Le triste mariage gay

PIERRE JC ALLARD

Aujourd’hui je serai très bref. Les Français sont è construire, autour de cette histoire de mariage gay, un faux problème qui en cache un vrai et qui remplit toutes les conditions  pour une clivage brutal et permanent au sein de la société française.  Encore une brillante saloperie créée  pour maintenir la zizanie entre les citoyens ordinaires et éviter que ne s’établisse entre eux  un consensus contre la classe des exploiteurs.   Encore une victoire du 0,0001%.  Comme les tensions religieuses, avec une jolie composante ethnique, qui  opposent les immigrants musulmans au reste des travailleurs

Avec le  mariage gay, c’est encore plus émotif que les préjués raciaux, puisqu’on est dans les tabous sexuels joints à la tradition religieuse… et un défi à toute la culture occidentale.  On va tuer pour cette histoire, comme on ne l’a pas fait depuis depuis cette navrante oppositon entre Protestants et Catholique en Irlande.

Pourquoi, pour le mariage gay, parler d’un faux problème qui en cache un vrai ? Parce que  la partie du problème qu’on nous montre  est dérisoire. On en est à une bataille de mots.  Tout le monde ou presque, en effet, est bien d’accord pour que les homosexuels aient les mêmes droits que les hétéros, puissent vivre une vie de couple gratifiante et jouir des mêmes avantages qui résultent d’une vie commune.  La question, hélas n’est pas là.    Si elle l’eut été,  les PACS  répondaient assez bien à la sitiuation et l’on aurait pu en changer les conditions pour qu’ils y répondent parfaitement.

Rien là de bien sorcier. Je mets ici un lien vers un article que j’écrivais AVANT les PACS et qui proposait des mesures pas tellement différentes.. J’ai écrit un autre article qui allait plus loin, généralisait la problématique des relations sociales et culturelles impliquant des affinités affectives et qui répondait non seulement aux problemes actuels… mais à une foule d’autres problemes qu’on n a pas encore pris la peine de mettre en évidence… Rien de bien sorcier

C’est donc d’un incroyable sottise  de creer une situation de guerre civile sur le fait d’appeler un PAC un mariage ou de lui donner un autre nom . On sait bien que c’est une sottise. En fait, il est tellement clair que c’est une sottise que l’on en est un peu gêné.    Pourquoi ?

Le pourquoi, qui reste jusqu’à present un non-dit est le  vrai problème. Une question fondamentale. Une de ses ces dissensions qui détruisent les sociétés.  De quoi s’agit- il ?   Il s’agit non pas du droit de l’individu à la dissidence culturelle, mais du droit de l’individu è entrer OUVERTEMENT en résistance contre la société pour en modifier le modèle.  Le modifier – et en fait chercher à détruire ce modèle –  avec la permission, que dis-je , avec l’assistance et la collaboration active de la société  elle-même !

C’est l’équivalent pour une société d’un suicide.  C’est cesser de protéger ce que sa majorité veut qu’elle soit,  pour qu’elle devienne un agglomrat de tendances  qui lutteront chacune pout remplacer le modèle dominant par un autre, le leur… .

Que le modèle de remplacement soit aussi bon ou meilleur que celui qui est là n’est pas la question. La question, c’est la décision d’une culture  – et donc de la civilisation qu’elle sous-tend,  de se faire hara-kiri.  Car on parle pudiquement  de l’adoption par les couples homosexuels, comme si c’était une décision qui les concernait d’abord eux. Or ce n’est pas de ca qu’il s’agit. Il s’agit du droit pour le couple homosexuel d’elever des engfansts  comme des homosexuels, alors que leur préference sexuelle n’est pas déterminée.

Si l’homosexualité est normale et aussi acceptable que l’hétérosexualité, de quel droit les en empêcherait-on ?  Les parents hererosexuels n’imposent-ils pas leur modèle à leurs enfants dont la préference sexuelle n’est pas établie non plus ?  Ne le font-ils  pas systématiquement et depuis longtemps ?  L’enfant dont la tendance est vers l’homosexualité ne souffre-t-il pas des obstacles qu’on lui oppose, avec de graves conséquences pour son equilibre ?  La situation inverse ne sera pas plus confortable.  La seule différence sera  – peut-être, car au fond c’est une hypothèse que l’on pose -que c’est à une majorité que l’on imposera cette contrainte.

Il est possible, que la contrainte soit encore plus néfascte, en creant un jeu a trois paliers, si la tendance naturelle de l’enfant  contredit  son éducation familiale qui la contrarie dans un contexte social qui, au contraire la valorise… !  Il est difficile de penser que l’on ne soit pas a créer une société encore plus divisée contre elle meme..  Est-ce le but  visé?   Le désir bien transparent de la classe dirigeant de créer  des occasion de conflits N’atteint-il pas  ici sa manifestation la plus perverse… et la plus dangereuse  ?

Dangereuse, car je ne vois hélas AUCUNE solution.  Le mal était de soulever cette question en ces termes, en passant de la reconnaissance normale  d’un droit individuel à la negation du droit pour une société de préserver ses valeurs.   Le mal est fait.   On ne peut imaginer que l‘on fasse qu’il n’ait pas été fait….

A moins que l’on ne comprenne le but visé et que l’on se tourne tous ensemble contre les vrais coupables.

Pierre JC Allard

2 pensées sur “Le triste mariage gay

  • avatar
    27 mai 2013 à 20 08 40 05405
    Permalink

    Le, diviser pour règner, je vous l’acorde et reconnait le modèle dans a peu près toutes les sociétées.

    Le droit des gays d’êtres ce qu’ils sont sans être ostracisés, d’accord aussi.

    Mais de comparer l’homosexualité a l’hétérosexualité, tant qu’a la perception des enfants…je dis WO! , NON, PAS D’ACCORD !!!

    Qu’ils veulent se marier, pas de problême, qu’ils ailles devant un notaire, détermine le régime, que leur soit reconnus les mêmes droit en cas de divorce ou de séparation, pas de problêmes.

    Toutes personnes, quelquesoit son handicap ( et rare sont ceux qui n’en ont pas, même si certains sont plus apparents) a le droit de s’épanouir, se développer, s’accomplir sans faire face a des préjugés.

    Mais pour ce qui est de l’adoption d’enfants, y a des limites a vouloir être comme tout l’monde…quand on ne l’est pas !

    Les origines de l’homosexualité, sont bien définis dans le DSM IV et même si ce n’était pas le cas, je ne voudrais pas que mes enfants en viennent a voir cela comme étant normal, ce qui n’est pas le cas, je le répète !

    La normalité étant de perpètuer la race…dites moi en quoi être gay es normal !?

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2013 à 0 12 13 05135
    Permalink

    @Peepholes

    Nous sommes bien d’accord. C’est ce problème de l’adoption qui est le vrai problème caché derrière le faux problème des modalités de mise en couple. Une société peut accepter que des adultes consentants soient homosexuels, mais elle ne peut accepter que des enfants (mineurs) dont l’orientation sexuelle n’est pas déterminée soient dirigées vers l’homosexualité selon le bon plaisir de leurs parents. Je suis pour la même raison opposé à la circoncision des enfants en bas âge tout autant qu’à l’excision.

    PJCA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *