France: le passage à l’acte ?

On se plaint beaucoup au Québec, mais la situation est bien plus volatile en France.  Regardons bien ce qui s’y passe, car c’est peut-être  le modèle de ce qui va se passer chez-nous quand la situation se sera encore détériorée.

Ceux qui suivent de près les états d’âme de la population française ne peuvent qu’avoir constaté le détérioration brutale du climat politique, surtout depuis l’élimination de l’Équipe de France au Mondial.  Petite cause, grand effet, car il semble qu’en donnant à Quidam Lambda cette lourde taloche à son amour propre, on l’ait sorti de sa torpeur et qu’il ait tout à coup compris toute l’ampleur du désastre .

Il prend conscience de l’insolvabilité prochaine de la France au sein d’une Europe qui le sera aussi, d’un marché du travail qui s’effiloche dans une structure de production que le libre-échange a sabotée, d’une solidarité nationale rongée par les communautarismes et, surtout, de la trahison de ses élites qui, tous partis confondus, apparaissent toutes corrompues, sans un idéal et sans même un projet.

Quidam Lambda comprend que lui couper ses retraites et privatiser le patrimoine national  ne sont pas des gestes amicaux. Il comprend qu’on ne le gouverne plus, mais qu’on l’exploite comme un cheptel. Le mépris général de la population française pour ses élites est devenu tangible. En l’absence de médias crédibles – ils sont tous aux ordres de ces élites politiques, economiques et même culturelles qui sont devenues ses ennemies –  c’est le ton des articles sur le Net qui se durcit… et celui des commentaires de la population générale encore bien davantage.

On entend donc depuis quelques jours sur le Net français un langage subversif, insurrectionnel et qui se voudrait révolutionnaire.  Un discours qui reste encore bien velléitaire, cependant, puisqu’il n’existe pas une alternative réaliste a la gouvernance de ces élites : dans la société complexe qui s’est créée, le peuple n’a pas la compétence de proposer quoi que ce soit.

Mais le peuple ne veut plus faire aveuglément confiance à une caste élitiste qui semble s’être liguée contre lui. Il cherche une issue. Il veut manifester son mécontentement. Comment peut-on prévoir qu’il le fera ?

Le plus probable, si la révolte passe à l’acte, est que ce sera par une désobéissance civile spontanée et individuelle. Un grève générale non déclarée, sans consignes de qui que ce soit … et sans donc que quiconque puisse  être persuadé d’y mettre fin par des promesses ou des menaces.  Un nouveau Mai 1968, dont le premier n’aura alors été que la répétition générale.

Cette désobéissance qui se voudra populaire ne ciblera pas les citoyens, mais la structure de l’État et du système de production. Elle pourrait s’accompagner d’actes de sabotage.  Ainsi, le personnel du réseau de la santé ne cessera pas de traiter, mais tout le volet administratif et comptable pourra devenir inopérant. De même le système de transport en commun, où c’est la perception des titres de transport qui pourrait être seule  perturbée.

Perturbé aussi – c’est un euphémisme – le transport des marchandises dont la logistique fragile peut ne plus produire qu’un chaos indescriptible. Perturbé un systeme d’éducation o1 ce qui est enseigné ne correspond plus aux programmes et où personne n’échoue plus un examen… les possibilités de saboter le système sont infinies, imparables et à la portée de chaque individu mécontent.

Ceux qui profitent vraiment du système ont intérêt à ce qu’il n’y ait pas trop de mécontents.  Si personne n’a autorité pour le dire formellement, mais que tout le monde sait, que ce que le peuple veut est la démission de la gouvernance actuelle – Exécutif et Legislatif – et son remplacement par autre chose, ceux qui sont les véritables maïtres de la société et ne veulent pas que le peuple soit mécontent ne tarderont pas à obtenir cette démission…

Démission de la gouvernance actuelle, puis quoi ?… On pourrait penser à la mise en place, pour 6 mois ou un an, d’une structure de transition, dont l’objectif serait d’abord de redonner confiance aux Français, en créant  un consensus large et en menant une action exemplaire contre la corruption.

Cette structure pourrait aussi mettre en place des mesures d’urgence pour juguler la crise, puis proposer et faire adopter par referendum une nouvelle constitution. Son mandat s’achèverait  par  l’élection, selon les principes et procédures de cette nouvelle constitution, d’un nouveau gouvernement dont ce sont ces futures élections qui détermineraient les orientations.

Comment constituer cette structure de transition ?  Ne pouvant compter que sur les ressources politiques dont elle dispose et ayant comme premier objectif que cette structure soit consensuelle, les Français devraient exiger que se forme un gouvernement d’Union Nationale ratissant très large, de Mélenchon à Le Pen.  Il ne faut exclure personne qui accepte le principe d’une gouvernance démocratique.  On saura que Quidam Lambda est content quand les roues recommenceront à tourner correctement.

Le peuple peut désormais choisir cette voie proactive, parce que la complémentarité, dans une société complexe, rend tant de gens indispensables qu’on ne peut simplement pas  gouverner sans un large consensus.  Si on tente d’ignorer cette exigence, toutefois, le mécontentement de la population conduira à un changement plus conventionnel : la prise du pouvoir par un homme providentiel qui, ne devant rien à personne, pourra nettoyer tout ce réseau de favoritisme et de copinage qui étouffe la France.

Le peuple n’a pas le pouvoir de le faire apparaître un tel homme, mais il a celui de l’accueillir. D’autant plus facilement que, dans une société complexe, la complémentarité fait de la démocratie le régime par défaut et que celle-ci reviendrait d’elle-même le nettoyage complété. Il va être passionnant de voir le chemin que prendra la France.

Pierre JC Allard

17 réflexions au sujet de « France: le passage à l’acte ? »

  1. PJCA…

    Je ne crois pas tellement à cet homme providentiel dont tu parles. Je crois que c’est demander trop à un seul homme, d’inspirer et de diriger une nation entière, et surtout une nation divisée.

    C’est très difficile de prédire ce qui va se produire dans l’avenir, mais des problèmes majeurs sont à prévoir pour les É-U., ce qui va affecter les autres économies de la planète. L’ampleur du désastre dans le golfe du Mexique est largement sous-estimé et son effet pourrait être dévastateur.

    Les gouvernements du G20 viennent d’Annoncer qu’ils réduiront leurs déficits. On peut donc s’attendre à des coupures dans les dépenses et les services gouvernementaux. C’est là qu’on va voir qu’une économie contrôlée par l’État, avec une foule de gens qui dépendent du gouvernement pour leur chèque de paie, d’assurance-emploi, de b.s. et/ou un autre bien ou service quelconque, ça ne peut tout simplement pas fonctionner, à moins qu’on veuille vivre comme en Chine.

  2. Ping : Le paysage social français vu du Québec « Resistance71 Blog

  3. Vous pensez avoir des droits protégés par la Charte canadienne des droits et libertés?

    En êtes vous si certain?

    Regardez comment le premier ministre de l’Ontario a adopté en conseil, pas à l’assemblée législative de l’Ontario, mais dans son b -u-r-e-a-u une loi s-e-c-r-è-t-e pour étendre les pouvoirs d’arrestation des policiers durant le sommet du G20 à Toronto.

    http://www.cbc.ca/canada/toronto/story/2010/06/28/g20-mcguinty-law644.html

  4. Monsieur Allard , je crois que les Français au lieu de se chercher un Sauveur comme ils le font depuis toujours , faudrait qu’ils apprennent à faire resperter la démocratie qu’ils enseignent à tout un chacun , et cela commence dans les villages.=== La journée que ce sera fait , ils n’auront pas besoin de chercher un Sauveur , car tout sera transparent.=== Dites-leurs aux Français de regarder la vidéo dans lequel on voyait le Grand Rabbin de France (Joseph Haim Sitruck) sermoner un Président Français. Il n’ont qu’à taper :Rabbin. Si la vidéo n’y est plus , qu’ils se posent des questions.=== Pourquoi est-ce si difficile à comprendre : que ça ne suce pas de la tête en descendant en POLITIQUE , mais de la base en montant ?
    J.M.D.S.

  5. Dès la manifestation contre la ZLEA à Québec, en 2001, j’avais remarqué et diffusé largement l’information que le Black Block s’y était conduit comme un groupe de provocation acoquiné aux autorités policières.

    On ne saura jamais si le Black Block est né comme un mouvement de contestation, puis a été instrumenté par les forces de l’ordre, où s’il a été créé de toutes pièces comme piège à cons…

    Dans un cas comme dans l’autre, en misant sur la discrétion, il est la méthode de contestation la plus efficace… C’est de là que vient le concept de révolution par objectifs, auquel s’apparente la démarche décrite dans le présent article. C’est cette démarche imparable qui, tôt ou tard, sera appliquée et détruira le système.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/161-un-temps-pour-lanarchie/

    PJCA

  6. Regardez combien ils sont à courir derriere la ligne de policiers quand les manifestants réalisent que ce sont des flics qu’ils ont parmi eux :

    [youtube=http://www.youtube.com/watch?v=aeG_t9abaSU&rel=0&color1=0x234900&color2=0x4e9e00&hl=en_US&feature=player_embedded&fs=1]

  7. Prudence en regardant les videos du net, tout le monde peuvent en diffuser des contenus y compris et surtout le Sytème.

    En regardant une vidéo, quelle est l’émotion qui surgit en vous et pourquoi?
    Qui propage la vidéo sur net?
    Qui est le caméraman?
    Quels sont les acteurs mis en scène?
    Dans quelle circonstance? à quel endroit exactement? à quelle heure?

    Prenez chacune des vidéos et regardez image par image et analysez certains points:
    Les séquences se suivent? est-ce un montage?
    Comment sont vêtus chacuns des acteurs?
    Quels sont leurs comportements respectifs? Suivez un seul acteur à chaque visionnement. Pourquoi agit-il ainsi?

    Vous remarquerez dans la video, que Marc nous introduit ici, que la grande majorité des manifestants qui vont derrière le barrage policier à bicyclette sont des agents de la police en civil, curieusement muni de matraques pour certains ou portant un badge quelconque ou un signe particulier sur leurs vêtements ou sur eux.
    Une quizaine d’entre eux procèdent à l’arestation de 2 ou 3 manifestants dont la démarche oririnelle semblait bien pacifiste.
    La policière rousse enragée s’approche du caméraman sans l’agresser mais regarde la personne à ses côtés et s’éloigne. Pourquoi cette supposée terreur de sa part? Une sentiment de panique semble envahir la majorité d’entre eux, matraque à la main et vigilant à l’environnement au delà de leur comportement habituel lors de vrais escarmouches. Pourquoi se réfugier derrière leurs confrères à bicyclette? Se réfugient-ils vraiment ou procèdent-on à des arestations ciblées?

    Dans d’autres videos, portez une attention particulière sur les pseudos manifestants habillés de T-Shirt noirs. Le monde à l’envers, des manifestants en noirs qui procèdent à l’arestation de jeunes pacifistes bien ordinaire, étudiants pour la plupart.

     »En résistance, il nous faut bien connaitre et reconnaitre nos amis. » Col. Georges Guingouin

  8. Je reviendrai commenter les superbes articles du moment et certainement publier également .

    Blessé aux mains depuis lundi, je puis lire mais très peu écrire…

Les commentaires sont fermés.