L’agenda politique de l’automne

Trop nombreuses, on commence par laquelle ?

Dans son édition du 15 septembre 2013, le magazine L’actualité dresse la liste des « Sujets chauds de l’automne politique ». Parmi les quinze sujets énumérés, on ne trouve même pas les dossiers que nous souhaitons suivre. C’est-à-dire, en premier lieu, la Politique jeunesse déjà mentionnée lors du Sommet des jeunes en août, un thème proche de la mission de Reflet de Société. Puis le projet d’autonomie alimentaire du parti québécois, relié à la survie de la ferme familiale, un thème auquel nous avons déjà consacré deux chroniques.

valeurs sociales réflexions débats société communauté citoyen

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossiers PolitiqueSociété

La liste des priorités est tellement grande que les besoins de chacun risquent d’être noyés dans l’ensemble. Qu’il s’agisse :

… la classe politique a les mains pleines, et aucun parti, aussi honnête soit-il, ne saurait venir à bout de tous les problèmes, tout en faisant plaisir à la majorité des électeurs. Des électeurs dont les élus dépendent pour conserver leur siège à l’Assemblée nationale de Québec, à la Chambre des communes d’Ottawa ou à la mairie.

Salle_Assemblee_nationale_Quebec gouvernement politique politicien

Politiciens honnêtes

D’accord, nous devons veiller à ce que ces élus nous représentent honnêtement. Mais nous ne pouvons nous attendre à ce qu’ils fassent des miracles à notre place. Et qu’ils réussissent à relancer une économie qui repose sur l’exploitation abusive des ressources naturelles, tout en respectant l’intégrité de la nature, avec sa pureté, sa faune et ses espaces verts…

On ne peut s’attendre à ce que la construction soit florissante sans étalement urbain. Que l’on rénove le réseau routier sans qu’il y ait des problèmes de circulation durant les travaux. Que l’on réduise les taxes tout en améliorant les services. Que l’on rentabilise les fermes familiales, tout en achetant nos aliments aux prix les plus bas…

Emplois locaux

Pourtant, on sait déjà que tout ce qui ne coûte pas cher est fabriqué à l’étranger, là où les salaires sont très bas. On comprendra, par conséquent, qu’en achetant ces produits venus d’ailleurs, on contribue à la perte d’emplois chez nous et pour nous.

Il est facile d’exiger de nos élus qu’ils règlent tous les problèmes. « C’est pour cela qu’on les paye », pense-t-on. Mais par quel problème doivent-ils commencer, ces élus, quand tous les sujets semblent prioritaires ?

En fait, nous aussi nous devons participer activement à la solution de ces problèmes. D’abord dans les choix de notre vie quotidienne. Et puis chacun à notre manière, selon nos talents et nos possibilités.

Autres textes sur Politique 

Une pensée sur “L’agenda politique de l’automne

  • avatar
    10 octobre 2013 à 1 01 25 102510
    Permalink

    Bravo, un article réaliste
    Nous faisons TOUS partie du problème et de la solution. Les politiciens au fil des ans pour être élus ont exploité la paresse des citoyens, en leur faisant miroiter qu’ils s’occuperaient et règleraient TOUS leurs problèmes. Regarde le hockey ont s’occupent du reste. Quoi de mieux à offrir à un peuple de descendance latine, qui ne demande qu’à faire la rhumba et que son plus gros effort est de PARLER des problèmes. Il nous suffit de voir la popularité des émissions tel que : Tout le monde en parle, Parler pour parler, Parle parle, jase jase etc. Je ne crois pas qu’une émission ou la discussion serait axé sur ce que nous devons faire chacun d’entre nous pour régler les problèmes serait très populaire. Elle ne briserait certainement aucun record.
    Par contre celui qui réussit le mieux dans la vie est celui qui a compris, de ne pas se fier sur son voisin ou son gouvernement pour régler ses problèmes et qu’il doit se prendre en main.
    C’est plus fatiguant mais plus efficace. Nous faisons TOUS partie du problème et de la solution.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *