Le mystérieux Pierre Lefebvre!!!

.

Mon cadeau de Noël, en cette année 2012, a été que le lien généalogique que j’ai découvert, suite à un travail de recherche qui a duré près de six ans et que je leur ai proposé le 4 août 2011 à 16.20hre, a été accepté officiellement par le PRDH de l’Université de Montréal. On peut voir, aujourd’hui, sur leur site, que le père et la mère de Pierre Lefebvre époux de Josephte Collard est bien Alexis Lefebvre et Marie-Ursule Dubois dit Brisebois. Je vous souhaite à tous un aussi joyeux Noël qu’est le mien aujourd’hui.

Les 7 prochains articles étaleront le développement de ce lien entre mon ancêtre officiel Pierre Lefebvre et sa famille ascendante qui avait disparu de l’histoire. Notre famille « Canayenne » est aujourd’hui complète depuis sa première génération arrivée au Canada. Nous ne somme plus arrivés de… « nulle part ».

Le mérite en revient à des membres de la famille Lefebvre qui m’ont aidé à rassembler les textes notariés de la famille. Je remercie principalement Mme Marie Thérèse Lefebvre et M. Jacques Lefebvre qui m’ont fourni la clef du coffre au trésor.

André Lefebvre

—————————————————–

Par l’histoire de la famille de Pierre, à partir de son grand-père Gabriel-Nicolas Lefebvre, on sait que son père, Alexis Lefebvre, à l’âge de 19 ans errait dans l’Ouest, au-delà des grands Lacs.

On sait également que son oncle, Jacques-François, avait vécu pendant plus de dix ans dans le pays des Illinois (l’Ouest américain) et avait raconté ses exploits à toute sa famille pendant des années après son retour. Ajoutons que cette famille était une famille de « coureurs de bois » beaucoup plus que de « voyageurs ».

Il n’est donc pas surprenant que Pierre, fils d’Alexis, soit parti en expédition dans l’Ouest avant l’âge de 19 ans. D’ailleurs sa famille faisait encore la traite des fourrures qu’elle vendait dans la région d’Albany. Il devait donc faire la navette entre l’Ouest et Albany.

Toutes ces prémisses feront du destin de Pierre Lefebvre une équipée des plus fertiles entourant les évènements historiques de notre nation.

Pierre Lefebvre naît le 14 novembre 1748 à Ste-Geneviève de Batiscan. Ses parrain et marraine sont son frère Joseph-Marie et sa sœur Marie-Josephe. Le fait est quelque peu inusité mais quand même assez fréquent dans nos familles « canayennes ». Cependant, dans les registres paroissiaux, on ne retrouve plus la trace de ce Pierre Lefebvre après sa naissance.

On retrouve sa trace seulement lorsque son père décède en 1769. L’Acte notarié de la cession des biens, nous apprend que Pierre se trouve dans les pays d’en Haut et que sa part de l’héritage est reçu en garde par Paul Frigon, époux de sa sœur Ursule Lefebvre. Pierre ne sait donc rien du décès de son père cette année-là. De sorte que lorsqu’on vend la dite terre, le 22 janvier 1775, à François Trudel et Suzanne Lefebvre, Pierre n’est pas encore revenu des pays d’en haut.

L’Acte officiel qui, par la suite, nous parle de ce Pierre Lefebvre est son acte de décès fait à Florissant Missouri, par le père Dunand. Voici cet Acte :

Il se lit comme suit :

« Le treize novembre 1815 a été, par nous prêtre soussigné, inhumé au cimetière de cette paroisse, le corps de Pierre Le febvre, âgé environ de soixante sept ans, natif de la rivière Batiscan au Canada, l’enterrement s’est fait en présence des témoins soussignés après avoir été assisté des derniers sacrements.

Signé : Jean Baptiste Tison  et Hyacinthe St-Cyr (Cir). Le père Dunand est curé de Florissant.

Pour comprendre qu’il est bien question de notre Pierre Lefebvre, il faut calculer l’année 1815 moins l’âge du défunt 67 ans, ce qui donne sa naissance en 1748. Il n’y a qu’un seul Pierre Lefebvre né à cette date à Batiscan; voici l’Acte de baptême :

« L’an mil sept cent quarante huit le quinze novembre par nous prêtre sousigné a été baptisé Pierre né d’hier du légitime mariage d’Alexis Lefebvre et de Marie-Ursule Brisebois, le parrain a été Joseph-Marie Lefebvre, la marraine Marie-Josephte Lefebvre, le parrain a signé avec nous, la marraine a déclaré ne le savoir, de ce …

Joseph Le Febvre

Porlier. »

À noter: Le nom de famille de sa mère est erroné, son nom est « Dubois dit Brisebois » et non « Brisebois ». Ce qui n’aide pas la recherche généalogique.

Donc, plus de doute possible notre Pierre, fils d’Alexis Lefebvre et d’Ursule Dubois, est décédé à Florissant Missouri. Mais que fut sa vie à partir de sa naissance jusqu’à 1769, où on le dit dans les pays d’en haut, et ensuite, jusqu’à son décès en 1815? A-t-il toujours vécu dans les pays d’en haut?

La réponse à cette question est non. Pierre Lefebvre est bien revenu au Québec, avant d’aller décéder à Florissant Missouri. Durant sa jeunesse, il avait vécu plusieurs années dans la région d’Albany, où sa famille allait vendre ses pelleteries depuis deux générations. Pierre Lefebvre avait passé une grande partie de sa jeunesse avec des anglais, de sorte qu’il avait acquit un accent lorsqu’il parlait Français.

Lors de la révolution américaine, il n’avait pu demeurer dans cette région et était revenu chez lui. Il est plus que probable qu’il arriva à Yamachiche avec les réfugiés loyalistes de la région d’Albany, en 1778.

À  son arrivée au Québec, son oncle Jacques-François est décédé depuis 1766, sa tante Marie-Madeleine depuis 1767, son oncle Antoine est décédé chez son fils après 1770, l’oncle Joseph est décédé en 1769, Charles-Gabriel (78 ans) veuf, habite il ne sait trop où à Montréal, Jean-Baptiste est décédé en 1755, Pierre (71 ans) et Michel (69 ans) sont toujours à Batiscan et Julien (64 ans) est disparu.

Pierre ne sait pas qu’une part d’héritage qui lui revenait, fut remise en son nom, à Paul Frigon et à sa soeur Ursule. Il ne sait pas, non plus, que la terre de son père Alexis, dont il avait hérité d’une part, a été vendue en 1775, à François Trudel et son épouse Suzanne Lefebvre. Quant à son frère Louis-Alexis, on ne sait pas où on peut le trouver. Tout ce que l’on sait est qu’il décèdera célibataire, à l’âge de 61 ans (on inscrit 50 ans), en 1798 à La Pérade. Le fait que son beau-frère Ignace Lanouette, témoin lors de l’enterrement, ne sache pas son âge nous indique qu’Alexis s’absente souvent et longtemps de sa région.

Voici une transcription de ces Actes :

Acte de partage des biens :

Le 25 mai 1769 Notaire : Nicolas Duclos Batiscan :

 Partage de biens meubles et d’une terre entre Jean-Baptiste Rivard dit Lanouette et Marie-Josèphe Lefebvre, son épouse, de Ste-Marie, paroisse de Ste-Anne, Paul Frigon et Ursule Lefebvre, son épouse, de Ste-Marie, François Lefebvre dit Villemure et Catherine Lefebvre, son épouse, Alexis Jouisnos et Louise Lefebvre, son épouse,  Alexis Lefebvre, Geneviève Lefebvre (majeure), de la rivière Batiscan, Jean-Baptiste Rivard dit Lanouette, chargé du pouvoir de Marie-Anne Lefebvre dit Villemure, novice chez les Ursulines des Trois-Rivières, sa belle-soeur, le dit Paul Frigon pour et au nom de Pierre Lefebvre, de présent dans les Pays d’en Haut, son beau-frère.

Acte de vente :

Le 22 janvier 1775 Notaire Charles Levrard à Trois-Rivières :

Vente de parts de terre situées à la rivière Batiscan; par Jean-Baptiste Rivard dit Lanouette et Marie-Josèphe Lefebvre, son épouse, de Ste-Marie, Paul Frigon et Ursule Lefebvre, son épouse, de Ste-Marie et Alexis Lefebvre, de Ste-Marie, tous frère et soeurs; à François Trudel et Suzanne Lefebvre, son épouse, de la rivière Batiscan.

« Tous frères et sœurs » est tout à fait exact; mais ils sont tous également frères et sœurs de Pierre Lefebvre qui n’apparaît pas sur ce dernier document.

Ce François Trudel est l’époux de la cousine de Pierre, Suzanne, fille de Julien Lefebvre et de Suzanne Raut. François est, à l’époque, un officier de la milice de Batiscan. Il sera destitué en 1776, parce qu’il est considéré comme  étant un « amis des Bostonnais » lors de l’invasion américaine de l’année précédente. Il habitait alors sur la terre ancestrale de Gabriel-Nicolas Lefebvre qu’il venait d’acheter. Un de ses fils, Pierre-Olivier Trudel sera politicien du Parti Patriote avec Louis-Joseph Papineau de 1830 à 1838.

Lorsque Pierre arrive en 1778, Paul Frigon et Ursule, sa sœur, demeurent à La Pérade; mais Pierre n’est au courant de rien de toute cette histoire. Pour l’instant, il vit à Yamachiche où il se lie d’amitié avec un « coureurs de bois » qui s’appelle François Collard, âgé de 46 ans. Il est probable que Pierre, âgé de 30 ans, « coureur de bois » lui aussi, devienne « l’homme engagé » de François Collard pour travailler sur sa terre. Il est aussi possible qu’ils s’associent verbalement pour faire la traite dans la région. On sait que François Collard faisait la traite sans permission depuis longtemps, tout en étant très bien considéré par ses concitoyens. C’est ce que j’ai découvert dans un vieux bouquin écrit en 1838 :

Il est donc faux d’affirmer que les « coureurs de bois » étaient des vauriens sans Foi ni lois. On ne le dira jamais assez souvent.

À suivre

André Lefebvre

 

avatar

Andre lefebvre

Mon premier livre « L’histoire de ma nation » est publier chez:

http://fondationlitterairefleurdelyslibrairie.wordpress.com/

André Lefebvre

6 pensées sur “Le mystérieux Pierre Lefebvre!!!

  • avatar
    25 décembre 2012 à 18 06 17 121712
    Permalink

    Joyeux Noel André. je suis heureux que vous ne soyez plus  » venu d nulle part 🙂 Vous savez, toutefois, bien a quel point cette généalogie quebécoise qui pourrait être quasi exhaustive est exceptionnelle dans le monde. Il faudrait en prendre conscience et développer cette richesse . Voyez en lien ce que je proposais il y a une quinzaine d’année….

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/05/07/jardin-genealogique-du-quebec/

    nos petits enfants le feront, sans doute. En attendant si vous trouvez de mes antécédents. dites le moi… je commence a attraper le virus en suivant vos articles…

    Pierre JC

    Répondre
    • avatar
      25 décembre 2012 à 19 07 09 120912
      Permalink

      C’est dans la généalogie des Québécois actuels que nous pouvons découvrir notre histoire réelle, si nous pouvons déterminer les faits et gestes de nos ancêtres.

      Les faits et gestes qui nous ont été rapportés officiellement touchent, la plupart du temps, des gens qui n’ont été que de passage.

      Par exemple; Marie Rollet, épouse de Louis Hébert, est plus importante pour l’histoire des Canadiens-Français que Champlain. Parce qu’elle s’est identifiée « Canayenne » et est demeurée au Canada pendant que Champlain et les autres retournèrent en France, s’identifiant alors comme « Français ». c’est derniers font donc partie de l’histoire de France et Marie Rollet, celle du Canada.

      Lorsque nous maîtriseront notre propre histoire, nous pourrons parler des « inter-relations historiques » avec les autres nations. Le faire avant est de nier notre origine et c’est exactement ce que les USA, l’Angleterre et d’une certaine manière la France veulent exactement.

      J’espère parvenir à souligner l’importance de la nuance.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        25 décembre 2012 à 19 07 27 122712
        Permalink

        Au sujet de tes ancêtres, il me faudrait les noms de tes parents, au moins. Je pourrais te donner des résultats assez rapidement, je crois.

        Amicalement

        André Lefebvre

        Répondre
  • avatar
    12 juillet 2013 à 12 12 52 07527
    Permalink

    M. Lefebvre,
    Dans les registres de St-Louis-de-Terrebonne du 4 avril 1785 est inscrit ce qui suit:
    Mariage entre Pierre Lefevre, fils de feu Michel Lefevre et de Marie-Louise Dubois, de Terrebonne et de Marie Jos.Collard, fille de François Collard et de Marguerite Lacombe ?
    Par contre, il m’a été impossible de trouver le mariage de Michel et de Marie-Louise.

    Répondre
  • avatar
    12 juillet 2013 à 17 05 26 07267
    Permalink

    Mlle Trudel;

    j’ai planché pendant 5 ans sur ce problème, jusqu’à ce que je découvre toute l’histoire de la vie de Pierre. Dans le même registre de la même année, en octobre 1785, vous découvrirez que le curé Proulx affirme que Pierre est « Anglais de nation », quand, sur un contrat d’achat de terre de 1806, Josephte Collard affirme, elle, qu’il est de nationalité française (canadienne) mais qu’elle n’a aucune nouvelle de lui depuis 14 ans. Elle devait connaître Pierre mieux que le curé Proulx.

    L’acte de mariage de Michel Lefebvre et de Marie Louise Dubois, n’existe pas nulle part. J’avais déjà lu quelque part qu’Alexis Lefebvre se servait parfois du prénom de son frère Michel. De toutes façon, Pierre Lefebvre époux de Josephte Collard et « voyageur » est décédé à Florissant Missouri en 1815. Son fils Laurent est allé le rencontrer en 1812 au sujet de sa possibilité d’éventuel retour et en a donné le résultat par lettre à sa mère en 1812 avant même son propre retour en 1813. Ce qui a réglé la question pour mon ancêtre Pierre Lefebvre. J’ai produit la lettre de Laurent et j’ai lu le contrat de vente d’achat d’une terre par Josephte Collard datée de 1806.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      12 juillet 2013 à 17 05 33 07337
      Permalink

      Vous trouverez ces infos en continuant votre lecture de son histoire.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *