Le ton monte entre Washington et Russie

obama poutine

 

LE TON MONTE ENTRE LES ÉTATS-UNIS ET LA RUSSIE

OSCAR FORTIN :

Nous en sommes au centième anniversaire de la première Grande Guerre du siècle dernier et les clairons annonçant une nouvelle guerre se font de plus en plus entendre. Depuis plus d’une année, Washington s’acharne contre Poutine et la Russie comme rarement vus depuis la chute du mur de Berlin et l’écroulement de l’URSS.

Lors de son intervention devant l’Assemblée générale des Nations Unies, en septembre dernier, le président Obama a qualifié la Russie comme la deuxième plus grande menace pour l’humanité, juste après le virus Ebola et juste avant le terrorisme. Ce n’est pas peu dire.

Le premier ministre russe, Dimitri Medvedev, a qualifié cette déclaration d’Obama de bien triste. « Je ne veux même pas la commenter. Il s’agit bel et bien d’une aberration totale. »

Le secrétaire général adjoint de l’OTAN, Alexander Vershbow, en rajoute en comparant les excès auxquels se livrent les djihadistes de l’État islamique (EI) à la politique pratiquée par la Russie.

« Le révisionnisme néo-soviétique de M. le président russe, Vladimir Poutine et le terrorisme de l’EI ont leurs traits particuliers, mais des méthodes similaires – intimidation et violence – pour parvenir à des objectifs similaires: rejet de la démocratie, de la tolérance et de la suprématie du droit, en tant que standard d’or des relations internationales ».

Mercredi dernier, 15 octobre, c’est au tour du secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, de hausser le ton, en déclarant que l’armée américaine doit être prête à contrer les menaces que posent le terrorisme et la Russie.

« Les défis à relever par l’armée seront plus sérieux et plus compliqués à l’avenir. Les menaces présentées par les terroristes et les combattants armés persisteront pendant encore longtemps. Mais nous sommes également confrontés à une Russie révisionniste, dotée d’une armée moderne et prête au combat.»

Depuis que la Russie a pris ses distances par rapport aux politiques étrangères des États-Unis un peu partout dans le monde et tout particulièrement en Syrie, elle fait l’objet de menaces, de diffamations, d’accusations de toute nature. On la rend responsable de ce qui se passe en Ukraine alors que nous savons tous qu’ils ont été les premiers détonateurs de cette crise en soutenant le renversement du gouvernement légitimement élu et en soutenant les attaques contre la partie de la population ukrainienne d’origine et de culture russe. On accusa, sans jamais fournir de preuves, la Russie d’être responsable de l’attaque de l’avion civil malaisien MH17. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est la Russie qui a incité le Conseil de sécurité des Nations Unies à créer une commission d’enquête indépendante et transparente pour découvrir les auteurs de ce crime. Les accusateurs des premiers jours sont devenus comme muets sur ce drame.

Il faut évidemment ajouter à cette montée de fièvre de Washington, la tournée qu’a réalisée le président Poutine en Amérique latine, en juin dernier. Une tournée où les relations ont été chaleureuses et qui a conduit à la signature de plusieurs ententes de coopération. À ceci, s’ajoute également la rencontre des pays du BRICS qui ont développé certains projets avec UNASUR qui regroupe l’ensemble des pays de l’Amérique du Sud.

Le bastion traditionnellement réservé à Washington s’échappe progressivement et pacifiquement de sa domination.

Face à ce climat de guerre de plus en plus froide, le président Poutine a cru bon de faire le point sur certains sujets.

PUTIN12« Le refroidissement actuel dans les relations entre nos pays n’est pas le premier. Nous espérons que les partenaires sont conscients de l’inconséquence des tentatives de faire chanter la Russie et qu’ils se souviendront des risques qu’une discorde entre grandes puissances nucléaires fait peser sur la stabilité stratégique. De notre côté, nous sommes prêts à développer une coopération constructive basée sur l’égalité en droits et la prise en compte réelle des intérêts mutuels. 

La Russie a toujours aspiré à des relations ouvertes de partenariat avec les États-Unis, mais s’est régulièrement heurtée à des tentatives d’ingérence dans ses affaires intérieures. 

“Ce qui se passe depuis le début de cette année est de plus en plus accablant. Washington a activement soutenu le Maïdan et lorsque ses partisans à Kiev ont, par leur nationalisme effréné, monté contre eux une grande partie de l’Ukraine et déchaîné une guerre civile, il s’est mis à accuser la Russie d’avoir provoqué la crise”, a déploré le président russe. 

Il fait donc un appel à Barack Obama à mettre fin au chantage insensé à l’égard de la Russie.

La panique qui s’emparent des hommes politiques tant à Washington qu’en Europe ressemble à celle d’un monde unipolaire, à pensée unique et impériale, qui voit son destin menacé par l’arrivée d’un monde multipolaire, à pensées multiples et respectueuses des droits de chacun.

Ce n’est pas l’humanité qui est menacée, mais bien ce monde unipolaire qui a fait de l’humanité un monde où les deux tiers vivent dans la pauvreté et où les droits des peuples et des personnes sont bafoués au profit des plus forts, des plus puissants.

Washington et l’OTAN sont dans tous leurs états. Ils n’arrivent pas à ébranler par la force de leurs armes et encore moins par leurs menaces à un Poutin qui sait garder le ton et qui peut compter sur l’appui de son peuple et de nombreux pays dans le monde.

Oscar Fortin

http://humanisme.blogspot.com

 

 

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.

5 pensées sur “Le ton monte entre Washington et Russie

  • avatar
    21 octobre 2014 à 10 10 44 104410
    Permalink

    @Peephole: merci pour votre commentaire et la référence très pertinente que vous y suggérez. Je profite de l’occasion pour mettre en référence une vidéo d’Imran Hosein sur l’E.I. et le nouvel ordre mondial. Je porte toujours beaucoup d’attention aux propos de cet érudit de l’eschatologie islamique.
    http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/imran-hosein-a-propos-de-l-e-i-des-47280

    Bon visionnement et au plaisir de vous relire

    Répondre
  • avatar
    21 octobre 2014 à 13 01 52 105210
    Permalink

    Bonjour Monsieur OSCAR FORTIN ,
    Le 21 octobre 2014 à 10 h 44 min, oscar fortin a dit :
    @Peephole: merci pour votre commentaire et la référence très pertinente que vous y suggérez. Je profite de l’occasion pour mettre en référence une vidéo d’Imran Hosein sur l’E.I. et le nouvel ordre mondial. Je porte toujours beaucoup d’attention aux propos de cet érudit de l’eschatologie islamique.
    http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/imran-hosein-a-propos-de-l-e-i-des-47280

    Bon visionnement et au plaisir de vous relire ,

    Monsieur Fortin ,
    j’aimerais vous dire que : je crois que vous n’avez peut-être pas consulté , la Bible Française(Le Petit Larousse illustré 1991) .
    À , Arabie Saoudite on dit : Le pétrole à été découvert en 1930 et exploité depuis par les Américains………………

    Quelque chose a changé depuis 1945 là-bas ?
    Qui mène ce monde ? Le pétrole et l’argent de ceux qui l’exploitent.

    Sacréfice , tout est à point partout pour fonctionner à l’eau , mais peut-être pas aussi performant que le pétrole et pour la Guerre cela manque de  »POWER » .
    Solution , juste à pas faire la Guerre.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    22 octobre 2014 à 2 02 09 100910
    Permalink

    @Jean-Marie de Serre: C’est justement là le problème. La guerre est devenue le carburant le plus productif pour certaines économies fondées sur les industries de guerre et sur les spéculations financières auxquelles elles donnent lieu. Un monde sans guerre devrait être repensé dans le cadre d’une toute autre économie. Je ne pense pas que ça puisse se réaliser sans qu’il y ait un changement radical des paradigmes qui s’imposent actuellement à notre humanité. Il faut espérer que ça se produise un jour.

    Merci pour votre commentaire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *