Le monde est divisé en deux clans antagonistes. La chine dirigerait le clan gagnant.

Bibeau.robert@videotron.ca       Éditeur  http://www.les7duquebec.com

 

            Selon Time « La Chine a gagné. »

 

Récemment, nous avons publié un article intitulé « La Chine a gagné. », gagné quoi, gagné contre qui se demande-t-on avec raison (1).  Selon le magazine Time, la Chine totalitaire aurait gagné la guerre commerciale que se mènent les grands conglomérats économico-financiers mondialisés. Nonobstant le fait que les protagonistes en guerre dans cette affaire ont changé de camp, il s’agit bien du même conflit inter-impérialiste amorcé financièrement et politiquement lors de la Grande dépression (1929); poursuivi militairement et diplomatiquement lors de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), continuer sous forme de « guerre froide » (1945-1991) et qui aurait connu récemment de nouveaux développements. Pour mémoire, rappelons que 1929 marque la plus grave crise économique qui ait ébranlé le mode de production capitaliste depuis son apparition. Cette Grande dépression économique fut moins ressentie dans les pays peu intégrés au mode de production capitaliste comme l’Union soviétique et la Chine féodale (2).

 

D’une dépression (1929) à une autre (2007-2008).

En conséquence de cette crise économique le monde connut divers conflits militaires (Mandchourie, Corée, Éthiopie, Albanie, Espagne, etc.) et c’est C’est en 1939 que débuta la Seconde Guerre mondiale où se sont affrontés les États totalitaires de l’Axe Berlin-Rome-Tokyo et les États libéraux de l’Axe Washington-Londres-Pékin-Moscou (3) qui se prolongea par la guerre froide entre le camp Atlantique-OTAN appelé « libéral » et le camp soviétique-Comecon appelé « totalitaire socialiste » (1945-1991). Étrangement, au cours de ce conflit, suite aux jeux d’alliances entre gouvernements libéraux et totalitaires, Moscou ne se retrouva pas dans son camp de prédilection, cela est dû au fait que Moscou et Berlin étaient en concurrence directe pour le contrôle des pays de l’Europe de l’Est, la zone d’influence historique de l’Allemagne prussienne (Lebensraum ou espace vital) (4). Par ailleurs, comme conséquence de la Seconde Guerre en Asie, en 1949, le camp soviétique- totalitaire fut rejoint par le cinquième de la population mondiale (en ce temps-là la Chine comptait 500 millions d’individus, elle en compte aujourd’hui 1,3 milliard). (5) Peu de gens considérèrent l’importance de ce retournement historique majeur.

 

Rappelons que Staline est mort en 1953 et que Mao Tsé-toung est décédé en 1976 emportant avec lui les derniers tenants du développement économique capitaliste selon le modèle soviétique-stalinien (primat absolu à l’industrie lourde). La Bande des quatre, comme les appelaient les maoïstes, restait bloquée au stade industriel et commercial du développement économique capitaliste d’État et les chefs de la bande étaient incapables d’imaginer le « Grand bond en avant bancaire » nécessaire pour passer au capitalisme financier globaliser. Sous Deng Xiaoping (1978), la Chine connut sa phase de « take off » et d’émergence industrielle moderne, concurremment à sa phase de financiarisation-globalisation. La Chine conserve toujours ses colonies intérieures (Tibet, Sinkiang, Mandchourie, Mongolie-Intérieure) dont le poids démographique et économique est négligeable par rapport à l’ensemble national chinois et elle récupérera probablement un jour sa colonie taïwanaise après Hong Kong et Macao.

 

Notez que l’URSS ne connaitra cette rupture définitive et la déconfiture de sa vieille garde soviétique- stalinienne- khrouchtchévienne qu’en 1989 avec la nomination de Mikhaïl Gorbatchev (6). C’est Vladimir Poutine (2000) qui complètera l’oeuvre  de « financiarisation, mondialisation » de l’économie russe après l’implosion de l’empire soviétique, le démantèlement de l’URSS et le délestage sous Boris Eltsine (1991) de ses encombrantes et coûteuses colonies intérieures. Par la création de La Communauté des États indépendants (CEI), la Russie officialisa la mutation de ses colonies intérieures en néo-colonies « indépendantes » (7) plusieurs années après la « libération » (sic) des colonies des puissances occidentales d’Afrique et d’Asie (1946-1975) et leurs transformations en néo-colonies « indépendantes ayant droit à leur autodétermination » (sic).

.

 

 

Une nouvelle manche commence en 2007.

 

Il y a eu ensuite la crise financière de 2007-2008, amorcée aux États-Unis et qui se répandit dans le monde entier. Cette crise systémique fut tout aussi sévère que celle de 1929, mais les puissances capitalistes « émergentes » du BRICS en atténuèrent les effets en Occident, indice déjà, que le développement impérialiste mondialisé avait pris une nouvelle tangente globalisée (8).

 

Nous voici en 2017 et le prestigieux magazine de gouvernance Time annonce, avec amertume, qu’il considère que la Chine totalitaire a gagné la plus récente manche du conflit qui oppose depuis un siècle l’axe capitaliste totalitaire à l’axe capitaliste libérale. Méfiance cependant, cette manche gagnée ne signifie pas que l’axe totalitaire globalisé ait remporté définitivement la guerre contre l’axe libéral mondialisé. Pas davantage que la victoire américaine lors de la Seconde Guerre mondiale n’a marqué la fin du conflit entre les deux camps impérialistes; ni que l’effondrement du gouvernement bolchévique-soviétique-totalitaire n’a sonné le glas de la puissance impérialiste russe. De fait, comme nous le verrons plus loin aucun des deux camps impérialistes ne peut remporter cette guerre pour la survie du mode de production capitaliste. Chacun d’eux ne peut que retarder l’échéance de la déchéance de ce mode de production moribond auquel la classe ouvrière devra un jour se résigner à mettre fin et lui administrer le Coup de Jarnac.

 

Depuis le commencement du capitalisme, nous avons observé qu’au cours des périodes de croissance économique ce sont les pays de l’axe libéral qui détiennent le haut du pavé, on leurs attribuent même le titre d’« État providence » pour la classe « moyenne » (sic) et pour l’aristocratie ouvrière embourgeoisée (sic). Les hausses de productivité, résultantes de la mécanisation du travail salarié, permettent au grand capital mondialisé d’améliorer sensiblement les conditions de vie et de travail de ses esclaves salariés (la Chine en est à cette étape en ce moment). Par contre, sous le mode de production capitaliste, une période de prospérité prépare toujours une nouvelle crise de surproduction relative (9) qui éclate habituellement sous la forme d’une crise boursière, monétaire ou bancaire, bref d’une crise financière, attestant que c’est par son talon d’Achille qu’un système s’enlise et trébuche. Pendant ces périodes de crises systémiques récurrentes, l’axe totalitaire des alliances impérialistes mondiales se renforce et les États bourgeois de l’axe libéral se radicalisent à droite, la go-gauche « démocrate » réformiste (ayant eu la chance de se discréditer), est écartée de la direction de l’État bourgeois tétanisé. Cette alternance des états-majors bourgeois de gauche et de droite fait dire aux plumitifs de service que « La Chine a effectivement inventé le modèle économique totalitaire le plus efficace économiquement uniquement parce que nous avons eu la stupidité de la laisser envahir nos pays avec ses produits alors qu’il suffirait d’avoir quelques droits de douane comme c’était le cas avant pour être préservés des mains voraces de nos amis chinois. »  « La nouvelle prédominance du modèle de capitalisme centralisé met à mal la vision occidentale selon laquelle toutes ces économies émergentes auraient fatalement dû embrasser la démocratie libérale, entamer des «réformes de marché», «ouvrir» leur économie, faire évoluer leurs institutions vers un modèle multipartite. En réalité, le capitalisme d’État, dans lequel la puissance politique est doublée de celle de l’économie, est celui qui est imité par des puissances occidentales, qui défendent plus ouvertement que jamais leurs intérêts nationaux » (10).

 

Faut-il rappeler à cet expert que c’est sous le capitalisme libéral et décentralisé que 150 mégaentreprises mondialisées ont centralisé 50% de la valeur marchande industrielle internationale ? Faut-il rappeler à ce cacique que la Chine a ouvert ses frontières au libre marché et que ce sont les entreprises multinationales occidentales qui, ayant délocalisé leurs unités de production vers la Chine, ont ensuite exigé que leurs gouvernements occidentaux ouvrent les frontières à leurs produits moins chers ?

 

Faut-il rappeler à ce thuriféraire que si demain les États bourgeois occidentaux rehaussaient leurs tarifs douaniers ils provoqueraient une terrible inflation dont les prolétaires consommateurs feraient les frais, provoquant par ricochet des revendications pour des hausses de salaire vis-à-vis les entreprises multinationales qui seraient poussées à quitter le « foyer » national (sic) ? Faut-il rappeler à ce spécialiste que le rehaussement des barrières tarifaires provoquerait l’effondrement des monnaies du commerce international (dollar, euro, yen, yuan) (11) ? De toute manière, il est ridicule de tenter de partager les responsabilités entre les entreprises selon leur « nationalité » puisqu’en ce monde globalisé les actionnaires multinationaux essaiment leurs capitaux dans des conglomérats multinationaux chino-irano-occidental ou russo-allemand suisse ou autres combinaisons transnationales de profitabilité. Par la suite, l’ensemble des profits de ces consortiums apatrides transite par des paradis fiscaux sans odeur ni saveur nationale. D’ici là, laissons les gogos altermondialistes et la go-gauche réformiste signer des pétitions de protestation contre les abris fiscaux qui finiront au fond des placards de concertation gouvernementaux.

 

Le modèle chinois existait déjà.

 

Faut-il rappeler aux plumitifs médiatiques que la Chine n’a rien inventé et que le modèle impérialiste chinois est économiquement et politiquement très semblable aux modèles allemand, espagnol, portugais, hongrois, italien, japonais, chinois et soviétique de l’entre-deux-guerres, dans lequel le capitalisme d’État national (socialisé disait-on en URSS) était la forme des rapports sociaux entre le pouvoir économique hégémonique et le pouvoir politique à son service exclusif. Ce que l’État pétainiste, puis gaulliste et britannique, puis canadien et américain imitèrent pendant et après la guerre (économie de guerre disait-on alors). Étant donné qu’une nouvelle guerre mondiale se prépare, les experts ne devraient pas s’étonner qu’au-delà de la façade électoraliste démocratique lézardée, les deux camps impérialistes concurrents resserrent leur emprise sur les rapports sociaux de production, sur la classe prolétarienne, enjeux de cette guerre sans fin, et sur les conditions de valorisation du capital, l’objet de cette concurrence plus ou moins libéralisée et de cette guerre à venir, et à finir.

 

Selon l’expert Marc Vandepitte, « L’économie chinoise est et reste un système hybridel’État exerce un contrôle fort et autorise le marché dans certaines limites. C’est le socialisme dit “à caractéristiques chinoises”. Les marchés doivent jouer “un rôle décisif” dans l’octroi de moyens, mais en même temps les autorités doivent jouer “un plus grand rôle” dans l’économie (…) L’expression “rôle décisif” visait surtout à rassurer  les marchés financiers. » (11). Quand on élague le sophisme de cette langue de bois bureaucratique, on constate que l’économie de toutes entités capitalistes est « hybride » c’est-à-dire que les États exercent un contrôle et autorisent (intègrent) les marchés, notamment financiers. Ainsi, en France, en 1946, 75% de l’économie nationale française était sous contrôle gouvernemental, puis ce taux a été réduit pour être ensuite réaugmenté lors du Programme commun (socialiste-communiste) et ainsi de suite. Tantôt l’État bourgeois socialise les pertes capitalistiques, tantôt l’État bourgeois privatise les profits capitalistiques. La Chine suit en cela le modèle capitaliste traditionnel.

 

Nous l’affirmons depuis quelques années déjà, Lénine s’est fourvoyé quand il a annoncé en 1916, de façon prématurée, que le mode de production capitaliste, en phase impérialiste, avait complété le partage du monde entier et réalisé la totalité du développement des forces productives sociales qu’il était à même d’engendrer (12). Le développement chinois ne fait que commencer tout comme celui de l’Inde avec ses 1,3 milliard de producteurs-consommateurs qui seront appelés à contribuer à l’expansion impérialiste mondialisée immédiatement après les 800 à 900 millions de prolétaires chinois sous capitalisme d’État (comme les autres États assujettis au mode de production capitaliste).

 

Il faut dire que les statistiques économiques du soi-disant « modèle chinois » sont éloquentes. De fait, il faut revenir à 1942-1945, l’économie de guerre aux États-Unis, pour retrouver des statistiques comparables. Déjà, alors que la Chine amorce son décollage économique avec à peine 300 millions de prolétaires consommateurs les statistiques sont extraordinaires. « Ces 35 dernières années, la croissance a été tout bonnement phénoménale. Le PNB par habitant a été multiplié par 17, oui vous lisez bien, par 17. En comparaison, celui de l’Inde a quadruplé pendant la même période. Entre 2003 et 2013 l’économie des pays industrialisés a connu une croissance de 16%, en Chine elle a été de 165% et en Inde de 102%. En outre il ne s’agissait plus de “davantage des mêmes choses”, car la productivité elle aussi a bondi en avant. Aujourd’hui un ouvrier chinois moyen produit cinq fois plus qu’il y a vingt ans. Pour rendre plus concrètement cette poussée de modernisation : tous les deux ans, la Chine produit autant de ciment que les États-Unis pendant tout le vingtième siècle. La Chine produit aujourd’hui autant d’acier que le reste du monde. En 15 ans la Chine a posé 20.000 km de voies ferrées pour des trains à grande vitesse, soit davantage que le reste du monde. D’ici 2025 elle prévoit encore 15.000 km de plus. Deux tiers de tous les aéroports en construction se trouvent aujourd’hui en Chine. D’ici 2020 il y aura 240 aéroports. Il a fallu 150 ans à la Grande-Bretagne, là où la révolution industrielle a commencé, pour doubler son revenu par habitant. Aux États-Unis il a fallu 30 ans. En Chine c’est le cas tous les sept à dix ans, et en outre sur une bien plus grande échelle. Aujourd’hui le PNB chinois est plus élevé que celui de l’économie entière de 154 pays.  En 2005 le secteur des services représentait 41% du PNB, en 2016, 52%. Les exportations comptaient en 2005 pour 37% ; en 2016 elles avaient baissé à 20%. Par ailleurs la Chine n’est plus un pays de transit où les marchandises sont assemblées avec peu de bénéfice pour le pays même. Aujourd’hui la Chine ajoute 76 % de valeur à ses produits d’exportation. Dans l’UE ce chiffre est de 87%. La Chine est actuellement au sommet de l’innovation : 40 % de tous les brevets dans le monde sont chinois, soit davantage que ces trois pays réunis : les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud » (13).

 

Et l’expansion du Grand capital multinational « chinois » ne fait que commencer le long de la « Nouvelle Route de la soie » (le nom que les capitalistes chinois donnent à leur plan d’expansion impérialiste sur le modèle de l’empire hollandais du XVIIe siècle), à moins que l’alliance des États pseudo libéraux démocratiques occidentaux, soit assez fous, pour provoquer le dragon chinois et l’Alliance de Shanghai dans une guerre nucléaire (14). Alors là vous comprendrez pourquoi un énergumène comme Donald Trump a été placé à la tête du rafiot américain déglingué et en perdition (15).

 

Le prolétariat révolutionnaire.

 

Pour nous, prolétaires révolutionnaires le problème ce n’est pas le choix d’un larbin (Trump, Macron, Merkel, Trudeau, Poutine ou Xi Jinping) qui importe, mais de bien comprendre la direction que le Grand capital international sera forcé de prendre pour sa survie et de développer des tactiques de lutte pour le contrer sans se laisser distraire par les girouettes écologistes, les mascarades électorales, les fumistes nationalistes, les gauchistes féministes ou antiracistes, les protestations anti-libre-échangistes, les pétitions pour l’équité fiscale et autres combats d’arrière-garde qui ne seront jamais déterminants dans l’affrontement à finir entre le Grand capital et le travail salarié prolétarien (16).

 

NOTES

 

  1. http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/la-chine-a-gagne/ et https://insolentiae.com/la-chine-a-gagne/
  2. Après celle de  1873, la Grande dépression de 1929 https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_Dépression
  1. Nous appelons camp capitaliste totalitaire les États qui ne se soumettent pas au cérémonial électoral démocratique bourgeois. Dans ces pays le grand capital, n’ayant pas suffisamment confiance dans ses capacités à maitriser le jeu politique, préfère désigner lui-même ses polichinelles politiques sans mascarades électorales. Nous classons parmi le camp capitaliste libéral les États qui se soumettent aux mascarades électorales bourgeoises et où le grand capital permet aux pèquenots de choisir entre deux ou plusieurs marionnettes politiques se présentant sous apparence de gauche, de centre ou de droite. La go-gauche participant avec enthousiasme à ces foires d’empoigne où elle se discrédite allègrement.
  2. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lebensraum
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Mikhaïl_Gorbatchev et https://fr.wikipedia.org/wiki/Deng_Xiaoping
  5. https://fr.wikipedia.org/wiki/Communauté_des_États_indépendants
  6. BRICS pour  Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/contre-toute-attente-les-brics-arrivent-a-se-mettre-daccord/
  1. Nous spécifions «surproduction relative », car bien évidemment, alors que la moitié de l’humanité vit sous le seuil de la pauvreté avec à peine 2 dollars par jour et que des foyers de famine sévissent en Afrique notamment, il n’y a certainement pas surproduction absolue de nourriture, de biens et de services destinés aux populations, mais il y a surproduction de marchandises en fonction du pouvoir d’achat de la clientèle solvable.
  2. http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/la-chine-a-gagne/
  3. C’est la raison pour laquelle Donald Trump ne souhaite pas du tout isoler le marché américain du reste du monde. Il déchire les ententes de libre échange pour mieux les renégociés à l’avantage du Grand capital étatsunien.
  4. Lénine (1916) L’impérialisme stade suprême du capitalisme. Éditions de Pékin.
  5. https://www.legrandsoir.info/quatre-choses-a-savoir-sur-la-chine-dans-le-cadre-du-xixeme-congres-du-parti-communiste.html
  6. https://www.legrandsoir.info/quatre-choses-a-savoir-sur-la-chine-dans-le-cadre-du-xixeme-congres-du-parti-communiste.html
  7. Selon Marc Vandepitte « Au total la Chine veut investir pas moins de 4.000 milliards de dollars dans 64 pays, pour une population de 3 milliards de personnes. Cela représente environ 30 fois l’aide au développement annuelle des pays riches. C’est donc de loin le plus grand programme depuis le plan Marshall pour la reconstruction de l’Europe après la Deuxième Guerre mondiale.» http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/la-chine-puissance-emergente/
  8. Marc Vandepitte (2017) « Un rapport récent cite quatre pays qui sont les cibles potentielles d’une action militaire : l’Iran, la Russie, la Corée du Nord et la Chine. En dépit des roulements de tambour face à la Corée du Nord et de la rhétorique sur la Russie et l’Iran, c’est aujourd’hui en premier lieu la Chine qui est au centre du viseur. Tout autour de ce pays, les États-Unis ont plus de trente bases militaires, points d’appui ou centres d’entraînement (petites boules sur la carte). D’ici 2020, 60% du total de la flotte américaine sera stationnée dans la région. Vu sur une carte, il n‘est pas exagéré de dire que la Chine est cernée ou encerclée.»  http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/la-chine-puissance-emergente/
  9. Robert Bibeau (2017) Question nationale et révolution prolétarienne sous l’impérialisme moderne. L’Harmattan. Paris. 145 pages. COMMANDER SUR AMAZON

https://www.amazon.ca/Question-nationale-r%C3%A9volution-prol%C3%A9tarienne-limp%C3%A9rialis/dp/2343114749/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496234995&sr=8-1&keywords=Robert+Bibeau     Commander la version eBooks ou  en anglais  ou italien gratuitement ENGLISH BOOK  FREE  (HERE)  http://www.les7duquebec.com/wp-content/uploads/2017/05/bon-NATIONAL-QUESTION-AND-PROLETARIAN-REVOLUTION-UNDER-THE-MODERN-IMPERIALISM-revision.docx ET ITALIAN BOOK  (ICIGRATUITEMENT EN TÉLÉCHARGEMENT.

 

10 pensées sur “Le monde est divisé en deux clans antagonistes. La chine dirigerait le clan gagnant.

  • avatar
    21 décembre 2017 à 11 11 37 123712
    Permalink

    Salut Robert

    Tu me demandes ce que je pense de l’ article ci- dessus, pas le temps pour l e moment de le lire
    ( problème de santé diabète) mais le titre ne me plait pas. Si il y a historiquement deux camps
    antagonique c’ est celui entre le prolétariat mondial et la bourgeoisie.

    Dans le genre journalistique il aurait été préférable de dire Chine USA règlement de compte à OK coral

    a te lire GB

    Répondre
    • avatar
      22 décembre 2017 à 2 02 19 121912
      Permalink

      Merci Gérard

      1) prompt rétablissement pour tes ennuis de santé camarade

      2) Ta remarque comme d’habitude est pertinente et j’ai hésité à écrire deux CAMPS ANTAGONISTES pour la raison que tu soulignes toi-même = pour nous révolutionnaires prolétariens les deux CAMPS SONT CELUI DE NOTRE CLASSE LE PROLÉTARIAT et celui du camp capitaliste antagoniste de par leurs positions même dans le procès de production…

      3) J’ai décidé de maintenir mon titre car A) Dans la suite du titre j’ai indiqué que finalement le CLAN (et non pas le camp) chinois se prétendait le gagnant de cette guerre de CLANS entre capitalistes dit TOTALITAIRES – DE DROITE et capitalistes dits LIBÉRAUX – DÉMOCRATIQUES ETC.
      B) cOMPTE TENU de la faiblesse, de la faible organisation, et du bas niveau de conscience de classe de la classe ouvrière (fer de lance de la classe prolétarienne) j’ai crainte que notre classe ne constitue pas véritablement un CAMP ANTAGONISTE ARTICULÉE ET MENANT UNE GUERRE DE CLASSE DE TRÈS HAUT NIVEAU
      4) tOUT CELA VIENDRA AVEC L’APPROFONDISSEMENT DE LA CRISE ÉCONOMIQUE SYSTÉMIQUE DU CAPITALISME ET ALORS la classe ouvrière se constituera comme fer de lance d’un véritable CAMP PROLÉTARIEN CONSCIENT ANTAGONISTE menant une guerre à finir au capital.

      La conjoncture mûrit pour notre classe mais elle n’est pas encore à terme.

      robert bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
  • avatar
    23 décembre 2017 à 14 02 27 122712
    Permalink

    Je pense que cette analyse sur la situation économique du monde est assez juste . La Chine est devenu , grâce aux militants du PC chinois , un pays fondamental pour l’évolution de l’Humanité avec sa démographie énorme (tout comme l’inde et l’Afrique demain). Les Etats-Unis et l’Europe sont en déclin rapide car c’est là que le capitalisme a atteint ses limites de développement . La nouvelle société socialiste-communiste est en cours de constitution comme rempart à cette crise permanente du capitalisme comme l’avait prévu Marx-Engels . La classe ouvrière se développe rapidement dans les pays en voie de développement alors que cette même classe ouvrière diminue et se sclérose en Occident capitaliste . Le mouvement communiste mondial , actuellement assez divisé depuis la fin de l’URSS , se reconstitue plus ou moins rapidement selon les pays et le niveau de crise du système , les forces de la grande bourgeoisie sombrent dans la course financière spéculative quotidiennement et s’affaiblissent considérablement en nombre avec la concentration des fortunes . Cette situation engendre une crise politique exacerbée qui oblige les peuples à réfléchir à d’autres solutions , d’où la montée du populisme de droite ou de gauche avec les incertitudes des gouvernements de plus en plus fragiles en occident capitaliste . Le mouvement révolutionnaire doit donc retrouver une motivation dans le combat de classe actuel avec une bourgeoisie de plus en plus discréditée et incapable . Les classes ouvrières de tous pays doivent donc mettre en place des dirigeants efficaces et crédibles dans les syndicats et les partis communistes et alliés pour mener un combat victorieux à court ou moyen terme comme les camarades chinois le font actuellement avec le succès économique qu’ils engrangent tous les jours par leur travail minutieux d’organisation de leurs entreprises et leur contrôle de la corruption souvent inévitable dans un pays en développement rapide . La Chine et la Russie au territoire immense à développer sont une force incommensurable face au Etats-Unis dont la puissance militaire a été mise à mal au Moyen-Orient avec ses guerres perdue (Afghanistan-Irak-Lybie-Syrie ) . Là est l’avenir de l’Humanité en ce 21ème siècle .

    Répondre
    • avatar
      24 décembre 2017 à 1 01 56 125612
      Permalink

      @ M. Bernard

      Nous ne partageons pas du tout votre vision optimiste de la situation internationale avec le respect que nous vous devons.
      1) La Chine, nous le disons clairement dans notre texte est devenu la nouvelle superpuissance hégémonique au sein du mode de production capitaliste mondialisée qui termine sa montée en puissance internationale avec l’arnachement des forces productives chinoises et demain Indiennes et africaines et alors il aura terminé son cycle impérialiste complet.
      2) Nous pensons qu’il n’y a jamais eu de « nouvelle société socialiste-communiste est en cours de constitution comme rempart » JAMAIS nulle part sur Terre ni dans l’histoire mondiale. Cette première société sous mode de production communiste prolétarien est à venir et le POINT 1 ci-haut devra d’abord être complété. L’URSS – CHINE furent des sociétés SOCIALISTES variantes du mode de production capitaliste
      3) Nous ne sommes pas d’accord avec cette affirmation  » classe ouvrière diminue et se sclérose en Occident capitaliste » Au contraire la classe prolétarienne souffre et MURIT rapidement en conscience de classe en Occident et c’est sur elle que repose tous nos espoirs de RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE car c’est la section qui souffre le plus et qui a la plus grande expérience de toutes les sections mondiales du prolétariat international. Sa productivité augmente encore CONDITIONS DU MODE DE PRODUCTION COMMUNISTE À VENIR
      4) Ce que vous appelez le MOUVEMENT COMMUNISTE est totalement déchu – écarté de l’histoire de la classe sur laquelle il a perdu toute ascendance – toute crédibilité – se vautrant dans les magouilles sectaires dogmatiques et les gammiques RÉFORMISTES. Oublions la vieille go-gauche dans toutes ses déclinaisons voilà notre mission ici à LES7DUQUEBEC.COM

      5) iL EST FAUX DE PRÉTENDRE que la grande bourgeoisie s’affaiblit parce qu’elle concentre de plus en plus de richesse. Cette assertion ne vise qu’a prétendre que la bourgeoisie moyenne ou/et nationale pourrait devenir un allié de la classe ouvrière – prolétarienne. Illusions russe et chinoise qui ont mal tournées

      6) Vous écrivez « Cette situation engendre une crise politique exacerbée qui oblige les peuples à réfléchir à d’autres solutions , d’où la montée du populisme de droite ou de gauche. NON camarade LA CRISE POLITIQUE PRÉSENTE origine de la crise économique systémique du système du quel répond et la bourgeoisie occidentale et le Grand capital émergent et la montée du soi-disant POPULISME qui ne sont que des formations politiques superficielles sans appui prolétarien soutenu à grand renfort d’argent et de publicité des médias bourgeois (auxquels la go-gauche apporte sont soutien gratuit) ne sont que miroir aux alouettes sans importance, surfait et
      7) Nous sommes totalement en désaccord avec l’expression LE PEUPLE CONSCIENTISÉ OU ENCORE « peuples à réfléchir à d’autres solutions » lES PEUPLES NE SONT PAS ceux qui font l’histoire. L’Histoire de l’humanité est l’histoire des luttes de classe = La solution est à chercher du cçoté de la classe prolétarienne.

      8) Nous complétons Vous écrivez  » Les classes ouvrières de tous pays doivent donc mettre en place des dirigeants efficaces et crédibles dans les syndicats et les partis communistes et alliés » NON nous pensons que les classes ouvrières sections par sections doivent résister hors organisation de collaboration de classes, pas d’alliés parmi la bourgeoisie, seuls les prolétaires de la nation d’a côté et préparer la grève générale État par État puis tous ensemble y compris en Chine et en Russie capitalistes et non pas PLACER DES DIRIGEANTS OUVRIERS MAIS RÉPUDIÉS CES DIRIGEANTS PETITS-BOURGEOIS QUI usurpent et MONOPOLISENT LA DIRECTION D’ORGANISATION dont le prolétariat n’a que faire. Tout cela sera à reconstruire lors de la prochaine montée révolutionnaire spontanée qui n’a pas encore commencer (nous en sommes aux escarmouches localisées comme en Argentine en ce moment).

      Merci pour votre intervention courageuse m. Bernard

      robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
  • avatar
    24 décembre 2017 à 12 12 04 120412
    Permalink

    Vos idées sur le rapport de force entre bourgeoisie et prolétariat sont à étudier méticuleusement . Mais je persiste dans mon analyse sur le rôle actif des communistes chinois et même Vietnamiens dans ce rapport de force . Le Capitalisme monopoliste d’Etat est bien contrôlé dans ces pays comme d’ailleurs à Cuba . Bien sûr , momentanément , certains « aventuriers » capitalistes sont tolérés dans ces pays pour cette période de développement accéléré . Les classes ouvrières des pays occidentaux , pour moi , ont épuisé leurs forces dans des compromis avec le capital qui les ont ligoté dans un pseudo consensus social qui empêche toute action révolutionnaire pour le moment . En tant que communiste actif je m’en aperçois chaque jour dans ma vie militante . J’attends beaucoup du réveil de la jeunesse complètement sans avenir . La grande bourgeoisie s’accroche au pouvoir par toutes sortes de combines électorales , mais jusqu’à quand ??? Pourtant Marx a raison et il faut s’accrocher à sa théorie de lutte des classes pour un développement historique de l’humanité …

    Répondre
  • avatar
    26 décembre 2017 à 1 01 27 122712
    Permalink

    LUNITERRE – MARXISTE-LÉNINISTE – ET LES RÉVISIONNISTES des années 1960, UN COCKTAIL PARFAIT.

    Il est écrit par Luniterre :  » Chine-USA, entre nouvelles tensions et interdépendances, le match reste ouvert, et ce n’est pas aux prolos d’arbitrer, et encore moins d’être les pions du jeu ! »

    1) « nouvelles tensions » qu’ils disaient les révisos entre deux systèmes sociaux différents = bullshit. Nouvelles tensions entre deux puissances impérialistes antagonistes…. la survie de l’une supposant la sujétion de l’autre.
    Deux systèmes sociaux ne peuvent survivre sur la même planète… l’une élimine l’autre.

    2) « Interdépendances » EN EFFET entre deux puissances impérialistes condamnés à s’entre aider malgré leur adversité afin d’écraser la révolte ouvrière révolutionnaire qui les menacera toutes les deux un jour… d’ici là elles s’entretueront via leur soldats (des prolétaires enrégimentés = de la chair à canon)

    3) « Pas aux prolos d’arbitrer » qu’il dit le ML – C’EST POURTANT CE QU’IL TENTE DE proposer aux prolos EN PRÉTENDANT QU’IL S’AGIRAIT « D’UN MATCH OUVERT ENTRE deux pays déchirés entre nouvelles tensions et interdépendance » = BIENVENUE AU MATCH DE FOOT camarades = amusez-vous…qu’il pense le ML.

    4) C’est de l’avenir et de la survie de la classe prolétarienne dont il est question dans ce texte et non d’un match à arbitrer, et pour ne pas devenir LE PION DU JEU la première étape consiste à bien comprendre la guerre qui se déroule entre ces deux monstres capitalistes et dont le PROLÉTARIAT SERA COMME EN 1914 ET EN 1939 le pion=chair à canon JUSQU’A CE QUE PAR SA PRISE DE CONSCIENCE « POUR SOI » LA CLASSE PROLÉTARIENNE SAISISSE L’INITIATIVE ET BALAIE CES POLICHINELLES.

    5) La petite-bourgeoisie bien intentionnée devrait fermer sa gueule et enquêter parmi la classe ouvrière bien plus consciente que « L’AVANT-GARDE » … que Marx nous en garde de l’avant-garde.

    robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

    Répondre
  • Ping :Le monde est divisé en deux clans antagonistes. La chine dirigerait le clan gagnant. - L'écho du peuple

  • avatar
    12 janvier 2018 à 4 04 33 01331
    Permalink

    Je ne suis pas étonné de la remarque du camarade d’Aubagne. Il y a au sein des communistes français, un fraction qui croit que la chine a ouvert une parenthese avec une espèce de Nep initié par deng xiaping en 1978 (et les fameuses zones franches) et que la chine ne la refermera qu’avec la victoire militaire contre les forces capitalistes impérialistes.
    C’est bcp d’utopie qui risque de nous être fatale le moment venu.

    Répondre
    • avatar
      12 janvier 2018 à 5 05 07 01071
      Permalink

      @ Vila

      Tu as parfaitement raison VILA de dénoncer ces âneries de « Parenthèse socialiste » qui devrait mener à la victoire contre le capitalisme en pratiquant à fond le capitalisme, jusqu’a son stade suprême impérialiste. L’URSS et tous les autres pays socialistes ont déjà suivi ce sentier et on voit aujourd’hui ce qu’il en est dans ces différents pays.

      Ne te préoccupe pas cependant pour l’avenir. C’est une très bonne chose que les communistes et les marxistes-léninistes et les socialistes de tout bord s’affichent clairement en ce moment et se discréditent totalement devant la classe ouvrière.

      Quand l’insurrection populaire se mettra en marche ces gens n’auront aucune influence sur le nouveau mouvement ouvrier qui surgira de l’action jusqu’a placer la classe ouvrière à l’avant-garde de la révolution (qui ne deviendra une révolution justement quand la classe dirigera le mouvement)

      Merci beaucoup de ton intervention Vila.

      robert bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *