Le changement du nom du pont Champlain… sottise ou intelligence ?

Unknown
Crédit photo : Infrastructure Canada

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

La volonté acharnée du ministre des Transports fédéral, Denis Lebel – copie conforme de celle de son inflexible et rigide supérieur Stephen Harper – de vouloir rebaptiser « pont Maurice-Richard » l’infrastructure qui remplacera en 2018 l’actuel pont Champlain, dérange beaucoup, à commencer par l’auteure de cet article. Le gouvernement ne démord pas de l’idée d’un « nouveau pont », d’où la nécessité de trouver un nouveau nom. Mais, enfin, il ne s’agit pas véritablement d’un nouveau pont, il s’agit de travaux de reconstruction. Bon, et même si c’était un nouveau pont, pourquoi ne pas conserver le nom de Champlain, ou si on veut vraiment donner un nouveau nom, ajouter le prénom Samuel au nom Champlain : le pont Samuel-Champlain.

À l’heure où on coupe dans l’éducation, la santé et les services sociaux, on dépense une fortune pour une cause insensée. Décider de remplacer le nom de Champlain par celui de Maurice Richard, c’est lancer un débat inutile qui divise les gens et les oblige à prendre parti. Or, personne chez nous ne veut prendre parti entre Champlain et Richard. Tous les Québécois aiment le Rocket, c’est certain, mais de là à faire chavirer par-dessus bord dans le Saint-Laurent le fondateur de Québec, c’est créer une crise stérile. Pour moi, c’est un pur gaspillage de temps et d’énergie. Le gouvernement Harper cherche-t-il à réduire notre histoire commune en éliminant le nom de Champlain ?

Sur ce dossier, je reste étonnée de la faible position du Premier ministre Couillard qui s’est contenté d’un « je ne suis pas contre l’idée ». C’est une manière de s’en laver les mains. C’est une manière de freiner l’opposition citoyenne.

D’autre part, le président français François Hollande a tenu un tout autre discours devant le Parlement lundi. « Il y a tout juste 400 ans, un Français originaire des Charentes, Samuel de Champlain, remontait le Saint-Laurent depuis l’océan et fondait un nouveau pays, votre pays. Il fut le premier gouverneur général du Canada. » C’est bien gentil, mais est-ce suffisant pour faire changer d’idée M. Harper ?

 Notre maire de Montréal, Denis Coderre, trouve triste qu’on tente de créer une controverse. «J’aurais personnellement gardé le pont Champlain, parce que ce n’est pas un nouveau pont… Je trouve ça dommage et triste qu’on en soit rendu là, à faire un choix entre Maurice Richard et Samuel de Champlain. »

Aux Communes, le député néo-démocrate de Rivière-du-Nord, Pierre Dionne Labelle, reproche aux conservateurs leur irrésolution : « Champlain, c’est le fondateur de la ville de Québec, mais c’est surtout le père de la Nouvelle-France… tenter d’effacer Champlain de notre mémoire collective, c’est minimiser la contribution des francophones au développement de l’Amérique. »

Si le Québec n’a pas le pouvoir de prendre la décision finale puisque celle-ci revient au gouvernement fédéral, nos politiciens devraient au moins protéger notre patrimoine en prenant une position ferme sans équivoque.

Quant à honorer notre héros Maurice Richard, je veux bien. Cependant, n’y a –t-il pas une autre façon d’honorer M. Richard sans détruire l’aspect historique relié à Samuel de Champlain ! Il me semble qu’il doit y avoir d’autres autoroutes, ou de beaux lieux à Montréal qu’on pourrait nommer en honneur de sa mémoire !

Remarquez que j’ai en haute estime cet athlète qui a éveillé notre fibre patriotique. Je n’ai rien contre l’idée de l’honorer de nouveau, mais n’oublions pas qu’un aréna montréalais porte déjà son nom, et que Vaudreuil est doté d’une place et d’une rue à son nom. À Gatineau, on a sculpté une statue en son honneur. Le Rocket figure aussi sur un timbre-poste.

Le fils de Maurice Richard, Maurice Jr, croit que son père n’aimerait pas cette bataille de noms et qu’il n’accepterait pas qu’on le choisisse.  « Si mon père était vivant, je suis certain qu’il n’aimerait pas que cela tourne à la controverse, que cela devienne un enjeu politique…. »

Le nom de Champlain est déjà inscrit, de manière durable, dans le territoire québécois : la Commission de toponymie du Québec recense plus de 190 endroits qui rappellent le souvenir de l’explorateur de Brouage. Un explorateur qui a parcouru le Saint-Laurent, le Saguenay, l’Outaouais. Il a été parmi les premiers Européens à naviguer sur les Grands Lacs. Il a baptisé l’ile Sainte-Hélène. Monsieur de Champlain a cru dans l’avenir du pays en valorisant les richesses de notre région.

Ces trois ponts, Jacques-Cartier, Victoria et Champlain, qui relient Montréal vers la Rive-Sud témoignent de notre histoire : Jacques Cartier a découvert le Canada; Samuel de Champlain a fondé Québec, et la reine Victoria reflète la participation des anglophones dans la construction de Montréal. Pourquoi briser ce qui est fait partie de notre passé ?

Enfin, pour l’instant, on répond au bureau de Monsieur Lebel que la décision finale n’est pas encore prise quant au choix du nom…. Mais, lisez bien ce qui suit : le porte-parole de son bureau explique que la décision sera rendue le 9 décembre prochain . Pourquoi le 9 ? Parce que la date rappelle le numéro 9 du chandail de notre héros du hockey ! C’est ce que j’appelle une réponse pour nous berner cousue de fils blancs et qui nous dévoile clairement leur intention.

N’oublions pas non plus que ce pont nous allons le payer longtemps car comme le gouvernement l’a déclaré : pas de péage, pas de pont !

J’espère que le Premier ministre du Canada ne remplacera pas le nom de Champlain. Car si c’était le cas, voilà une gifle que les citoyens ne lui pardonneraient pas.

 

VOLTEFACE mardi du Premier ministre Philippe Couillard lors d’une conférence de presse conjointe avec le président François Hollande de passage au Québec. Il s’est adouci en souhaitant que le fédéral considère l’importance de continuer à honorer la mémoire de Samuel de Champlain. « Maurice Richard fut un défenseur des Canadiens d’expression française, qui a affirmé leur désir d’émancipation, a-t-il dit. Cependant on assiste à une manifestation également de respect envers la mémoire de Samuel de Champlain, qui a contribué sur le plan historique et géographique bien sûr à l’édification du Québec. »

 

 

 

 

Sources : La Presse Montréal Mardi 4 novembre 2014
Journal Métro –
Internet

 

 

 

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d'argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l'épanouissement de la personne par la pratique de l'attention vigilante : la pleine conscience.

2 pensées sur “Le changement du nom du pont Champlain… sottise ou intelligence ?

  • avatar
    6 novembre 2014 à 3 03 38 113811
    Permalink

    Ca fera une belle publicitée, a long terme, a la famille molson.

    La revanche de Dorchester ?

    Répondre
  • avatar
    6 novembre 2014 à 19 07 30 113011
    Permalink

    J’apprends avec plaisir qu’au moins l’idée d’appeler le pont MAURICE-RICHARD a été retirée… de la liste ! Parce que, nous le découvrons, il y aurait une liste….

    L’histoire n’est pas finie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *