Le pari d’Oncle Tom

Je vous apporte aujourd’hui un article que j’ai écrit il y a presque deux ans.   En panne d’inspiration ? Pas vraiment…  Je crois simplement que parfois il faut se répéter.  Il faut dire inlassablement qu’on ne joue pas impûnément avec des allumettes…  et qu’on ne doit jamais penser  que l’ennemi est vaincu parce qu’il a trébuché… Seulement, dit le I Ching, quand « ses cendres ont été dispersées par le vent » . Prenez le racisme aux USA, par exemple…

***

45 ans après le fameux discours de Martin Luther King, rêvant tout haut que les Noirs en Amérique  seraient comme des Blancs, le rêve a pris forme, ce jeudi 28 aout 2008, dans un stade de Denver, Colorado, devant 80 000 personnes, dont un quart d’Afro-américains occupant bien leur place.  En choisissant Barack Obama comme leur candidat à la présidence, les Démocrates ont annoncé que ceux des Noirs qui avaient  fait le pari de faire confiance aux Blancs  – Les “Oncle Tom” – avaient eu raison contre Malcolm X  et que l’égalité était arrivée aux USA.

C’est l’égalité par la grande porte qui est arrivée pour les Noirs d’Amérique, avec en prime un droit de regard sur le choix du maître du monde qui  trône à Washington et qui sera celui qu’ils voudront.  Celui qu’ils voudront, parce qu’en votant comme un bloc – 91% ! – pour  l’un des leurs, ils rendent bien probable sa victoire sur l’autre prétendant, vieillard au demeurant assez désagréable, mais dont le clivage partisan aux USA aurait pu faire malgré tout un gagnant.

91%. Les Noirs d’Amérique vont voter comme un seul homme. The Man – le Blanc, dans le slang des ghettos urbains, où il n’est plus présent que comme une petite touche pour faire contraste – va au contraire continuer son appui coutumier, tel aux Démocrates, tel aux Républicains, obéissant à ses tropismes acquis pour réagir à la seule lumière à laquelle l’auront rendu sensible les médias qu’il fréquente.

Les Blancs d’Amérique se partageront entre les deux partis, à parts égales ou presque, comme ils ont accoutumé de le faire. Comme on a voulu qu’ils le fassent, afin qu’un minimum d’effort soit requis pour faire pencher  la charge  de-ci de-là et guider la bicyclette  sociale sans sembler tenir le guidon.   Les Blancs américains devraient se scinder en deux, car ils n’ont pas la solidarité des espèces menacées.    C’est le vote des Noirs qui fera la différence. Oncle Tom aura la balance du pouvoir.

Faut-il se plaindre, si c’est ce vote noir massif qui va devenir la clef du changement ?  La clef pour qu’on mette fin a un impérialisme et un individualisme forcené qui détruisent l’Amérique, avec des mercenaires en Irak et des tireurs fous sur les campus ?

Faudrait-il s’en plaindre, même si l’hypothèse était évoquée d’un angélique complot qui aurait prévu de longue date faire  de ces élections un choix clair de western entre le Bien et le Mal, pour qu’associant le Noir et le Bien on en finisse avec le racisme et que l’Amérique puisse affronter unie les défis d’un monde où sa prépondérance s’achève ?

S’en plaindre, certes pas, mais s’en inquiéter, peut-être. Il n’y aurait rien que de bien favorable à ce qu’une majorité d’Américains préfèrent ce qu’offre Obama à ce qu’offre McCain, sans égard  à la couleur de sa peau, mais est-ce bien çà que l’on est à vivre ?

Considérant l’état de la société et de l’économie américaine, il est troublant qu’une majorité de ceux aux USA qui n’appartiennent PAS à la communauté noire, favorisent aujourd’hui le Parti Républicain, porteur de guerre, de pauvreté, de turpitude morale et de mensonges si énormes qu’on voit presque tiquer ceux qui les profèrent.   Est-on vraiment en train d’exorciser le racisme, ou n’est-on pas à l’instrumentaliser pour la bonne cause… et vice-versa ?

La victoire annoncée d’Obama, qui doit marquer l’accession des Américains à une société sans préjugés, est présentée comme le triomphe du melting pot qui devait les rendre tous semblables, mais n’est-elle pas plutôt, paradoxalement, celui d’un communautarisme  qui s’installe  à demeure et qu’il n’est pas  politiquement correct de contester, ni même d’évoquer, puisque le résultat est celui dont on a rêvé ?

Jusqu’où la fin justifie-t-elle les moyens ?  À partir de quelle dose le soma qui fait rêver risque-t-il d’induire un cauchemar ?  Si on en croit les sondages, Obama, s’il est élu en novembre, le sera vraisemblablement malgré un soutien majoritaire à son adversaire de la population blanche. Une  population  blanche  dont les prévisions démographiques nous informent que, dans une génération, elle sera devenue  une minorité.

Le risque est bien réel que les prochaines élections et leurs séquelles transforment déjà par anticipation  cette population blanche déclinante en une « communauté », se distinguant des autres communautés, perçues toutes ensemble comme « les autres ».  Si cette identification communautaire  a lieu avant novembre, le vote des Blancs ne se scindera plus en deux ; elle signifiera une victoire de McCain. Les Noirs américains le prendront mal, mais on trouvera bien prétexte à l’expliquer autrement. Si elle a lieu après, toutefois, ce sera plus grave…

La situation dont héritera le futur président des USA sera critique, quasi désespérée.   La société américaine est tarée, non seulement par des inégalités sociales, mais par des inégalités économiques qui ont atteint le point de rupture.  Son économie de production et ses finances reposent sur  des concepts battus en brèche. La puissance militaire de l’Amérique, incontestable, est néanmoins si mal adaptée aux exigences des conflits modernes qu’elle pourrait tout aussi bien ne pas exister.

Pire, l’Amérique est vue comme responsable de la crise financière mondiale qui menace et – on le voit sur tous les blogues – d’une résurgence possible de l’impérialisme russe dans un contexte de guerre froide.   On l’accuse de tous les péchés d’Israel et on regarde, goguenard, la Chine qui la rejoint et la dépasse sur tous les plans. Le prestige des USA est à son nadir. On n’aime plus l’Amérique.

Si Obama renverse cette situation à l’avantage de l’Amérique, il prendra sa place avec Washington et Lincoln.  Les dieux n’ont pas de couleur – l’Inde védique les peignait en bleu ! – et  qui veut se souvenir  de la couleur bistre imprécise de Dumas ou de Pouchkine ?  S’il n’y parvient pas, toutefois,  il se pourrait bien que le communautarisme blanc naissant aux USA cherche à grandir et à tirer ses lettres de roture d’une opposition  à Obama, présenté  alors soudain comme la source de tous les maux.

Si Obama ne fait pas de miracles, le risque est grand  qu’une opposition irréfléchie, inconditionnelle se manifeste.  Le risque d’un  rejet viscéral d’Obama et d’un profond mépris pour ses « échecs”  et  sa «différence ».   Un racisme intolérant, voire haineux,  pourrait alors apparaître aux USA.   C’est ce pari quitte ou double contre le racisme que signifie la candidature d’Obama.   Apprécions en la promesse, mais n’en mésestimons par les dangers.

Pierre JC Allard

***

Pourquoi reprendre ce texte aujourd’hui ?  Parce que Obama n’a pas fait de  miracle  et qu’un racisme intolérant, voire haineux,  semble pointer aux USA.    Il n’est plus du tout certain qu’Oncle Tom gagnera son pari. Or, s’il le perd, quelle sympathie  et quel espoir pourra-t-on encore garder aux USA  ?

30 pensées sur “Le pari d’Oncle Tom

  • avatar
    26 juillet 2010 à 6 06 32 07327
    Permalink

    L’auteur écrit:
    « On l’accuse de tous les péchés d’Israel (…)
    Si Obama ne fait pas de miracles, le risque est grand qu’une opposition irréfléchie, inconditionnelle se manifeste. Le risque d’un rejet viscéral d’Obama et d’un profond mépris pour ses « échecs” et sa «différence ». Un racisme intolérant, voire haineux, pourrait alors apparaître aux USA. C’est ce pari quitte ou double contre le racisme que signifie la candidature d’Obama. Apprécions en la promesse, mais n’en mésestimons par les dangers. »

    Bien d’accord. Les péchés d’Israel, tout comme la guerre en Afghanistan et la catastrophe de BP, ne sont pas la responsabilité d’Obama, malgré qu’on lui mette tout ça sur le dos un point que ç’en est c’est risible. On peut même voir des exemples de cette boucémissairisation insensée d’Obama ici même sur le site des 7 du Québec! Mais dans ce cas-ci, c’est pas le racisme qui motive l’anti-Obamisme irraisonné. D’autre part, il faut aussi prendre conscience que plus on va traiter les idiots utiles du « Tea Party » de « racistes », plus on nourrit leur délire paranoïaque anti-Obama, plus on banalise le racisme qu’on croit combattre et plus on le nourrit! C’est un peu comme le chantage à l’antisémitisme qui est tellement sur-utilisé qu’il finit, à la longue, par transformer de simples antisionistes humaniste en antisémites radicaux. J’en sais quelque chose…

    Je suis d’accord avec le propos global de l’auteur, sauf pour la partie sur la menace supposée d’un réveil de l’impérialisme communiste russe (LOL) lié à l’échec patent de l’américanisme capitaliste – une peur qui relève de toute évidence d’un délire paranoïaque. La Russie n’a pas de visées impérialistes, elle veut juste retrouver sa grandeur d’antan, tout comme les Allemands Nationaux-socialistes, qui demeurent les plus incompris de l’histoire humaine (bien que la popularité grandissante du révisionnisme historique soit en train de changer progressivement les mentalités).

    Répondre
  • avatar
    26 juillet 2010 à 23 11 10 07107
    Permalink

    Obama dans la fosse aux lions.

    Il s’est battu pour la présidence, il l’a obtenue! Je me demande s’il parvient à dormir. Je crois qu’il prend conscience de ses limites, mais il est un pragmatique taillé sur mesure pour ce type d’emploi, dans le contexte actuel.

    Je constate que les racistes, le « tea party », la droite républicaine, font énormément de tapage mais à mon avis, ils ne sont pas vraiment représentatifs de la majorité.

    Oui, les américains sont déçus. Je prétends que leur déception est à la hauteur des attentes crées par le candidat Obama dans ses discours surréalistes destinés à ressusciter le rêve américain, lequel a pris des allures cauchemardesques.

    La situation est tellement grave, désastreuse, que les jugements que l’on pourrait porter sur le président en place ne sauraient être tributaires d’un reversement de celle-ci. Retourner la situation équivaudrait à une révolution dont je n’entrevois pas l’émergence.

    Après avoir incarné le rêve, Barack Obama personnifie l’acceptation courageuse de la réalité, soit celle d’un empire sur son déclin, à la merci des barbares.

    Répondre
  • avatar
    26 juillet 2010 à 23 11 58 07587
    Permalink

    @ Aimé Laliberté

    Il y aurait au moins une bonne dizaine d’articles a faire et à publier sur Cent Papiers a partir de vos commentaires…

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    28 juillet 2010 à 11 11 14 07147
    Permalink

    PJCA,

    J’espère que mes commentaires sont utiles, même si j’ai parfois l’impression de discuter seul.

    Sur le fond de l’article, je ne crois pas que la déconfiture d’Obama fera augmenter les tensions raciales entre blancs et noirs aux É-U.

    Je ne crois pas que le débat se situe à ce niveau.

    Je crois qu’on assiste plutôt à la destruction planifiée de la classe moyenne des É-U (toutes couleurs confondues), ce qui est compatible avec l’objectif d’un gouvernememnt mondial unique, et la nécessité d’abaisser le niveau de vie des habitants des pays occidentaux pour qu’ils acceptent de se soumettre à la nouvelle autorité, et renoncent un peu plus à leur liberté, en échange de quelques privilèges éphémères.

    Sous Obama, les É-U continuent le virage socialiste/communiste entâmé depuis plusieurs années.

    Les blancs sont le groupe ethnique aux É-U qui sera le plus affecté, car ils consituent la majorité de la classe moyenne et des mieux nantis qui sont dans la mire des gouvernements.

    À moyen terme, la propriété privée sera carrément abolie.

    Et ça s’en vient au Québec et au Canada, les ptis zamis.

    Les taxes vont aller en augmentant, car les gouvernements sont trop endettés.

    Le secteur privé n’est plus capable de supporter un tel fardeau, tout en devant concurrencer avec des pays étrangers qui utilisent des quasi-esclaves pour produire leurs biens.

    Les mises à pied dans le secteur privé seront compensées par l’embauche de nombreux nouveaux fonctionnaires dont le travail consistera à appliquer des règlement toujours plus abusifs, collecter des amendes, et saisir la propriété des mauvais payeurs, pour le bien collectif évidemment (ex. : combattre le réchauffement climatique, l’alcool au volant, la vitesse sur les routes; protéger les enfants, les aliments, votre danté, etc…)

    La mondialisation est un mensonge, les zamis.

    La perte de souverainté de votre pays n’est pas à votre avantage. Laisser une Chinoise de l’OMS décider si vous avez besoin d’être vacciné n’est pas à votre avantage les zamis.

    Tous les partis politiques du Québec et du Canada (sauf le Parti de l’action canadienne) sont en faveur de la mondialisation.

    Obama et la mondialisation, c’est la fin de tout ce qui devrait vous tenir à coeur les ptits zamis.

    Bonne journée quand même.

    Répondre
  • avatar
    29 juillet 2010 à 0 12 43 07437
    Permalink

    @ Aimé Laliberté

    J’apprécie vos commentaires. Je m’évertue d’ailleurs à vous dire que j’aimerais bien que plusieurs soient publiés comme articles sur CentPapiers.

    Si vous avez l’impression de discuter seul, c’est qu’il n’y a pas vraiment place à controverses entre nous. Je ne vois pas d’erreurs de faits ou de failles logiques dans vos raisonnements qu’on pourrait corriger et qui vous convaincrait de penser autrement. Juste une vision du monde cohérente…, mais que je ne partage pas

    À partir de nos visions respectives, nous différons souvent d’opinions, mais ce ne sont justement que des divergences d’opinions.

    Prenons seulement ici un exemple. Vous dites:

    « Je ne crois pas que la déconfiture d’Obama fera augmenter les tensions raciales entre blancs et noirs aux É-U. (…) Je ne crois pas que le débat se situe à ce niveau. »

    Je ne crois pas non plus que le débat essentiel se situe a ce niveau… mais je suis convaincu qu’il aura pour conséquence une augmentation significative des tensions raciales entre blancs et non blancs. Cette conviction repose sur un faisceau d’expériences personnelles qui constitueraient autant d’anecdotes… mais jamais une preuve.

    Votre propre opinion, découlant de VOS expériences, ne constitue pas non plus une preuve. C’est l’avenir qui dira lequel de nos deux dossiers était le meilleur « prédicteur ». Et la marge d’imprécision dans les mots comme « significatif » et « essentiel » fera que ni vous ni moi n’aurons totalement tort.

    Quand vous dites « la classe moyenne toutes couleurs confondues »…mais continuez en soulignant que « les Blancs aux É-U consituent la majorité de la classe moyenne », comment pourriez-vous ne pas avoir raison quoi qu’il arrive ?

    Vous pensez qu’un corporatisme pur et dur – qui ressemblera beaucoup au regime de l’URSS dans sa dernière phase, je l’ai dit moi aussi – s’établira peu a peu. Je le crois aussi, mais je crois que ce regime ne sera qu’une transition vers autre chose de beaucoup plus libertaire. Je ne vois pas de raison de discuter sur le calendrier, qui est pure spéculation « éclairée ».

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    29 juillet 2010 à 2 02 00 07007
    Permalink

    « À moyen terme, la propriété privée sera carrément abolie. »

    T’se y’as des hopitaux psychiatriques qui soignent les gens comme toi.

    NWO…yeah right…y’as jamais eu autant d’états indépendant dans l’histoire…mettons que ca serais plus simple pour ton complot qu’il y’en ai moins.

    Ce qui est simple mais les drettistes et libermachin comprenne pas c’est que LA DISPARITÉ RICHE-PAUVRE S’ACCROIT….et vous nous parlez de socialisme.,…ehh misère…la même gang de crétins qui chiale aujourd’hui disais pas un criss de mot quand Bush et ses sbires dépensais sans regarder pour 2 guerres inutiles et en plus a eu le culot de donner des tax breaks aux riches….pis les morons dretteux qui gagne 50,000$ par année applaudissaient…..gang de caves

    Trop bornes par votre dogme que le capitalisme c’est bon vous voyez pas que les des sont pipes…ceux qui ont le contrôle lâcheront pas le morceaux …et vous au lieu de dire « Les riches font trop de cash..la classe moyenne agonise!! » vous nous répétez que non ils ont droit de faire 60 millions par année et avoir des paradis fiscaux….et si tu perd ta job de 20$ de l’heure au profit d’un Chinois a 2$ de l’heure t’as rien a te trouver une job

    Vous devriez lire Noam Chomsky et Leo Paul Lauzon…peut etre vous deviendriez plus conciliant avec les humains

    Répondre
  • avatar
    29 juillet 2010 à 9 09 23 07237
    Permalink

    @Stephane G.

    Tu écris : ‘y’as jamais eu autant d’états indépendant dans l’histoire’.

    De quoi tu parles au juste? Tous ces états que tu crois indépendants, comme le Canada par exemple, sont tenus par les couilles par la Banque centrale, les banquiers internationaux, les lobbys de corporations et de multinationales (que tu sembles par ailleurs détester).

    Je ne suis pas certain que tu ais compris le sens de mon commentaire.

    Je crois aux vertus de la libre entreprise et je suis tout-à-fait contre le socialisme, lequel est une forme de vol.

    Si c’est ça que tu me reproches, je suis d’accord.

    Répondre
  • avatar
    29 juillet 2010 à 9 09 51 07517
    Permalink

    @ Stephane G,

    La plupart des ‘ riches’ dont tu parles qui font 60 millions $ par année sont justement ceux qui profitent du système socialiste dans lequel nous vivons.

    Si tu ne sais pas reconnaître que nous vivons DÉJÀ dans un système socialiste, tu devrais faire quelques recherches.

    Répondre
  • avatar
    29 juillet 2010 à 21 09 04 07047
    Permalink

    Aimé Laliberté

    Socialiste?….ou c’est tu voit ca toi socialiste…Cuba est socialiste…Ici c’est le « Capitalisme Crosseur »…le capitalisme existe pas….c’est une gang de croches qui ont le controle et qui rient de nous …toi inclus …ce qui te rentre pas dans la tète c’est que les hommes ont tendance a être crosseur quand ils ont l’argent et le pouvoir …et t’es la a vouloir que les riches paient moins de taxes car tu croit au trickle down economy

    T’es vraiment un con de 1ere classe

    Répondre
  • avatar
    29 juillet 2010 à 23 11 17 07177
    Permalink

    Aille Féfane…

    Si tu ne comprends pas que l’éducation fournie par l’état, les soins médicaux fournis par l’état, le sauvetage des banques avec l’argent de l’état garanti par les contribuables, les réseaux de télé et de radio autorisés par l’état, l’impôt des particuliers, les subventions aux entreprises etc… sont toutes des mesures socialistes, voire communistes, c’est toi qui est un connard, pas moi.

    Répondre
  • avatar
    30 juillet 2010 à 18 06 32 07327
    Permalink

    Vous ne saviez pas que les États-Unis étaient socialistes, voire communistes?…

    Ce que je ne comprends pas de leur gouvernement communiste c’est qu’il ait combattu le socialisme et le communisme comme l’axe du mal, à l’échelle planétaire et jusque dans ses derniers retranchements.

    Franchement c’est mêlant sans bon sens!

    Au fait, l’école de Chicago, c’est un incubateur de théories Marxistes-Léninistes?

    Les lois du marché, le néo-libéralisme, la déréglementation, ça s’inspire de la lutte des classes?…

    Pourquoi les communistes américains ont-ils traqué et exécuté leur camarade « Che » en Bolivie?

    Je me rends bien compte de mon ignorance totale de l’histoire du socialisme américain, à ma courte honte, je n’ai évidemment rien compris.

    Ahhhhhh, mais je comprends soudainement pourquoi ils ont assassiné Salvator Alende, il était à la tête d’un gouvernement « démocratiquement » élu. Et tout le monde à part moi, sait que les communistes amaricains ont en horreur la démocratie étrangère. Pinochet ressemblait davantage à Staline…il était donc plus apte à embrasser les théories marxistes de l’école de Chicago. Tout s’éclaire dans mon esprit!

    Par contre, je ne comprends pas pourquoi les zuniens n’aiment pas Hugo Chavez, un socialiste convaincu. Diantre!

    Mais attendez un peu…ça doit être parce que ce sont des socialistes qui ont causé la dernière crise financière mondiale, les coquins!

    J’avais tout faux. Ce n’est pas la couleur de la peau du président qui fait baver de rage les extrémistes fanatiques, c’est à cause de ses allégeances marxistes. Donc les amaricains ne seraient pas tous communistes, ouf!, il y a de l’espoir!

    Répondre
  • avatar
    30 juillet 2010 à 22 10 12 07127
    Permalink

    @Daniel Charette

    Imaginez-vous donc que moi aussi j’avais tout faux. J’ai toujours cru que si mes voisins lançaient des oeufs dans mes fenêtres et vidaient des sacs de poubelles dans la barboteuse de ma fille, c’était à cause de sa couleur qui ressemble beaucoup à celle d’Obama et parce que je suis une sale traître à ma race, ce qui à d’autres époques m’aurait valu une belle place au cimetière. Mais là, je m’aperçois que c’est parce que ces gens pensaient, à tort, que je suis une disciple de Milton Friedman et de ses petits copains.

    Pourtant, j’ai toujours pensé que la terre appartenait à tout le monde et que nous n’étions que des locataires et je me suis toujours comporté strictement en locataire. Mais il semble que certains ont cru que je représentais une menace pour la suprématie incontestable de leur idéologie, race et que je devais être éliminée.

    Ici même sur le site des sept, on m’a suggéré d’aller me suicider parce que je trouvais que notre espèce était un peu trop polluante. Donc, les écolos devraient laisser leur place aux libertariens, qui eux ont vraiment à coeur l’avenir de la planète et la diversité des idées, en autant qu’on partage leur pensée unique. Euh…. c’est vrai, c’est dur à suivre leur histoire finalement.

    Bon, vous et moi, on est bon pour la rééduc. Ça nous apprendra à confondre socialisme et technocratie.

    En tout cas, je ne me serais jamais imaginé que mes voisins pouvaient si facilement deviner mes affinités avec Hugo Chavez et Evo Morales. J’ai toujours pensé que mes affiches du Che n’étaient pas visible de la rue.

    Promis, à l’avenir, je laisse ma fille et mon ex au garde-robe. Être hétéro, finalement, c’est bien vu pour le sexe seulement. Pour la race et l’économie, mieux vaut être homo!

    Répondre
  • avatar
    31 juillet 2010 à 9 09 04 07047
    Permalink

    Daniel C, Terez L et Stephane G,

    On enseigne que nous vivons dans un système capitaliste ou de libre-entreprise, mais la présence accrue de l’état dans plusieurs secteurs d’activité économique, la hausse continue des taxes, permis, et droits exigibles, les conditions et limites imposées par les lois et la règlementation toujours plus sévères, etc… sont tous des facteurs qui réduisent la liberté de l’individu et qui augmentent le pouvoir et l’influence de l’état.

    Les É-U ont dépensé quelques trillions de dollars pour sauver les banques en 2008, payer les pots cassés de Fanny May et Freddie Mac, acheter GM, et j’en passe.

    Peut-être que ce n’est pas du ‘socialisme’ dans le sens usuel du terme, i.e. on taxe et on fait des beaux programmes, comme les garderies à 5$ par exemple, mais ce n’est certainement pas le système capitaliste ou de libre-entreprise que vous croyez.

    Répondre
  • avatar
    31 juillet 2010 à 20 08 28 07287
    Permalink

    @Aimé

    Ça fait partie du problème justement. Quand on parle de capitalisme, on parle de liberté pour le capital, pas pour les êtres humains, liberté du commerce, libre-échange des marchandises pouvant aller jusqu’au libre-échange des humains lorsque ceux-ci sont réduit à l’état de capital humain.

    Quand on parle de socialisme, on parle de redonner la priorité à l’humain et de remettre le capital à la place qu’il aurait toujours du avoir, celui d’outil.

    Mais il semble que cet objectif, tout modeste qu’il soit, soit hors d’atteinte dans nos belles civilisations industrielles. Mais je crois qu’il faut quand même continuer d’essayer de remettre le système au service des humains. Pour l’instant, c’est nous qui somment au service du système, au service du capital.

    Ce sont les humains qui devraient être libres, pas les marchandises, les moyens de les produire ou leur circulation. Le capitalisme d’état est encore du capitalisme. Le socialisme et le collectivisme sont deux choses différentes. Une société et une collection, ce n’est vraiment pas la même chose.

    Répondre
  • avatar
    31 juillet 2010 à 20 08 30 07307
    Permalink

    Oups, correction, qui sommes

    Répondre
  • avatar
    31 juillet 2010 à 21 09 22 07227
    Permalink

    Non le capitalisme d’état, est de l’étatisme…

    Vous êtes pas tanné de toujours changer le sens de LA réalité

    Pour ça:

    «Ce sont les humains qui devraient être libres, pas les marchandises, les moyens de les produire ou leur circulation.»

    Hahahaha

    Je veux cultiver ma terre LIBREMENT et vendre les produits de cette terre LIBREMENT, mais je ne peux pas, car l’état l’interdit. L’homme ET SON travail doivent jouir à 100% de cette liberté, en même temps. Nous ne pouvons pas séparer les 2…

    Me semble que c’est la base

    Allez-vous finir par comprendre que vos théories droite-gauche nous menent vers la dictature?

    TOUT CE QUI VA MAL DANS CE MONDE EST CAUSÉ PAR L’ÉTAT. Oui à la base, c’est le coeur de l’homme qui cause le mal, mais ce que je veux dire, c’est PAR l’état que nosu avons des inégalités, des injustices, des banciers hyper puissants, des guerres, etc.

    Et c’est facile à démontrer: à chaque fois qu’un étartiste de gauche dit: «blablabla, les riches, le capitalisme et blablabla, et l’état doit venir ‘discpliner les marchés et blablabla»

    Je peux vous démontrer qu’à la base, SANS les interventions de l’état (sous toutes ces formes), tout cela ne serait pas possible.

    Les multinationales ne pourraient pas exister sans les multiples interventions de l’état.

    Votre naivité me déourage.

    J’en ai marre.

    Répondre
  • avatar
    31 juillet 2010 à 21 09 40 07407
    Permalink

    @ Aimé Laliberté qul pense être le seul à penser comme lui…

    Oh que non, presque tous les gens sages (et trop simple pour nos «grands« penseurs étatistes?), et non contaminés par de longues études en brainwashing droite-gauche, pensent exactement comme nous. Nous sommes majoritaire !

    Mais ceux qui écoutent trop et surtout croient les médias du troupeau et répètent presque mot pour mot leur discours, sont ici sureprésenter..

    Les individus qui pensent que «tout est relatif», que toutes les idées se valent, les nihilistes, les immoraux, que la nature humaine n’existe pas, que l’état n’est pas TOUJOURS à la source de TOUTES les plus grandes oppressions, disent que cela est un discours «de droite» ou «populiste»…

    Quand nous seront tous sous une dictature mondiale, il vont -peut-être- enfin comprendre à quel point ils étaient naifs.

    Répondre
  • avatar
    1 août 2010 à 13 01 19 08198
    Permalink

    Ma propre liberté ne dépend pas de circonstances extérieures. Une personne qui n’est pas libérée intérieurement ne pourra jouir d’aucune autre forme de liberté. L’individu totalement affranchi le demeurera, peu importent l’épaisseur des murs et le nombre de barreaux qui l’entourent. Ghandi et Mandela entre autres, étaient aussi efficaces en-dedans qu’en-dehors…

    Commencer par le début consisterait à me dégager un espace de liberté intérieure tout en respectant celui des autres. « Vivre et laisser vivre ».

    Je crois en la nécessité d’une structure, d’une certaine organisation sociale. Pour moi, l’État appartient au peuple qui est souverain. Il appartient à tout le monde. La démocratie, gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple m’apparaît comme un idéal qui mérite d’être poursuivi.

    La sociale-démocratie me plairait bien. L’idée d’une démocratie responsable, soucieuse du mieux-être des plus pauvres parmi les pauvres me conviendrait parfaitement. La compassion, la justice, l’équité, étatisées, pourraient se substituer à la recherche obsessionnelle d’accumulation de richesses personnelles au plus grand détriment des communautés ainsi que des écosystèmes.

    « La terre est à tout le monde et je suis de cette race de monde. » (Félix Leclerc).

    Répondre
  • avatar
    1 août 2010 à 15 03 56 08568
    Permalink

    Je constate que des posts de Aimé Laliberté et de Philippe David ont été enlevés. Je n’ai pas demandé la suppression de ces posts. On peut me dire ce qui s’est passé et pourquoi ?

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    4 août 2010 à 18 06 57 08578
    Permalink

    « La sociale-démocratie me plairait bien. L’idée d’une démocratie responsable, soucieuse du mieux-être des plus pauvres parmi les pauvres me conviendrait parfaitement. La compassion, la justice, l’équité, étatisées, pourraient se substituer à la recherche obsessionnelle d’accumulation de richesses personnelles au plus grand détriment des communautés ainsi que des écosystèmes. »

    Sacrament……… ok j’vais aller me fumer un gros gros gros gros join, mettre des lunettes roses et regarder les shtroumpf, j’aimerais vraiment être aussi naif que vous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *