Le désarroi des violences

 

 

Notre société a perdu son innocence. Il est de plus en plus nécessaire de se barricader, de se protéger, de prévoir les violences qui pourraient se produire. Mais la violence gratuite – ou celle provenant d’un désarroi mental – ne peut se planifier.

Deux cas au cours des dix derniers jours laissent un goût très amer au cœur.

Une première femme chef du gouvernement

Mardi soir, nous assistions à un événement historique avec l’élection d’une femme comme Première Ministre au Québec. Madame Pauline Marois, après plus de trente années d’implication politique et de persévérance malgré les attaques et les critiques des autres partis, mérite le respect pour son cheminement.

Indépendamment des partis pris, on ne peut que souligner la détermination de cette femme qui n’a jamais renoncé à son rêve.

Hélas, sa victoire fut ternie au moment même où elle délivrait son discours par un incident très déplorable causé par un individu qui a tiré à bout portant sur deux personnes dans la foule réunie au Métropolis. L’une d’entre elles est décédée, l’autre est toujours dans un état critique.

La question est la suivante : qu’allons-nous faire de cet individu, Richard Henry Bain? Comment sera-t-il jugé?

Il y a une lassitude inavouée de la part d’un grand nombre de personnes quand on invoque la maladie mentale dans un cas d’agression.

Si une personne souffre d’une maladie mentale, il faudrait l’encadrer et la soigner. Surtout pas la remettre en circulation.

Le cas de Tanya St-Arnauld, brûlée à l’acide

Un jeune couple dans la vingtaine qui ne s’entendait pas très bien. Le jeune homme, Nikolas Stefanos, était jaloux et agressif.

Agressif au point où il y a dix jours il a aspergé d’acide sa compagne quelques heures après une réunion avec des amis. La jeune femme a été transportée au Centre des Grands Brûlés de l’Hôtel-Dieu à Montréal.

Tanya St-Arnauld a reçu de l’acide au visage, dans les yeux, au-dessus des seins, dans le dos et sur les jambes. Son corps est brûlé à 21 %. Elle n’a plus de cheveux, elle pourrait aussi perdre la vue. Elle est défigurée.

L’agresseur est accusé de voies de fais et de voies de fait causant des lésions. Il doit suivre une évaluation psychiatrique.

La question est la suivante : comment sera-t-il jugé?

Il serait dangereux de remettre ce jeune homme en liberté. Le simple fait qu’il ait posé ce geste pourrait donner envie à d’autres de l’imiter. C’est ainsi qu’une société se décompose.

La justice se doit de protéger la société.

Carolle Anne Dessureault
avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d’argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l’épanouissement de la personne par la pratique de l’attention vigilante : la pleine conscience.

20 pensées sur “Le désarroi des violences

  • avatar
    6 septembre 2012 à 6 06 24 09249
    Permalink

    Notre société (notre monde) tel que nous l’avons bâti s’écroule; on ne peut plus se le cacher. Les sables mouvants sur lesquels il s’érige s’érodent de toutes parts (injustice, violence, souffrance, peur, détresse, abus, malhonnêteté, mensonge, etc…). Vos propos nous le confirment; nous sommes tous affectés par les paroles, gestes et décisions des uns et des autres. Peut-être qu’il nous faut passer par là pour réaliser que nous sommes tous liés (qu’on le veuille ou non) et que notre paix, bien-être, liberté et prospérité dépendent de notre souci d’assurer l’équité et la justice pour tous. Il serait grandement temps de se remettre en question en cessant de se voir séparer les uns des autres et en pensant que l’on peut assurer son bien-être personnel sans se soucier de celui des autres.

    Ça viendra lorsque qu’une masse critique d’individus le désirera. Quand dans le coeur de chacun s’éveillera le souci de l’autre alors nous serons prêts à bâtir (sur le roc) un nouveau monde d’Unité, de Justice et de Fraternité. L’Amour et la Sagesse régneront en maître et nous connaîtrons enfin le Respect et la vraie Liberté.

    Déjà un grand éveil se fait dans la conscience des gens. Avez-vous réalisé la montée du taux de participation au vote, l’implication fulgurante de la jeunesse étudiante (les futurs dirigeants), les mouvements de plus en plus nombreux et présents d’implication citoyenne dans les décisions environnementales et autres… ?

    Oui! je m’attriste et je déplore cette violence de plus en plus présente chez-nous (pays reconnu comme une terre d’accueil et de paix) mais… à mon humble avis, elle déclenche en ce moment une remise en question personnelle chez tous et chacun en réalisant un Grand éveil de conscience dans la population.

    Merci! pour votre texte qui comme toujours nous amène une profonde réflexion.

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2012 à 7 07 47 09479
    Permalink

    Notre façon actuelle de voir la violence me semble plutôt « dénaturisée ».

    La violence « gratuite » est très rare; en fait je me demande encore si elle existe.

    La violence est une « réaction » à ce que nous percevons comme « violence » envers nous. On peut la qualifier « primitive » si l’on veut, mais probablement pas « maladive ». En ce sens, un jaloux croit détecter une « violence » qui lui est faite et réagit selon « son conditionnement ». S’il est « Alpha » il écrase et s’il est « beta », il s’écrase. S’il se connait, il se comprend, et peut se contrôler. « Ne pas se connaître » n’est certainement pas une maladie.

    L’attentat au Métropolis est de même nature. Le meurtrier percevait une violence qui lui était faite par les « indépendantistes » et il a réagit exactement comme notre ami PJCA explique fréquemment ce qui risque d’arriver à plusieurs citoyens dans le genre de société qui nous entoure.

    Il est même possible de voir l’augmentation du taux de participation aux élections comme une réaction de la société à la violence qu’elle subit de la part du gouvernement.

    C’est une erreur, je pense, de toujours cataloguer la violence comme maladie mentale; car on ne corrige pas la source de cette violence qui est presque toujours dans le système qui « contrôle » l’environnement social.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2012 à 10 10 13 09139
    Permalink

    @André Lefebvre,

    Si j’ai bien compris, JJC a tapé sur les étudiants afin que la participation aux élections qu’il savait qu’il allait déclencher soit plus importante ?

    Et les Trudeau, Bourassa, Drapeau d’octobre ’70 ont préparé de même l’élection du PQ de 1976 ?

    Reculons dans le temps : qu’est-ce qui casse les « Alpha » en « bêtas »(pas une faute d’orthographe) ?

    Votre perspective me permet de faire des associations fines que je n’avais pas fait encore personnellement et dans des affaires hautement médiatisées.

    … »car on ne corrige pas la source de cette violence qui est presque toujours dans le système qui “contrôle” l’environnement social. »

    Un grand merci pour ce cadeau. Mais il y a plus.

    @Carole Anne Dessureault,

    Bain « joue au fou », c’est un chasseur dans l’âme. Géographiquement, il devait avoir bien exploré les rues environnnantes du Métropolis pour y avoir trouvé un stationnement. Il y a préméditation ici, planification et probablement complot. Ajoutons « l’amateurisme policier ». Cet attentat devait éliminer les chefs d’un gouvernement majoritaire « séparatissssss » comme dans « comminisssss ».

    D’autres plus expérimentés confirmeront certainement.

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2012 à 10 10 55 09559
    Permalink

    Âmes sensibles : s’abstenir de ce commentaire.

    Il ne faudrait pas que votre texte, très pertinent et intéressant, induise des comportements à la « Minority report » chez les juges, en concluant : « La justice se doit de protéger la société ».

    Dans le 1er cas, Pauline Marois, toutes les hypothèses sont encore à suivre, probablement un acte individuel politique induit par une décomposition de la société vu par ce criminel.
    Son Canada anglo-saxon, avec Québec INCLUS, pas externe, s’écroulerais pour lui.
    Il a peut-être aussi été encouragé par des forces policières qui veulent instaurer l’ordre policier en vue de l’effondrement final :
    http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2447_extinction_espece_humaine.php
    (in English : http://www.theaustralian.com.au/higher-education/frank-fenner-sees-no-hope-for-humans/story-e6frgcjx-1225880091722)
    confirmé :
    http://www.liberation.fr/terre/2012/06/15/le-scenario-de-l-effondrement-l-emporte_826664
    et encore :
    http://www.arbredespossibles.com/blog/index.php?article=90
    re-confirmé par une trentaine de scientifiques :
    http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2668_Terre_7_milliards_habitants.php

    Donc, il n’y a pas que le passé de son pays qui s’en va, l’inconscient collectif ressent l’impensable (trop d’humanité tue l’humanité, dans les 2 sens du mot) et provoque chez certains des actes désespérés (que je n’excuse pas, évidemment).

    Rien ne peut protéger, la justice disparaît d’ailleurs en 1er pour faire place à son prédécesseur : la loi du + fort.

    Dans le 2ème cas, on a un exemple de jalousie qui existe depuis que la jalousie existe et ne s’éteindra que… hum, j’arrête là.

    Rien n’a pu nous protéger de ceci et ne le pourra, c’est universel, on vitriole aussi bien au Pakistan qu’au Québec. La religion aidant, c’est un peu mieux compris (!) chez des musulmans fanatiques.

    Mais dans aucun de ces 2 cas, la justice ne doit se départir de son principe fondamental, qui est de ne pas juger les hommes mais les faits.
    Ce principe devrait s’appliquer au journalisme aussi, avec droits d’interprétation libre.

    La décomposition de la civilisation, je la vis depuis 6 ans, je pense avor bien détaillé et expliqué le pourquoi dans mon manuscrit interdit :
    http://patricehenin.blogspot.fr/p/prologue.html

    Bon courage
    Patrice Hénin, ex-candidat interdit de média à la présidence de la République française.

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2012 à 14 02 35 09359
    Permalink

    Le flingue s’est enrayé. C’est exclusivement ce qui a radicalement réduit le nombre de victimes. Dans ces histoires de flingues, l’occasion fait le larron, toujours. Interdiction immédiate et saisie sans sommation ni compensation de toutes les armes à feu. Cessons de flagosser dans le psychologique. Le même « fou » les mains vides est inane et inoffensif.

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2012 à 18 06 12 09129
    Permalink

    Monsieur Paul Laurendeau , désolé , je connais des  »fou et des folles » qui même les mains vides auraient souhaiter bonne fête à Pauline. Voulez-vous en connaître une cople ? Vous essayerez de parer. === Toute cette salopperie d’affaire , c’est encore de la  »Merde ». Laissez les armes pour un instant , vous n’y pourrez jamais rien de toute façon et cela coûte une fortune pour le registre qui ne sera jamais à la fine pointe , n’importe qui peut le contourner et j’en suis la preuve vivante. === Je ne possède aucune arme présentement , sauf mes 2 mains et mon s’lin shot. Si on me l’enlève je vais me fabriquer une fronde. Je suis très habile , David c’est de la tite-bière , moi 3 coyottes de suite et pas de problème.

    Arrêtez de focusser sur les armes , il y en aura toujours. J’ai hâte que l’on me redonne les miennes enlevé sous de fausses accusations , j’aimerais aller me chercher une perdrix de temps à autres.
    Bonne soirée ,
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2012 à 23 11 04 09049
    Permalink

    Oh, écoutez. Ça fait exactement 30 ans que certains hommes, dont moi-même, réclamons des centres de crise pour hommes en difficulté, destinés à prévenir, justement, le type d’horreur décrit à l’intérieur de votre texte : la violence conjugale et/ou familiale, de même que la violence en milieux public et institutionnel. Nous avons obtenu, au fil du temps, l’appui de nombre de coroners, qui ont exhorté le gouvernement, au cours des années ’90 et par la suite, à se rendre à cette évidence. Sans aucun résultat.

    De guerre lasse, j’ai pris la décision d’entreprendre une grève de la faim (37 jours) au début des années 2000, avec l’objectif de convaincre le gouvernement d’agir en ce sens. Bernard Landry, alors premier ministre, a par la suite ordonné la mise sur pied d’un comité d’étude sur la condition des hommes québécois, appelé  »Rapport Rondeau ». Ses conclusions, parues en 2004, étaient claires : l’homme québécois était en crise, et ce, depuis nombre de décennies, tel qu’en témoignaient violence, suicides à répétition, troubles mentaux multiples, compulsions généralisées (alcoolisme, toxicomanie, jeu compulsif en constante progression) et itinérance à la hausse.

    Littéralement  »outré » (?!) par les conclusions du Rapport, le mouvement féministe, celui-là même qui pourtant, clame sur toutes les tribunes (depuis 50 ans) que la violence faite aux femmes est inacceptable, a alors entrepris d’attaquer les conclusions du dit Rapport, allant jusqu’à qualifier celui-ci de  »problème fabriqué » à l’intérieur d’un document signé par plus de 17 organismes féministes parmi les plus influents de chez-nous, y compris par son organisme-phare, la Fédération des femmes du Québec.

    Avec le résultat que le Rapport fut tabletté, et l’est toujours, depuis maintenant 8 ans.

    J’ose croire, madame, que Richard Henry Bain, Kimveer Gill, Guy Turcotte, Jocelyn Marcoux (drame de Warwick), etc., etc., n’étaient pas des  »problèmes fabriqués ». Mais bien des hommes en crise lesquels, quoiqu’on en dise ou en fasse, ont été laissés pour compte par leur collectivité, au nom… d’on ne sait trop quoi.

    Gordon Sawyer
    Montréal

    Répondre
    • avatar
      7 septembre 2012 à 0 12 35 09359
      Permalink

      @Gordon,

      Content d’avoir de vos nouvelles.

      Vous connaissez Matriciens.org ?

      Répondre
  • avatar
    7 septembre 2012 à 23 11 04 09049
    Permalink

    @Estelle
    C’est vrai que les sables mouvants sur lesquels est érigé notre monde a commencé à s’éroder. Très vrai aussi que nous sommes tous affectés par les actes et paroles des autres.
    Il est indéniable que nous traversons une prise de conscience.
    Très juste qu’il est temps de grandir, de nous ouvrir à une vision de bien-être qui englobe autrui, pas seulement notre petit moi.
    Merci de vos propos concis et profonds.
    NOTE – j’ai noté le taux de participation au vote, et j’en suis contente.

    Carolle Anne

    Répondre
  • avatar
    7 septembre 2012 à 23 11 09 09099
    Permalink

    @lartiste12
    Je crois aussi que la violence est une «réaction» à ce que nous percevons comme «violence.»
    Loin de moi l’idée de qualifier la violence de «maladive».
    Je m’inquiète simplement de l’abus de l’utilisation de «moment de folie» qui peut inciter les gens à se déresponsabiliser.
    Merci d’avoir apporté des points judicieux sur la violence et ses causes.

    CAD

    Répondre
  • avatar
    7 septembre 2012 à 23 11 12 09129
    Permalink

    @J-FB-B
    Il semble en effet évident que le geste de Bain était prémédité, bien planifié.
    Merci d’avoir partagé votre point de vue.
    CAD

    Répondre
  • avatar
    7 septembre 2012 à 23 11 19 09199
    Permalink

    @Patrice Henin
    Vous dites «Rien ne peut protéger, la justice disparaît d’ailleurs en 1er pour faire place à son prédécesseur : la loi du + fort.»
    J’en conviens.
    Nous vivons dans une société d’apparence. Même si la justice n’est pas vraiment «la justice», et qu’elle est sans doute très souvent la loi du + fort, il y a un minimum à respecter pour que certains gestes soient pris au sérieux.
    Qu’il s’agisse ou non d’un complot encouragé par les forces policières ou d’une autre source, il reste qu’un acte destructeur a été commis, et dans une société en évolution, chacun doit assumer les conséquences de ses actes.
    Il n’est pas toujours aisé de se maîtriser. Le respect de la liberté de l’autre ne peut passer par la violence.

    CAD

    Répondre
  • avatar
    7 septembre 2012 à 23 11 24 09249
    Permalink

    @Paul Laurendeau
    Le même «fou» les mains vides est inane et inoffensif.
    Sans doute voulez-vous dire INSANE?

    J’apprécie le «cessons de flagosser dans le psychologique.»
    CAD

    Répondre
  • avatar
    7 septembre 2012 à 23 11 30 09309
    Permalink

    @Gordon Sawyer
    Vous êtes courageux d’avoir entrepris une grève de la faim pour faire bouger les autorités.

    Votre idée de «centres de crises» m’apparaît être une voie évolutive.

    Espérons qu’on y accédera un jour.

    Quant au Rapport Rondeau – et aux «problèmes fabriqués» soulevé par les féministes, je reste pantoise.

    Je ne serais pas étonnée que certains faits soient parfois fabriqués. La nature -autant chez la femme que l’homme – peut dériver vers le bas.

    En tout cas, en ce qui touche à l’acide jetée au visage de la jeune Tanya la semaine dernière, ça ne semble pas fabriqué. Ni le geste de Turcotte, etc.

    Merci de vos propos,

    CAD

    Répondre
  • avatar
    8 septembre 2012 à 14 02 19 09199
    Permalink

    @ Cadessureault , vous et ils avez relaté plusieurs fait dégueulasse , mais vous en avez oublié plusieurs dont un entre autre. Vous ne citez que ceux qui font un gros show , mais elle n’est uniquement pas la détresse humaine , elle est aussi entre autre dans l’affaire de celui qui a été dépecé près de chez moi un producteur de bleuets et que l’on a jouer au hokey avec sa tête. Demandez à la Nouvelle Union la reférence. === Redites=moi ,
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    15 septembre 2012 à 12 12 49 09499
    Permalink

    @ Paul Napoli , 1à 0 pour vous. Si vous en avez d’autres comme ici pour faire comprendre aux Québécois l’erreur qu’ils viennent de faire , gênez vous pas. Tout a été de la frime féministe dans cette élection. === Pauline Marois et Françoise David c’est deux grande copines , n’essayez pas de m’attendrir , sacrament ça pue trop.

    Par contre Monsieur Napoli , Stephen Harper(sable bitumineux) et Monsanto(pesticide) assassine eux aussi , mais beaucoup plus lentement. === Peut-être que si hier , on s’occuperait de ces deux là en premier , il y aurait beaucoup moins de cancer ; du poumon , du Saint , de la  »NOUNNE » et de la prostate.

    J’aimerais m’étendre sur mon futur un ti-peu , mais faut que j’attende pour voir si mon anguille a bien mordu. je vais vous reparler après du  »FÉMINISME » et de cette dernière élection.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    15 septembre 2012 à 13 01 06 09069
    Permalink

    @Jean-Marie De Serre
    Merci.
    Je pensais avoir plus de réaction en attaquant la chef du PQ sur ce blog.

    Le féminisme d’une Françoise David ou la souverainisme étonnant d’un immigré arabe passe en second plan et j’ai vote a cette élection QS contre l’ex-conservateur Charest.

    A plus long terme, oui nous en avons pas mal des sujet d’inquiétudes entre le RC, les sables bitumeux ou les OGM de Monsanto pour ne pas se disperser avec des faits divers médiatiques.

    Répondre
  • avatar
    15 septembre 2012 à 13 01 21 09219
    Permalink

    @ Monsieur Paul Napoli , merci à vous aussi.

    Par contre les réactions vont venir dans une semaine ou deux , là tout le monde se demande sur quel pied ils vont danser…….
    Bon après-midi ,
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
    • avatar
      15 septembre 2012 à 14 02 28 09289
      Permalink

      En mettant des lunettes marxistes, je ne vois que des bourgeoises qui se fichent éperdument des prolétaires. Ces derniers n’ayant que leur GBS refusent d’entrer dans la cage à homard d’une nouvelle ploutocratie.

      Santé camarades.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *