La nouvelle anaphore. Moi, Français, socialiste

PIERRE JC ALLARD:

Un ami français m’a dit: : « Je suis inquiet. Tout ici devient un peu trouble.Voici ce que je veux; tu me rendrais service en le disant en tes propres mots » . Voici. Mais, contrairement à mon habitude, je n’interviendrai pas au débat sur cet article: C’est une affaire à discuter et régler entre citoyens français. PJCA

La nouvelle anaphore

Moi, Français, socialiste je ne me sens plus représenté par le Président, les parlementaires ni les institutions de la France.

Moi, Français, socialiste je ne me sens en aucune façon protégé par le gouvernement de l’Etat, ses ministres, ni ses collaborateurs

Moi, Français, socialiste je ne me sens pas vivre dans une pays d’idéologie socialiste, mais inconditionnellement néolibérale.

Moi, Français, socialiste je ne crois pas que l’on nous mène pas vers plus de solidarité, mais plus d’individualisme et de disparités.

Moi, Français, socialiste je vois que je ne suis pas dans une Europe des patries mais dans un super-état qui s’est crée contre ma volonté.

Moi, Français, socialiste je vois que la gouvernance qui fait nos lois a Bruxelles n’est plus démocratique, mais nommée par une oligarchie.

Moi, Français, socialiste je vois que la politique monétaire est gérée par une banque centrale apatride au profit des seuls pouvoirs financiers.

Moi, Français, socialiste je vois que nos politiques commerciales de libre-échange sont au détriment de la France et de tous les Européens.

Moi, Français, socialiste je vois que notre politique internationale au profit de l’atlantisme nous nuit et nous déshonore.

Moi, Français, socialiste je ne crois pas que la justice fonctionne de façon indépendante, que les méchants sont punis ni les bons protégés.

Moi, Français, socialiste je ne crois plus a l’indépendances des médias ni à ce qu’on me dit sur la Libye, la Syrie, le Mali ou quoi que ce soit

Moi, Français, socialiste je voulais que le comportement de ceux que j’ai élus soit en chaque instant exemplaire, or il ne l’est pas.

Moi, Français, socialiste je voulais que l’on mette mis fin à la corruption, or on ne l’a pas fait.

Moi, Français, socialiste je croyais que le président respecterait ses engagements sociaux et fiscaux, or il n’en a respecté aucun.

Moi, Français, socialiste je voudrais que François Hollande qui nous a trompé se démette, qu’un gouvernement d’union nationale large, allant du PC au FN inclusivement, prenne charge de ce pays, qu’un référendum à multiples volets détermine ce que veulent les Français, ainsi que les éléments cadres d’une Sixième République, puis que des élections présidentielles et législatives, selon les règles de cette nouvelle constitution, nous donnent une nouvelle gouvernance et un nouveau projet de société.

9 pensées sur “La nouvelle anaphore. Moi, Français, socialiste

  • avatar
    28 octobre 2013 à 2 02 14 101410
    Permalink

    Même si le Canada, les U.S., ou d’autres pays n’ont pas le statut de république, il pourraient tous dire exactement la même chose.
    C’est un cancer généralisé !

    • avatar
      28 octobre 2013 à 7 07 24 102410
      Permalink

      J’suis sûr qu’y a même des métastases sur la Lune. 😀

      • avatar
        28 octobre 2013 à 18 06 18 101810
        Permalink

        @ Demian

        La bêtise et l’ineptie sont en effet partout, mais Hollande, en leur prêtant son visage, réussit à les rendre plus évidentes et donc – peut-être- plus vulnérables.

        Pierre JC

        Mon petit doigt me dit que les Bretons vont s’amuser comme des petits fous à saboter les portails de l’écotaxe… et vrrooom ! Ill plongera sous 20% dans les sondages avant Noel. ( l’article sur Avox suscite quelques réactions…:-) )

        • avatar
          28 octobre 2013 à 18 06 40 104010
          Permalink

          Ya que votre petit doigt qui en as rajouté, 🙂 sur les 3 facons de dire la même chose.

  • Ping :Le socialisme n’est pas un programme politique mais une tendance sociale « Le Carnet d'Ysengrimus

  • avatar
    28 octobre 2013 à 9 09 18 101810
    Permalink

    Le français libre dit; Au français socialiste, utopique et extraterrestre, qui recherche un endroit juste et équitable, pour être écouté !  » La Corée du nord » au socialisme extrapolé. Un pays qui empêche les coqs libéraux de chanter, par l’effet d’une toise d’état ! C’est aussi un choix …
    Sans rancune
    Cordialement FC

  • Ping :Le socialisme n’est pas un programme politique mais une tendance sociale | Les 7 du Québec

  • Ping :Le socialisme n’est pas un programme politique mais une tendance sociale | CentPapiers

  • avatar
    1 novembre 2013 à 4 04 27 112711
    Permalink

    Vous dîtes ;
    Le socialisme n’est pas un programme politique mais une tendance sociale « Le Carnet d’Ysengrimus
    Je réponds;
    C’est où l’on se met à l’abri, qu’on programme sa politique. Seul le « fric » sera un déterminent commun entre les riches et les pauvres. Ce n’est pas forcement les pauvres qui font de la politique…L’utopie de vouloir enrichir de « Fric » l’homme, n’est qu’un rêve. Parce que le fric ne nourrit pas, il n’est qu’un outil, on se nourrit de son fruit. Aujourd’hui on préfère le fric à l’outil ! Faire du sociale est une dimension noble, mais jusqu’à quel point ?

Commentaires fermés.