La promotion des armes à feu auprès des femmes

Légende: UN «NON» FORMULÉ AVEC EMPHASE

.

YSENGRIMUS   LA PROMOTION DES ARMES À FEU AUPRÈS DES FEMMES PROGRESSISTES (AUTOUR DES AFFICHES DU PROPAGANDISTE OLEG VOLK). C’est une erreur intellectuelle assez commune que de prendre l’intégralité des pro-flingues américains pour de parfaits abrutis. On imagine des gros malotrus pas de têtes, inintelligents, fachos, arriérés, demeurés, cow-boys, militaristes, réacs, xénophobes et, surtout, machos. Erreur… Croire cela, c’est faire bien peu de cas de l’incroyable et effarante sophistication de la culture des armes à feu chez nos voisins du sud. Know your enemy, my friend… La problématique pro-flingues US est beaucoup plus insidieuse, casuiste et subtile que ne le laisse croire le stéréotype grossier auquel on la réduit habituellement dans le monde, et il n’est pas inutile de prendre connaissance de l’argumentation mise de l’avant par certains promoteurs des armes à feu américains, surtout lorsqu’ils adressent leur message ouvertement aux femmes, aux citoyennes (et/ou aux citoyens) progressistes.

Le corpus spécialisé, largement diffusé chez nos bons ricains, sur lequel j’attire votre attention ici a été produit par le photographe et publicitaire Oleg Volk, un promoteur explicite des armes à feu aux États-Unis depuis 1995 et l’auteur de nombreux panneaux publicitaires, calendriers et sites web sur le sujet. Son «oeuvre» a été traduite dans de nombreuses langues dont notamment l’allemand, le russe et le portugais brésilien. Ce qui est représentatif et hautement pernicieux chez ce propagandiste spécifique, c’est moins l’œuvre photographique (quoique l’émotion véhiculée par la dimension visuelle du topo soit absolument cruciale, dans le pitch du message) que l’exercice argumentatif, faussement éclairé et moderne, que s’efforce de formuler le propos pro-flingues en jeu. Ce propagandiste photographie des femmes ordinaires, la majorité d’entre elles usagères effectives d’armes à feu. Il monte ensuite des affiches sur lesquelles il épingle l’argumentaire qu’il entend exposer. Son intervention est hautement intéressante comme tentative méthodique et systématique de récupération d’une sensibilité progressiste, réformiste, citoyenne, universaliste au service d’une propagande profondément réactionnaire et biaisée.

On cible (excusez le jeu de mot facile) exclusivement les femmes, donc, et on le fait avec une maestria et un sens de la mise en scène dramatique particulièrement sentis. Sans vendre un produit spécifique, sans mentionner nominalement la National Rifle Association, il s’agit de convaincre les citoyennes ordinaires, tertiarisées, centristes, pas spécialement militaristes ou bellicistes de se procurer une arme à feu et de s’entraîner au tir. On campe d’abord une ambiance de tension contenue en introduisant l’omniprésence feutrée et tangible du danger. On mise sur les peurs spontanées et naturelles des femmes (eu égard à un corps de contraintes sociales iniques et injustes qui restent intégralement dans l’implicite et le postulé). Un petit instrument fort commode dans un tel exercice de mise en condition, c’est l’indubitable lenteur du service 911 (le police secours des Amériques – les traduction des légendes sont de moi).

Légende: VERS MINUIT, ELLE SONNA LE 911. MAIS VERS MINUIT SIX, L’ENGAGEMENT ÉTAIT TERMINÉ. IL S’AVÉRA QU’IL N’ÉTAIT TOUT SIMPLEMENT PAS POSSIBLE D’ATTENDRE QUE L’AIDE ARRIVE. ELLE SE SERVIT DONC DE SA CARABINE POUR DÉFENDRE SA VIE
Légende: IL EST POSSIBLE QUE LA POLICE ARRIVE, À TEMPS POUR FAIRE INTERVENIR LE SERVICE DE NETTOYAGE DES CADAVRES. UNE RÉACTION PLUS PROMPTE EST REQUISE POUR QUE LE CADAVRE NETTOYÉ NE SOIT PAS LE VÔTRE
Légende: L’INTERVENTION POLICIÈRE SUITE À UN APPEL AU 911 PEUT PRENDRE JUSQU’À TRENTE MINUTES. L’INTRUS AYANT FAIT IRRUPTION DANS VOTRE DOMICILE PEUT VOUS ATTEINDRE EN TRENTE SECONDES. RESTEZ EN VIE, PENDANT QUE LES SECOURS ARRIVENT
Légende: TU FAIS FEU OU TU SONNES LE 911?
Légende: APPUYONS LE DROIT AU CHOIX
Légende: UNE ARME À LA MAIN VAUT BIEN MIEUX QUE LES FLICS AU BOUT DU FIL. SOYEZ BIEN ARMÉE QUAND VOUS ÊTES SEULE À LA MAISON

.
.
.

L’ambiance de peur et de complicité veule du propagandiste dans ladite peur est bien en place. On veut montrer qu’on comprend les femmes. On cherche à faire sentir qu’on partage leur angoisse avec empathie, délicatesse et respect. On envisage que, dans leur esprit fondamentalement inquiet, un violeur peut toujours surgir. Ce qui est proposé à la femme progressiste ici, c’est purement et simplement un programme martial, exclusivement défensif, dont la légitimité foncière n’est pas directement questionnable, attendu la psychose sécuritaire que l’on s’autorise ouvertement à postuler.

Légende: LES EXPERTS ME DISENT DE JOUER LA PETITE SOURIS MORTE EN CAS DE VIOL. JE PRÉFÈRE DE LOIN JOUER L’HUMAINE VIVANTE QUI MANIE LE BON OUTIL
Légende: LE RÊVE ÉTHÉRÉ DU VIOLEUR. SON CAUCHEMAR LE PLUS INTENSE. LEQUEL FAUT IL RÉALISER?
Légende: DANS L’ŒIL D’UN VIOLEUR POTENTIEL (POUR UNE PÉRIODE D’ENVIRON DEUX DIXIÈMES DE SECONDE)
Légende: UN VIOL ÉVITÉ OU UN VIOL SUBI. C’EST ELLE QUI DEVRAIT POUVOIR CHOISIR
Légende: LE CONTRÔLE DES ARMES À FEU PROTÈGE LES VIOLEURS DE CE GENRE DE DÉCONVENUE
Légende: LES VIOLEURS NE PEUVENT RIEN FAIRE AUX FEMMES BIEN ARMÉES. C’EST BIEN POUR ÇA QUE BILL CLINTON VOULAIT QU’ELLES SOIENT SANS DÉFENSE!
Légende: ME FAIRE VIOLER. PLUS JAMAIS

.
.
.

La petitesse physique de la femme, son désavantage psychologique dans une situation subite d’agression violente (par un agresseur anonyme qui est toujours donné comme un être extérieur, inconnu, radicalement autre) sont des impondérables ouvertement mis à profit pour faire avancer le point doctrinal. Il faut rétablir l’équilibre sociétal acquis historiquement et subitement rompu par l’abus physique hors contrôle de l’instant d’agression. Il faut égaliser les chances. L’arme à feu est l’instrument exclusif proposé à cette fin.

Légende: UNE VICTIME FACILE OU UNE CITOYENNE ARMÉE? AU SOIN DU CRIMINEL DE CHERCHER À DEVINER
Légende: LE BANDIT: DEUX CENT LIVRES. MOI: CENT LIVRES. L’ÉGALISEUR DE NOS CHANCES
Légende: DEUX FAÇONS DISTINCTES DE FAIRE OBSTACLE À UNE ATTAQUE VIOLENTE

.
.
.

Les maladies et les infirmités sont, elles aussi, ostensiblement mises à profit. L’arme à feu se donne alors comme l’instrument neutre et serein assurant la protection de la femme isolée dans sa détresse et ses limitations physiques, son esprit étant présumé toujours alerte et sain, n’est-ce pas, vu qu’elle a eu la sagesse de s’armer.

Légende: UNE FEMME ATTEINTE D’ASTHME NE PEUT UTILISER LE POIVRE DE CAYENNE COMME ARME DÉFENSIVE. ELLE NE PEUT FUIR NON PLUS. CETTE ARME À FEU LA PROTÈGE. COMBATTONS LES POLITICIENS QUI CHERCHENT À LA PRIVER DE SA SÉCURITÉ!
Légende: ALLEZ DONC LUI DIRE DE FUIR À TOUTES JAMBES. LES PRÉDATEURS RECHERCHENT LES PROIES MALADES OU BLESSÉES. MAIS IL N’EST PAS OBLIGATOIRE DE VIVRE SOUS LEURS LOIS. LES HUMAINS NE SONT PAS AU MONDE POUR SERVIR DE PÂTURE AUX BANDITS. CEUX-CI JOUENT AUX DURS, MAIS ILS SERONT FREINÉS SEC PAR UN BON PRUNEAU QUI CLAQUE

.
.
.

En passant glissandi à la femme enceinte, une autre étape affective est franchie et la manipulation émotive gagne en profondeur et en intensité. À mi-chemin entre handicap physique et abnégation maternelle, l’autoprotection s’ouvre graduellement, insidieusement, sur la protection de l’être cher, l’enfant.

Légende: NE PEUT COURIR OU FAIRE DU KARATÉ. MAIS PEUT (DÉGAINER SON FLINGUE)
Légende: ENCEINTE DE HUIT MOIS, PEUT-ELLE COURIR PLUS VITE QU’UN CRIMINEL? L’AUTODÉFENSE EST UN DROIT HUMAIN
Légende: SON BÉBÉ A UNE GARDE DU CORPS EN PERMANENCE. QU’EN EST-IL DU VÔTRE?

.
.
.

Empathie féminine oblige, la référence à l’enfance jouera aussi, subtilement, d’une infantilisation de la personne que l’on cherche à convaincre, la femme même. Dans le ton, dans le contexte visuel, dans l’intimisme des ambiances, on pourra alors la traiter comme une petite fille «sans défense». On ne fait pas cela pour se faire mousser comme séducteur paterne au fait, oh que non. Ce dont-il s’agit en fait ici, c’est exclusivement de la promotion ouverte du flingue auprès de la femme adulte, ainsi que de la promotion graduelle et de plus en plus ouverte de la possession d’armes à feu chez la petite fille même.

Légende: LIBRE ET SANS PEUR. IL N’EST PAS TROP LOIN, MON PROTECTEUR
Légende: QUAND LES HARCELEURS N’ACCEPTENT PAS DE SE FAIRE DIRE «NON», PASSEZ À L’ARGUMENTATION NON VERBALE
Légende: PAIX SUR TERRE… SOUS LA GARDE DES BONNES FILLES ET DES BONS GARÇONS
Légende: MALGRÉ LE FAIT QU’ELLE NE SOIT QU’UNE ENFANT, PARFOIS SEULE À LA MAISON, ELLE EST PARFAITEMENT ENTRAINÉE POUR LA PROTECTION DES VIES HUMAINES, Y COMPRIS, NATURELLEMENT, LA SIENNE PROPRE. ON NE PEUT PAS SURVEILLER NOS ENFANT À CHAQUE HEURE DU JOUR, IL FAUT DONC LEUR INCULQUER LE SAVOIR FAIRE DE BASE PERMETTANT DE FERMEMENT TENIR LES INTRUS EN RESPECT
Légende: SI ELLE EST ASSEZ MÛRES POUR RESTER SEULE À LA MAISON, ELLE EST PRÊTE POUR POSSÉDER UNE ARME

.
.
.

Cela nous amène aux inévitables dimensions famille et dépendance à l’homme qui seront traitées avec tout le tact progressiste requis. Il est clair qu’on s’adresse à une femme cheffe de famille dont le conjoint est un partenaire, si ce n’est carrément un subalterne. Le ton est indubitablement féministe, sans ambivalence. En douce, on fait valoir que l’homme ne suffit pas, ou plus, comme protecteur, qu’un bon flingue qu’on manie soi-même et dont on détient le contrôle intégral vaut mille fois mieux.

Légende: ELLE POURRAIT DÉFENDRE SA FAMILLE. LE POURRIEZ-VOUS? SOYEZ DES PARENTS RESPONSABLES. APPRENEZ À PROTÉGER VOS ENFANTS
Légende: FUIR LE DANGER EST SOUVENT LA MEILLEURE CHOSE À FAIRE. MAIS QUE FAIRE SI VOS ENFANTS NE COURENT PAS AUSSI VITE QUE VOUS? MOURIR EN TENTANT DE PROTÉGER VOTRE PROGÉNITURE, OU PLANIFIER À L’AVANCE ET JOUER GAGNANT?
Légende: JE FAIS CONFIANCE À MON MARI POUR LA PROTECTION DE NOTRE FAMILLE. JE ME CONTENTE DE POINTER LES DANGERS ET DE LEUR CARTONNER UNE MARQUE, IL SE CHARGE DE REVOIR LES CHOSES EN DÉTAILS
Légende: VOTRE HOMME PEUT-IL SORTIR CES DÉTRITUS? LE MÉNAGE DE LA MAISON N’EST PLUS UNE TÂCHE EXCLUSIVEMENT FÉMININE
Légende: VOTRE PARTENAIRE PEUT-IL/ELLE VOUS SERVIR DE RENFORT EN CAS D’INVASION DE VOTRE DOMICILE? ASSUREZ L’ENTRAINEMENT AU TIR DE VOTRE FAMILLE
Légende: C’EST PAS TOUTES LES FILLES QUI ONT BESOIN D’UN HOMME POUR SE PROTÉGER. MON INDÉPENDANCE, C’EST MA CAPACITÉ DE ME DÉFENDRE PAR MOI-MÊME

.
.
.

Fondamentalement, la femme est seule face au danger. L’homme est périphérique et on n’opère pas du tout dans un cadre conservateur de représentations sur la vie féminine. Pas de phallocratisme ici. Indépendance est le maître mot. Et, de surcroît, le fait de flirter ouvertement avec le féminisme n’empêche pas notre matois propagandiste de rester en harmonie avec toutes les facettes de la féminité. L’arme à feu cherche ainsi à devenir un objet ordinaire, compagnon des vêtements, des bijoux, du sac à main. La culture intime des femmes est récupérée dans tous ses angles. Le message délicatement pro-flingues, tant dans ses dimensions verbales (et non verbales) que visuelles, se soumet totalement à ladite culture intime des femmes, dans la version sciemment individualiste qui est celle de notre temps.

Légende: CECI ME PROTÈGE BIEN MIEUX QUE N’IMPORTE QUEL MEC PACIFISTE
Légende: ABANDONNER MON ARME À FEU. JAMAIS! JE SUIS UNE BLONDE PAS UNE CONNE
Légende: LIBRE DE TOUTE PEUR. ÉDITION DOMICILIAIRE
Légende: DES VÊTEMENTS POUR ÈTRE BIEN AU CHAUD, UNE ARME DE POING POUR ÊTRE EN SÉCURITÉ: NE VOUS BALADEZ PAS TOUTE NUE EN PUBLIC!
Légende: LES MODES ET LES STYLES VONT ET VIENNENT MAIS LES ACCESSOIRES SÉCURITAIRES SONT TOUJOURS DE SAISON. PENSEZ SÉCURITÉ, SORTEZ ARMÉE
Légende: VA-T-EN! (DANS LE LANGAGE UNIVERSEL DES SIGNES)

.
.
.

Même les femmes homosexuelles sont desservies, avec une ouverture d’esprit et une prise en compte de la diversité qui est explicite, crue et intégrale.

Légende: LES GOUINES ARMÉES PEUVENT VÉRITABLEMENT CHOISIR LEUR CIBLE. LES DÉSARMÉES NE LE POUVAIENT PAS

.
.
.

On est d’ailleurs ici à l’épicentre d’une promotion des armes à feu qui endosse de plein pied toutes les formes de rectitude politique. Les races et groupes ethniques les plus divers sont représentés dans ce corpus d’affiches. Classiquement, désormais, les asiatiques sont traitées en toute neutralité, tandis que la prise en compte des spécificités socio-historiques de la culture afro-américaine se fait en harmonie intégrale et frontale avec la totalité des acquis de l’émancipation et des droits civiques. Même les musulmanes ne sont pas en reste. Ceux qui prennent les pro-flingues américains pour des racistes obtus et sans nuances devront attentivement méditer les promos suivantes.

Légende: DES AMÉRICAINS ET DES AMÉRICAINES PORTANT UNE ARMES, IL EN EST DE TOUTES CULTURES, TAILLES ET COULEURS
Légende: LES CRIMINELS VIOLENTS DU MONDE ENTIERS SONT D’ACCORD SUR CE POINT. UNE FEMME INDÉPENDANTE ET BIEN ARMÉE N’EST VRAIMENT PAS FACILE À VICTIMISER
Légende: LES ADVERSAIRES DE L’AUTODÉFENSE ARMÉE CONCENTRENT LEUR ATTENTION SUR L’ARME À FEU. ILS IGNORENT LA PERSONNE PROTÉGÉE PAR CETTE ARME À FEU. LA VIE HUMAINE MÉRITE QU’ON LA DÉFENDE
Légende: « JE N’AIME PAS L’ÉPÉE FLAMBOYANTE POUR SON TRANCHANT, NI LA FLÈCHE POUR SA VIVE CÉLÉRITÉ, NI LE GUERRIER POUR SA GLOIRE. SIMPLEMENT, J’AIME CE QU’ILS DÉFENDENT. » (J.R.R. TOLKIEN, LES DEUX TOURS)
Légende: L’AUTODÉFENSE EST UN DROIT CIVIQUE
Légende: LES HOMMES ET LES FEMMES LIBRES POSSÈDENT DES ARMES À FEU. LES ESCLAVES N’EN POSSÈDENT PAS. EXTRAIT DU JUGEMENT DE LA COURS SUPRÊME AMÉRICAINE SUR LA CAUSE DRED SCOTT CONTRE SANDFORD, 1856 : « Si les noirs disposaient des privilèges et des immunités que confère le statut de citoyen, cela les exempterais des opérations judiciaires spéciales et des régulations de police que les États du Sud considèrent comme indispensables à leur sécurité. Cela conférerait aux personnes de la race nègre ayant été reconnues citoyennes de n’importe quel état de l’Union… une liberté pleine et entière d’expression en public et en privé sur tout sujet qu’il est loisible à un citoyen de traiter, le droit de tenir des réunions publiques sur des questions politiques et DE DÉTENIR ET DE PORTER DES ARMES dans toutes leurs allées et venues. Ceci se ferait sous les yeux des autres personnes de même race et couleur, qu’ils soient esclaves ou libres, provoquant mécontentement et insubordination parmi eux, et mettant ouvertement en danger la paix et la sécurité de l’État.»
Légende: À L’ORIGINE, L’OBJECTIF DU CONTRÔLE DES ARMES À FEU ÉTAIT DE PROTÉGER LES HOMMES DU KU-KLUX-KLAN CONTRE LEURS VICTIMES. LE CONTRÔLE DES ARMES À FEU EST UNE PRATIQUE RACISTE
Légende: INUTILE DE TIRER PLUS DE DIX CARTOUCHES? ALLEZ RACONTER ÇA À QUELQU’UN QUI FAIT FACE À UNE BANDE DE LYNCHEURS!
Légende: LA MAJORITÉ DES COMPATRIOTES AMÉRICAINS DE CETTE FEMME N’IRAIENT PAS S’EN PRENDRE À ELLE À CAUSE DES MÉFAITS DES TERRORISTES. CECI DIT, CERTAINS RACISTES AURAIENT PEUT-ÊTRE BESOIN QU’ON LEUR PRÉSENTE UN ARGUMENT UN PEU PLUS FERME

.
.
.

Il est patent et clair que, se donnant ouvertement comme progressiste (liberal dans le jargon politique américain), cette intervention propagandiste spécifique déploie un effort soutenu pour s’articuler comme une pensée, comme un programme social. Une batterie perfectionnée d’argumentations de nature juridique complète d’ailleurs le tableau doctrinal et ce, dans la réflexion (les droits et leurs interconnexions logiques), comme il l’avait campé initialement dans l’émotion (les peurs et leur impact affectif). L’argumentaire juridico-logique frôle aussi assez vite, mais légèrement, sans excès, la criticaillerie politique.

Légende: ABOLISSEZ LES CRIMINELS, PAS LES MOYENS QUE JE DOIS UTILISER POUR ME PROTÉGER CONTRE EUX!
Légende: DANS CERTAINS ÉTATS, L’APTITUDE TOUTE SIMPLE À SE DÉFENDRE EST PUNIE PLUS SÉVÈREMENT QUE LE VIOL, LE VOL À MAIN ARMÉE OU L’AGRESSION PHYSIQUE. C’EST JUSTE, ÇA?
Légende: AVOIR LE MOYENS DE PROTÉGER LA VIE, LA LIBERTÉ ET LA PROPRIÉTÉ EST UN DROIT HUMAIN FONDAMENTAL! INSISTEZ BIEN LÀ-DESSUS. UN DROIT HUMAIN FONDAMENTAL
Légende: À DIX-HUIT ANS, JE SUIS UNE ADULTE. JE PEUX VOTER, M’ENRÔLER, FONDER UNE FAMILLE. PAR CONTRE, AVANT VINGT-ET-UN ANS, LA LOI ME REFUSE LE MOYEN DE DÉFENDRE MA VIE
Légende: UN INTRUS NE CHERCHERA PAS À DÉSARMER CETTE FEMME, VOS REPRÉSENTANTS ÉLUS ONT PROMIS DE LE FAIRE À SA PLACE
Légende: LE CONTRÔLE DES ARMES À FEU ET LA CENSURE SONT LES ÉQUIVALENTS POLITIQUES DU LIGOTEMENT ET DU BÂILLONNEMENT D’UNE FUTURE VICTIME AVANT DE LA VIOLER ET DE LA TUER. CES PRATIQUES SONT HABITUELLEMENT MISES DE L’AVANT PAR LE MÊME TYPE DE BANDITS, DANS LES MÊMES BUTS DÉSAXÉS
Légende: ON NE PEUT ABOLIR LE VANDALISME EN BANISSANT LES CAILLOUX ET ON NE PEUT ABOLIR LES MEURTRES EN BANNISSANT LES CARTOUCHES. LA PROHIBITION DES ARMES À FEU N’A PAS RÉDUIT LE TAUX DE MEURTRES EN GRANDE-BRETAGNE OU EN RUSSIE, TANDIS QUE L’AUTODÉFENSE ARMÉE LÉGALE A RENDU L’AMÉRIQUE PLUS SÉCURITAIRE
Légende: MA CARABINE DE CHASSE, C’EST AUSSI L’ARME AVEC LAQUELLE JE PROTÈGE MA MAISONNÉE. LAQUELLE DES DEUX PRÉTENDEZ-VOUS INTERDIRE?
Légende: UNE PLAQUETTE D’ACIER DE TROIS MILLIMÈTRES PROTÈGE DES LAMES DE COUTEAUX. UNE ARMURE CORPORELLE FLEXIBLE PROTÈGE DES CARTOUCHES D’ARME DE POING. UN PISTOLET PROTÈGE DES HARCELEURS. UN ORDRE DE LA COURS RESTREIGNANT LES ALLÉES ET VENUES PROTÈGE DE RIEN DU TOUT
Légende: FREINER L’ACTION D’UN HARCELEUR, VRAIMENT, AVEC UN BOUT DE PAPIER? LA VALEUR EFFECTIVE D’UN ORDRE DE LA COURS RESTREIGNANT LES ALLÉES ET VENUES REPOSE EXCLUSIVEMENT SUR L’ENTRAINEMENT AU TIR ET L’ARMEMENT QUI PERMET DE L’IMPOSER DANS LES FAITS

.
.
.

Dans le même ordre d’idée de sophistication doctrinale, il ne sera pas possible d’échapper à la batterie de références historiques. Par contre, celles-ci se déploient léger, léger, sans chauvinisme excessif, et surtout avec un focus très concentré sur l’histoire des droits et des luttes de guérilla sociale, effectives ou fantasmées, des femmes. De la culture de la frontière au terrorisme contemporain, en passant par les guerres du passé, les émeutes, les désastres et les ouragans, on vise à associer étroitement les femmes en armes à l’héroïsme américain ordinaire.

Légende: RÉSISTER À LA TYRANNIE N’EST PAS UN OBJECTIF DE PERFORMANCE SPORTIVE, C’EST LE SEUL ET UNIQUE OBJECTIF CONSTITUTIONNEL
Légende: AVANT MÊME D’AVOIR LE DROIT DE VOTE, LES FEMMES AVAIENT LE DROIT DE PORTER UNE ARME POUR SE DÉFENDRE. LES FEMMES DE CE TEMPS NE DEVRAIENT-ELLES PAS BÉNÉFICIER DES MÊMES DROITS?
Légende: 1907, LES FEMMES NE POUVAIENT PAS VOTER MAIS ELLES POUVAIENT S’ACHETER N’IMPORTE QUELLE CARABINE MILITAIRE MODERNE. 2007, LES FEMMES ONT LE DROIT DE VOTE MAIS NE PEUVENT PAS POSSÉDER DE CARABINES MILITAIRES CONTEMPORAINES. EST-CE LÀ UN PROGRÈS?
Légende: L’ÉGALITÉ? ELLE EST RENDUE POSSIBLE PAR SAM COLT
Légende: LES FEMMES DE CE PAYS ONT APPRIS DE LONGUE DATE QUE CEUX ET CELLES QUI NE PORTENT PAS UN SABRE PEUVENT QUAND MÊME MOURIR PAR LE SABRE. APPRENEZ L’AUTODÉDENSE!
Légende: IL FREINA L’ATTAQUE DES BANZAÏ À LA BATAILLE D’IWO JIMA. IL FREINA LA MARÉE HUMAINE HOSTILE À LA BATAILLE DU RÉSERVOIR DE CHOSIN. IL FREINERA AUSSI L’ENTRÉE D’UN INTRUS DANS LA CHAMBRETTE DE VOTRE GAMINE, SI VOUS FAITES VOTRE PART. ASSUREZ L’ENTRAINEMENT AU TIR DE VOTRE ENFANT
Légende: LORS DES ÉMEUTES DE LOS ANGELES EN 1992, LES POLICIERS ET LA GARDE NATIONALE ÉTAIENT INCAPABLES DE PROTÉGER TOUT LE MONDE DE LA FOULE DES TUEURS, DES PYROMANES ET DES PILLARDS. DES AMÉRICAINS ET DES AMÉRICAINES ORDINAIRES EN ARMES GARDÈRENT LA FOULE DES ÉMEUTIERS SOUS CONTRÔLE, SAUVANT AINSI UN NOMBRE INCALCULABLE DE VIES INNOCENTES
Légende: LES ÉMEUTES DE LOS ANGELES EN 1992. DES RÉSIDENCES ET DES COMMERCES FURENT PILLÉS ET BRÛLÉS… SAUF QUAND ILS ÉTAIENT DÉFENDUS PAR DES RÉSIDENTS ET DES RÉSIDENTES ARMÉS
Légende: LORS D’ÉMEUTES URBAINES MASSIVES, COMME À LOS ANGELES EN 1992 OU À LA NOUVELLE ORLÉANS EN 2005, LA POLICE NE PEUT PAS PROTÉGER TOUT LE MONDE. CETTE FEMME FAIT REMPART ENTRE LA POPULACE ET SA FAMILLE. QUI PROTÈGERA LA VÔTRE?
Légende: LES INONDATIONS DE NOLA EN 2005. LES PILLARDS ÉCUMAIENT LA VILLE. CETTE FEMME ÉTAIT EN SÉCURITÉ… JUSQU’À CE QUE LES FLICS LUI RETIRENT SON ARME
Légende: APRÈS L’OURAGAN, ELLE N’ÉTAIT PAS SEULE POUR FAIRE FACE À L’ÉMEUTE. TRENTE PETITS AUXILIAIRES ONT ASSURÉ SA SÉCURITÉ
Légende: APRÈS L’OURAGAN, LES PILLARDS SE SONT TENUS À DISTANCE RESPECTUEUSE DE SON VOISINAGE. DANS LE VÔTRE, GARDERAIENT-ILS LEURS DISTANCES AUSSI?
Légende: LES TALIBANS ONT PEUR DES FEMMES INDÉPENFANTES ET ARMÉES. QU’EN EST-IL DE VOUS?
Légende: POURQUOI LES POLITICIENS VEULENT-ILS TANT QUE LES AMÉRICAINS ET LES AMÉRICAINES SOIENT DÉSARMÉS DEVANT LA MENACE DU TERRORISME?

.
.
.

Le dispositif idéologique et logique est alors bien en place pour réintroduire en douce la bonne vieille culture des vigilantes, si tenace, dans cet horizon culturel spécifique, et si peu moderniste. On le fait, en cultivant notamment un jeu logico-argumentatif de référence aux militaires et aux policiers. Même la critique des flics et l’antimilitarisme le plus explicite trouvent leur place dans ce déconcertant argumentaire.

Légende: UNE PROTECTION PERSONNELLE. CONTRAIREMENT AUX FLICS, ELLE EST TOUJOURS AVEC VOUS
Légende: LE MIEN, C’EST POUR PROTÉGER LA VIE HUMAINE. LES POLICIERS EN ONT UN POUR EXACTEMENT LA MÊME RAISON
Légende: (LA POLICIÈRE) REÇOIT DES RENFORTS SUR APPEL. (LA CITOYENNE) EST LAISSÉE À ELLE-MÊME. LES ARMES DÉFENSIVES MODERNES NE DEVRAIENT PAS ÊTRE RÉSERVÉES AUX FLICS
Légende: LE GOUVERNEMENT AMÉRICAIN FAIT CONFIANCE À CELLE-CI POUR CE QUI EST DE PROTÉGER VOTRE FAMILLE DE L’ENNEMI ÉTRANGER, AVEC UNE ARME AUTOMATIQUE. POURQUOI CERTAINS ÉTATS NE FONT-ILS PAS CONFIANCE À CELLE-CI, POUR CE QUI EST DE SE PROTÉGER ELLE-MÊME DES CRIMINELS, AVEC UNE ARME DE POING?
Légende: ON LUI FAIT CONFIANCE, UN AR15 ENTRE LES MAINS, POUR EN PROTÉGER D’AUTRES. ON DEVRAIT BIEN POUVOIR LUI FAIRE CONFIANCE AUSSI POUR CE QUI EST DE SE DÉFENDRE ELLE-MÊME
Légende: LA VRAIE PROTECTION DU TERRITOIRE DÉBUTE AU FOYER. «VEILLEZ À LA SÉCURITÉ DES ENFANTS, PENFANT QUE JE SUIS AU TRAVAIL»
Légende: SON DÉTENTEUR ANTÉRIEUR OFFICIEL L’UTILISA POUR ASSASSINER DES CIVILS. SA DÉTENTRICE ACTUELLE, UNE CIVILE, L’UTILISE POUR SE PROTÉGER. APPUYONS LA PROPRIÉTÉ CIVILE DES ARMES À FEU!

.
.
.

Se protéger sans agresser est l’option cardinale. Or cela implique une désacralisation, une banalisation du flingue. Il se doit de cesser d’êtres une sorte d’objet de fascination irrationnelle. Instrument ordinaire, il faut le manier sans ostentation, comme n’importe quel objet de la vie courante. Cela s’apprend, cela s’acquiert, cela s’étudie. Une culture vernaculaire supporte cela. C’est alors l’argument du savoir-faire avec l’arme qui se met fermement en place. Il s’agit, dans le même mouvement, de faire la promotion de l’entraînement au tir et de démolir les arguments voulant qu’une femme risque de voir son arme à feu se retourner contre elle. L’idée fondamentale est de promouvoir le caractère infailliblement sécuritaire de la dissuasion les armes à la main, si celle-ci est éclairée, formée et efficacement instruite sur elle-même.

Légende: ET ALORS, C’EST ICI QUE L’INTRUS S’EXCLAMERAIT: «POUFIASSE, TU N’OSERA JAMAIS APPUYER SUR LA GÂCHETTE!» ET S’EFFORCERAIT ENSUITE DE LUI ARRACHER SON ARME?
Légende: «UNE ARME À FEU LUI SERAIT SIMPLEMENT ARRACHÉE DES MAINS ET ON LA RETOURNERAIT CONTRE ELLE». LES CHARLATANS DU CONTRÔLE DES ARMES À FEU CROIENT-ILS VRAIMENT À LEURS PROPRES MENSONGES?
Légende: JE PEUX CARTONNER UN PIGEON D’ARGILE DE CINQ POUCES DE DIAMÈTRE EN PLEN VOL. INTRUS ÉVENTUELS, VEUILLEZ PRENDRE NOTE
Légende: L’AUTODÉFENSE TYPE AVEC UNE ARME À FEU: PAS DE COUP DE FEU, PAS DE PREMIÈRE PAGE DANS LES JOURNAUX. JUSTE UN AUTRE BANDIT EFFRAYÉ, ET UNE AUTRE VIE INNOCENTE SAUVÉE

.
.
.

Sur la question, jugée capitale dans un tel argumentaire, de l’entraînement méthodique au tir, un message subreptice est alors discrètement filé aux hommes, celui de la promotion de la transmission du savoir. L’homme classique passe la main à la femme moderne et cette main contient une arme, moderne elle aussi.

Légende: FAITES DON DE LA SÉCURITÉ. FORMEZ UN NOUVEAU TIREUR
Légende: PLACEZ L’APPROPRIATION DU POUVOIR ENTRE LES MAINS D’UNE AMIE. ENSEIGNEZ L’AUTODÉFENSE
Légende: LES ARMES À FEU DE L’AVENIR POURRAIT CHANGER D’APPARENCE. LES USAGERS DES ARMES À FEU DE L’AVENIR AUSSI. PARTAGEZ CE DROIT FONDAMENTAL. ENSEIGNEZ LE TIR

.
.
.

Il devient alors de plus en plus difficile de ne pas se rendre compte que c’est d’une prolifération jovialiste des armes à feu qu’il s’agit ici. La croyance promue, de moins en moins crédible, de plus en plus délirante et imaginaire, dérape vers le fantasme d’une autodéfense individuelle totale, intégralement non-criminelle, dans un monde (pourtant!) implicitement violent et hostile qu’il faut coucher en joue et tenir en respect avec des armes d’assaut modernes au magasin bien garnis. On hallucine allègrement un programme pro-flingues opérant partout, à la ville, à la campagne, sur les campus universitaires, dans les avions de ligne, un programme pro-flingues pour jeunes filles souriantes, fraîches, lucides et sereines, dont la mise en place effective et pratique n’est décrite que sous forme de propositions lapidaires, vaguement ébauchées et fort mal étayées.

Légende: CEUX QUI ENTENDENT PROHIBER L’AUTODÉFENSE VEULENT QUE NOUS SOYONS TOUS SANS PROTECTION ET DÉPENDANTS. LES VICTIMES, ELLES, NE PEUVENT PLUS S’OBJECTER. ET VOUS, QU’EN DITES-VOUS?
Légende: LES INTRUS DOMESTIQUES NE LAISSENT PAS LE TEMPS À LEURS VICTIMES D’ENFILER LEUR CEINTURE DE MUNITIONS. LES ARMES À FEU AVEC UN GRAND MAGASIN DE CARTOUCHES SAUVENT DES VIES
Légende: CULTURE DE L’ARME À FEU. CULTURE DU BANDITISME. NE PAS CONFONDRE. UNE SEULE DES DEUX PRODUIT DES CRIMINELS
Légende: LES «ZONES DÉSARMÉES» DES CAMPUS ATTIRENT LES TUEURS. LES INSTITUTIONS D’ENSEIGNEMENT POURRAIENT TRANSFORMER LES CAMPUS EN CAMPS RETRANCHÉS, AVEC FILS BARBELÉS ET FOUILLES DE CORPS. OU ALORS ELLES POURRAIENT FAIRE LA PROMOTION D’UNE VRAIE AUTO-DÉFENSE EFFICACE
Légende: LA VRAIE DE VRAIE PASSAGÈRE SÉCURITAIRE, DANS UN AVION DE LIGNE, EST ARMÉE. DÉTOURNEZ DONC ÇA, SI VOUS LE POUVEZ!
Légende: À VIRGINIA TECH, TRENTE-DEUX PERSONNES MOURURENT INUTILEMENT. UN SEUL ÉTUDIANT OU ENSEIGNANT ARMÉ AURAIT PU ARRÊTER LE TUEUR. MAIS ILS MOURURENT TOUS, EN OBÉISSANT AUX RÈGLES. PLUS JAMAIS!

.
.
.

Voilà. Passablement parlant, cette petite centaine d’affiches propagandistes, vous ne me direz pas. Bien plus pernicieux qu’on ne l’aurait cru, aussi. Un certain nombre de conclusions s’imposent face à un tel discours. Indubitablement, les causes réformistes sont récupérables et récupérées au service d’enjeux autres qu’elles-mêmes. Le flagornage faussement progressiste est un instrument argumentatif de plus en plus utilisé par la droite, en fait. Malgré ce qu’elle cherche constamment à faire croire, ladite droite est perpétuellement mise aux abois par le développement social de la roue de l’histoire. Elle peine, de plus en plus, pour tenir à bout de bras les enjeux dangereux et impopulaires qu’elle endosse, genre promotion des armes à feu, de la pollution industrielle, de la malbouffe, de la boursicote bancaire cynique, du militarisme et du bellicisme. Ici aussi, dans cet univers d’illusionniste, on ment sciemment aux masses. Ce type de campagne de propagande promotionnelle présente le porteur ou la porteuse d’arme à feu comme un être angélique, infaillible, imperméable au banditisme, qui se défend mais n’attaque jamais, ne commet pas d’erreur sur la personne, ne tiraille jamais à l’aveuglette dans l’obscurité, ne pointe jamais son arme sur son conjoint, ses enfants, ou ses proches, ne se colle jamais son flingue sur la tête ou dans la bouche, ne laisse pas son arme tomber entre des mains maladroites ou hostiles, ne se blesse pas malencontreusement avec, s’entraîne avec discipline et prudence sans la transformer en un objet magique mal connu et mal dominé, ne bascule pas dans le crime par désespoir ou par calcul. Charme, intelligence, climax visuel et fourberie mis à part, ce qu’on nous présente ici, c’est un monde fantasmé, simpliste, vide, faux et illusoire. Il est surtout parfaitement malhonnête, mensonger et fallacieux de laisser croire que la multiplication, la prolifération, le pullulement des armes de poing et des fusils d’assaut automatiques dans la société civile augmenterait la sécurité. C’est tout juste le contraire, et la doctrine racoleuse de l’égaliseur fonctionne en fait de façon implacablement bilatérale. À contexte social dogmatiquement inchangé, armez-vous, votre agresseur s’armera aussi et les mêmes proportions d’inégalités se rétabliront à très court terme. Ensuite –surtout- elles se perpétueront, le danger de mort constant et permanent en plus, ce dernier bien profondément inscrit dans la vie ordinaire et désormais parfaitement indécrottable. Comme le dit une de ces pubes, c’est la criminalité qu’il faut abolir. Or justement, il ne faut pas seulement le dire mais il faut le faire et ça, c’est un immense programme social et sociétal. Car ça requiert le tout d’un engagement articulé et sophistiqué qu’aucune solution simpliste, genre arme à feu dans les sacs à main et sur les tables de nuit, n’équivaudra jamais en valeur, en durabilité, en efficacité de fond, et en décence civique.

.
.
.

avatar

Ysengrimus

Voir ici: http://ysengrimus.wordpress.com/about/

60 pensées sur “La promotion des armes à feu auprès des femmes

  • avatar
    18 septembre 2013 à 9 09 09 09099
    Permalink

    La promotion de la guerre de tous contre tous permet de substantiel profits à l’oligarchie et une garantie de la stabilité de son immense pouvoir qu’elle ne partage avec personne.

    Répondre
  • avatar
    18 septembre 2013 à 19 07 45 09459
    Permalink

    C’est parfaitement consternant. C’est vrai -je le dis en tant que femme- qu’ils se vendent fichtrement bien, en plus…

    Répondre
  • avatar
    21 septembre 2013 à 0 12 03 09039
    Permalink

    Votre conditionnement contre les armes à feu et votre propension à vous en remettre à l’état pour régler vos problèmes vous empêrchent de voir la vérité évidente qui ressort de toutes ces affiches, à savoir qu’une arme à feu est le moyen le plus efficace et le plus sécuritaire de se protéger pour une personne sur le point de se faire attaquer.

    Êtes-vous contre la légitime défense? Une femme ou toute autre personne qui est sur le point de se faire attaquer n’a-t-elle pas le droit de se défendre?

    Regardez la réalité au lieu de trembler dans vos culottes à la vue d’une arme à feu.

    Répondre
    • avatar
      21 septembre 2013 à 12 12 33 09339
      Permalink

      La bêtise humaine est incommensurable chez toi A. L.

      Une grand-mère devenue paranoïaque par tant de publicité, s’est acheté une arme pour se défendre contre les méchants malfaiteurs qui voulait en découdre avec elle (dans sa tête bien entendu). Un jour qu’elle gardait, à sa maison, son petit-fils de trois ans, elle s’aperçut que le petit bosquet qui bougeait à peine devait certainement y caché un de ces malfaiteurs qui en voulait à sa paisible vie. Elle dégaina et tira tout le chargeur dans le petit bosquet. Fier d’elle même, elle s’avança pour voir le méchant malfaiteur troué de balles mais horreur ce n’était que son petit fils qui s’amusait à se cacher.

      Quand une société marchande fait la promotion de la peur, de l’égoïsme et de la haine pour de juteux profits et le pouvoir, on ne doit pas être surpris que ce monde soit si violent et criminel.

      Si c’est ça dont vous faites la promotion A. L. alors vous n’être pas de ma bande mais celle des marchands criminels.

      Répondre
      • avatar
        21 septembre 2013 à 16 04 05 09059
        Permalink

        Vous citez un exemple malheureux, sans fournir de sources, qui ne change rien à la donne.

        Vous ne comprenez ce qu’est un droit, ou vous pensez simplement que les gens n’ont aucun droit, uniquement des privilèges, qui peuvent être modifiés par ce que vous appelez ‘l’état’.

        Le droit de posséder une arme ne devra pas être restreint parce qu’une grand-mère a tué son petit-fils par erreur ou négligence. Si vous fouillez un peu plus votre histoire, vous allez sans doute voir qu’il y a d’autres circonstances qui rendaient cette dame imprévisible.

        À tout événement, la loi déterminera si oui un non elle a commis un acte criminel. Si elle n’avait aucune intention criminelle (mens rea), elle ne sera peut-être même pas accusée, et l’affaire sera classée comme un malheureux accident.

        Cet incident ne justifie en rien de restreindre le droit des autres personnes de se procurer une arme à feu pour leur propre défense.

        Je ne comprends pas votre raisonnement.

        Si j’écrase quelqu’un en conduisant ma voiture, est-ce qu’on devrait vous interdire de conduire votre propre véhicule ou vous imposer des conditions plus exigeantes?

        Un n’a rien à voir avec l’autre. C’est comme votre histoire de grand-mère paranoiaque, peut-être à moitié saoule, peut-être médicamentée ou peut-être simplement débile. On ne sait pas.

        On revient aux questions fondamentales.

        Pourquoi tenez vous tant à empêcher les gens ordinaires de se défendre efficacement contre un agresseur armé potentiel?

        Pourquoi ignorez vous les milliers de cas d’utilisation d’une arme à feu dans une situation de légitime défense et insistez plutôt sur le malheureux accident d’une grand-mère imprudente?

        Répondre
      • avatar
        21 septembre 2013 à 17 05 33 09339
        Permalink

        Encore une fois, vous m’attribuez des intentions ou des propos qui ne sont pas les miens. Je n’ai aucun intérêt dans l’industrie des « marchands criminels’, comme vous dites. Je ne fais qu’exprimer mon opinion, qui est différente de la vôtre.

        Je ne comprends pas votre acharnement à tenter de nier qu’une arme à feu puisse sauver une vie. Je veux bien admettre qu’une arme à feu puisse aussi enlever une vie, si cela peut vous faire plaisir. Ça aussi, c’est évident. Un couteau aussi peut tuer, et plusieurs agressions sont commises avec des couteaux et toutes sortes d’autres objets.

        Au bout du compte, c’est l’intention qui compte, et non l’arme en soi.

        En plus, ce combat continu contre la possession d’armes à feu par la population est une lutte contre les gens ordinaires, qui cherchent à assurer leur propre sécurité. Certains vivent dans des villes en faillite, comme Detroit, ou la police ne se rend même pas dans certains quartiers.

        Une ville comme Chicago, qui possède parmi les lois les plus restrictives en matière d’armes à feu, est aussi au premier rang des homicides causés à l’aide d’une arme à feu. Certains quartiers de la vielle ne sont plus patrouillés par les policiers. L’an dernier, plus de 500 meurtres ont été commis avec des armes à feu à Chicago, malgré les lois très restrictives sur la possession d’armes à feu.

        Voici d’ailleurs un article à ce sujet :
        http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/northamerica/usa/10320186/Chicago-the-murder-capital-of-America.html

        Désarmer la population n’améliore pas la sécurité des gens ordinaires, au contraire. Adopter des lois plus restrictives ne change rien, car les criminels habituels ne respectent pas les lois… une autre réalité qu’on ne peut simplement ignorer.

        Répondre
  • avatar
    21 septembre 2013 à 6 06 23 09239
    Permalink

    Êtes-vous contre la légitime défense? Réponse: ayoyoye.

    C’est maintenant à moi de vous poser une question énorme: êtes vous pour les massacres publiques épisodiques dans les écoles, bases militaires et autres lieux ordinaires?

    Répondre
    • avatar
      21 septembre 2013 à 10 10 00 09009
      Permalink

      Vous me demandez si je suis ‘pour les massacres publiques (sic) dans les écoles, bases militaires et autres lieux ordinaires?’.

      Votre question n’a rien à voir avec le droit à la légitime défense.

      Les massacres publics, comme vous dites, dans les écoles sont possibles grâce à la politique fédérale qui interdit toute arme à feu aux alentours des établissements scolaires (‘gun free zone »), ce qui est une invitation pour les éventuels tireurs fous.

      De plus, plusieurs de ces tueurs en série sont des patients psychiatriques qui prennent des médicaments psychotropiques prescrits par des médecins, lesquels peuvent causer des comportements suicidaires et/ou violents, comme ce fut le cas pour le plus récent massacre sur une base militaire.

      ‘The New York Times has reported that while in Providence Rhode Island on August 23, 2013, and again, five days later, in Washington, D.C., Alexis had been prescribed Trazodone, an antidepressant that carries an FDA black box warning for suicide, and is documented to cause mania and violent behavior.’
      Source : http://www.cchrint.org/2013/09/18/navy-yard-shooter-was-on-antidepressant-trazodone/

      De plus, en ce qui concerne ce dernier incident, les membres de l’unité d’intervention d’urgence (SWAT) ont reçu l’ordre de ne pas intervenir pendant que le tueur faisait son massacre :
      ‘Members of a Washington DC Swat team who the BBC has learned were ordered not to respond to Monday’s Navy Yard shootings have yet to be contacted by the authorities.’
      Source : http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-24163244

      La réalité n’est pas telle que présentée à Radio-Cadenas, M. Laurendeau.

      Comme je disais, votre conditionnement anti armes à feu vous empêchent de voir le gros bon sens.

      Au bout du compte, vous travaillez fort pour empêcher les gens ordinaires de pouvoir se défendre contre un éventuel agresseur armé, en perpétuant la propgande anti armes à feu des dirigeants.

      Aussi, je crois que vous n’avez pas compris que ce n’est pas l’arme qui tue, mais plutôt la personne qui la manipule.

      La plupart des affiches qui vous scandalisent (dans votre article) sont rigoureusement exactes.

      Seule une arme à feu peut protéger adéquatement une femme sur le point de se faire agresser.

      Il existe des milliers d’exemples de femmes qui ont repoussé une attaque ou un agresseur grâce à une arme à feu.

      Cessez de nier la réalité M. Laurendeau.

      Répondre
      • avatar
        21 septembre 2013 à 12 12 42 09429
        Permalink

        Faire la promotion de la bêtise marchande est bien dans l’esprit de société qu’affectionne A. L. Ils devrais déménager aux U.S.A. comme il l’avait si bien affirmer il n’y a pas si longtemps sur ce blog. Ils pourrait avoir tous les armes qu’il affectionne tant et enfin vivre la vie de ses rêves les plus délirants (Make my day, Bang! Bang! Bang!).

        Répondre
        • avatar
          21 septembre 2013 à 13 01 01 09019
          Permalink

          La question n’est pas là.

          Si un cambrioleur armé entre dans votre maison dans le milieu de la nuit, simplement lui montrer que vous êtes armé(e) le fera probablement déguerpir. Il ne s’agit pas de faire la promotion de la violence, mais de donner aux gens ordinaires le moyen de se défendre efficacement.

          Désarmer les gens ordinaires, qui respectent la loi, et laisser en possession d’armes à feu uniquement les malfaiteurs, qui ne respectent pas la loi, n’est pas une solution.

          Le législateur du Québec, qui dirige en vertu d’une constitution qu’il n’a jamais voulu signer, ne reconnaît pas le droit à la légitime défense.

          Selon l’article 2 de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec : ‘Tout être humain dont la vie est en péril a droit au secours.’

          Voyez vous? Vous avez le droit de faire un appel 911 et d’attendre du secours, mais vous n’avez pas le droit de défendre vous-même votre propre vie. C’est ce que pensent ceux qui dirigent le territoire qu’ils appelent ‘Québec’.

          En tout cas, l’indépendance, ce n’est pas pour demain.

          Répondre
  • avatar
    21 septembre 2013 à 10 10 20 09209
    Permalink

    Les armes en mains privées sont une question de principe… mais aussi une question de faits. J’ai vécu dans des endroits où j’avais deux armes chez moi et où je ne sortais qu’armé. Je me réfère a ces pays-là comme ceux à risques tolérables. La liste serait longue.

    J’ai vécu en d’autres – le Ell Salvador il y’a quelques années par exemple – ou il fallait des gardes en permanence et où on ne partait – dans une voiture blindée – d’un point A sécurisé que vers un point B sécurisé.

    Tout le monde n’avait pas une voiture blindée, mais tout le monde avait une arme, selon ses moyens…

    Vive la vertu, mais permettre ou ne pas permettre aux citoyens d’avoir des armes dépend essentiellement d’une appréciation réaliste des risques… et de la confiance qu’on accorde a ceux qui sont chargés de maintenir l’ordre.

    Je n’ai pas peur sur la Rue Ste-Catherine ni sur les Champs-Élysées. Pas aujourd’hui.

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      21 septembre 2013 à 12 12 56 09569
      Permalink

      La culture de la paranoïa est très efficace en Amérique, heureusement il y a encore des gens sensés au Québec. Faisons ensemble notre enquête sur la violence au Québec et nous nous apercevrons que la plus part des agresseurs étaient des proches des victimes. Tant qu’aux U.S.A. dès le début ils se sont permis des génocides, alors ce n’est pas surprenant tous ces tueries, le problème est dans leur culture et leur éducation.

      Répondre
      • avatar
        21 septembre 2013 à 13 01 21 09219
        Permalink

        Non, monsieur. Vous allez vous apercevoir que la plupart des aggresseurs sont des récidivistes, qui ont été jugés et condamnés à plusieurs reprises, et relâchés, pour commetre d’autres crimes.

        Vous n’avez aucune idée de ce dont vous parlez M. Huet.

        Répondre
        • avatar
          22 septembre 2013 à 14 02 26 09269
          Permalink

          Tu peux changer ton nom d’écran autant de fois que tu veux, ton style te trahi…Tout comme c’est le cas sur le blog de R-C . 🙂

          Répondre
        • avatar
          22 septembre 2013 à 17 05 00 09009
          Permalink

          Monsieur A. L. est enfermé dans une bulle idéologique propagandiste conservatrice américaine. Sa vision du monde est celle de l’époque de l’Amérique de la fin du 19ième siècle, celle des barons voleurs.

          Make my day, bang! bang! bang!

          À quand le grand départ vers les U.S.A. monsieur A. L. vous pourrez avoir les armes que vous désirez tant et tirer sur ceux qui vous insulte comme dans les westerns américain.

          Votre autorité morale est nul Monsieur A. L. comme l’état québécois que vous critiquez constamment.

          Répondre
          • avatar
            22 septembre 2013 à 17 05 21 09219
            Permalink

            Les affiches sont provocatrices et impressionnantes. Dans un sens, cela semble exagéré. Mais la mentalité des Américains à ce sujet n’est pas la même qu’au Québec et leur situation n’est la même qu’ici.

            En plus, les concepteurs de publicités recherchent souvent l’effet choc. Ce n’est pas nouveau.

            Vous cherchez à dénigrer le messager, mais au bout du compte, vous ne dites pas grand chose sur le fond.

            Les É-U, c’est un autre pays, avec une histoire bien différente du Québec et du Canada.

            Je ne fais pas se propagande M. Huet. Je ne fais qu’exposer des faits, appuyés de sources.

            Vous devriez essayer d’en faire autant. Tout le monde a une opinion. C’est facile d’avoir une opinion. C’est plus difficile de la justifier. Faites un effort.

          • avatar
            22 septembre 2013 à 19 07 44 09449
            Permalink

            En effet les État-Unis ont une histoire très différente du Québec. Ils ont commis un grand génocide contre les nations indiennes. Ils nous ont agressé par deux fois mais n’ont pas réussit dans leur entreprise. Depuis 1945 ils n’ont pas respecté les lois internationales et ils ont employé les armes chimiques. Ils ont souvent intervenue dans les affaires intérieurs de d’autres pays, militairement ou sous couvert de la C.I.A.) pour leurs intérêts commerciaux. C’est le pays qui a commis le plus d’agression depuis 1945 au nom de la déclaration universelle des droits de l’homme tout en violant cette même déclaration, je pourrais continuer mais ce serait beaucoup trop long

            La guerre déclaré contre le terrorisme tout en employant le terrorisme pour déstabiliser un pays, est-ce moral?

            Tant qu’aux sources et leurs faits, vous faites du copier-coller sur des justifications créées par l’oligarchie marchande et financière.

            La manipulation des faits par la déformation ou le mensonge, comme le fait l’élite oligarchique est-ce moral?

            Vous avez une drôle de conception de la morale A. L. elle semble être pour vous à géométrie variable, comme pour les marchands américains. Votre conscience morale est en réalité sans fond.

            Je ne vous en veux pas personnellement mais arrêter de faire l’idiot utile, c’est exaspérant à la longue.

          • avatar
            22 septembre 2013 à 20 08 09 09099
            Permalink

            @ Robert Huet,

            Je suis d’accord avec vous que Washington a une politique étrangère guerrière. Les exemples sont nombreux. Le complexe militaro-industriel et le Pentagone sont les outils du gouvernement fédéral américain.

            Par contre, vous ne semblez pas comprendre que Washington (le gouvernement fédéral américain), ce n’est pas les Américains. Les États américains sont indépendants de Washington et ont leur propre constitution, mais Washington cherche à imposer sa loi partout. Certains états réagissent en cherchant à affirmer lleur souveraineté, notamment en matière d’armes à feu.

            On sait tous que Washington est dingue et corrompue à l’os.

            Les Américains sains d’esprit le savent aussi.

          • avatar
            27 mars 2015 à 9 09 30 03303
            Permalink

            @Robert Huet

            « Ils ont commis un grand génocide contre les nations indiennes. Ils nous ont agressé par deux fois mais n’ont pas réussit dans leur entreprise.  »

            1)Les indiens étaient absent du village lors de la plupart des attaques et les femmes et enfants étaient désarmés.
            2)Les Canadiens n’étaient pas désarmés lors des deux attaques contre nous qui n’ont pas réussit; et ces Canadiens étaient « la milice » c’est-à-dire le peuple.

            Votre exemple est un peu malheureux.

            Regardez la télé d’aujourd’hui où vous verrez un policier tirer une bombe lacrymogène dans le visage d’une jeune manifestante, suivi de plusieurs autres qui tirent à bout portant sur les étudiants et dont le feu sort de trois pieds du canon des armes des policiers.

            Les policiers ont agit ainsi sous le couvert qu’ils avaient déclaré « la manifestation illégale ». Si les policiers peuvent agir de la sorte devant une jeune fille désarmée, quelle sécurité pouvons-nous attendre face à des agresseurs hors la loi armés?

            L’illusion est de croire que chacun des individus est en sécurité. Encore une fois, on prête à l’individu la situation de l’ensemble. L’ensemble est protégé; mais l’individu ne l’est pas.

            Une autre facette de cet événement est la question: Que cherchent les autorités pour agir ainsi devant des manifestants désarmés? Ce comportement est pire que celui des soldats anglais de 1837/38 où il y avait une révolution déclarée. Nous parlons actuellement d’une manifestation pacifique contre « l’austérité ». Est-il possible que vous n’y voyiez pas de différence?

  • avatar
    22 septembre 2013 à 15 03 40 09409
    Permalink

    Cher Trou de serrure,

    Je n’ai jamais blogué sur R-C et j’utilise le même pseudo sur les 7 depuis longtemps. Donc tu te trompes. Si tu n’es pas d’accord avec mes commentaires, tu n’as qu’à exoliquer pourquoi. Ta réplique n’a rien à voir avec mon commentaire.

    Je dis la même chose depuis longtemps à propos de ceux qui pensent avoir l’autorité morale de dire aux autres comment ils doivent vivre leur vie. Plusieurs ici pourront te le confirmer.

    Si j’étais toi, je ferais des recherches, au lieu d’essayer de tirer sur le messager.

    Répondre
    • avatar
      22 septembre 2013 à 22 10 47 09479
      Permalink

      @ Robert Huet,

      http://canadiangenocide.nativeweb.org/intro2.htmlà propos des É-U : ‘Ils ont commis un grand génocide contre les nations indiennes.’
      Le gouvernement fédéral américain a fait ça, en effet, comme le gouvernement fédéral canadien d’ailleurs :
      http://canadiangenocide.nativeweb.org/intro2.html

      – Puis, vous dites : ‘Ils nous ont agressé par deux fois mais n’ont pas réussit dans leur entreprise. ‘

      Je note que, tout d’un coup, vous êtes devenus ‘pro-britannique, car les Américains, que ce soit en 1775 ou en 1812 se sont toujours battus contre les forces Britanniques.

      Vous évidemment, détestez les Américains, qui se battaient contre les Britanniques, vos alliés et protecteurs, si je comprends bien.

      Pour ce qui est des autres torts que vous reprochez aux É-U, vous n’avez pas tort, mais ça remonte à bien plus loin que 1945, et il y en a bien plus que ça.

      Par exemple, on sait que Prescott Bush, père de l’ex-président George Bush senior, faisait partie d’un groupe de banquiers de New-York qui a financé les 2 côtés de la 2e guerre mondiale. On sait aussi que Washington savait qu’une attaque allait survenir contre Pearl Harbor et a laissé faire pour inciter les Américains à supporter l’entrée en guerre des É-U. Ce n’est pas aussi simple que vous pensez M. Huet. Les dirigeants se sont toujours entendus pour concocter des guerres et se débarasser des éléments indésirables ou qui menacent leur pouvoir.

      Répondre
      • avatar
        22 septembre 2013 à 22 10 48 09489
        Permalink

        Excusez mon commentaire qui aurait dû se lire :

        Vous écrivez à propos des É-U :

        Répondre
  • avatar
    22 septembre 2013 à 17 05 38 09389
    Permalink

    Messieurs,

    Vous entrez hors-sujet alors que vous avez encore de choses utiles à dire. Recentrez-vous svp sur le débat sur la promotion des armes auprès des femmes, où je vais devoir caviarder la suite de votre échange digressant. Merci.

    Le modérateur

    Répondre
    • avatar
      22 septembre 2013 à 18 06 47 09479
      Permalink

      Je vais revenir dans le vif du sujet. Pourquoi Homeland Security a-t-elle acheté plus d’un milliard de cartouches de munition et pourquoi cette agence a-t-elle acheté des cibles de pratique de tir montrant des enfants, une femme enceinte, un vieillard, etc… tel que montré dans ce lien :
      http://www.shtfplan.com/headline-news/dhs-supplier-provides-shooting-targets-of-american-gun-owners_02192013

      Lisez la description et voyez comment certaines personnes ciblées sont dans leur maison (in her home/in home).

      Les Américains ne sont pas cons. Ils cherchent à se protéger contre plusieurs risques potentiels.

      Répondre
    • avatar
      23 septembre 2013 à 0 12 38 09389
      Permalink

      Vous avez raison Paul et je m’en excuses. L’augmentation des armes à feu en circulation dans la population n’est pas la solutions à tous les problèmes de comportements qu’ils soient criminelles ou mentaux. Une bonne éducation sociale et le bon exemple feront déjà mieux, selon mon point de vue, pour réduire les agressions que la multiplication des armes à feu et la culture de paranoïa qui vient avec. Tant qu’à l’exemple de la grand-mère qui tua son petit fils, c’est réellement arrivé, malheureusement et ça m’a personnellement bouleversé car je connaissais la famille et ça changer ma vision sur les armes à feu.

      Répondre
    • avatar
      26 septembre 2013 à 15 03 20 09209
      Permalink

      @ Paul Laurendeau,

      J’ai relu attentivement votre article, et je dois vous dire que ça ne vole pas très haut, pour être gentil.

      Mis à part les affiches que vous avez copié-collé, il n’y a à peu près rien de factuel dans votre article. C’est plutôt un lot d’insultes que vous dirigez contre certains groupes et un ensemble d’affirmations gratuites associés à vos divers préjugés.

      De plus, fondamentalement, la plupart des affiches sont factuelles et rigoureusement exactes. Malgré tout, vous trouvez cela scandaleux.

      Qu’y a-t-il exactement de si terrible à dire qu’une femme pesant 100 livres a besoin d’une arme pour arrêter un agresseur pesant 200 livres, ou qu’une femme doit être armée pour repousser un agresseur armé, ou que posséder une arme peut faire fuir un intrus, etc…?

      Êtes vous contre la légitime défense? Croyez vous, oui ou non, qu’une femme a le droit de se défendre si elle est attaquée?

      C’est vraiment ça la question.

      Répondre
      • avatar
        26 septembre 2013 à 15 03 31 09319
        Permalink

        En tout cas, ce papier « pas fort » vous aura fait découvrir un propagandiste que vous ne connaissiez pas et avec lequel vous ressentez une profonde harmonie de conviction. Merci, Paul…

        Pour le reste, les gens mettent leurs convictions où bon leur semble, comme vous vous imaginez parfaitement le lieu sombre et trouble où je (me) mets votre notion de « légitime » défense au flingue…

        Répondre
        • avatar
          26 septembre 2013 à 16 04 09 09099
          Permalink

          @ Paul Laurendeau,

          Pourquoi vous ne répondez pas à la question :

          Croyez vous, oui ou non, qu’une femme a le droit de se défendre si elle est attaquée?

          C’est oui ou c’est non?

          Répondre
          • avatar
            26 septembre 2013 à 16 04 18 09189
            Permalink

            Croyez-vous que j’ai le droit de vivre dans une société sans flingues? C’est oui ou c’est non…

            Je vais pas me mettre à aller faire du tir pour espérer tuer un assaillant. C’est de la folie fasciste…

            Ne répondez pas à sa question piège, Monsieur Laurendeau. Il cherche à vous cerner dans la folie meurtrière que vous dénoncez dans votre excellent article.

          • avatar
            26 septembre 2013 à 16 04 30 09309
            Permalink

            Croyez-vous que j’ai le droit de vivre dans une société sans flingues? C’est oui ou c’est non…

            Pour le moment, je dirais ‘non’.

            Il y a, selon les estimations, entre 5 millions et 20 millions d’armes à feu au Canada, et des millions de propriétaires enregistrés.

            Vous n’avez rien à craindre. Cessez d’avoir peur pour rien.

      • avatar
        26 septembre 2013 à 16 04 04 09049
        Permalink

        Les Nations Unies disent que non. Selon l’ONU, le droit à la légitime défense n’existe pas. Seul l’état peut utiliser la force. Un individu ne peut PAS utiliser la force pour se défendre, selon L’ONU.

        http://www.davekopel.com/2a/Foreign/UN-To-World.htm

        C’est comme la charte des droits et libertés du Québec qui dot que tu as droit au secours, mais qui est silencieuse sur ton droit à la légitime défense, comme l’ONU. Bon petit chien-chien. Voilà un biscuit.

        Si tu n’es pas au courant, l’ONU est la patente à gosse des globalistes pour installer le gouvernement mondial.

        http://www.youtube.com/watch?v=3N4yBL72H4Q

        Les Ricains, comme tu les appelle, ne veulent rien savoir de l’ONU ou du gouvernement mondial, d’ou la nécessité pour les globalistes de diaboliser ces Américains et de tout faire pour les désarmer. Ces Américains, pas aussi cons que tu crois, réagissent en achetant des armes et des munitions.

        En plus, comme tu ne semble rien connaître des É-U, tu decrais vérifier les statistiques du FBI publiées sur Internet et tu verrais que ceux qui font 90 % des crimes violents ne sont pas les Ricains que tu pense et ne sont pas de race blanche.

        Ton article me montre simplement que tu ne connais pas vraiment ce dossier, que tu ne comprends pas les enjeux, et que tu comprends encore moins ce qui se passe aux É.-U.

        Tu devrais faire des recherches.

        Répondre
  • avatar
    23 septembre 2013 à 11 11 28 09289
    Permalink

    Quel débat! Moi, ce qui m’attriste c’est qu’on vit dans un monde de peurs et qu’on joue sur ces peurs.

    Pourquoi les femmes n’apprendraient pas les arts martiaux? Il faut trouver des moyens qui développent la confiance en soi plutôt que de jouer sur la victime.

    Franchement je suis contre les armes. Nos sociétés manque de maturité, posséder une arme exige du discernement. Or, que se produit-il quand on possède une arme ou un bâton de baseball pour frapper dans le coffre arrière de la voiture?
    LA PENSÉE EST TOUT LE TEMPS MISE SUR LA DÉFENSE ET LA POSSIBILITÉ D’ÊTRE ATTAQUÉ.

    Vivre dans notre monde comporte des dangers, on ne peut le nier.

    Répondre
    • avatar
      26 septembre 2013 à 18 06 23 09239
      Permalink

      Bonjour Carole Anne,

      J’espère que vous allez bien. Je partage votre opinion, jusqu’à un certain point.

      Vous écrivez : ‘Moi, ce qui m’attriste c’est qu’on vit dans un monde de peurs et qu’on joue sur ces peurs.’

      Je suis d’accord avec vous, mais c’est exactement ce que fait cet article.

      Je suis surpris que personne n’ait remarqué ça.

      Il n’y a rien là-dedans, juste du chiâlage et des insultes, aucune analyse, aucune mise en contexte, aucun fait, mis à part ces photos.

      Ça ne vole pas haut. En effet.

      Répondre
      • avatar
        26 septembre 2013 à 18 06 35 09359
        Permalink

        @ Carolle Anne,

        Vous écrivez : ‘Pourquoi les femmes n’apprendraient pas les arts martiaux? Il faut trouver des moyens qui développent la confiance en soi plutôt que de jouer sur la victime.’

        Apprendre les arts martiaux peut être utile, pour le conditionnement ou la confiance, mais ce n’est pas réaliste. La plupart des gens n’ont pas la capacité physique de se défendre de cette façon. On parle d’une femme qui se défend contre un (ou plusieurs) homme(s) qui tente(nt) de cambrioler sa maison ou de l’agresser.

        Les cambrioleurs, ce n’est pas des enfants de coeur, vous savez. C’est un crime très sérieux de rentrer par effraction dans une maison occupée. Ce n’est pas comme voler une barre de chocolat au magasin.

        C »est une question de conditionnement à mon avis. Au Québec, il font la grosse propagande anti armes à feu depuis plusieurs années, et tout le monde a peur apparemment.

        Mais c’est une peur irrationnelle, conditionnée par les médias, le système d’éducation etc.

        Il n’y a pas de logique là-dedans. Une auto est plus dangereuse qu’un fusil.

        Répondre
  • avatar
    26 septembre 2013 à 16 04 44 09449
    Permalink

    « Vous n’avez rien à craindre. Cessez d’avoir peur pour rien. »

    Les fusillades civiles se multiplient, se banalisent. On entre dans le monde du « tout le monde porte une arme » que nous fait miroiter le préchi-précha condescendant et rassureur de la propagande pro-flingue. Rien à craindre en effet… pour la NRA & Armuriers Affiliés.

    Répondre
  • avatar
    26 septembre 2013 à 16 04 51 09519
    Permalink

    Les fusillades civiles se multiplient… dans des zones ‘sans armes’ (gun free) par des tireurs dopés de madicaments prescrits par leur médecin.

    Mais ne parlons pas de ça. Empêchons plutôt Mme Chose de se protéger dans sa propre maison.

    Vous êtes apparemment trop émotif pour faire les liens logiques et rationnels qui s’imposent. La peur domine la raison dans votre cas.

    Répondre
    • avatar
      26 septembre 2013 à 16 04 54 09549
      Permalink

      Les pro flingues n’ont jamais dit que tout le monde devrait porter une arme. Les pro flingues disent que lorsqu’un nombre suffisant de gens est armé, les cambrioleurs, les criminels violents et les les tireurs fous vont faire leurs mauvais coups ailleurs, et s’ils commettent quand même leur crime, une personne armée pourra intervenir.

      C’est ça qu’ils disent les pro flingues.

      Répondre
      • avatar
        26 septembre 2013 à 17 05 11 09119
        Permalink

        et moi, je n’aime pas ces dires. Les balles perdues seront pour nos enfants, comme d’habitude…

        Répondre
        • avatar
          26 septembre 2013 à 18 06 49 09499
          Permalink

          Vanessa,

          Je crois que tu penses aux membres de gang qui tirent sur n’importe qui comme des malades. C’est justement pour des gens comme ça que les Américains ont des armes.

          Répondre
        • avatar
          27 mars 2015 à 9 09 46 03463
          Permalink

          Pour l’instant, les balles ne sifflent pas autour de vos oreilles. Cessez d’avoir peur inutilement. Cependant, lorsque des balles siffleront autour de vos oreilles, dans votre cuisine, à ce moment-là, vous pourrez avoir peur.

          Comment éviter cette situation pas tellement probable mais quand même possible? Si désrmer tous les individus était possible, je suis d’accord. Mais la question est : Est-ce possible?

          Suite à la réponse à cette question, nous sommes obligés de prendre une décision rationnelle; ce qui signifie: sans que la peur d’une arme dépasse la peur de l’agression.

          Répondre
          • avatar
            27 mars 2015 à 9 09 52 03523
            Permalink

            Quand on en sera rendus à se tirer du flingue dans nos cuisine c’est que là, il sera bel et bien trop tard. La prolifération des armes de poings sera alors en place et ça, c’est comme une infestation de vermine: quasi-impossible de s’en débarrasser.

          • avatar
            27 mars 2015 à 11 11 29 03293
            Permalink

            Trop tard pour quoi? Se défendre ou avoir peur?

            La vermine n’est pas les armes; la vermine c’est la peur des outils comme un couteau, un marteau, une batte de Baseball où un fusil. Le danger est entre les oreilles.

          • avatar
            27 mars 2015 à 11 11 57 03573
            Permalink

            Traitage de peureux stérile. Ritournelle pro-flingue bien connue. La ressasser ne la rend pas moins fallacieuse. Les flingues sont potentiellement meurtriers et conflictogènes car en matière de flingues, l’occasion fait le larron, toujours.

            Interdiction intégrale du port d’arme. Saisie et destruction immédiate de toutes les pétoires en commençant d’urgence par celle de ceux qui les promeuvent.

          • avatar
            27 mars 2015 à 12 12 26 03263
            Permalink

            « Traitage de peureux stérile. »

            C’est exactement ce que vous avez fait en disant: « Quand on en sera rendus à se tirer du flingue dans nos cuisine c’est que là, il sera bel et bien trop tard. ».

            Je n’ai plus d’arme de chasse depuis la promulgation de la loi. Je n’avais pas peur auparavant et je n’ai pas toujours peur aujourd’hui, malgré le « danger » que vous « prophétisez » au sujet des armes à feu.

            Le problème n’est pas les armes, le problème est la peur face à notre société d’invertébrés.

          • avatar
            27 mars 2015 à 14 02 42 03423
            Permalink

            Finalement je vous donne raison. D’ailleurs je viens de jeter mon marteau qui avait osé me taper le pouce.

          • avatar
            27 mars 2015 à 15 03 05 03053
            Permalink

            Vous avez eu raison. Votre absence de compétence à le manipuler vous oblige à vous en priver. L’exemple est parfaitement valide. Je ne fais pas de ski ou de motocyclette pour des raisons analogues. Et comme on ne s’improvise pas Annie Oakley, j’invite les femmes (et les hommes) à ne pas se laisser leurrer par ces pubes atroces… ou vos propos, qui les secondent insidieusement.

          • avatar
            28 mars 2015 à 8 08 28 03283
            Permalink

            Voilà! C’est le genre de « confirmation » que peuvent atteindre la connexion de vos neurones. Aucune place aux nuances.

            Je ne suis pas pro-flingues; je suis pour garder la légitimité de me défendre. D’ailleurs, depuis la loi, je n’ai plus d’arme chez moi; mais depuis la vogue des attentats dans les résidences, je garde une batte de Baseball derrière ma porte. à portée de la main. Ça pourrait servir.

            Un 12 à pompe serait plus efficace mais, de le garder derrière la porte d’entrée serait illégal; donc n’est pas acceptable à mes yeux.

            Si quelqu’un s’introduit chez vous, vous faites quoi? Le 911 et ensuite fermer les yeux jusqu’à ce que cela passe?

            C’est votre choix et je l’accepte. Mais je n’aime pas tellement que vous m’obligiez à faire la même chose. Cela dépasse peut-être votre capacité d’acceptation de la liberté individuelle? Je me pose la question.

          • avatar
            28 mars 2015 à 8 08 34 03343
            Permalink

            La liberté du flingue à la maison, je ne lui laisse pas plus de marge de manœuvre que la liberté de brûler un feu rouge. Dans les deux cas, c’est la liberté de tuer aléatoirement et l’illégitime défense style NRA, ouverte ou rampante, n’y changera rien.

          • avatar
            28 mars 2015 à 13 01 19 03193
            Permalink

            Et voilà; on y arrive enfin!
            La liberté du « flingue » à la maison ne changera rien à la sécurité dont parlent vos photos. Elles n’y ont rien à voir puisque pour garder une arme à la maison, il faut l’entreposer dans un « coffre » fermé à clef et, également, entreposer les munitions à un autre endroit, lui aussi, sous clef. Donc, cet arme peut difficilement servir en cas d’urgence comme ce qui est démontré par votre article.

            Cet article est donc complètement inapproprié pour parler du « contrôle » des armes d’épaule au Canada tout comme au Québec.
            Pour appuyer votre position, il ne vous reste que les « désaxés » qui se serviront d’armes pour tuer des citoyens innocents. Reste à déterminer combien de ces désaxés iront enregistrer leur arme.
            Évidemment, le registre en question ne peut pas s’appliquer aux bandits de profession qui, eux, n’enregistrent certainement pas leurs armes.

            Faire la dépense pour un registre de toutes les armes d’épaule à cause d’un désaxé qui se pointe à tous les dix ans, quand il peut toujours s’en procurer une sur le marché noir, vous semble rationnel à vous?

            À moi, cela signifie que seule la peur provoquée artificiellement dans la population peut le justifier. Reste à savoir POURQUOI cette peur est provoquée dans la population par les autorités. Je vous laisse l’expliquer.

          • avatar
            28 mars 2015 à 14 02 48 03483
            Permalink

            Ce serait plutôt à vous d’expliquer pourquoi votre maitre à penser Harper détruit le registre des armes qui sont déjà en situation de prolifération. Je ne comprend pas en quoi renoncer à surveiller les armes sert la société civile. Cela sert en fait le groupe de pression des armes et les pépés pétoires qui veulent « se défendre des intrus » et/ou garder un tromblon dans un coffre pour des raison indubitablement suspectes et non avenu.

          • avatar
            28 mars 2015 à 15 03 20 03203
            Permalink

            Les raisons « indubitablement » suspectes et non avenues pour garder des armes sont …des armes de chasses qu’il faut remiser adéquatement.

            Quant à mon « supposé » maître à penser Harper (encore une fois vous faites preuve de « savoir » que je n’ai pas) qui détruit le registre existant, c’est qu’il prétend qu’il est trop onéreux (plus de 2 milliards pour l’instant) et que, de toutes façons, les armes sont déjà enregistrées ailleurs (plutôt trois fois qu’une semble-t-il).

            Pour moi, ce qu’il fait avec ce registre, je m’en fiche complètement. « Maître à penser » ou pas.

          • avatar
            28 mars 2015 à 17 05 42 03423
            Permalink

            La mythologie des armes de chasse. Elles tiennent très bien sous un blouson, les « armes de chasse » dans certains quartiers de Toronto…

          • avatar
            28 mars 2015 à 22 10 43 03433
            Permalink

            On voit, ici, la nécessité d’avoir été plus loin que la dernière bouche de métro pour comprendre que la chasse se pratique hors de la ville. Vous parlez des armes d’aisselles et je parle des armes d’épaule.

            C’est toujours le même plaisir de discuter avec vous. À la prochaine.

          • avatar
            29 mars 2015 à 6 06 33 03333
            Permalink

            C’est donc vous, le théoricien implicite des cultivateurs de Saskatchewan que Harper ciblait l’autre jour de sa démagogie radiophonique feutrée. Comme aux USA finalement… Civilisation de la frontière…

            Pitoyable.

          • avatar
            29 mars 2015 à 9 09 42 03423
            Permalink

            Pitoyable, vous dites?
            Je viens de tout relire nos commentaires et vous avez raison. Il y a quelque chose d’assez pitoyable; j’entends vos sauts du coq à l’âne dans votre argumentation.

            Comme je le disais: Au revoir.

            André Lefebvre

        • avatar
          27 mars 2015 à 19 07 16 03163
          Permalink

          On comprend tous qu’en employant le qualificatif « insidieusement », vous soulignez ququch qui ne s’y trouve pas. Je n’appuie pas du tout ces pubs parce qu’elles me semblent inutile devant l’évidence. Je vais même jusqu’à éviter de les présenter; imaginez…

          Quant à la compétence pour manipuler un marteau vous affirmez sans savoir que j’ai été menuisier dans la construction pendant 30 ans. Mais on ne peut pas tout savoir n’est-ce pas?

          Répondre
  • avatar
    17 février 2019 à 5 05 49 02492
    Permalink

    Bien que je partage tout à fait votre opinion sur ce sujet, j’ai pu constater par moi-même hélas que les armes à feu exercent pratiquement le même niveau de fascination sur les femmes que sur les hommes en Amérique du Nord, à travers plusieurs exemples de femmes ici même au Canada, qui soient collègues, ou de lointaines collaboratrices de travail, clientes…etc. et depuis que j’en ai pris conscience, je dois dire que je m’aventure jamais à émettre de jugement en public sur le sujet ! C’est à ce point-là !

    Premier exemple, une collègue initiée très tardivement à la chasse par son nouveau mari, (dans la quarantaine tout de même et pas la jeunette sportive et allumée dopée aux stéroïdes qu’on pourrait imaginer) elle en parle avec tellement de fascination et d’enthousiasme à chaque fois que ça fait peur ! le jour où elle me montre la photo de son joujou en insistant que c’est elle qui voulait ce modèle, je constate que c’est un de ces nouveaux fusils de chasse qui soit une réplique semi-automatique d’une arme de guerre (genre M16 US Army mais homologué pour la chasse ici au canada)! alors que je m’attendais à quelque chose de plus classique, plus ‘’féminin’’, à la limite plus jouet de chasse pour faire plaisir à son mari…) et j’ai regretté la seule fois que j’ai émis une critique sur la chasse du gros gibier en particulier l’orignal que je trouve spécialement inhumaine, inutile, et cruelle vu leur nombre en déclin ou les maladies avec lesquelles ils doivent de plus en plus composer… en plus que dans ma tête, un orignal est plus imposant et plus beau qu’un cheval, une bête énorme et majestueuse qui représente tout un symbole, je pestais contre le fait de se cacher derrière un arbre pour abattre lâchement un vieux mâle ou une vieille femelle paisibles (sous prétexte que c’est de la bonne viande et bouffe) qui ne demandent qu’à ce qu’on les laisse brouter en paix vu le territoire de plus en plus restreint qu’ils occupent pour survivre! J’ai donc pris une claque au milieu des collègues! ce fut même l’occasion pour Madame de ne plus discuter de ses sorties de chasse, en nous avisant de ne plus en parler alors qu’on utilisait ce sujet pour rigoler un bon coup ensemble et déclencher des fous rires à chaque fois!

    Deuxième exemple, de retour d’une agréable journée de pêche dans la région de Gatineau, mon ami qui conduisait reçoit un appel de son frère qui habite dans les parages pour nous inviter à boire une bière ou un café dans leur nouvelle maison au milieu du bois avec sa nouvelle conjointe ! là encore, la quarantaine, Madame est chasseuse, mais pas le conjoint, et a pris soin d’accrocher bon nombre de ses trophées aux murs. Après avoir sympathisé et pris notre bière, on nous fait faire le tour de la maison, et là, Madame aborde le sujet des armes et de ses joujoux qui coûtent une fortune, bien entendu les choses tournent très vite à l’exhibition d’armes à feux, classiques cette fois, chères, arcs de chasse aussi, le tout ponctué de récits de chasse. La surprise viendra à la fin lorsque Madame nous propose de lui acheter des vieux fusils si nous étions chasseurs, lorsqu’elle nous les montre, on découvre une autre collection de fusils d’époque aussi impressionnants les uns que les autres dans leur housses qu’elle garde dans le sous-sol! en n’étant pas chasseurs, on refuse poliment et on s’en va! Je dis alors à mon ami sur le ton de la plaisanterie, ton frère à intérêt de filer droit s’il veut pas finir en trophée sur un mur lui aussi !

    Troisième et dernier exemple plutôt anecdotique et digne d’un Woody Allen! la dernière fois que je me rends aux États-Unis, je suis seul à conduire et j’ai déjà 8 heures de trajet dans le corps depuis Montréal en passant par le poste frontière Ontarien des Mille-Îles lorsque pris de sommeil dangereux en conduisant je décide de faire une pause indispensable vu l’état lamentable dans lequel je suis, dans une aire de repos sur l’autoroute en Pennsylvanie, je me gare alors dans un spot à peine semi ombragé pour échapper au soleil de l’après-midi qui tape très fort en ce mois de septembre, je rabat le siège passager et je m’y installe pour une longue sieste, vu que j’ai encore au moins 6 heures de route à faire pour arriver à destination. Vingt minutes plus tard, ne dormant que d’un œil vu le coin un peu désert, je relève la tête et remarque à peine depuis ma position allongée qu’une femme promène son superbe gros chien sur la platebande gazonnée et ombragée juste devant moi… histoire de se dégourdir les jambes sans doute…Mais la femme, une jolie blonde plutôt chic, pratiquement la cinquantaine arrête pas de regarder dans ma direction…et même scruter si je suis étendu , ou si je suis seul peut-être… je devine au bout d’un moment que la dame se méfie, nous sommes au milieu de nulle part et ma position allongée peut prêter à confusion surtout avec ma vitre ouverte pour respirer et mon auto garée à l’écart des autres! je décide d’ignorer ce qui se passe, et je ferme les yeux pour de bon, quand deux minutes plus tard je sens un bruit derrière mon auto, le gros chien qui s’agite en fait, je sursaute! c’est encore notre dame qui fait le tour par derrière sur l’asphalte cette fois…remarquant sans doute ma plaque d’immatriculation du Québec par la même occasion… Je me dis merde alors pas moyen de faire une siestepar ici ! je décide donc de relever le siège histoire de lui montrer ma tronche d’homme civilisé si ça doit la rassurer, et j’ouvre une cannette de soda, en exhibant mon bras blanc sur le bord de la fenêtre, et je fait même un petit sourire béat à son gros toutou en signe de paix quand Madame se poste encore devant moi sur le gazon. Subitement, elle ordonne à son chien de rester devant ma voiture comme un gardien, puis s’en va dans son gros VUS de luxe, prend un téléphone cellulaire et se met à parler à quelqu’un tout en revenant auprès de son chien tout en me fixant du regard derrière ses grosses lunettes de soleil ! là je commence vraiment à me sentir parano ! en plus d’avoir un mal de crâne insupportable vu mon manque de sommeil, impossible de reprendre la route dans cet état ! je décide alors d’aller au bâtiment sur l’aire de repos pour faire changement, me rafraichir et espérer me réveiller un peu. J’y vais donc et je me dis, allez relax maintenant, si ça se trouve c’est juste une curieuse qui s’attendait à ce que je lui lance un mot pour faire la conversation histoire de briser l’ennui de cette interminable autoroute… à mon retour, la dame est encore sur le gazon mais dès qu’elle m’aperçoit, elle sursaute et se précipite dans son vus garé à quelques mètres ! je peste alors dans ma tête un ‘’va chier il me manquait plus que toi et ton gros klebs pour me surveiller aujourd’hui’’ je décide donc de dormir et lorsque je me réveille 15 minutes plus tard, elle est plus là ! Ironie de l’histoire, lorsque je reprends la route avec l’aide de mon GPS, je me rends compte que la dame roule quelques voitures plus loin devant moi jusqu’en Virginie ! et même jusque dans la nouvelle bretelle indiquée sur mon GPS en direction de Washington DC on a facilement fait un autre 250 kilometres ensemble ! inutile de préciser que la dame m’avait bien à l’œil et s’assurait de mettre les gaz à chaque fois que le trafic m’approchais de son véhicule ! Morale de l’histoire, oui ils sont paranos au États-Unis et hésitent pas à vous rendre parano en tant que touriste ! C’est la culture du coin, les flingues et la violence c’est pas une fiction chez eux mais une réalité, d’ailleurs j’ai dépassé sur mon trajet une bourgade ou il y avait de grandes banderoles pour une foire d’armes à feu ! Lorsque je raconte cette histoire à mes hôtes en arrivant, ils rigolent et m’apprennent que si la dame me suspectait de quoi que ce soit elle n’aurait pas hésité à appeler les flics, à défaut d’avoir un flingue sur elle totalement légal en Pennsylvanie !

    Je crois que la culture des flingues n’est pas prête de disparaître en Amérique du Nord, tant elle fait encore partie du ‘’rêve américain’’ pour une multitude de profils sociaux, et de raisons aussi comme la sécurité ou plus exactement l’illusion de sécurité et celle de se prendre pour un cowboy, et ceci est autant valide pour une catégorie de femmes qui nous interdisent de juger ou avoir une opinion négative à leur égard pour ça ! Est-ce que le lobby des armes y contribue ? très largement et sans le moindre doute en parallèle avec la culture hollywoodienne, la promo de femmes guerrières, flics, espions, tueuses à gage, bodybuilders, karatéka et autres phénomènes à la sauce Quentin Tarantino même si ce dernier est tout à fait dépassé par la nouvelle génération de producteurs encore plus violents et efficaces à ce niveau-là ! je ne serais pas surpris de voir des femmes canadiennes et québécoises s’acheter des armes de poing ici aussi si notre législation le permettait pour toutes sortes de raisons et de fantasmes qui seraient trop complexes à expliquer de ce côté-ci de la frontière et donc ailleurs dans le monde si c’était le cas! Il faudrait aussi noter que beaucoup de femmes qui servaient traditionnellement dans les armées régulières à des postes moins guerriers, ont désormais rejoint l’infanterie et les troupes tactiques qui manient les armes mieux qu’un Taliban rompu à sa cause ! D’autant que je ne suis plus choqué de lire des commentaires inhabituels assez violents venant de femmes sur l’actualité et qui démontrent les mêmes tares psychologiques des hommes sinon peuvent les dépasser en stupidité chez certaines qui font la morale et donnent des leçons ! il n’y a qu’à voir les manifs d’extrême droite en Europe et ici aussi ou aux États-Unis ou des femmes tatouées et fringuées comme des hells angels font partie du paysage !

    Ceci dit, mon espoir ne s’amenuise pas pour que ce soit les femmes qui poussent la législation aux États-Unis légiférer enfin pour un contrôle plus stricte des armes à feu vu que c’est encore souvent elles qui font les frais des tueries de masses chez eux !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *