nationalisme économique, qui n’est pas réclamé de la part des trusts multinationaux français, est exigé des chômeurs et des travailleurs-consommateurs français paupérisés. Il est exact que les travailleurs-consommateurs soumis aux conséquences de la crise économique systémique (chômage, précarité, bas salaires, réduction des allocations gouvernementales, saccage des services publics, endettement chronique et inflation galopante) y regardent à deux fois avant de dépenser leurs quelques deniers, qui pourraient les en blâmer ?

 

Lisons à nouveau les réflexions des chercheurs petits-bourgeois : « Cette obstination de l’État français en faveur de l’euro, soutenu par le Medef lequel a des atomes crochus avec tous les grands lobbys du Nouvel Ordre Mondial (sic), n’aboutit qu’à des mesures insuffisantes sur les facteurs endogènes pour rétablir la compétitivité industrielle et l’emploi. Le déficit du commerce extérieur chronique à hauteur de 60 à 70 milliards d’euros en est l’illustration chiffrée. Ce qui se passe dans l’industrie française a des répercussions sur l’agriculture qui donne des signes de détresse matérialisés par la disparition des petites exploitations et le suicide des paysans. »

 

Dira-t-on aux chercheurs que ce déficit du commerce extérieur français est causé par l’importation des marchandises produites par les multinationales françaises dans leurs usines délocalisées dans les pays à industrialiser !?… Et nous voici projeter dans un Nouvel Ordre mondial (sic) alors que nous sommes simplement au cœur du mode de production capitaliste à son stade ultime impérialiste.  Tous les pays industrialisés avancés enregistrent des déficits commerciaux astronomiques (sauf l’Allemagne qui devrait suivre sans tarder). Les chercheurs des centres de recherches subventionnés par l’État ont pour mission de présenter superficiellement la situation économique ; d’embrouiller la compréhension et de susciter des espoirs en proposant des remédiations qui approfondiront la crise économique déjà assez désastreuse.

 

L’économie impérialiste française est en compétition avec l’économie impérialiste des pays « émergents » qui arrachent davantage de plus-value aux travailleurs surexploités dans les usines délocalisées des pays avancés. Les taux de profits sont donc supérieurs dans les pays impérialistes du BRICS et les entreprises multinationales de France et des pays de l’Alliance atlantique se déplacent donc vers ces régions pour aller y exproprier ces salariés surexploités.

 

Rassurez-vous cependant, ces travailleurs d’Orient vendent de plus en plus chèrement leur force de travail et il viendra un moment où il n’y aura plus davantage à spolier leur force de travail par rapport à ceux d’Occident. Qu’adviendra-t-il alors des emplois industriels dans l’hémisphère Nord comme de ceux délocalisés dans l’hémisphère Sud ? C’est le mode de production capitaliste à son stade impérialiste qui est la source de tous les problèmes économiques et sociaux de la France, du Canada, de l’Allemagne et des pays du BRICS.

 

Manifeste du Parti Ouvrier (2014) Éditions  Publibook  http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782924312520

 

6 pensées sur “La désindustrialisation de la France – PME en péril ?

  • avatar
    26 février 2016 à 3 03 08 02082
    Permalink

    Bonsoir Robert,

    « Il est exact que les travailleurs-consommateurs soumis aux conséquences de la crise économique systémique (chômage, précarité, bas salaires, réduction des allocations gouvernementales, saccage des services publics, endettement chronique et inflation galopante) y regardent à deux fois avant de dépenser leurs quelques deniers, qui pourraient les en blâmer ? »

    Eux même, car on leur tend le bâton pour s’auto flageller et ils le font !
    Plus ils cherchent à économiser en achetant le plus bas possible, donc, produit à l’étranger, plus ils participent et financent leur propre paupérisation.
    Il en va de même pour tous ceux qui épargnent pour percevoir l’intérêt, car ce dernier provient d’où, sinon de la rémunération des fonds d’investissements par la bourse des valeurs et des obligations d’état ? Là aussi, on pousse les gens à accélérer la précarisation, la leur. La retraite est une rente conditionnelle à la santé économique du pays, donc, son équilibre monétaire. La Grèce montre l’exemple !

    Ce n’est pas en luttant contre le nivellement des salaires entre les salariés des différents pays qu’on empêchera le perte de niveau de vie des uns ou qu’on permettra le gain pour les autres, mais en redéfinissant les priorités économiques et sociales, c’est à dire, de la politique économique dans l’intérêt de tous et non plus d’une minorité s’étant approprié l’environnement économique par la manipulation et la violence, et non ou si peu par le mérite (à être utile) et la fraternité (être pacifique).

    Car le système ne supporte pas l’équilibre socio-économique, il ne connait que le déséquilibre introduit par le principe de l’exploitation d’autrui. L’équilibre ne pouvant reposer que sur la non exploitation d’autrui et de son mérite, mais uniquement sur l’exploitation de son propre mérite. C’est à dire, qu’il n’y a plus de propriété de l’outil de production, mais uniquement celle de son temps de vie dédié à l’usage de l’outil de production pour acquérir les biens de consommations convoités.

    Le principe communiste ne se fondant pas sur l’exploitation mais sur la coopération, il ne peut avoir comme base de référence le taux de croissance économique, mais uniquement un ratio d’équilibre économique et social.

    Répondre
    • avatar
      26 février 2016 à 9 09 37 02372
      Permalink

      @ M. Hum

      Je suis d’accord avec votre suggestion JE VOUS CITE :

      « mais en redéfinissant les priorités économiques et sociales, c’est à dire, de la politique économique dans l’intérêt de tous et non plus d’une minorité s’étant approprié l’environnement économique par la manipulation et la violence, et non ou si peu par le mérite (à être utile) et la fraternité (être pacifique).  »

      QUESTION : Comment réaliserez-vous cette redéfinition de la politique économique pour qu’elle serve la majorité ? Comment arracherez-vous le pouvoir séculier – policier – militaire – armée des mains des riches – des capitalistes et de leur État à leur solde – pour imposer le pouvoir populaire – celui des travailleurs – très nombreux il est vrai mais désarmée – impuissant – sans voix et sans voie (consciente j’entends – car une voie il en existe une mais les prolétaires ne l’ont pas encore emprunté) ???

      Comment imposerez-vous le pouvoir des salariés contre le pourvoir des exploiteurs et ainsi redéfinir une nouvelle économie-politique prolétarienne ???

      Robert Bibeau. Directeur. Les7duQuébec.com

      Répondre
  • Ping : L’IMPOSSIBLE SECONDE RÉVOLUTION INDUSTRIELLE | Les 7 du Québec

  • avatar
    11 mars 2016 à 16 04 37 03373
    Permalink

    Bonjour,

    Dans l’article vous dites que l’industrie est l’un des seuls secteurs créateur de valeur ajoutée, je serais intéressé de savoir quels sont les autres.

    De plus, vous parlez également d’ouvriers américains qui s’évanouissent sur les chaînes de production, auriez vous des articles ou des liens qui permettraient d’en savoir plus sur le sujet ?

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2016 à 18 06 02 03023
    Permalink

    La construction et le transport de marchandises et la restauration ajoute de la valeur à un produit car il y a travail et production de plus-value

    La bureaucratie n’ajoute pas de la valeur – de la plus-value – à un produit

    Je n’ai pas de références d’articles sous la main sauf que vous dire que 10 travailleurs chaque jour trouvent la mort aux USA et des centaines sont blessés sur les chantiers et dans les usines. C’est pire en Chine j’en conviens.

    Robert Bibeau. Directeur. Les7duQuébec.com

    Répondre
    • avatar
      12 mars 2016 à 12 12 52 03523
      Permalink

      Je vous remercie pour vos réponses.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *