Laïcité, Église et Peuple québécois

Église oratoire-saint-joseph-et-quelques-pelerins-a-genoux

NOTE : Pour les chrétiens, la semaine sainte est le rappel de la dernière semaine, sur terre, de Jésus de Nazareth. Des moments intenses pour cet homme qui marqua, d’une part, par sa vie, son enseignement, sa passion et sa mort sur une croix, le destin des générations à venir et, d’autre part, par sa résurrection l’espérance d’une issue à cette humanité en marche. Pour les non-croyants, Pâque marque plutôt une longue fin de semaine fériée pour les travailleurs et travailleuses.

 

 

OSCAR FORTIN :

Que l’on soit croyant ou pas, le témoignage de cet homme interpelle l’humanité entière. Il affirme avec autorité l’avènement d’un monde fondé sur des paradigmes tout à l’opposé de ceux qui s’imposent à la gérance du monde tant de son temps que du nôtre. Aux paradigmes, du mensonge, de l’injustice et de la puissance dominatrice des peuples et de leur asservissement, il oppose ceux de la vérité, de la justice et du respect des peuples en leur apportant justice, vérité, solidarité, compassion et miséricorde.

En 2010, lors d’un débat sur la laïcité et les croyances, j’étais intervenu avec un article qui garde, je pense bien, toute son actualité. 

Plusieurs interventions ont donné lieu tout récemment à des articles et commentaires portant sur la place qu’occupe l’Église catholique dans le tissu social, national et culturel du Peuple québécois. J’ai lu l’intervention de M. Barberis-Gervais sur « Lucia Ferretti, le catholicisme au Québec et la religion » qui a suscité divers commentaires. D’autres interventions ont suivi dont celle de M. Claude Morin, le père de l’étapisme, et du non moins célèbre écrivain et pamphlétaire, Victor Lévy Beaulieu. Encore là, plusieurs intervenants ont voulu y mettre leur grain de sel en commentant un point ou l’autre de ces interventions. C’est donc en prenant en compte toutes ces interventions y compris la toute dernière de M. Gilles Laterrière que je me suis décidé à intervenir et à partager avec les lecteurs et lectrices de Vigile les quelques considérations qui s’imposent à mon esprit. 

En tout premier lieu, certains faits s’imposent, peu importe que l’on soit croyant ou pas. Qui peut nier le fait que l’Église catholique fasse partie d’un pan important de notre histoire qui ne saurait être comprise sans en scruter les avenants et aboutissants? Les centaines de clochers d’églises qui font partie du paysage de nos villes et villages tout comme nos jours fériés de Noël et de Pâque nous en rappellent la réalité. Sainte-Anne de Beaupré, Notre-Dame du Cap et l’Oratoire St-Joseph reçoivent toujours des milliers de pèlerins chaque année. Même si une grande majorité a délaissé la pratique religieuse traditionnelle plusieurs de ces derniers n’en continuent pas moins à croire et à se faire un devoir d’aller une fois ou deux par année à l’un ou l’autre de ces centres de pèlerinage. Que cela nous plaise ou pas, les faits sont là, mais ne sont pas exclusifs au Québec. En France, en Belgique, en Italie, en Espagne les clochers sont nombreux et les jours fériés, fondés sur les croyances chrétiennes, ne manquent pas. Que les institutions religieuses avec leurs valeurs se retrouvent quelque part dans le tissu social et culturel de ces peuples ne devrait surprendre personne. 

En second lieu, il est tout aussi important, pour être juste, de considérer l’Église non pas comme une réalité monolithique, mais comme une institution qui n’échappe pas aux divisions sociales et idéologiques des sociétés dans lesquelles elle évolue. Il y a le haut et le bas clergé, le premier porteur d’autorité et de pouvoir, vivant près des oligarchies, le second soumis et vivant avec le peuple. De nombreuses critiques à l’encontre de l’Église catholique s’adressent plus particulièrement à ce haut clergé, plus souvent que moins, allié des oligarchies dirigeantes. Si quelqu’un parvenait à se hisser à ce niveau et qu’il ne répondait pas aux attentes de cette classe, on trouvait vite un moyen pour l’écarter. Les plus anciens se souviendront de ce qu’on a fait avec Mgr Charbonneau, évêque de Montréal, à la fin des années 1940 et début des années 1950. Sa démission-surprise en laissa plusieurs songeurs.  

En troisième lieu, il ne faut pas oublier que tous les religieux et religieuses qui ont donné consistance aux écoles et hôpitaux de l’époque étaient des Québécois et des Québécoises et que les grands mouvements de transformation des structures mêmes de la société québécoise ont été, dans bien des cas, inspirés et soutenus par d’illustres membres du clergé et de chrétiens fortement engagés. Je pense particulièrement au père Georges Henri Lévesque, o.p., qui a formé une grande partie des leaders qui allaient devenir les locomotives de la Révolution tranquille. Je pense également à ceux et celles qui ont suscité la mobilisation des travailleurs et travailleuses à travers la Jeunesse ouvrière catholique (JOC) et le syndicat des travailleurs catholiques, devenu depuis lors la CSN. Dans le secteur de l’éducation, on se souviendra de la Commission Parent, présidée par Mgr Parent, vice-recteur de l’Université Laval. Elle fut à l’origine de la création du Ministère de l’Éducation du Québec, au début des années 1960. 

En quatrième lieu, il faut bien se rappeler que ceux et celles qui ont frappé les plus durs coups à l’Institution ecclésiale, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde, sont les croyants eux-mêmes, plus préoccupés d’Évangile que de doctrines et plus solidaires d’un monde en phase d’éclatement et de transformation. Le Concile Vatican II a été longuement préparé par les mouvements ouvriers inspirés par Mgr Joseph Cardijn , par les actions des prêtres ouvriers dont le plus célèbre est l’abbé Pierre. Des théologiens exceptionnels ont dépoussiéré des pans importants d’une institution qui n’avait plus grand liens avec ses références premières que sont les Évangiles et le monde contemporain. Le Concile Vatican II a ouvert les portes à la liberté de penser et d’agir au meilleur de sa conscience pour un monde meilleur pour tous. Malheureusement, ceux et celles qui vivaient de l’Institution ont continué à s’y agripper comme si les colonnes de ce temple allaient résister au tremblement de terre provoqué par l’émergence d’un homme nouveau, d’une humanité nouvelle. Dans ce contexte, je comprends VLB qui ne veut plus rien savoir d’une religion et d’une Église qui s’accrochent à elles-mêmes, pensant ainsi détenir les vérités éternelles et voulant ramener tout le monde à ses formes de pensée d’une autre époque. 

Ma cinquième et dernière considération est à l’effet que les peuples et les nations ne sont pas à la remorque ni d’une Église, ni d’une religion, mais qu’ils portent en eux-mêmes les ingrédients les plus importants qui permettent d’être toujours plus humains et toujours plus libres. Si les Églises et les religions ne parviennent pas à s’inscrire dans cette mouvance et à y apporter une énergie supplémentaire, ce sera alors qu’elles sont devenues des poids lourds qu’on aurait tort de traîner sous prétexte qu’elles ont marqué notre histoire. Ceci dit, il ne faut toutefois pas jeter le « bébé » avec l’eau du bain. Dans le cas de la foi, bien des choses sont à prendre en considération. Dans un article qui remonte à un certain temps j’avais réfléchi sur la foi qui sauve et la religion qui asphyxie. Je pense que cette réflexion garde toute son actualité. C’est en tant que croyant et citoyen du monde que je remets en question certaines approches, certains comportements d’une Institution qui n’a de sens pour moi que dans la mesure où elle devient entièrement transparente aux grandes valeurs évangéliques, tels la vérité, la justice, la solidarité, la compassion et l’engagement. Sur ce dernier point, je me suis questionné un jour sur ce que seraient les véritables engagements d’un chrétien avec lesquels toute personne de bonne volonté pourrait se reconnaître. J’avais donné comme titre à cette réflexion « les sacrements de la vie ». 

Pour conclure, je dirai que la foi n’est la propriété d’aucune institution, y inclus le Vatican, et que les valeurs qui portent les personnes et les peuples vers leur devenir sont celles en qui les consciences se reconnaissent et en qui elles trouvent les élans libérateurs leur permettant de porter encore plus loin l’évolution des sociétés et, à travers elles, celle de l’Humanité. Si les Églises et les religions s’inscrivent dans cette mouvance, tant mieux, mais si elles en deviennent des obstacles, eh bien, qu’elles disparaissent. Ma foi en Jésus de Nazareth et dans les Évangiles va dans le sens d’engagements sans équivoques au service de ces dépassements nécessaires pour rendre réels, à tous et à toutes, la vérité, la justice, la compassion, la solidarité et l’engagement. C’est là, me semble-t-il, un objectif partagé par toute les personnes de bonne volonté. 

 Joyeuses  Pâques à tous et à toutes

 Oscar Fortin

http://humanisme.blogspot.com 

Québec, le 1er avril, 2015

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.

24 pensées sur “Laïcité, Église et Peuple québécois

      • avatar
        4 avril 2015 à 17 05 03 04034
        Permalink

        Faut dire que ton papier pascal, il révèle pas ma grand-mère.

        Ceux qui se demandent si les Poutineux sont des intégristes chrétiens n’ont qu’a te lire…

        Répondre
        • avatar
          4 avril 2015 à 17 05 10 04104
          Permalink

          Je vois, Paul, que vous en savez beaucoup sur la question. Je réalise que vous avez suivi d’assez près tous ces débats pour vous permettre de les qualifier sans rémission. C’est justement un des aspects de votre personnalité qui se laisse découvrir à travers certaines de vos interventions. Je vous souhaite bonne chance et tout le succès que vous pouvez désirer dans cette tâche du déniaisage des retardataires dans l’évolution de la pensée.

          Avec tout mon respect

          Répondre
          • avatar
            4 avril 2015 à 17 05 16 04164
            Permalink

            C’est ça, fait dans l’ad hominem, le personnalisme et le pseudo-respect. Et en bon jésuite, défend le régime syrien simplement parce qu’il roule avec le Pape Poutine.

            Par contre les caricatures antisémites: c’est non. Il y a encore des lois, tu vois…

  • avatar
    4 avril 2015 à 9 09 06 04064
    Permalink

    @ Tous

    La liberté d’expression est très grande sur Les 7 du Québec et chacun a droit à ses convictions religieuses – humanistes – politiques – philosophiques et matérialistes dialectiques.

    Répondre
    • avatar
      4 avril 2015 à 17 05 03 04034
      Permalink

      Robert, votre intervention est à la hauteur des 7dq. Il appartient, évidemment, à chaque intervenant et intervenante à être à la hauteur ce qu’en attend le site. Une responsabilité d’autant plus grande, à mon point de vue, si nous en sommes des promoteurs.

      Merci bien Robert pour votre intervention

      Répondre
  • avatar
    4 avril 2015 à 17 05 41 04414
    Permalink

    « Ma foi en Jésus de Nazareth et dans les Évangiles va dans le sens d’engagements sans équivoques… »

    jesuslovehell

    J’ai aucun respect pour ça. De la pourriture pure. de la racaille idéologique méprisable.

    Répondre
  • avatar
    4 avril 2015 à 21 09 10 04104
    Permalink

    Paul, je pense que nous ne sommes pas dans le même monde et que l’humanisme qui nous anime n’est pas de même nature. Je vous souhaite bonne chance dans vos projets et je me chargerai des miens.

    Avec tout mon respect

    Répondre
      • avatar
        4 avril 2015 à 22 10 04 04044
        Permalink

        La photo que vous avez placé dans votre commentaire précédent dénote que vous n’avez pas lu mon article ou que si vous l’avez lu vous en avez rien compris….

        Ayoye

        Répondre
        • avatar
          5 avril 2015 à 6 06 37 04374
          Permalink

          Contestez le contenu faisandé d’un éditorial (et non une actu: y a rien d’actuel dans ceci) de bulletin paroissial et le cureton acariâtre vous accusera de ne l’avoir pas lu, de ne pas vous en être imprégné….

          Ritournelle ad hominem de celui qui, au trognon, n’accepte pas vraiment le débat de fond..

          Répondre
  • avatar
    5 avril 2015 à 9 09 27 04274
    Permalink

    Merci à chacun de respecter la personnalité de ses interlocuteurs.

    On peut être en désaccord avec des idées – mais il n’est pas de mise sur un webmagazine d’insulter l’interlocuteur.

    Je crois qu’a ce moment-ci chaque lecteur aura compris votre opposition irréconciliable. Restons-en là SVP.

    Le temps fera le reste. Du moins je l’espère.

    Répondre
    • avatar
      5 avril 2015 à 9 09 56 04564
      Permalink

      J’approuve totalement.

      Lire mon commentaire plus haut.

      Répondre
  • avatar
    5 avril 2015 à 9 09 53 04534
    Permalink

    @Oscar Fortin,

    Absente hier, je n’ai pu lire les échanges sur votre article.

    Je désire vous mentionner aussi, tout comme Robert, que vous êtes libre d’écrire selon vos convictions sur les 7 du Québec.

    En matière de religion, il est facile de jeter le bébé avec l’eau du bain.

    En ce qui me concerne, j’ai toujours fait la différence entre les religions et la spiritualité. Les institutions ecclésiastiques étant des créations humaines, elles sont nécessairement imparfaites et soumises au pouvoir humain, à sa beauté mais aussi à ses défaillances. Ce qui na jamais empêché les personnes sincères de se recueillir dans une église et d’utiliser leur religion comme un moyen d’évolution, ces personnes n’étant point concernées par les doctrines.

    Je retrouve dans votre article, cher Oscar, un homme rempli de foi qui regarde avec lucidité les faiblesses de la religion et revient toujours aux valeurs du coeur à suivre,celles enseignées par le Christ. J’aime vos « sacrements de la vie », justice, compassion, solidarité. Et comme vous le dites tout est affaire de conscience. L’important est que chaque être élève sa conscience dans le quotidien et dans les grandes affaires de la vie afin de ne pas nuire aux autres et d’être une meilleure personne.

    Enfin, je souligne que si je n’ai jamais apprécié les ironies de Charlie envers Mahomet – parce que je n’aime pas qu’on ridiculise les valeurs profondes des êtres (et ce n’est pas une raison pour tuer les gens qui nous ironisent) – je n’apprécie pas non plus qu’on ridiculise les croyances de la religion catholique. Il y a une différence de ton entre ridiculiser et ne pas approuver.

    Oscar, que cette journée soit dans l’harmonie dans le coeur des hommes, dans les nôtres tout d’abord. Cette harmonie du coeur bien sûr s’élève au-dessus des points de vue personnels des autres.

    Merci pour votre sincérité.

    Répondre
  • avatar
    5 avril 2015 à 9 09 56 04564
    Permalink

    Bonjour
    Une citation de Voltaire :
    Je désapprouve ce que vous dites, mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit de le dire.
    (Voltaire 1694-1778)

    Répondre
  • avatar
    5 avril 2015 à 10 10 29 04294
    Permalink

    Le plus crevant c’est que l’article qui est également commenté n’est pas encore mis en ligne. C’est à ce dernier que fait référence Paul Laurendeau lorsqu’il écrit ceci:

    « Faut dire que ton papier pascal, il révèle pas ma grand-mère.

    Ceux qui se demandent si les Poutineux sont des intégristes chrétiens n’ont qu’a te lire… »

    Pour ceux qui veulent lire l’article en question peuvent aller à ce lien:
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/jesus-de-nazaret-a-cru-qu-un-autre-165689
    Ce seul fait de commenter avant même que l’article soit mis en ligne m’apparait tout à fait inacceptable. Ce n’est plus une question d’opinion mais bien d’honnêteté et d’étique professionnelles. Venant d’un gestionnaire du site 7dq c’est tout à fait inacceptable. Cette fois-ci, je tire ma révérence avec une certaine tristesse puisque je participais à ce site depuis déjà plusieurs années.

    Merci à Robert et à Carolle pour leur soutien.

    Répondre
    • avatar
      5 avril 2015 à 10 10 37 04374
      Permalink

      Allégations fausses et ad hominem. Mon commentaire portait sur le texte qui est ici, rien d’autres. C’est un éditorial de curé, qu’il vive avec les conséquences critiques que cela entraine.

      Répondre
  • avatar
    5 avril 2015 à 15 03 38 04384
    Permalink

    On peut désapprouver l’option religieuse de M.Fortin, mais on ne peut ignorer l’apport important de celui-ci aux 7 du Québec. Il a apporté de nombreuses informations rares et exclusives sur l’actualité du Vénézuela ou encore du Vatican et son hiérarchie en Amérique latine. Il a réussi là où beaucoup ont échoué : il a été repris à plus d’une reprise par le très rigoureux Centre de recherches sur la mondialisation de Michel Chossudovsky.

    Je ne m’identifie pas nécessairement comme catholique mais je sais faire la différence entre un abbé Pierre et un cardinal Maradiaga, entre un Vincent de Paul et les auteurs du Malleus Maleficarum (« Marteau des sorcière », classique de l’Inquisition écrit par deux dominicains). Et ici, il me semble quand même que M.Fortin est plus proche des premiers cités que des seconds. Autrement, il serait encore aujourd’hui chez Vigile…

    Par conséquent, de mon avis personnel, il n’est pas à l’avantage des 7 de voir partir M.Fortin. Et puis autant le dire ouvertement : les propos de « Adam Mira » sur la Syrie ne sont que la resucée de ce que l’on entend déjà à Radio-Canada, de ce qu’on lit déjà dans le Devoir (lire : deeevvwooouaaarrrr). Tant qu’à se taper ça, autant allumer sa radio et synthoniser le 95.1 ou le 98.5. L’intérêt d’aller aux 7, c’est d’avoir un autre sol de cloche, un autre côté à la médaille, un autre point-de-vue pour se faire une appréciation plus juste de la question. Nous avons des éléments pour ça avec M.Fortin mais rien avec « Adam Mira ». Le constat est net et sans appel.

    J’ose croire que M.Fortin va se raviser et rester parmi nous. Autrement, je serai inquiet de la santé à long terme du site des 7 du Québec, qui est quand même un fond documentaire important. Je ne vois pas comme étant une bonne chose l’idée que « l’esprit Adam Mira » se répande ici. Et cela ne veut pas dire que je fasse le jeu d’al Assad ou Poutine pour autant.

    En toute honnêteté
    Charles Tremblay

    Répondre
    • avatar
      5 avril 2015 à 15 03 53 04534
      Permalink

      Tu peux enlever les guillemets au nom de notre nouvel auteur Adam Mira. C’est un journaliste palestinien qui a, lui aussi, droit au soleil et à la formulation de ses positions. C’est un nouveau venu sur les 7 et, ma foi, je trouve bien court l’effort fait pour l’accueillir et lui fournir la déférence que tout le monde exige ici pour soi… et pour Oscar Fortin.

      Répondre
    • avatar
      7 avril 2015 à 3 03 49 04494
      Permalink

      Merci M. Tremblay pour vos bonnes paroles que je reçois humblement avec un esprit ouvert et responsable. Si j’ai tardé à vous répondre c’est que j’avais l’ article ‘Un homme a cru qu’un autre monde était possible* de planifié pour lundi, le 6 avril, et que j’allais y être actif au niveau des commentaires qui s’y manifesteraient. Un moment pour mettre à l’épreuve ma décision d’un retrait des 7dq. Vous écrivant le 7 avril, ce fut donc, hier, que cet article est apparu sur les 7dq et que j’ai participé à cet exercice des commentaires. Il y a des faits importants qui se sont produits qui laissent songeur celui qui agit de bonne foi. Des faits de censures que m’ont rapportés certains commentateurs en passant par d’autres sites où ce même texte était en ligne. Le commentaire de M. Damian West, sur les 7dq, qui figure comme deuxième commentaire aurait été écrit par le modérateur des commentaires et ne correspondrait en rien à ce qu’il pense. Un autre m’a fait savoir sur un autre site que son commentaire avait été censuré sur les 7dq et il m’en livrait le contenu sur cet autre site. Il s’agit, dans ce dernier cas d’OmegaDG (Denis Gélinas). Combien d’autres ont-ils été censurés, personne ne le saura, sauf le modérateur lui-même. Ces faits ne sont pas de nature à me convaincre dans le sens de poursuivre ma collaboration e avec les 7dq. J’ai fait part de ces irrégularités aux administrateurs (Carolle et Robert) qu’ils vont analyser, m’a-t-on fait savoir, quelque part au mois de mai. Comme on dit, il n’y a pas feu dans la demeure. Vous comprendrez que dans ces circonstances je ne saurais cautionner de tels comportements en faisant semblant de ne pas les voir.

      Je place ce commentaire sur les 7dq dans l’espoir qu’il ne soit pas censuré. si tel était le cas, je saurai bien vous rejoindre par une autre voie pour vous en livrer le contenu.

      Encore une fois, un gros merci pour votre encouragement. Je m’excuse pour ce retard à vous répondre.

      Répondre
      • avatar
        7 avril 2015 à 7 07 32 04324
        Permalink

        Si vous désirez communiquer avec moi M.Fortin, aller sur mon site et écrivez un commentaire qui commence par la mention « Ceci n’a pas vocation à être publié ». Je recevrai le message sans qu’il apparaisse sur mon site car tout y est systématiquement modéré avant publication. Vous pourrez alors me donner une adresse-courriel où je pourrai vous répondre.

        Répondre
        • avatar
          7 avril 2015 à 11 11 09 04094
          Permalink

          Je vous ai laissé mon courriel dans le commentaire dont vous m’aviez indiqué la phrase clé pour la soustraire au vu et au su de tout le monde.

          J’attends de vos nouvelles.

          Merci

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *