La francophonie menacée par Steven Harper

Et si l’on fermait Télé-Québec?

Raymond Viger Dossiers Conflit d’intérêtMédiasTélévisionFrancophonie

francophonie francophone francophile français culture langue française radio-canadaLes journalistes de Radio-Canada, malgré leur devoir de réserve, se présentent en public. Pages Facebook, lettre ouverte au président de Radio-Canada, présence à Tout le monde en parle… Tous les moyens sont bons pour se faire entendre.

On ne cesse de couper dans le budget de Radio-Canada. Des émissions d’intérêt public vont bientôt disparaître ou encore ne plus avoir les moyens pour faire l’excellent travail qui a fait leur renommée.

Les enquêtes de Radio-Canada ont permis des débats motivant la commission Charbonneau, de faire reculer Loto-Québec dans leur offre de jeu de hasard, de réouvrir des enquêtes frauduleuses qu’on avait enterré…

Et Radio-Canada, c’est encore plus que cela. Radio-Canada en français, c’est le bastion de résistance de la francophonie en Amérique du Nord. Radio-Canada rassemble les francophones et les francophiles en les aidant à partager leur culture.

Ils étaient neuf journalistes vedettes à prendre la parole dimanche soir à l’émission Tout le monde en parle. Neuf journalistes qui veulent éviter que l’on perde notre culture et les acquis chèrement gagnés dans le dernier demi-siècle.

Et si l’on fermait Télé-Québec?

télé-québec journalisme télévision d'état médiaLe fédéral ne cesse de couper dans les budgets de Radio-Canada. Radio-Canada ne réussit plus à faire des miracles avec les faibles budgets disponibles. Il existe aussi Télé-Québec, une autre télévision d’état… mais d’un autre état.

Les questions qui tuent!

  • Avons-nous les moyens de soutenir le financement de ces deux télévisions?
  • Devrions-nous choisir entre ces deux télévisions?
  • Quelle mission de ces télévisions doit-être soutenue?

Le débat est ouvert!

Merci pour le respect de la francophonie

Merci à ces neuf valeureux journalistes présents à l’émission Tout le monde en parle: Michel C. Auger, Céline Galipeau, Anne-Marie Dusseault, Charles Tisseyre, Pierre Craig, Alain Gravel, Emmanuelle Latraverse, Patrice Roy et Marie-Josée Turcotte.

Merci à tous les autres journalistes qui signent la lettre adressée au président de Radio-Canada, que vous soyez de Radio-Canada ou d’un autre média.

Merci à tous les artisans de Radio-Canada, techniciens, caméraman, secrétaire, hommes d’entretien ou de maintenance… qui font parti de cette grande famille.

Merc à tous les citoyens qui soutiennent notre culture et la francophonie en appuyant cette démarche pour préserver Radio-Canada.

Pour ceux qui ont manqué le cri du coeur des journalistes de Radio-Canada à l’émission Tout le monde en parle. Pour laisser vos commentaires sur Facebook la page Je suis Radio-Canada.

Autres textes sur la Francophonie

4 pensées sur “La francophonie menacée par Steven Harper

  • avatar
    17 mai 2014 à 9 09 44 05445
    Permalink

    Bonjour Raymond

    Tragique. Un pays qui renonce a donner de la voix merite de se faire dire de fermer sa gueule. Ce n’est pas tant les coupures qui font mal que la volonté de couper. Le bistouri qui se veut guillotine.

    Couper plus au service francophone est une gifle et cette décision du gouvernement d’Ottawa, mieux que toutes les tirades de nos partis séparatistes, marque la rupture du Canada que nous avons connu. Qu’avons nous à faire, nous Québécois, de ces Canadians qui ne nous aiment pas !

    Le Gouvernement du Québec devrait IMMÉDIATEMENT annoncer que Radio-Québec: 1) embauche sur le champ tous les Québécois qui seront victimes des coupures de Radio-Canada; 2) offre de reprendre à des conditions identiques les contrats de tous employés et contractuels de Radio-Canada qui choisiraient de se joindre à Radio-Québec; 3 ) Mettra progressivement en marche les transformations requises pour devenir le réseau d’État dont les Québécois ont besoin et le doter de la programmation adéquate.

    Pierre JC

    Répondre
    • avatar
      17 mai 2014 à 15 03 39 05395
      Permalink

      Tr`s bonne idée, Pierre. Cependant la liste de paye gonflerait hors du raisonnable.
      Pour palier, Télé-Québec pourait se joindre a RT.com et proposer de devenir le volet francophone de cette télé internationale qui supplante les grandes chaînes partout dans le monde.

      Faudrait pour cela qu’il y ai une ‘ colonne vertébrale’ pro froncophone a Québec…il semble que ce n’est pas pour demain.

      bonne journée

      Répondre
  • avatar
    17 mai 2014 à 10 10 18 05185
    Permalink

    Fermer complètement Radio-Canada tout comme Radio-Québec serait vraiment très cool, un bon joint de marijuana avec ça?

    Répondre
  • avatar
    17 mai 2014 à 16 04 02 05025
    Permalink

    Un peu comme Pierre Péladeau avait profité de la grève de La Presse pour lancer et créer les racines du Journal de Montréal, le Québec pourrait prendre avantage des erreurs de parcours du fédéral.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *