La fin du « Rêve Américain »

Bibeau.robert@videotron.ca            Éditeur  http://www.les7duquebec.com

 

La mystique américaine… qui en rêve encore ?

 

Les réalisations de l’épopée mystique des pèlerins du MayFlower n’auront duré que quatre siècles finalement. Le bilan est lourd cependant. Cette ex-colonie de peuplement, formée de colons désespérés – des réfugiés de l’Angleterre Anglicane intégriste, conquérante et acrimonieuse –  l’Angleterre impérialiste à son apogée – aura tué des centaines d’ethnies amérindiennes; aura massacré des Français au Nord, des Espagnoles au Sud, des Mexicains à l’Ouest; et des millions de citoyens d’autres nationalités, des Allemands, des Japonais, des Coréens, des Vietnamiens, tous les peuples d’Amérique latine, chacun leur tour, et certains, comme les Haïtiens, à maints retours; tuer la piétaille-mercenaire au Moyen-Orient, après les avoir recrutés en tant que djihadistes « faisant du bon boulot » (sic) et maintenant c’est le tour des peuples d’Afrique, avant que les Chinois ne passent à la moulinette.

 

Ce n’est pas nous qui l’affirmons, ce sont les caciques qui l’attestent « Le Rêve américain … Les Américains eux-mêmes n’y croient plus ! » (1) La litanie des plaintes s’égraine tel un chapelet de prières mortuaires :

 

« Nos politiciens sont restés les bras croisés alors que des millions d’emplois bien rémunérés ont été délocalisés à l’étranger, que l’infrastructure économique s’est complètement volatilisée et qu’une multitude de petites entreprises ont été étouffées par des kilomètres de formalités administratives. Maintenant, on en récolte les effets. Aujourd’hui aux États-Unis, dans 20 % des familles américaines, plus personne ne travaille, et plus de 102 millions d’Américains sont sans emploi.  (…)  51 % de l’ensemble des travailleurs américains gagnent moins de 30.000 dollars par an. Et la Réserve fédérale indique que 47% des Américains sont incapables de sortir 400 dollars pour couvrir les frais relatifs à une urgence imprévue sans devoir emprunter ou vendre quelque chose. » (2)

 

Face au calvaire du prolétariat étatsunien, il ne faut surtout pas adopter une attitude idéaliste ni une vision métaphysique ou spiritualiste, présentant le monde, alternativement comme un enfer sur terre, où chacun subit son châtiment, puis un ciel mérité où ils pourront psalmodier les psaumes à la félicité et la grandeur de l’Oncle Sam, notre ami yankee sous le règne de Barak ou de Donald (sic).

 

Ainsi, une critique idéaliste de la saga américaine écrit ceci : « Mais nos dirigeants continuent à faire comme si de rien n’était. Ils appliquent toujours les mêmes méthodes qui ne fonctionnent pas, tout en conservant l’espoir d’obtenir des résultats différents (…) C’est souvent le constat que font, en ces termes, Paul Craig Roberts, Kunstler, Butler, Derbyshire … Ces gens sont nostalgiques de l’Amérique de leur jeunesse, celle de « L’American Way Of Life » (3).

 

Nous nous inscrivons en faux face à de telles assertions. Ces politiciens poltrons ne sont pas « nos » dirigeants, mais bien « leurs » dirigeants, à ceux d’en face, qu’ils nous demandent de plébisciter lors d’élections truquées à intervalle régulier. Heureusement, près de 70% des ouvriers américains et autant d’ouvriers français n’ont pas participé aux dernières mascarades électorales. Parait qu’il en est ainsi dans d’autres pays (4).

 

 

Les lois imparables de l’économie politique capitaliste.

 

Il faut bien comprendre que « leurs dirigeants politiques » ne font qu’appliquer les règles de l’économie capitaliste, ils n’ont aucune alternative, aucun autre choix, aucune autre possibilité. Le mode de production capitaliste est ainsi fait que nul ne peut y contrevenir.

 

Un exemple simple servira d’illustration. Chacun connait la monnaie – chacun sais que mondialement « leurs dirigeants » se doivent d’appliquer une politique monétaire commune que pourtant chaque prétendant à la gouvernance politique prétend différente de celle de ses concurrents « aspirants dirigeants », que ce pays soit ou non membre de l’ALENA, ou de l’Union européenne.

 

Voici une situation réelle vécue mondialement depuis vingt ans. Il y a plusieurs années, la consommation nationale et mondiale de marchandises s’affaissant, toutes les banques centrales du monde ont abaissé leurs taux d’intérêt préférentiels, histoire d’accroitre le crédit, c’est-à-dire la quantité d’argent en circulation, afin de relancer la consommation et par ricochet la production (de plus-value). Elles ont toutes appliqué le même remède suicidaire à la suite de la FED américaine. Il en résulta une réduction des taux d’intérêt sur les prêts, donc le cout de l’argent diminua et sa « profitabilité » également. Les banques imprimèrent de l’argent à profusion (3 dollars de monnaie pour chaque dollar de production). Mécaniquement, l’argent, comme l’eau qui coule, chercha d’autres débouchés pour se «valoriser» et pour «profiter», car c’est la fonction de l’argent (capital) de s’accumuler (5). Ils imaginèrent alors les investissements spéculatifs très risqués, tellement risqués qu’ils n’étaient adossés à aucune valeur réelle et qu’ils s’effondrèrent soudainement avec leurs « subprimes » de pacotilles. On connut également une recrudescence des abris fiscaux au Panama et dans de multiples planques fiscales illicites ou illégitimes, toutes plus connues les unes que les autres de « leurs  dirigeants » politiques (6). Tous appliquèrent le même stratagème, tous les riches s’entend, peu importe leur nationalisme, une fumisterie politique tout juste bonne à faire s’étriper les pèquenots sur les champs de bataille nationalisés. Et « leurs dirigeants » regardèrent passer la parade, impuissant. Aujourd’hui, 100 000 milliards de dollars errent à la bourse à la recherche de « valeurs ».

 

Enfin, dernier acte de la saga de la monnaie mondialisée, toutes les banques centrales du monde après avoir copieusement inondé les marchés de papier monnaie dévaluée  préparent maintenant une remontée graduelle des taux d’intérêts de façon à rendre les investissements plus alléchants, et les prêts d’argent plus payants de façon à permettre aux riches de continuer à rançonner leur prolétariat national (même au Kurdistan- Rojava libéré) (sic) !

 

Et vous savez ce qu’il adviendra suite à cette hausse des taux d’intérêt pour les prolétariats du monde entier surendetté (endettés parce que leur salaire n’augmente pas alors que les prix grimpent dans chaque pays libéré – néocolonisé) ?  Des centaines de millions de chômeurs et des centaines de millions de travailleurs vont tout perdre sous les griffes des huissiers et les banques grevées de ces millions de mauvaises créances vont réclamer de « leurs dirigeants » l’assistance de « l’État providence » pour les riches alors que la go-gauche va pleurnicher, manifester et pétitionner futilement contre cette iniquité, réclamant que les dirigeants des riches leur rendent leurs «acquis sociaux». Du « Déjà vu ».

 

 

Nous venons de décrire le scénario d’une vraie politique structurante mondialisée. Mais dites-nous chers lecteurs, quel « dirigeant » politique s’est opposé avec succès, et dans la durée (sans se faire tuer ou renverser) à cette politique structurante du Grand capital mondialement appliquée ?

 

Il est illusoire et autiste de prétendre que « leurs dirigeants » appliquent tous les mêmes méthodes « en croyant à des résultats différents ». Ils n’ont pas cette innocence. Leurs dirigeants sont poings et pieds liés dès qu’ils acceptent le «job politique» et ils ne prennent aucune décision qui aille à l’encontre des lois impératives de l’économie politique capitaliste. La semaine dernière nous avons fait la démonstration de comment Donald Trump, l’anti-establishment, est rentré dans le rang de l’establishment en moins d’un an (7). Voilà pourquoi nous disons que tous ces polichinelles, candidats aux mascarades électorales occasionnelles, c’est blanc-bonnet et bonnet-blanc, ce que les prolétaires savent déjà, il n’y a que la go-gauche qui ne le sait pas.

 

La solution.

 

Il n’y a qu’une seule et unique façon de réparer les erreurs, non pas de l’homme blanc, comme le prétendent les Jésuites de la pastorale dominicale, mais les décisions des « dirigeants capitalistes au pouvoir ». Il est faux de prétendre que nos pères, soudeurs ou plâtriers de leur métier, aient une quelconque responsabilité dans la politique monétaire ou colonialiste mondiale. L’unique correctif sera de renverser leur mode de production moribond et de construire un nouveau mode de production radicalement différent, communiste prolétarien (nous n’avons pas écrit socialiste vous aurez remarqué). Nous spécifions « prolétarien » afin de distinguer ce nouveau communisme socialiser du communisme primitif.

 

 

NOTES

 

 

  1. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/le-reve-americain-les-americains-eux-memes-ny-croient-plus/
  2. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/le-reve-americain-les-americains-eux-memes-ny-croient-plus/
  3. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/le-reve-americain-les-americains-eux-memes-ny-croient-plus/
  4. Mascarades électorales sur notre webmagazine http://www.les7duquebec.com/?s=mascarade+électorale
  5. N’en déplaise à l’ONG OXFAM qui pétitionne pour obtenir l’aumône des milliardaires. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/la-richesse-continue-de-se-concentrer-au-sommet/
  6. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/la-richesse-continue-de-seconcentrer-au-sommet/
  7. http://www.les7duquebec.com/7-au-front/le-nouveau-donald-trump-reformater/

 

 

 

QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS L’IMPÉRIALISME MODERNE

 

Robert Bibeau


COMMANDER SUR AMAZON

https://www.amazon.ca/Question-nationale-r%C3%A9volution-prol%C3%A9tarienne-limp%C3%A9rialis/dp/2343114749/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496234995&sr=8-1&keywords=Robert+Bibeau

Commander la version eBooks

 

 

 

QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS L’IMPÉRIALISME MODERNE

 

Robert Bibeau


COMMANDER SUR AMAZON

https://www.amazon.ca/Question-nationale-r%C3%A9volution-prol%C3%A9tarienne-limp%C3%A9rialis/dp/2343114749/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496234995&sr=8-1&keywords=Robert+Bibeau

Commander la version eBooks

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétaire depuis 40 années.

10 pensées sur “La fin du « Rêve Américain »

  • avatar
    31 janvier 2018 à 3 03 06 01061
    Permalink

    je suis persuadé que vous seriez surpris du nombre pharaonique d’humains qui rèvent d’émigrer aux USA……..

    Répondre
    • avatar
      31 janvier 2018 à 8 08 05 01051
      Permalink

      Non je ne suis pas surpris – pas du tout – et ça prouve quoi ?
      1) Qu’ils vivent encore plus misérable chez eux
      2) Qu’ils ignorent la réalité USA
      3) Qu’ils croient les médias à la solde qui mentent au lieu d’informer
      4) Que s’ils sont riches ils accéderont en effet à un morceau de la société d’opulence car à côté de cette misère crasse s’épivardent le monde des Grammys Awards et des Oscar et des casinos de Las Vegas et de Hollywood – le pire cotoie le pire la-bas
      5) Enfin je vous souligne que 18 000 américians ont passè la frontière canado américaine en décembre 2017 en provenance des USA.

      Merci de votre post monsieur

      robert bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
      • avatar
        1 février 2018 à 2 02 21 02212
        Permalink

        ben … ça prouve peut etre que l’on est pas encore sorti de l’auberge .

        Répondre
    • avatar
      1 février 2018 à 5 05 19 02192
      Permalink

      C’est méchant ce que je vais écrire mais il me semble que les américains de base n’ont jamais mis de pression sur leur gouvernement au cours des multiples guerres qu.ils ont menées,tout le temps quelque chose qui ne va pas avec eux,lorsque que ce n.est pas la Russie,c est l Iran ou la Corée du Nord ,Venezuela,au choix,Moyen orient en général Liban Syrie Libye (RIP Khadafi),et j’en ne parlerai même pas du volet économique et du racket immonde qu’ils imposent ici en Europe ,j en deviens à devenir anti américain primaire,je n achete plus rien de marque américaine du moins de celles que je connais .

      Répondre
      • avatar
        1 février 2018 à 7 07 29 02292
        Permalink

        @ William

        Ce que vous écrivez n’est pas méchant c’est naïf et crédule J’EXPLIQUE.

        1) Vous croyez naivement ce que les médias racontent à propos de ce qu’ils appellent « sondage d’opinion et opinion de la population de base » Rien n’est plus faux que ces sondages d’opinion truqués. Ainsi l’opinion américaine était massivement contre la guerre au Vietnam ce qui n’a pas empêché le Grand capital US de poursuivre cette guerre pendant 10 ans

        2) Ainsi croyez-vous que LA BASE comme vous dites se préoccupe de ce qui se passe en Afghanistan où des troupes US tuent depuis 13 ans maintenant sans aucun espoir de gagner cette guerre comme l’admettent leurs généraux ??? NON Ceux qui décident aux USA (oubliez les élections bidon) veulent cette guerre et ils la mènent sans se préoccuper de l’opinion de ce que vous appelez LA BASE

        3) c’EST QUE VOUS CROYEZ NAIVEMENT CHER wILLIAM À LA « DÉMOCRATIE » ÉLECTORALE. Et vous pensez que le peuple peut s’exprimer et FAIRE PRESSION VIA CES MASCARADES. Faux 50% des américains ne participent plus à ces mascarades après s’etre rendue compte que c’était truquée et que même s’ils s’exprimaient aucun politicien et décideur banquier ne tenaient compte de leur opinion ou « pression »

        4) Ainsi, lors de la guerre du Vietnam les jeunes américains se sauvaient au Mexique et au Canada pour exprimer LEUR PRESSION – OPINION – contre cette guerre injuste. Ils ne le font pas face aux guerres du Moyen-Orient car les USA cette fois n’ont pas imposé la conscription. Les généraux se contentent de recruter les pauvres noirs ou blancs affamés et leur promettent une solde s’ils vont se faire tuer au Moyen-Orient.

        Ainsi Donald Trump toujours plus transparent que ses prédécesseurs n’a pas prononcé une seule fois le mot DÉMOCRATIE lors de son discours sur l’État de l’Union hier alors qu’Obama = IDENTIQUE À TRUMP = n’avait que ce mot à la bouche. La phraséologie change = pas les politiques.

        robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

        Répondre
        • avatar
          4 février 2018 à 3 03 44 02442
          Permalink

          C’est très bien dit et analysé. Comme tout votre article M. Bibeau. Reste qu’en supprimant la phase socialiste de la révolution vous n’indiquez pas la tactique pour agréger le’ proletariat à la révolution… pas de révolution sans théorie révolutionnaire disait Lénine. Alors ?

          Répondre
          • avatar
            4 février 2018 à 11 11 05 02052
            Permalink

            @ bTOUNE

            MERCI POUR CETTE EXCELLENTE INTERVENTION Tu permets de faire avancer le débat.

            Il y a deux points dans ton post Je commence par le second car plus facile à traiter.

            1) Tu écris : « pas de révolution sans théorie révolutionnaire disait Lénine. » JE SAIS QUE LÉNINE A ÉCRIT CELA et je dois dire que LÉNINE S’EST TROMPÉ. Il a écrit une maxime idéaliste anti-matérialiste. Il a même ajouté « sans théorie révolutionnaire pas de parti révolutionnaire et donc pas de révolution » FAUX totalement FAUX

            2) La conscience émerge du mouvement – de l’action. La conscience révolutionnaire émergera du mouvement révolutionnaire – donc, des millions de consciences ouvrières qui seront entrainés malgré elles dans le mouvement INSURRECTIONNELLE D’ABORD PUIS RÉVOLUTIONNAIRE – IL DEVIENDRA PAR LA SUITE.

            3) Le parti prolétarien révolutionnaire se constituera dans le cours du processus allant de l’insurrection populaire spontanée – totalement anarchique – de multiples guerres civiles dont probablement la première aux USA le pays le plus décadent et s’étendant pour contaminer les autres continents sans ordre dans un chaos inexplicable. (Incidemment j’ai publié hier un texte de la revue bourgeoise THE ECONOMIST qui explique ce processus que la go-gauche ne comprend même pas)
            Le mouvement ouvrier ira vers la RÉVOLUTION QUE J’APPELLE PROLÉTARIENNE du nom de la classe qui en prendra le commandement l’organisation (après un long temps d’anarchie total) à travers son parti de classe ÉMANATION DE SA CONSCIENCE DE CLASSE EN MOUVEMENT EN MÊME TEMPS QUE LE MOUVEMENT RÉVOLUTIONNAIRE LUI-MÊME qui fera mature la conscience de la classe. La conscience ne peut préexister au mouvement – à l’action révolutionnaire dont elle émane et qu’elle structure et fortifie en retour.

            4) Le Parti prolétarien révolutionnaire sera une des formes du murissement de la conscience de classe et il aura pour tache de cristalliser – condenser – exprimer et appliquer la THÉORIE RÉVOLUTIONNAIRE PROLÉTARIENNE issue émergent du mouvement révolutionnaire et en opposition absolue avec TOUTES les variantes politiques bourgeoisies de gauche (réformiste) de centre et de droite (réformiste).

            5) D’ailleurs je vous invite à ne plus utilisés ces termes de la politique bourgeoise comme gauche – centre – droite (de la bourgeoisie) POUR NOUS IL Y A PROLÉTARIEN VS BOURGEOIS ET PARMI LES partis bourgeois il y en a à gauche d’autres à droite c’est leur affaire et ca ne doit pas nous confondre ni nous préoccupé autrement que pour expliquer aux prolétaires afin qu’ils ne se laissent plus tromper par cette classification bidon à laquelle la go-gauche s’accroche désespérément.

            Merci pour ton post Btoune

            robert bibeau http://www.les7duquebec.com

  • avatar
    31 janvier 2018 à 15 03 00 01001
    Permalink

    Je crois que vous nagez dans l’illusion!

    Les « chefs prolétariens » sont tout autant prisonniers de leurs egos surdimensionnés et de leurs soifs insatiables de pouvoir, de domination, et de prédations en tout genre sur l’humanité et ses ressources matérielles, que de nos chefs occidentaux et néo-libéraux, et d’autres, actuels! De plus, par le passé, les banques, l’usure, ont instrumenté ces « chefs prolétariens », ces bolchéviques talmudistes, qui ont assassinés des millions de russes! Et ça continuent aujourd’hui sous le couvert de d’autres appellations qui se ressemblent tous en vérité!

    Votre solution de remplacement ne serait acceptable que si la dimension egocentrique disparaîtrait de l’homme!

    C’est pour cela, que la résolution du problème de l’humanité, ne se fera pas par cette même humanité, car elle est elle-même infectée déjà et toujours corruptible dans l’âme!

    La solution viendra nécessairement de l’invisible, de l’inconnu, qui transmutera l’âme corruptible et l’élèvera vers l’Esprit! Aujourd’hui, le problème vient de l’ignorance et de l’aveuglément de nos egos qui n’ont plus de tête, ni de cœur, par manque d’Esprit Véritable! Remplacer un bandit, par une autre forme de banditisme n’est pas une solution réelle; changer les meubles de place dans la pièce ne veut pas dire les faire disparaître de la pièce! On ne peut améliorer un système merdeux, en se contentant de brasser la merde, le problème c’est la merde!

    Répondre
    • avatar
      31 janvier 2018 à 15 03 47 01471
      Permalink

      @ pIERRE

      1) Je n’ai rien à dire à propos de votre solution « invisible » l’Ame te l’inconnu = je suis démuni face à de tels arguments transcendants

      2) Cependant le premier paragraphe de votre intervention mérite réplique car il parle de chose tangible, existante et ayant une historicité.

      VOUS ÉCRIVEZ :  » Les « chefs prolétariens » sont tout autant prisonniers de leurs egos surdimensionnés et de leurs soifs insatiables de pouvoir, de domination, et de prédations en tout genre sur l’humanité et ses ressources matérielles, que de nos chefs occidentaux et néo-libéraux, et d’autres, actuels! De plus, par le passé, les banques, l’usure, ont instrumenté ces « chefs prolétariens », ces bolchéviques talmudistes, qui ont assassinés des millions de russes! Et ça continuent aujourd’hui sous le couvert de d’autres appellations qui se ressemblent tous en vérité! »

      3) Vous avez totalement raison totalement. J’ai fat le même constat que vous. Je fus membre de sectes gauchistes pendant 30 ans de ma vie et un jour ayant été rejeté par toutes ces sectes je me suis demandé qu’est-ce qu’elles ont toutes en commun et comment se fait-il qu’elle ont toutes le même comportement fort simple CE SONT DES SECTES ASSUJETIS À UN GOUROU ET PRÉTENDANT FOURNIR L’INTERPRÉTATION LA PLUS PURE MARXISTE QUI SOIT. UN PENSE ET LES AUTRES RÉPÈTENT CE QUE LE GOUROU A DIT ET LES VOCALISES CONSISTENT À APPRENDRE À DIRE LA MÊME CHOSE ET DE FAÇON IDENTIQUE. Comme je n’excelle pas dans le karaoke j’étais invariablement expulsé. Un autre comportement universel chez les sectes de gauche.

      4) Maintenant je vogue avec un groupe totalement libre et chacun ne se préoccupe d’avoir la ligne juste et tous tentent d’influencer son voisin avec sa ligne politique plus ou moins efficace.

      5) J’en viens à votre propos : POURQUOI TOUS LES CHEFS PROLÉTAIRES PASSÉS ET PRÉSENTS NE DOIVENT SURTOUT PAS AVOIR ACCÈS AU POUVOIR LORS DE CETTE PREMIÈRE RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE (J’ai bien écrit PREMIÈRE ce qui implique que j’affirme qu’aucune n’a eue lieue à ce jour = aucune prolétarienne – socialiste peut-être mais jamais PROLÉTARIENNE)

      6) Comme les conditions n’étaient pas mures pour une révolution prolétarienne ce sont des petits-bourgeois qui ont menés ces révoltes et ont dirigés ces pays ou ces syndicats ou ces partis ouvriers à l’époque – aujourd’hui les ouvriers ont fui ces sectes de gauche fossilisées.

      7) Ce sont de nouveaux prolétaires qui devront dirigés ces révolutions sans se préoccuper de savoir s’ils sont de pures léninistes ou maoistes et autre gourous mais il faudra qu’ils défendent les intérêts de la classe et rien d’autre et ils devront etre assis sur des sièges éjectables très rapides et si on n’y parvient pas alors il faudra s’y reprendre une 2e ou 3e fois

      robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
  • avatar
    4 février 2018 à 5 05 14 02142
    Permalink

    Puis-je me permettre Robert, sur ta conclusion, qui me chagrine un chouïa de te rappeler les propos de la Nation Mohawk : Toutes les Nations Primordiales vivaient en harmonie avec la Nature, et depuis des millénaires, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire avec la théorie fumeuse du Détroit de Béring, avant l’arrivée de l’homme blanc, qui décida de « Tuer l’indien pour sauver l’homme » blanc et chrétien de préférence… Pour l’or ! Et aujourd’hui encore pour l’or Noir, le Sacro-saint pétrole.
    =*=
    Et tout comme Oblabla hier, Donald Trump qui a déclaré que les « Indiens n’étaient pas souverains » est là pour réaffirmer la supériorité naturelle divine de l’Amérique messianique et pour les siècles et les siècles…

    C’est contre cela que nous pouvons nous lever, contre cela que nous devons nous dresser, tous ensemble, colons repentis, occidentaux affranchis de toute idéologie coloniale et aux côtés des Natifs donc aujourd’hui Amérindiens, demain du Mexique, après-demain d’Australie, Nouvelle Zélande, d’Afrique, en passant par Gaza et la Vallée du Rojava partout ou l’homme blanc s’affirme supérieur aux races inférieures…

    Contre cette idéologie que Trump réaffirme en nommant à des postes « clef » des hommes comme Pence, Price, Ross, John « Mad Dog on the line » Mattis.

    Et à laquelle un Fillon a déjà totalement prêté allégeance au nom des racines chrétiennes ► C’était le 4 décembre 2016, depuis Bourgi ayant décidé (tout seul ?) de niquer Fillon ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/12/04/la-bataille-pour-leau-a-sioux-standing-rock/

    Et nous savons depuis le début d’ailleurs, que MacDeRoth véritable cheval de Troie américain a été placé à l’Élysée pour réactiver le Plan commencé sous Sarko l’Américain, qu’Hollandouille a totalement foiré, et Macron a été choisi pour tout remettre à plat ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/09/23/un-macron-a-lamericaine/

    Et il le fait, et on voit qu’il y prend même un certain plaisir, non ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *