Le mystère du meurtre de Sir Edmund Berry Godfrey

 

Unknown

 

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

L’histoire se passe sous le règne de Charles II d’Angleterre en 1678 au moment où une crise religieuse secoue le royaume entre les catholiques et les anglicans et donne lieu à une conspiration pour assassiner le roi Charles II et le remplacer par son frère catholique, James. En réalité, le complot avait pour but de nuire à la cause des catholiques. Pour calmer l’opinion populaire qui critiquait la famille royale trop catholique, Charles acceptait en 1677 de marier la princesse Marie au comte protestant Guillaume d’Orange.

À la mi-octobre de 1678, Sir Edmund Berry Godfrey disparaît de son domicile et est retrouvé mort quelques jours plus tard à Primrose Hill, étranglé. Homme de loi et politicien, il était reconnu pour sa tolérance dans les affaires religieuses. Suite à une requête de deux ecclésiastiques corrompus, il s’était impliqué dans l’affrontement entre les catholiques et les protestants.

Un homme est soupçonné de meurtre, Miles Prance, au service de Catherine de Braganza, la femme de Charles II. Prance est amené à la prison Newgate, et torturé. Il révèle les noms des prêtres qui ont fomenté le complot, deux irlandais, Kelly et Fitzgerald, et un anglican, Thomas Godden. Ces trois hommes vont tranquillement s’évanouir dans le décor et ne seront pas emprisonnés.

Pour le meurtre, il accuse trois hommes qu’il dit avoir vu étrangler Sir Edmund Berry Godfrey pour ensuite le jeter dans un fossé. Il cite Robert GREEN, Henry BERRY et Lawrence HIL qui seront arrêtés pour meurtre. Les trois hommes crient leur innocence, mais en vain. Les trois hommes seront pendus à Greenberry Hill à Londres.

Je vous prie de noter ici la similitude de l’endroit de pendaison avec le nom des accusés : GREEN BERRY HILL. La coïncidence est plutôt troublante.

En fait, Miles Prance a fait des confessions sous la torture. Plus tard, lorsqu’il se rétracte avouant qu’il avait tout inventé, il s’en prendra à la torture qui l’avait influencé à avouer des noms. Il avait agi pour sauver sa vie. La peur l’avait poussé à mentir.

Après la pendaison de Green, Berry et Hill, Miles Prance partagea la récompense qu’il reçut pour avoir trouvé les tueurs. Plusieurs années après, en 1686, lorsque James II monta sur le trône, il fut jugé et reconnu coupable de parjure et condamné à une amende et au fouet. La reine Catherine intercéda en sa faveur pour que ce châtiment lui soit épargné soulignant qu’il s’était converti à la foi catholique et qu’il manifestait un sincère repentir.

Dans la foulée des événements, le missionnaire jésuite, Thomas Whitbread, fut exécuté en 1679 pour conspiration de meurtre contre Charles II d’Angleterre. En réalité, il était innocent.

Un siècle plus tard, des historiens se pencheront sur le cas. Deux analystes, entre autres, John Dickson ainsi que Hugh Ross Williamson, en arrivèrent à la conclusion que Sir Edmund Berry Godfrey fut assassiné par Philip Herbert, le 7e comte de Pembroke – tristement célèbre pour ses coups bas. Le mobile : une revanche contre Lord Godfrey qui l’avait poursuivi pour meurtre dans le passé. La Chambre des Lords, malgré la culpabilité du comte, avait accordé son pardon.

 

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d’argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l’épanouissement de la personne par la pratique de l’attention vigilante : la pleine conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *