LÉGALISER L’HÉROÏNE ET LA COCAÏNE – POUR OU CONTRE

 

Illusion d’un monde sans drogue titrait le quotidien Le Devoir samedi le 18 juin et l’auteur de l’article de constater les faibles résultats atteints par les «combattants» et les «exterminateurs» anti-drogues (1). De ce constat d’échec est né la dernière lubie de la petite bourgeoisie militante (les bobos) qui consiste à nous inviter à signer une pétition en faveur des narcotrafiquants et des banques blanchisseuses de narcodollars pour la raison que la «guerre» contre les drogues est de toute façon inefficace, inutile et entraîne des massacres au Mexique, en Birmanie, en Colombie et en Afghanistan, ce dernier point étant strictement exact (2).

Le prétexte est simple, puisque la guerre anti-drogue est meurtrière, qu’elle est inefficace, quand elle n’encourage pas carrément la contrebande, le crime organisé et la consommation, alors mettons fin à cette soi-disant lutte policière et politique et encourageons la libre circulation et la libre consommation de ces poisons (cocaïne – héroïne – hachich) dont les enfants du peuple et de la classe ouvrière sont les premières victimes comme vous le savez certainement.

La manigance pétitionnaire s’appuie sur une mystification et sur une aberration. La mystification concerne la soi-disant guerre que les autorités gouvernementales internationales et nationales mèneraient pour l’éradication de la production et de la contrebande de la drogue. En 2001 quand les méchants terroristes, ces horribles Talibans, pas ceux avec lesquels l’armée américaine négocie présentement son retrait d’Afghanistan – non, ceux-là sont de bons Talibans (3) -, mais plutôt les Talibans méchants, ceux qui refusent même de négocier les conditions de la défaite et du retrait américain, et bien ces gens sanguinaires et sans pitié avaient éradiqué la culture du pavot (produit = héroïne) des champs afghans.

La glorieuse armée américaine colonisatrice ayant envahi leur pays en 2001, la culture du pavot reprit de plus belle dans les champs afghans sous la supervision des responsables de la lutte anti-drogue du Pentagone et de la CIA qui vit ses sources d’approvisionnement enfin rétablies et les banques « blanchisseuses » de narcodollars enfin ragaillardies (4).

Comme on le voit, la meilleure façon d’éradiquer le trafic de la drogue c’était de laisser en paix les méchants Talibans et d’éloigner les narcotrafiquants du Pentagone et de la CIA de la tentation des champs afghans. Nous pourrions répéter le même constat à propos du Laos, du Cambodge et de la Birmanie pendant et après la guerre du Viêt-Nam. Souhaiteriez-vous que nous examinions les activités des assassins membres des milices paramilitaires colombiennes ou encore celles au Panama avant le limogeage du président narcotrafiquant Noriega que la justice américaine a puni de la prison a vie pour avoir trompé ses caïds planqués à Langley (Virginie) ?

Rien n’est plus simple que de combattre la culture du pavot et de la cocaïne dans les pays du tiers monde. Il suffirait que les pays impérialistes occidentaux utilisent de façon différente les milliards de dollars dilapidés sous le couvert de combattre le fléau de la drogue et sous le couvert d’aider à la reconstruction des pays qu’ils ont bombardés et ravagés ; il suffirait, dis-je, que ces pays garantissent à chaque paysan afghan, colombien et autres, un prix fixe assez élevé pour chaque boisseau de céréales livré sur le marché ; ce prix devrait être réajusté à la hausse (jamais à la baisse) en cas d’intempéries, de sécheresse ou de mauvaises récoltes. Aucune autre forme d’aide occidentale ne serait alors nécessaire. Si les agriculteurs des pays du tiers monde trouvaient un avantage financier à cultiver autre chose que des plantes hallucinogènes, ils le feraient. Évidemment, la CIA aurait ensuite bien du mal à approvisionner son réseau de narcotrafiquants, mais ça ce serait son problème.

C’est là que surgissent les pétitionnaires afin que nous nous mobilisions pour rendre légal ces armes de destruction massive afin de rétablir le commerce des narcotrafiquants (cocaïne – héroïne, etc.). Croit-on que le nombre d’assassinats diminuerait dans nos villes surpeuplées si on légalisait le meurtre ? Pourtant, les sociétés humaines luttent contre le meurtre depuis la nuit des temps et le nombre de meurtres augmente sans cesse ! Il faut cependant poursuivre les meurtriers et combattre ce fléau coûte que coûte et ne jamais légaliser meurtre, assassinats et exécution extrajudiciaire, ceci concerne aussi les armées américaines, israéliennes et autres qui ne se privent pas d’assassiner les civils désarmés (comme en Libye présentement).

Ceux qui prétendent mener la guerre à la drogue mènent de fait la guerre aux bandes rivales sur les marchés lucratifs d’Amérique du Nord et d’Europe qu’ils considèrent comme leur chasse gardée. Voilà pourquoi leurs « efforts » ne sont jamais couronnés de succès. Ici je me fourvoie : leurs efforts sont souvent couronnés de succès en ce sens que très souvent ils attrapent leurs concurrents, qu’ils arraisonnent légalement, vous savez ces « dealers » indépendants, rebelles, qui s’obstinent à refuser de verser une commission aux parrains états-uniens de ce commerce très lucratif.

Parfois, pour faire exemple, un gros caïd est sacrifié sur l’autel de la répression, comme en politique internationale quand Laurent Gbagbo ou Mouammar Kadhafi sont sacrifiés pour terrifier la communauté des larbins chargés de gérer leur entité néo-coloniale sous la botte impérialiste. Il n’est jamais mauvais que les troublions tremblent devant la colère de leurs parrains tout puissants.

Et nous voilà tous réunis dans la salle d’audience des « chefs d’État et chefs de la diplomatie de l’ONU, de l’UE, des États-Unis, du Brésil, du Mexique et d’autres pays, (qui) vont briser le tabou et appeler publiquement à considérer de nouvelles propositions, dont la décriminalisation et la régulation des drogues. Ce pourrait être un de ces tournants critiques qui ne se présente qu’une fois par génération — à condition que nous soyons suffisamment nombreux à exiger la fin de cette folie. » (5). Vous l’aurez compris, la pseudo folie ici étant de lutter contre le poison des narcotiques et autres drogues assassines plutôt que de les légaliser. On combat farouchement l’usage du tabac mais on devrait réguler l’usage de l’héroïne et de la cocaïne selon ces pétitionnaires ?

Entre nous, quel est l’intérêt pour ce groupe de nous proposer de signer une pétition afin de donner notre soutien aux trafiquants légaux de Washington et de Tel-Aviv plutôt qu’aux trafiquants illégaux de Medellin, de Mexico, de Rio de Janeiro ou de Kaboul (6) ?

Que cette soi-disant lutte pour l’éradication du commerce de la drogue se révèle inefficace, cela ne fait aucun doute. Tant que personne ne pourra arraisonner et fouiller les avions privés de la CIA, les navires du FBI, les chars blindés des escadrons anti-drogues en Colombie et en Afghanistan ainsi que les autos patrouilles de la police à New-York, à Washington et à Mexico, rien ne sera fait de véritablement efficace pour gagner la guerre contre ce fléau. L’humanité combat les criminels de guerre et les génocidaires depuis très longtemps. Puisque cette guerre semble presque impossible à gagner décriminalisons et régulons les génocides ce pourrait être « un tournant critique qui ne se présente qu’une fois par génération », surtout pour les peuples soumis aux génocides. On commence à réguler par quel peuple à génocider ?

La solution au problème du hachich, de la cocaïne, de l’héroïne et de toutes les autres drogues mortelles n’est pas d’en légaliser ni d’en valoriser l’usage auprès des enfants, des adolescents et de la population miséreuse en général, mais d’exiger des comptes de ceux qui sous le couvert de les combattrent dirigent effectivement le commerce de ces poisons.

Un jour peut-être, les petits-bourgeois libéraux et « démocrates », friands d’élections démocratiques, comprendront-ils que le commerce monopolistique de cette marchandise est soumis aux lois générales du commerce des marchandises sous l’impérialisme, et que sans le renversement du système capitaliste lui-même les peuples du monde ne parviendront jamais à éradiquer ces produits dangereux – mortels – décadents produits par une société crapuleuse – assassine – décadente.

D’ici là laissons les « bobos » à leurs supputations naïves à propos des manifestations hypocrites de l’ONU ainsi qu’à leur plaisir anticipé de pouvoir bientôt s’approvisionner à meilleur compte sur des marchés « enfin » légalisés.

Robert Bibeau

________________________

(1) http://www.ledevoir.com/societe/justice/325814/l-illusion-d-un-monde-sans-drogue?utm_source=infolettre-2011-06-18&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne
(2) http://www.guardian.co.uk/world/2011/apr/03/us-bank-mexico-drug-gangs?INTCMP=SRCH
(3) « La situation est confuse autour du sort du Mollah Omar. Selon le Washington Post, le gouvernement américain était en train de négocier avec le célèbre chef borgne en vue de faciliter le retrait des troupes US d’Afghanistan. » http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-chine-menace-les-usa-en-cas-d-94790
(4) http://www.guardian.co.uk/world/2011/apr/03/us-bank-mexico-drug-gangs?INTCMP=SRCH
(5) http://www.avaaz.org/fr/end_the_war_on_drugs_fr/?cl=1082877927&v=9210
(6) http://www.avaaz.org/fr/end_the_war_on_drugs_fr/?cl=1082877927&v=9210

82 pensées sur “LÉGALISER L’HÉROÏNE ET LA COCAÏNE – POUR OU CONTRE

  • avatar
    22 juin 2011 à 0 12 39 06396
    Permalink

    Tous les arguments cités sont excellents et je pense également qu’il serait imbécile de légaliser les drogues.

    Par contre de responsabiliser le capitalisme à ce sujet est plutôt une déduction superficielle. Le commerce de la drogue suit évidemment la structure capitaliste puisque c’est un commerce et non du troc. Mais ce n’est pas une raison pour retourner à l’époque du troc.

    Le capitalisme est un outil de création de richesse; tout comme le marteau est un outil de création de richesse, même si on peut s’en servir pour briser des crânes.

    Briser des crânes au marteau est digne d’un malade mental tout comme de s’accaparer du plus de richesse possible par tous les moyens.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 4 04 21 06216
    Permalink

    TRES intéressant ta remarque Élie Lartiste.

    Le capitalisme est-il un instrument créateur de richesses ??? Question complémentaire POUR QUI ?

    Réponse le Capitalisme n’est pas un outil créateur de richesses, pas pour les 3/4 de la population planétaire qui vit avec à peine ce qu’il faut pour survivre (2 $ par jour en moyenne). Pas pour les centaines de millions de pauvres et de moyens pauvres qui vivent dans les soi-disants sociétés d’abondance (Occident) mais qui font les poubelels ou survivent avec un chèque d’assistance sociale ou sont chômeurs déclarés ou illégitimes (NON recensés par les statistiques).

    Mais alors pour qui le capitalismes est-il un créateur de richesses ???
    De fait le capitalisme ne se définit pas en fonction de sa capacité de production DE LA RICHESSE mais en fonction du MODE DE PROPRIÉTÉ – ACCAPAREMENT – DE LA RICHESSE. A preuve des millions de tonens de produits – denrées – vêtements etc. sont détruits chaque année pas les capitalistes justes parce qu’il ne serait pas payant (enrichissant ) de les mettres sur le MARCHÉ – en vente – Et ici je ne préconise pas de revenir au TROC, tu n’as rien compris à ce propos, je préconise de détruire le système d’appropriation privé de la richesse – des denrées et des vêtements et des logements afin de le transformer en système d’appropriation collective de propriété collective des richesses collectives.

    De chacun selon ses capacités = à chacun selon ses besoins. La société humaine est rendue à ce stade d’évolution. Un verrou nous bouche la voie et il faudra le faire sauter (;-))

    Robert

    Répondre
    • avatar
      22 juin 2011 à 6 06 21 06216
      Permalink

      Voilà qui est bien dit!

      Ce n’est pas le capitalisme qui crée la richesse, ce sont les travailleurs, lesquels conjuguent leur force de travail aux moyens de production des bourgeois minoritaires et parasitaires.

      Le capitalisme, lui, ne fait que concentrer les capitaux au sein d’une minorité, qui devient comme par hasard, le seul groupe d’acteur économique de ce système. Le capital concentré, les bourgeois peuvent payer des génies, des travailleurs et concentrer tout cela au sein d’une entreprise privée ou autre.

      C’est donc la concentration du génie humain et le labeur des prolétaires qui créent la richesse, et non par les parasites et leurs système d’exploitation du labeur, des besoins et des maladies d’autrui.

      Le capitalisme n’est donc pas un outil de création de richesse, mais seulement un outil permettant aux parasites, de revendiquer les droits de nous exploiter.

      Le capitalisme, c’est le livre des lois du jeu qu’ils se sont donnés, pour nous contraindre à l’exploitation et à l’asservissement du prolétariat.

      Les prolétaires créent la richesse et personne ici ne peut nier ce fait. La seule raison pour laquelle les bourgeois possèdent les moyens de production, c’est qu’ils en ont les moyens et que le système lui-même, a concentré ces moyens au sein d’une minorité, appelée à parasiter ces lacunes, où les moyens de production ne sont pas, là où la demande est.

      Les bourgeois ne sont donc que des intermédiaires entre l’offre et la demande. Ce sont des parasites. Et c’est le système capitaliste qui excuse leur existence.

      Il faut abolir le salariat, il n’y a pas d’autre solution à l’émancipation de l’humanité.

      Répondre
    • avatar
      22 juin 2011 à 12 12 02 06026
      Permalink

      « Le capitalisme est-il un instrument créateur de richesses ??? Question complémentaire POUR QUI ? »

      C’est cette question qui est tout le problème; car la réponse qui vient à notre esprit, inculqué d’égoisme élitiste, répond tout de suite: POUR MOI!!! (La preuve est que ceux qui ne sont pas possesseurs de ces richesses la veulent POUR EUX, qu’ils identifient à tous ceux qui pensent comme eux et excluent les autres qu’ils veulent éliminer).

      Et comme l’élite existe et est accepté dans notre société, la richesse se retrouve dans leur mains. Ce n’est pas parce que 3/4 de la population mondiale peine à survivre que la richesse n’existe pas et qu’elle n’est pas créée par le capitalisme.

      La richesse existe et elle est définitivement créée par l’outil qu’est le capitalisme.

      Si l’homme ne comprend pas encore que la richesse est un moyen de survie pour toute l’humanité, ce n’est pas à cause de l’outil mais de ceux qui s’en servent pour en profiter égoistement.

      Cela est tellement évident qu’il n’y a pas d’autres explications à étaler sur quinze pages pour le faire comprendre.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 4 04 58 06586
    Permalink

    Bonjour,

    Pour avoir constaté sur le terrain les méfaits de toutes formes de drogues.

    J’ai réalisé un film, dont je mets le lien dans le commentaire.

    Je suis tout à fait contre et dans le film tourné sur 3 continents, j’ai en l’espace de deux ans compté des dizaines de morts.

    Légaliser LA DROGUE est un MEURTRE AVEC PREMEDITATIONS.
    Certains politiques s’en servent dans le cadre des campagnes électorales.
    Ce film date de 1991, et n’a pas prit une « RIDE »
    Merci pour cet article !!!!

    Je reviendrais plus à fond dans le débat en fonction des participations.
    Je connais bien ce sujet sur les responsabilités des Etats et des politiques corrompus.
    La mafia s’intalle pire que le cancer dans ces méandres.
    Voici le lien:
    http://pandad.com/html/video_monde_drogue.php

    Il n’y pas de petites ou grandes, il y LA DROGUE.
    Comme il y a LA VIE ET LA MORT.
    Amicalement,

    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 6 06 15 06156
    Permalink

    «ces poisons (cocaïne – héroïne – hachich) dont les enfants du peuple et de la classe ouvrière sont les premières victimes comme vous le savez certainement.»

    La bière aussi est un poison, le vin également. Il faudra les abolir… Je suis cela parce qu’à mon humble avis, on ne peut pas mêler les choses. Vous citez d’abord des drogues dures, qui mènent à la dépendance et de suite, vous citez le hachich, qui n’est qu’une modification de la marijuana. Certes, c’est une drogue, mais elle n’a pas les mêmes impacts que la cocaïne ou l’héroïne. Rien à voir.

    Et si le Hachich doit être éradiqué, la bière et le vin devraient l’être également. La bière se vend dès 8h du matin au Québec. C’est de bonheur pour se saouler… Je suis du moins pour ma part, pour la légalisation du pot, cela couperait les jambes de quelques paresseux dans la société, qui vivent de cette «demande» par une offre illégale, sous la table, qui ne permet pas de percevoir des impôts.

    «La glorieuse armée américaine colonisatrice ayant envahi leur pays en 2001, la culture du pavot reprit de plus belle dans les champs afghans sous la supervision des responsables de la lutte anti-drogue du Pentagone et de la CIA qui vit ses sources d’approvisionnement enfin rétablies et les banques « blanchisseuses » de narcodollars enfin ragaillardies (4).»

    De toute évidence!

    «C’est là que surgissent les pétitionnaires afin que nous nous mobilisions pour rendre légal ces armes de destruction massive afin de rétablir le commerce des narcotrafiquants (cocaïne – héroïne, etc.). Croit-on que le nombre d’assassinats diminuerait dans nos villes surpeuplées si on légalisait le meurtre ?»

    Non, ils ne disent pas cela. Certains disent qu’on pourrait la produire nous-mêmes, et ne pas acheter à ces pays du tiers-monde, pour des prix modiques.

    Mais bon, la drogue forte, ça demeure un méchant débat… Ma sœur est décédée du cancer, d’un cancer qu’elle a laissé grandir, faute d’être justement, prise dans cet étau de la drogue forte. Crack, cocaïne, héroïne, elle tout fait. Elle est morte le 29 avril dernier, la peau sur les os, avec le marchand de poison qui lui faisait des rabais et des cadeaux quelques jours avant sa mort…

    Ça veut dire que le paresseux qui vit de la misère des autres, continuait de voir des opportunités avec le paquet d’os qu’était devenue ma sœur. Mais là, le problème est ailleurs selon moi. Il est dans le système économique lui-même, ne répartissant pas la richesse. Donc, ceux d’en bas qui veulent gravir les échelons sociaux de cette hiérarchie basée sur une économie truquée, trouvent parfois des raccourcis. Comme le disait Hervé Kempf dans son livre «Comment les riches détruisent la planète», les pauvres envient les riches et trouvent une multitude de trucs pour parvenir aux mêmes points que les riches.

    Bref, je ne sais pas… Certes, il faut barrer la route à la CIA et à ceux qui se servent de ce poison pour de mauvaises causes, mais il ne faut surtout pas criminaliser l’existence de ce poison, barrant ainsi la route à la science, comme c’est actuellement le cas pour la marijuana.

    Mais Robert, si nous étions conséquents, nous devrions criminaliser la télévision, parce qu’elle sert aussi la cause de la CIA.

    «Pourtant, les sociétés humaines luttent contre le meurtre depuis la nuit des temps et le nombre de meurtres augmente sans cesse !»

    Il augmente avec les écarts de richesses.

    «Il faut cependant poursuivre les meurtriers et combattre ce fléau coûte que coûte et ne jamais légaliser meurtre, assassinats et exécution extrajudiciaire, ceci concerne aussi les armées américaines, israéliennes et autres qui ne se privent pas d’assassiner les civils désarmés (comme en Libye présentement).»

    Entièrement d’accord. Mais il nous faut aussi comprendre les pourquoi de ces meurtres.

    «On combat farouchement l’usage du tabac mais on devrait réguler l’usage de l’héroïne et de la cocaïne selon ces pétitionnaires ?»

    Tant qu’il y aura des écarts de richesse, il y aura demande et si ce ne sont pas la CIA et leurs laquais qui la produisent, ce sera ces bandes rivales dont vous parlez. Il faut également sortir du déni. La drogue, elle est là parce qu’il y a une demande. La CIA le sait, parce qu’elle entretient le modèle économique qui crée cette demande.

    C’est le système capitaliste, le cancer. Pas seulement ce qu’il crée… Ce sont ses sous-cancers.

    «Entre nous, quel est l’intérêt pour ce groupe de nous proposer de signer une pétition afin de donner notre soutien aux trafiquants légaux de Washington et de Tel-Aviv plutôt qu’aux trafiquants illégaux de Medellin, de Mexico, de Rio de Janeiro ou de Kaboul (6) ?»

    Je suis pour la légalisation de la marijuana, mais donc, pour la légalisation de la production de celle-ci, par les utilisateurs. Parce que je suis pour la légalisation de la marijuana, je ne suis pas nécessairement pour que la CIA en profite. La marijuana crée beaucoup moins de troubles que la bière. Elle ne rend pas violent. On ne voit jamais deux types qui se battent pour un joint, on voit par contre les dealers se battre pour le territoire…

    «Un jour peut-être, les petits-bourgeois libéraux et « démocrates », friands d’élections démocratiques, comprendront-ils que le commerce monopolistique de cette marchandise est soumis aux lois générales du commerce des marchandises sous l’impérialisme, et que sans le renversement du système capitaliste lui-même les peuples du monde ne parviendront jamais à éradiquer ces produits dangereux – mortels – décadents produits par une société crapuleuse – assassine – décadente.»

    Voilà! Sans le renversement du système, c’est une perte de temps. Les pauvres demandent ces poisons, les riches leur offrent ces poisons. Il faut renverser le capitalisme pour renverser cette tendance. Il n’y a pas d’autre solution.

    Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 11 11 46 06466
    Permalink

    Monsieur Guillemette puis-je SVP vous demandez de CONCENTRER VOS commentaires, de concentrer vos idées en moins de mots.

    Pour ce qui est du haschich et Marijuana, je vous répondrai que l’on mène une guerre assez sévère à la cigarette et bien la Mari et le Hach contiennent deux fois plus de produits toxiques et cancérigènes que la cigarette selon une étude récente.

    Alors puisque l’habitude est loin d’être généralisée de la consommation de ces poisons laissons-les où ils sont – interdits – et bien sûr je sais qu’un jour on trouvera le moyen de combatter plus efficacement ces poisons (requis dans certaines situations médicales – ou là ils sont acceptables sous ordonnances et suivi médical) pour le reste D’accord avec Le Panda pas de mort par procuration.

    Que les USA sortent d’Afghanistan ca va déjà leur rendre l’approvisionnement plus difficile.

    Répondre
    • avatar
      22 juin 2011 à 12 12 14 06146
      Permalink

      « Que les USA sortent d’Afghanistan ca va déjà leur rendre l’approvisionnement plus difficile. »

      Ne vous inquiétez pas, ils vont y laisser des « conseillers ».

      Quant aux drogues, la solution se limite à, soit l’imbécilité ou l’éducation.

      Mon opinion repose sur le fait que je n’en consomme pas du tout et que je ne bois une bière ou un verre de vin à l’occasion très spéciale.

      Donc, lorsque je lis ceux qui disent que la drogue est d’un attrait irrésistible, je me sens comme un « imbécile ».

      J’espère beaucoup que cela est plutôt dû à mon éducation qu’à mon imbécilité.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
    • avatar
      25 juin 2011 à 9 09 13 06136
      Permalink

      @ Robert Bibeau

      «Monsieur Guillemette puis-je SVP vous demandez de CONCENTRER VOS commentaires, de concentrer vos idées en moins de mots.»

      Oui, mais ce sera non.

      «Pour ce qui est du haschich et Marijuana, je vous répondrai que l’on mène une guerre assez sévère à la cigarette et bien la Mari et le Hach contiennent deux fois plus de produits toxiques et cancérigènes que la cigarette selon une étude récente.»

      Et la bière bue à profusion mène à la détérioration du foie. On en boit pareil. Quant à savoir si la consommation du pot est généralisée, elle est néanmoins plus haute que jamais au Québec et en Amérique du nord. Elle remplacera un jour la bière. Ça rend moins violent. Personne ne fume son joint dans l’envie de se battre, comme les p’tits coqs des clubs de nuit du Québec.

      Certes, ils sont du poison, mais la télévision aussi, est un poison. Et nous la consommons. Vous argumentez la fin de ces poisons au nom de la fin de leur financement, à ces parasites bourgeois. Mais si ces poisons sont semés par leurs utilisateurs, je ne vois pas le problème. D’autant plus que ces poisons ne sont pas pires que d’autres, comme notre environnement de travail (entrepôt=poussières…), comme notre environnement de circulation (voitures, CO2, etc..)…

      Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 12 12 31 06316
    Permalink

    M. Bibeau,

    «ces poisons (cocaïne – héroïne – hachich) dont les enfants du peuple et de la classe ouvrière sont les premières victimes comme vous le savez certainement.»

    Le hashich est un dérivé du cannabis et n’est pas un poison.

    L’héroine est difficlement accessible au Canada.

    La cocaine est un dérivé du coca, qui est une plante utilisée par les habitants de Colombie, du Pérou, et d,autres pays, et n’est pas non plus un poison.

    Le mercure que les sociétés pharmaceutiques mettent dans leurs vaccins est un poison.

    Le fluore que les autorités mettent dans l’eau est un poison.

    Certaines susbstances utilisées dans la chimiothérapie sont des poisons.

    Savez-vous vraiment ce dont vous parlez M. Bibeau?

    Répondre
    • avatar
      22 juin 2011 à 12 12 49 06496
      Permalink

      M. Aimé;

      le sucre n’est pas un poison mais deux tonnes sur la tête au même moment peut vous tuer.

      Il existe une panoplie de « non poison » d’où on peut « dériver » des poisons extrêmement efficaces.

      Quel genre d’arguments nous apportez-vous là?

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
      • avatar
        22 juin 2011 à 13 01 01 06016
        Permalink

        L’argument que je vous sers est celui de l’évidence, qui ne devrait pas requérir d’explications additionnelles.

        La consommation de cannabis ou de hashish n’a jamais tué personne. La consommation de substances toxiques ou hallucinogènes ou qui créent une dépendance est une décision personnelle.

        On ne devrait pas chercher à criminaliser des comportements sans victime autre que la personne accusée.

        Si le suicide n’est pas un crime, l’ingestion de substances toxiques ne peut être un crime non plus.

        Je suis d’accord avec la partie de l’article qui traite de la fausse guerre à la drogue comme un prétexte pour éliminer la concurrence mais à supposer que le gouvernement pourrait distribuer correctement le hash et le pot, comme en Hollande par exemple, je ne vois pas ou serait le problème.

        Pour la coke et surtout l’héroine, c’est évident que ce sont des drogues plus dures. Personnellement, je ne recommanderais à personne d’en consommer, mais je crois que c’est plus un problème de santé mentale et physique qu’un problème qui relève du droit criminel…parce qu’il n’y a aucune victime.

        Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 12 12 43 06436
    Permalink

    En ce qui concerne l’héroine, on rapporte souvent à la télé des cas d’héroinomanes. Personnellement, je n’ai jamais vu d’héroine de ma vie, ni connu quiconque qui m’ai dit avoir vu de l’héroine. En plus, l’héroine est dispendieuse. Ce n’est pas une dope qui est vendue dans les bars, ou les clubs ou chez ton pusher du coin. Vraiment pas.

    Pour ce qui est de la cocaine, j’ai connu plusieurs avocats, homme d’affaires, et médecins qui consommait de la coke. À ma connaissance, aucun n’est mort de sa consommation de coke. J,en connais même un depuis plus de 30 ans, qui a bu comme un trou et fait de la coke 2 à 3 jours par semaine pendant 30 ans. Il est encore en vie et a plus de 70 ans.

    Pas fort comme poison!

    Répondre
    • avatar
      22 juin 2011 à 12 12 52 06526
      Permalink

      Tout dépend de la qualité de ses raisonnements comme avocat.

      J’ai connu un « légumineux » qui a vécu jusqu’à 88 ans.

      Il était heureux cependant. Sniff!

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
      • avatar
        22 juin 2011 à 13 01 04 06046
        Permalink

        ‘Tout dépend de la qualité de ses raisonnements comme avocat’

        Aille, ce n’est pas un cas isolé André. Et si ces raisonnement étaient tout croches, ça changerait quoi?

        Vous savez, c’est une maladie de toujours vouloir se mettre le nez dans les affaires de son voisin pour lui dire quoi faire ou comment vivre sa vie.

        Répondre
      • avatar
        22 juin 2011 à 13 01 31 06316
        Permalink

        Personnellement, je crois qu’il serait préférable de dire les choses comme elles sont et d’éviter de tomber dans l’excès.

        Le cannabis et le hash sont des drogues douces, que plusieurs peuvent consommer pendant toute leur vie sans problème majeur.

        La coke est un stimulant qui à la longue te magane le corps et la cervelle et qui crée une dépendance assez forte.

        Selon ce que j’ai lu, l’héroine quand tu prends ça, faut que tu te couches, parce que tu peux à peine bouger tellement que t’es gelé. Ce n’est pas surprenant car les opiacés comme la morphine sont produits avec la même plante, soit le pavot. Aussi, la dépendance est extrêmement forte.

        Il y aussi l’exctacy (une forme de LSD) qui contient toute sorte d’affaires et qui est populaire.

        On peut rajouter que parce que le traffic de pot et de hash est illégal, le choix de produits sur le marché est extrêmement limité par rapport à ce qui pourrait être disponible.

        Autrement dit, les quelques groupes qui approvisionnent le marché offrent toujours la même chose (lire Cuvée des patriotes) etles grands crus (Kasmir, Afghan, Indien, Colombien etc…)ne sont jamais disponibles.

        La Régie des alcools devrait diversifier dans le pot et le hash.

        Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 13 01 05 06056
    Permalink

    Focusez sur le gars qui fait sa ligne de coke sur sa table de cuisine et demandez vous pas comment il se fait que tu peux acheter de la poudre n’importe quand dans un nombre incalculable de bars au Québec.

    Retournez vous coucher, il n’y a rien à voir ici.

    Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 14 02 26 06266
    Permalink

    Je suis sur le « cul » pour ne pas écrire autre chose, prétendre des idioties similaires par rapport à des drogues sans effet nocif, c’est parler pour RIEN.

    Combien dentyre vous sont allés sur le terrain des toxicomanes, sur des champs de production ?
    A lire des commentaires, pas grand monde, au fait je ne veux surtout pas faire de « narcisisme » mais essayer d’avaler « 10 comprimés » d’efferalgan et vous verrez si c’est de la drogue ou pas ?
    C’est la raison pour laquelle, les boites ne contiennent que « 8 » comprimés de 1 G.
    Je vous redonne le lien du film réalisé, débattre dans le bon sens oui, dans la bétise pour être correct c’est in,duire le lecteur en perdition

    http://pandad.com/html/video_monde_drogue.php
    Le 1er producteur de drogues par contre sont les Etats c’est un fait, mais, nous, nous avons un rôle de prévention et non pas de dire et de laisser croire n’importe quoi à des gens vulnérables.
    En agissant ainsi c’est de la folie à l’état pur.
    Légaliser les drogues correspond à tuer, ce sont des meutres qui rapportent.
    C.Q.F.D. Je ne peux accepter de laisser écrire et dire de telles inepties.
    Vous voulez renter dans un débat plus technique y compris en pharmacologie, hé bien allons y :: A lire certains commentaires vous semblez êtres producteurs ou revendeurs pour dealers !!!
    Cordialement,
    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre
    • avatar
      22 juin 2011 à 14 02 32 06326
      Permalink

      C’est très rare que j’appuie parfaitement votre position Le Panda; mais voilà!

      C’est réussi!! 😉

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
    • avatar
      22 juin 2011 à 14 02 45 06456
      Permalink

      Le Panda,

      Et combien de toxicames croyez-vous guérir en les criminalisant?

      L’enfer est pavé de bonnes intentions, et votre raisonnement est certainement fondé sur de bonnes intentions, mais vous mélangez bien des choses.

      La coke, à 100 $ et plus le gramme, c’est une drogue de riches.

      En passant, le Panda, on n’a pas besoin d’être dealer pour savoir ça. Il s’agit juste d’avoir vécu.

      Les dopés que vous voyez dans la rue, je doute fort qu’il consomme de la coke. Plus probablement du crack, une drogue de pauvres.

      Vous en connaissez combien de gens morts après avoir consommé du cannabis ou du hash, ou qui perdent la tête et comettent des crimes sanglants.

      Pas beaucoup n’est-ce pas?

      Autrement dit, arrêter de tout mélanger, et de penser que criminaliser une marchandise va régler les comportements humains.

      Vous ne connaissez pas les Amérindiens qui se gèlent à la colle d’avion.

      Vous ne pensez pas que ce serait meilleur pour leur santé mentale et physique de fumer un ptit joint?

      Moi je crois que oui, et je signe!

      Répondre
      • avatar
        22 juin 2011 à 14 02 54 06546
        Permalink

        Raisonnement médical s’il en est un!!!

        Mieux vaut couper un bras que de couper les deux.

        Je m’incline.

        Mais je dois dire que les drogués à $5.00 ou ceux à $100. je m’en fiche complètement.

        Ce qui m’intéresse ce sont ceux qui ne sont pas encore drogués et qui le deviendront si on continue d’augmenter la foutue permissivité basée sur des raisonnements dignes de molusques invertébrés.

        Amicalement

        Elie l’Artiste

        Répondre
        • avatar
          22 juin 2011 à 15 03 14 06146
          Permalink

          N’importe quelle discussion qui met dans le même panier hashich, coke et héroine, sans faire aucune distinction, n’est pas sérieuse.

          Décriminaliser quelque chose ne veut pas nécessairement dire qu’on va vous offrir un gramme de coke avec ton billet de loto au dépanneur André.

          Comment pensez-vous aider un toxicomane en l’envoyant en prison, ou un gars ordinaire qui travaille 40 heures par semaine parce qu’il fait une ligne de coke?

          Ce n’est pas de l’aide ou de la compassion que vous proposez, c’est la prison et un dossier criminel, pour un geste sans victime.

          ET JE SIGNE!

          Répondre
          • avatar
            22 juin 2011 à 15 03 27 06276
            Permalink

            Qui parle de mettre les drogués en prison?

            On parle de « ne pas légaliser les drogues »

            Il n’est pas question des drogués mais des drogues.

            On a toutes les difficultés à mettre les tueurs en prison alors pour les drogués, il ne faut pas trop t’inquiété.

            Question entre parenthèse: un drogué n’est pas une victime????

            Le dossier ne devrait pas aller au drogué mais aux fournisseurs. Établissez des normes et suivez-les. C’est simple.

            Amicalement

            Elie l’Artiste

        • avatar
          22 juin 2011 à 15 03 24 06246
          Permalink

          Sais-tu quoi le joyeux troubadour? Sors de ton ptit monde bien pensant, pis va faire un tour dans la rue et dans les clubs ou se trouve le monde dont tu parles dans tes commentaires, pis va leur parler et apprends à les connaître. Après ça, reviens me voir et on discutera tous les deux en connaissance de cause.

          Répondre
          • avatar
            22 juin 2011 à 15 03 29 06296
            Permalink

            Regardez comment un brainwashé raisonne.

            ‘Ce qui m’intéresse ce sont ceux qui ne sont pas encore drogués et qui le deviendront si…’

            Donc, le raisonnement est que l’on doit protéger ceux qui ne sont pas drogués, en punissant ceux qui le sont.

            Et on sait qu’il y a plusieurs millions de personnes au Canada qui utilisent à tous les jours des anti-dépresseurs, une autre forme de drogue, qui se retrouve maintenant dans notre eau potable.

            Mais focusons sur le gars qui a fini sa semaine de travail et qui va fumer un joint ou consommer de la coke, ou de l’extacy. Traitons le comme un criminel, pour protéger les jeunes!

            Que dire de plus?

          • avatar
            22 juin 2011 à 17 05 27 06276
            Permalink

            « Regardez comment un brainwashé raisonne. »

            Et c’est toi qui parle de raisonnement de brainwashé???

            Le sujet est la légalisation des drogues, je le répète; ce n’est pas la criminalisation des drogués.

            Si on parlait de la canalisation du richelieu tu m’objecterais le volume d’eau nécessaire au bonheur des poissons.

            Et c’est moi le « brainwashé »!!!

            Voilà, en plus, le complexe de la victime qui apparaît:

            « Donc, le raisonnement est que l’on doit protéger ceux qui ne sont pas drogués, en punissant ceux qui le sont. »

            Je punirais les drogués en ne légalisant pas les drogues pour protéger ceux qui ne le sont pas??? Non mais ça va pas dans ton bousilouf???

            Hey le ton!!! Les drogues sont ACTUELLEMENT illégales, ça change quoi de les garder illégales? Elle est où ta punition des drogués?

            « Et on sait qu’il y a plusieurs millions de personnes au Canada qui utilisent à tous les jours des anti-dépresseurs, une autre forme de drogue, qui se retrouve maintenant dans notre eau potable. »

            Donc, aucune raison valable de légaliser les drogues. Avec un argument pareil, on n’a qu’à boire de l’eau!!! L’eau est encore légale.

            Non mais..,faut pas être…

            « Mais focusons sur le gars qui a fini sa semaine de travail et qui va fumer un joint ou consommer de la coke, ou de l’extacy. Traitons le comme un criminel, pour protéger les jeunes! »

            C’est ça; focusons sur un autre genre de « citoyen » qui a travailler d’arrache-pied toute la semaine sous un stress épouvantable et laissons le pauvre pédophile relaxer un peu la fin de semaine.

            À moins qu’on le traite comme un criminel pour protéger les jeunes??? D’autant plus que lorsqu’on le traite en criminel, il est déjà trop tard.

            Faites-vous soigner calvert!!!Et redevenez normal!!!

            (Pas extacy mais extasy).

            Amicalisse

            Elie l’Artiste

          • avatar
            22 juin 2011 à 17 05 49 06496
            Permalink

            Si t’es contre la légalisation des drogues précitées, tu es pour le statu quo, lequel est la criminalisation des drogues.

            Je sais que tu penses qu’il n’y a que les trafiquants qui sont accusés, mais il y aussi de simples consommateurs qui se retrouvent avec un dossier criminel parce qu’ils étaient en possession de cannabis ou de coke ou d’extasy ou d’une autre drogue. Mettons que quand c’est une simple possession de pot, les gens sont rarement accusés, parce que les juges n’aiment pas condamner les utilisateurs de pot. Mais Harper essaye de changer cela en imposant des sentences minimales pour priver les juges de leur discrétion judiciaire.

            Légaliser implique décriminaliser. S’ils légalisent, ils vont certainement règlementer, et les pushers d’aujourd’hui pourraient être les distributeurs autorisés de Québec Cannabis de demain, si on regarde ce qui est arrivé avec les loteries vidéos, par exemple.

            Cela ne veut pas dire que la qualité va être meilleure ou que les prix vont être plus bas. Par contre, on pourrait intégrer au système les revendeurs qui sont présentement dans l’économie sousterraine.

          • avatar
            22 juin 2011 à 17 05 51 06516
            Permalink

            Et surtout, comme François M. a expliqué ci-dessous, la ‘guerre contre la drogue’ est un échec total. On le sait depuis plusieurs années.

          • avatar
            22 juin 2011 à 18 06 01 06016
            Permalink

            « …si on regarde ce qui est arrivé avec les loteries vidéos, par exemple. »

            Bin oui; justement. C’est-y pas beau les bienfaits de Loto Québec pour la société?

            Je tombe à genoux radicalement. (N)

            « Cela ne veut pas dire que la qualité va être meilleure ou que les prix vont être plus bas. »

            Ça c’est certain!!! Surtout si c’est supervisé par le gouvernement attend-toi à payer en joual-vert ton ti-joint ou autre « douceurs ».

            Regarde ce qu’ils ont fait avec la cigarette. trois fois moins de fumeurs et autant, sinon plus, de maladies cardiovasiculaires.

            -Ah mais c’est à cause de la fumée secondaire.

            Bouououu!!! Avez-vous peur???

            Vite! Permettez; Bachand a besoin de revenus supplémentaires.

            J’en ai marre des « déductions géniales » pour le « bien de la société »!!! Vite donnez-moi mon vaccin que je décrisse!!!

            Amicalement

            Elie l’Artiste

          • avatar
            22 juin 2011 à 18 06 04 06046
            Permalink

            Merde! On dirait que quecun a pesé sur un de mes « pitons » sensibles!!!

            Bon! Je me calme et je continue à vous regarder gagner des « permissions » qui vous rendrons encore plus esclaves du système.

            Allez-y!

            Amicalement

            André Lefebvre

      • avatar
        23 juin 2011 à 4 04 03 06036
        Permalink

        Monsieur Aime Laliberté,

        Face à votre « IGNORANCE » et votre propagande sur la libération de drogues dîtes douces, vous démontrez deux choses possibles:
        1) Soit vous êtes consommateur et autant le dire !
        2) Soit vous êtes financé par un trafiquant quelqconque.
        Vçous n’avez pas du regarder le film lien que j’ai posté à deux reprises.
        Ce sont des gens comme vous qui draine la jeunesse dans le vide des conséquences de notre systéme actuel.
        Qui parle de citer les consommateurs commes des criminels VOUS!!
        Vous n’avez pas du souvent bouger votre « cul » pour être proche de personnes en fin de vie à cause de ces faits justement.
        J’avoues que vous devez être malade pour promouvoir la « drogue » à divers stades comme vous le faite, cela ne fait pas de vous un criminel, mais une personne dangereuse, dans ses propos et actions.
        Nous ne sommes pas dans le même monde c’est évidence.
        Votre délire et à la hauteur de votre consommation, ou de vos revenus ? Puis de tout ce qui découle avec.
        Je quitte donc cette scéne qui tâche le ridicule ou il semble peut-être que vous cibler le faux pour le vrai, le votre afin de vous croire libre, les « idiots » c’est nous d’essayer de comprendre que la « folie » telle que vous l’expliquez n’a aucune limite.
        Votre article a du succés par le fait que vous n’avez et je l’affirme aucune connaissance du milieu sauf peut-être personnelle, mais aucune compétence professionnelle ou de vécu des gens qui sont morts en ce quui me concerne j’ai en vu des centaines, c’est lamentable et vous êtes plus à plaindre qu’à blamer.
        Je vous salue devant l’incompétence de vos théories minibables.
        Vous semblez en souffrances, alors parlez en et cessez de vous cacher face à une solution que vous êtes incapable de solutionner.
        Vous avez beau signer, c’est facile de faire avec un clavier, alors je retourne au mien sans vous juger, bonne journée coome vous dites au Québec.
        Cordialement,
        Le Panda
        Patrick Juan

        Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 14 02 47 06476
    Permalink

    POur le reste, qui êtes-vous pour dire que Jo Blo qui consomme de la coke devrait être traité comme un criminel, avoir un dossier criminel, peut-être perdre son emploi, etc…

    Ou prenez-vous l’autorité morale pour prêcher ça, sans broncher?

    Répondre
    • avatar
      22 juin 2011 à 15 03 10 06106
      Permalink

      Right, surtout quand on sait que 90% de la drogue comme la cocaïne et l’héroïne entre en Amérique via les réseaux de la CIA, de l’armée et autres corrompus qui travaillent main dans la main avec le gouvernement US. Voir le cinglant dossier « Dark Alliance » de Gary Web du San Rose Mercury News et aussi l’affaire Mena, en Arkansas, dans laquelle ont trempé les Bush et Clinton…

      Criminaliser les drogues ne fait que pousser les profits et le pouvoir dans les mains du crime organisé et des réseaux secrets d’État et criminalise des gens qui ont soit besoin d’aide ou qui consomment librement des drogues douces. Et ça coute très très cher, en plus du fait que la guerre contre la drogue est officiellement un ÉCHEC TOTAL. Ce n’est pas une guerre à la drogue qu’ils mènent, c’est une guerre contre la compétition!

      Regardez ce qui se passe avec l’opium de l’Afghanistan! 95% de la demande mondiale est fournie par ce pays depuis l’arrivé des USA et de la CIA. Les Talibans avaient réduit la culture de 95% avant 2001. Voyons, qui profite du trafic de la drogue?

      —————————

      Gary Webb

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Gary_Webb

      Webb est surtout connu pour sa série d’articles nommés « Dark Alliance » publiés dans le San Jose Mercury News et publiés plus tard sous forme de livre. Webb y décrit les résultat de son enquête sur le financement des contras au Nicaragua par la CIA qui distribuait du crack dans les banlieues noires de Los Angeles à cet effet y provoquant ce qui fut nommé une « épidémie de crack » par les médias.

      Il évoque qu’une guerre des médias s’ensuivit entre le Mercury News et le reste des médias affirmant qu’il s’agissait d’affirmations sans fondement1. En septembre 1997, Gary Webb quitta le Mercury News suite à sa relégation dans des postes subalternes. En 2004, il fut retrouvé à Sacramento avec deux balles dans la tête. L’enquête conclut au suicide, même s’il est rare de maintenir la gâchette de manière à se tirer une deuxième balle 2

      Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 15 03 07 06076
    Permalink

    Le Panda,

    ‘Le 1er producteur de drogues par contre sont les Etats c’est un fait, mais, nous, nous avons un rôle de prévention et non pas de dire et de laisser croire n’importe quoi à des gens vulnérables.’

    Premièrement, le premier producteur de drogues, ce sont les sociétés pharmaceutiques.

    Les États produisent-ils des drogues? Ca reste à démontrer. Il semble que ce sont plutôt des bandes, qui ont carte blanche de certains états pour produire certaines drogues, et qu’il existe certainement un système pour approvisionner les millions de consommateurs à travers le monde.

    Par ailleurs, comme je disais plus haut, l’extacy est une drogue populaire fabriquée en laboratoire, ici. Pas besoin de traverser l’océan pour trouver ça. Même chose pour d’autres pilules que certains consomment. Ce n’est pas dur à savoir. C’est écrit dans les journaux depuis 30 ans, chaque fois qu’ils font une descente policière.

    Le pot aussi est largement cultivé au Canada. Pourquoi l’importer et courir des risques si on peut le faire pousser ici sans danger?

    Il reste la coke, laquelle est certainement importée d’Amérique du Sud. Quant à l’héroine, j’ai jamais vu ça nulle part ni entendu quiconque qui avait jamais vu ça. Je suis certain que c’est pas mal rare.

    Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 17 05 20 06206
    Permalink

    De quel droit l’État va-t-il interdire a une adulte sain d’esprit de consommer ce qu’il lui plait ? ceux qui veulent une béquille pour affronter la condition humaine y ont droit. Si la société préfère que la population ne se drogue pas, il faut la conditionner très jeune à ne pas se droguer, mais la décision finale doit être celle de l’individu.

    Le débat est de toute façon académique. Il est impossible de faire respecter une prohibition sans l’appui massif de la population. Cet appui massif de la population aujourd’hui n’existe pas. La prohibition n’a donc d’autre résultat que de faire monter les prix et d’enrichir les criminels et les politiciens leurs alliés

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/20-lemancipation/

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      22 juin 2011 à 17 05 38 06386
      Permalink

      « Si la société préfère que la population ne se drogue pas, il faut la conditionner très jeune à ne pas se droguer, mais la décision finale doit être celle de l’individu. »

      Exactement! C’est une question d’éducation; mais on a le choix de rester imbécile.

      « Cet appui massif de la population aujourd’hui n’existe pas. La prohibition n’a donc d’autre résultat que de faire monter les prix et d’enrichir les criminels et les politiciens leurs alliés »

      Donc il faut encore axer le travail sur l’éducation pour créer l’appui massif en question; de sorte qu’aucun des connards n’y trouvera la richesse.

      Le manque d’éducation n’est pas une raison pour légaliser tous les petits caprices de chacun; surtout si ces caprices sont des drogues et autres « déstressant » du genre.

      Ah et puis faites donc ce que vous voulez de votre foutue société, je vais mourir dans quelques années alors…

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
  • avatar
    22 juin 2011 à 18 06 01 06016
    Permalink

    ‘Le manque d’éducation n’est pas une raison pour légaliser tous les petits caprices de chacun; surtout si ces caprices sont des drogues et autres « déstressant » du genre.’

    Chacun a droit à ses petits caprices, comme tu dis. Si ça ne te cause aucun dommage, pourquoi ça te dérangerait que l’autre ne soit pas comme toi ou aime quelque chose de différent de toi? C’est vraiment du conditionnement qui te fait réagir comme ça, parce que tu ne sembles avoir à peu près aucun expérience personnelle en matière de drogues ‘récréatives.

    Pour un ‘artiste’, t’es plutôt conformiste.

    Et dis moi, les anti-dépresseurs prescrits par les médecins à des millions de Canadiens, qui polluent notre eau et qui sont à peine efficaces dans la plupart des cas, devraient-ils être légaux ou interdits?

    Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 4 04 14 06146
    Permalink

    Monsieur Aime Laliberté,

    Face à votre « IGNORANCE » et votre propagande sur la libération de drogues dîtes douces, vous démontrez deux choses possibles:
    1) Soit vous êtes consommateur et autant le dire !
    2) Soit vous êtes financé par un trafiquant quelqconque.
    Vçous n’avez pas du regarder le film lien que j’ai posté à deux reprises.
    Ce sont des gens comme vous qui draine la jeunesse dans le vide des conséquences de notre systéme actuel.
    Qui parle de citer les consommateurs commes des criminels VOUS!!
    Vous n’avez pas du souvent bouger votre « cul » pour être proche de personnes en fin de vie à cause de ces faits justement.
    J’avoues que vous devez être malade pour promouvoir la « drogue » à divers stades comme vous le faite, cela ne fait pas de vous un criminel, mais une personne dangereuse, dans ses propos et actions.
    Nous ne sommes pas dans le même monde c’est évidence.
    Votre délire et à la hauteur de votre consommation, ou de vos revenus ? Puis de tout ce qui découle avec.
    Je quitte donc cette scéne qui tâche le ridicule ou il semble peut-être que vous cibler le faux pour le vrai, le votre afin de vous croire libre, les « idiots » c’est nous d’essayer de comprendre que la « folie » telle que vous l’expliquez n’a aucune limite.
    Votre article a du succés par le fait que vous n’avez et je l’affirme aucune connaissance du milieu sauf peut-être personnelle, mais aucune compétence professionnelle ou de vécu des gens qui sont morts en ce quui me concerne j’ai en vu des centaines, c’est lamentable et vous êtes plus à plaindre qu’à blamer.
    Je vous salue devant l’incompétence de vos théories minibables.
    Vous semblez en souffrances, alors parlez en et cessez de vous cacher face à une solution que vous êtes incapable de solutionner.
    Vous avez beau signer, c’est facile de faire avec un clavier, alors je retourne au mien sans vous juger, bonne journée coome vous dites au Québec.
    Cordialement,
    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 8 08 52 06526
    Permalink

    Le Panda,

    Ce nom, le Panda, ça réfère à votre tour de taille ou à votre quotient intellectuel?

    ‘je retourne au mien sans vous juger’ que vous dites, sans blague!

    Être d’accord avec la légalisation des drogues signifie, pour moi, que l’on va cesser de criminaliser les toxicomanes, et je suis pour la décriminalisation des toxicomanes.

    Expliquez moi donc comment la criminalisation de ces drogues protège les gens et pourquoi y a-t-il tant de toxicomanes, malgré le fait que ces drogues sont criminelles.

    La guerre contre la drogue est un échec lamentable, le savez-vous?

    Qui êtes-vous pour prétendre que je suis un consommateur ou financé par un trafiquant. Vous en avez du culot, et pas trop intelligent non plus.

    Vous êtes en faveur de maintenir la criminalisation des drogues, vous êtes un trafiquant ou êtes financé par un trafiquant, et vous cherchez à proptéger votre gagne-pain!

    Voyez-vous comment il est facile de tirer des conclusions qui n’ont aucune allure, fondée sur pas grand chose.

    Bonne journée ours en peluche.

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 9 09 08 06086
      Permalink

      AIME LALIBERTE,

      Ce nom, le Panda, ça réfère à votre tour de taille ou à votre quotient intellectuel?

      =============
      Cela ne me dérange nullment que vous puissiez m’attribuer le sens que votre haute tenue de vous même, vous confére!

      ===================
      Expliquez moi donc comment la criminalisation de ces drogues protège les gens et pourquoi y a-t-il tant de toxicomanes, malgré le fait que ces drogues sont criminelles.

      ==================
      Si vous aviez chercher ou compris c’est le bravage de l’interdit et le mal de vivre dans le cadre familial parfois.
      Puis je peux en citer des dizaines
      =============================
      Vous êtes en faveur de maintenir la criminalisation des drogues, vous êtes un trafiquant ou êtes financé par un trafiquant, et vous cherchez à proptéger votre gagne-pain!

      =============================
      Désolé pour vous je ne fume pas, je ne bois pas (en dehors de l’eau) non plus et je suis le pire des clients pour les dames dites de petites vertues pas de chance !! (Qui font bien moins de mal que toutes les drogues !) Bien au contraire semble t-il !
      =======================
      Bonne journée ours en peluche.

      ======================
      Merci bien mes petits enfants ne m’ont pas encore mordus (G)
      ===============
      Vous n’avez répondu à aucune question, sur votre, la votre d’action pour la légalisation des « drogues » en dehors du fait de parler, comme Le LAROUSSE « Je séme à tous vents »
      Toutefois, je reste courtois comme il me semble à priori et chacun choisit ses lectures et les goûts sont tellemnt divers que tout peut être accepté.
      Cordialement,

      Le Panda
      Patrick Juan

      Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 9 09 19 06196
    Permalink

    Panda,

    Votre dernier commentaire : ‘Toutefois, je reste courtois comme il me semble à priori et chacun choisit ses lectures et les goûts sont tellemnt divers que tout peut être accepté.’

    Votre premier commentaire :

    ‘Face à votre « IGNORANCE » et votre propagande sur la libération de drogues dîtes douces, vous démontrez deux choses possibles:
    1) Soit vous êtes consommateur et autant le dire !
    2) Soit vous êtes financé par un trafiquant
    quelqconque.

    ‘Votre délire et à la hauteur de votre consommation, ou de vos revenus ?’

    ‘Je vous salue devant l’incompétence de vos théories minibables.’

    On ne doit pas avoir la même définition du mot ‘courtoisie’, le nounours.

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 11 11 11 06116
      Permalink

      Panda

      ‘…libération de drogues dites douces…’

      L’héroine n’est pas une drogue ‘dite douce’ comme vous écrivez, la coke non plus.

      Je n’ai jamais entendu personne prétendre que l’héroine était une drogue ‘douce’.

      Vous délirez.

      Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 9 09 26 06266
    Permalink

    Je m’essai deuxieme tentative d’expedier une reponse.

    Penible tres penible (excusez les accents je suis en France et trouvez les accents est une veritable prouesse) de lire cette bande de petits-bourgeois suffisant engonce dans leurs EGO aussi grand que leur EGO discourir comme des universitaires desoeuvres – plenipotentiaire pedants de l’interet de legaliser ou non ces poisons ( l’imbecile stupide et cretin pretentieux incapable de comprendre le concept generique du mot POISON au figure et fouillant son dictionnaire pour y retrouver la definition selon Larousse de mot POISON – comment avancer avec de tels tares engonces dans leurs pretentieux petit etre morveux de SOI – Surmoi et quand a soit ???

    Les pauvres ne veulent pas la drogues coco… Ils la subissent comme une alienation de plus qui frappe leur quotidien, leur etre et leurs enfants..; EH OH les petits bourgeois… on regarde autour de soi la societe toute entiere et ses programmations. Les libertes individuelles votre etendard de psychopathe infeodee

    Prochain message a suivre sans accent de FRANCE

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 9 09 35 06356
      Permalink

      Vous beurrez épais M. Bibeau, fais attention de ne pas vous salir.

      Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 9 09 28 06286
    Permalink

    Panda,

    Je ne sais pas ce que tu fais dans la vie Panda. Contrairement à toi, je ne t’accuserai pas d’être un trafiquant, et ne te traiterait pas d’idiot, mais tu es certainement très ignorant en ce qui concerne le contexte dans lequel s’effectue le traffic des diverses drogues dont tu parles, et je crois que ta perception des utilisateurs est faussée.

    Peut-être que t’es médecin et que tu soigne les gens qui font des overdoses, mais je vais te dire ceci…

    l’alcool aussi cause beaucoup de dommages physiques et brise bien des vies, probablement plus que la coke et l’heroine, parce qu’il y a beaucoup plus d’utilisateurs.

    Est-ce qu’on pense mettre les alcooliques en prison, ou même leur faire perdre leur emploi?

    Oh que non! On les soigne. On leur fournit de l’aide et une thérapie.

    L’alcool n’est pas moins un drogue que les autres drogues dont on parle.

    En passant, mon opinion purement personnelle, je n’aime pas la coke, ça rend les gens très nerveux et cause une dépendance assez forte, le crack c’est de la marde, l’extasy aussi tant qu’à moi, et l’héroine jamais vu ça, mais tu peux prendre quelques Percocet et l’effet devrait être similaire.

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 9 09 33 06336
      Permalink

      Aussi, ce que tu ne comprends pas, peut-être parce qu’en France c’est différent, mais aux États-Unis, ils ont emprisonné des milliers de personnes pendant des années pour simple possession de cannabis, par exemple.

      Également, tout aussi important, le fait que ces drogues soient criminelles assurent le financement d’organisations criminelles, donc c’est tout-à-fait contre-productif par rapport à l’objectif visé.

      Il serait préférable de miser sur l’éducation plutôt que sur la répression, qui a déjà démontré ne pas être efficace.

      Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 9 09 34 06346
    Permalink

    BON abordons le theme prefere de la petite-bourgeoisie de service decadente

    Les libertes individuelles leur precieux EGO – narcissique gros comme leur ventre demesure

    Ils sont libres de tout et de de consommer et s’accrochent a ces illusions

    1) Ils sont libres ou dans cette societe ??? ces BOBOS ventrus ? Du lever au coucher au moins mille reglements municipaux, scolaires, provinciqux, nationaux et internationaux leurs interdisent de faire et les obligent a faire PATATE. Pas de pesticides sur ta pelouse, ton enfant a l’ecole; paie tes taxes, ne laisse pas ta voiture sur la rue du côte nord plus de 12 heures, tourne pas a gauche au feu A MONTREAL seule,ent, poursuivez SVP les milles autres regle,ents de ces cretins libres de tout faire de conasse… CRI sur ton balcon le con on va te sequesrtre Il faut vraiment etre tomber sur des petits bourgeois pour lire ces insanites sur leurs EGO demesures.

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 9 09 42 06426
      Permalink

      Commentaire à peu près aussi cohérent que l’article principal qui met dans la même catégorie hashish et héroine.

      Avez-vous d’autres voeux pieux dont vous désirez nous faire part Mé Bibeau?

      Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 9 09 42 06426
    Permalink

    Je poursuis Les patates de conasse qui s’etiole ci-devant nous livre leurs etats d’ames de demeures complexes et t’explique qvec moult contorsion lubriaues tous ces droits qu’ils desirent conserves de fumer du hachich et de se defoncer a l’acide, au crack a la coca et a l’heroine comme ils l’entendent exprimant ainsi leur immense LIBERTE (EGO) en oublian qu’en tant que degenere improductif et scelore et tomberont a la charge de la collectivite de tous ( les pauvres et pseudos pauvres = ouvriers et bobos) por leur rehabilitation et prolongation pendant é( – « à ans de desoeuvrement

    Evidemment tu as ce con qui connait un gars qui connait une femme en excellente forme physique et morale prenant sa ligne de coke 2 fois le jour et parfaitement en sante et lucide et productive ? Faut-il que je perde dix secondes a repondre a ce fou ? NON ! Merci a vous tous.

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 9 09 45 06456
      Permalink

      C’est avec des gens comme vous que les États ont réussi à continuer la fumesterie de la guerre à la drogue.

      Vous êtes perdu pas à peu près. Je crois que vos préjugés vous empêchent de voir la réalité M. Bibeau.

      Répondre
      • avatar
        23 juin 2011 à 9 09 46 06466
        Permalink

        Mais ce qu’il y a de bon dans vos commentaires, c’est qu’on voit votre côté ‘petit dictateur’ qui est bien en évidence et que je soupçonnais depuis quelques temps chez vous.

        Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 9 09 46 06466
    Permalink

    TOTAL ; Le peuple opprime, aliene et pas heureux de l’etre sais quoi penser de ces degeneres souhaitant augmenter la sollicitation aux portes de nos polyvalentes et il sait aussi que cette engeance devra etre elimine en meme temps que leurs maitres la grande bourgeoisie qui speulent sur ces phraseurs representant leurs intrets pour le benefice d’obtenir leur DOSE a moindre prix.

    On les auras leurs patrons et leurs morpions.

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 9 09 47 06476
      Permalink

      Un autre p’tit verre de rouge avec ça, mon Robert. Envoye-donc!

      Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 9 09 48 06486
      Permalink

      Tu verras jamais un fumeux de pot pompé comme ça à propos de rien. Mort de rire!

      Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 9 09 51 06516
    Permalink

    LIBEREZ-MOI de ce pede de AIME Laliberte et de son EGO immense SVP et de ses pretentions sur les etqts dont il ne sqit rien sinon recevoir son cheque de paye de flic… NON mais a la prochaine manif sur la violence policiere LALIBERTE pourquoi tu serais pas sur la premiere ligne a te faire tabasser qu’ on soit quelques semaines sans lire ta prose de vexee libertaire ???

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 9 09 56 06566
      Permalink

      Et voilà mes amis, le vrai caractère de Robert Bibeau fait surface ‘Fermes ta gueule ou on va te la fermer’.

      Très édifiant Robert.

      Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 9 09 55 06556
    Permalink

    Un petite dose de COCA ou CRACk ou Heroine fada Ca t’irait si bein tu viendras nous montre ton cheque de FLIC apres=ca Justement c’est quoi ta photo et ton nom veritable qu’on te reconnaisse dans les rangs des flics lors de la prochaine MANIF pour tes libertes ???/!!!

    J’en perds du temps n’est-ce pas ? Vous avez raison amis; (H)

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 10 10 00 06006
      Permalink

      Aille le gros, ça ne fonctionne pas la ‘guerre à la drogue’.

      Sors ta tête de ton cul, et regarde ce qui se passe dans le vrai monde.

      Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 10 10 19 06196
      Permalink

      Flic!??

      Elle est bonne.

      Trafiquant, flic, quoi d’autre?

      Vous êtes à court d’arguments les ‘control freaks’.

      Parce que c’est ce que vous êtes, vous et l’autre, des ‘control freaks’.

      On en a tous dans notre famille et amis, des « controls freaks’.

      C’est un trait de caractère très évident chez ceux qui ont été élevés dans l’Église Catholique.

      Juge et condamne ceux qui ne pensent pas comme toi.

      Non contents de simplement vivre votre vie, vous sentez le besoin de dire aux autres comment vivre la leur.

      Mais comme l’autre disais plus tôt, je ne vous jugerais pas.

      Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 10 10 17 06176
    Permalink

    Aimé;

    vous avez metionné dans l’un de vos commentaires:

    « Il serait préférable de miser sur l’éducation plutôt que sur la répression, qui a déjà démontré ne pas être efficace. »

    C’est exactement ce que je disais dans l’un de mes commentaires précédant le vôtre. Donc nous sommes d’accord sur ce point.

    Reste à établir, pourquoi rendre la drogue permise dans la société, s’il faut éduquer les gens à ne pas s’y adonner? Je comprend mal le lien que vous établissez entre les deux.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 10 10 30 06306
      Permalink

      Tout simplement parce que c’est un choix individuel que chacun doit faire, que ce soit à propos de ça ou de n’importe quoi d’autre.

      La règle d’or est que tu peux faire n’importe quoi qui ne cause pas dommage à autrui.

      C’est sur ce principe que je me fonde.

      Comme j’ai dit plus haut, pour ceux qui ont lu, le hash est un dérivé du cannabis et n’a jamais tué personne. La coke cause une dépendance et rend nerveux parce que c’est un stimulant, mais beaucoup de gens en font, plusieurs sont des gens ‘très biens’ comme on dirait. Il n’y a pas juste des bums qui font de la coke. Si vous ne savez pas ça ce n’est pas mon problème. Les autres sont tout offusqué parce que je leur décrit une réalité qui existe.

      Il y a une chose que tu dois comprendre André. Juste au Canada, il y a des millions de personnes qui consomment. Je n’ai jamais vu de l’héroine. C’est vrai. Mais si j’e vouais, j’imagine que je serais capable d’en trouver, comme n’importe qui, comme toi.

      Dans notre société, si tu as l’argent et le désir, tu peux trouver à peu près n’importe quoi, que ce soit drogue, sexe ou toute autre perversion.

      Vous imaginez toutes sortes de choses à mon sujet. Je passe mon été à m’occuper de mon jardin et faire posueer des légumes. Tsé veux dire.

      Les deux larrons qui capotent ne sewmblent pas capable de dealer avec la vérité. Ça choque leurs préjugés.

      Répondre
      • avatar
        23 juin 2011 à 10 10 43 06436
        Permalink

        Lorsque tu me donnes comme raison:
        « Tout simplement parce que c’est un choix individuel que chacun doit faire, que ce soit à propos de ça ou de n’importe quoi d’autre. »

        Je suis en parfait accord avec toi et je prône la même position.

        C’est lorsque tu essaie de me convaincre que telle ou telle drogue n’est pas nocive ou a moins de conséquence qu’autre chose, c’est là que je débarque.

        La boisson n’est pas nocive lorsque prise intelligemment. Moi je veux bien mais je m’en fiche, je ne bois pas. Et si quelq

        Répondre
        • avatar
          23 juin 2011 à 10 10 52 06526
          Permalink

          Et qu’est ce que j’ai dis à propos des drogues…

          que le hash et le pot, il n’y a rien là (pour la plupart des gens, car certains n’aiment pas le feeling), que la coke est un stimulant qui crée une assez forte dépendance, que l’héroine est une drogue vraiment dure, que le crack et l’extasy, c’est de la marde.

          Ou c’est que tu vois que j’ai écris que les drogues c’est bon pour la santé?

          Le cannabis, c’est bon pour plusieurs, et le hash qui est un dérivé du cannabis aussi, mais ça fait longtemps qu’il n’y a plus de bon hash au Québec.

          Je pourrais rajouter que souvent le pot est shooté avec des engrais chimiques, ce qui rend le pot déguelasse à mon avis.

          C’est ça que je dis.

          Répondre
        • avatar
          23 juin 2011 à 11 11 10 06106
          Permalink

          Je déteste mon nouveau clavier avec mes doigts trop gros $%?$

          Donc je continue:

          Je comprends très bien que toutes les drogues ne sont pas équivalentes; mais je ne conseille aucune à personne, même pour les médicaments dont tu parlais.

          Ta façon de présenter ton opinion semble défendre la drogue elle-même au lieu du droit de chacun d’en faire ce qu’il veut.

          La question de principe du droit de chacun n’a aucun rapport avec la drogue. Celle-ci n’est qu’un sujet parmi tant d’autres.

          Chacun à le droit individuel de tuer ou voler qui il veut; mais il doit en accepter les concéquences sociales. Si l’ensemble de la société juge que la drogue n’est pas à être permise légalement, chacun doit prendre la responsabilité de ses décisions face à cette non permissivité et en accepter les concéquences.

          Qu’il faille soigner les « addicts » qui sont coincés, cela va sans dire; qu’il fasse facilité à tous de se procurer de la drogue, cela est tout à fait discutable et doit être décidé socialement.

          Évidemment, lorsque la majorité seront adhérents à la drogue, la loi sera changée; mais cela voudra dire que l’éducation nécessaire dont tu parlais plus haut aura, elle aussi, échoué.

          Les lois produisent des « criminels » c’est évident. C’est ce que je lui reproche au plus haut point. Par contre, un minimum de lois sont nécessaires à la vie sociale. Et la drogue n’est certainement pas un « plus » pour le bien-être d’une société.

          Voilà pourquoi, tout en respectant les droits individuels de chacun, je me sent obligé de m’élever contre la drogue permise légalement.

          Ce n’est pas une question de coût d’administration, ni de moralité, ni politique. C’est une simple question du respect de l’être humain. Il y a de plus en plus d’individus qui ne se respectent pas. Il ne sont pas un modèle à étaler devant nos enfants si nous voulons réussir leur éducation.

          Lorsque je vois un homme complètement saoul qui ne parvient pas à se tenir debout, j’avoue que cela me révolte. Non pas parce qu’il est dangereux ou qu’il m’inquiète mais principalement parce que cet homme ne se respecte pas en tant qu’être humain. Et il est très difficile de s’attendre qu’il respecte les autres autour de lui.

          Il peut avoir des problèmes graves, mais tout personne ayant des problèmes les trouve plus graves que les problèmes d’autrui. Alors …

          La condition finale est d’être une humain qui se respecte en tant qu’humain. Ce n’est pas plus compliqué que cela à mes yeux.

          Amicalement

          Elie l’Artiste

          Répondre
          • avatar
            23 juin 2011 à 15 03 24 06246
            Permalink

            L’artiste,

            ‘Chacun à le droit individuel de tuer ou voler qui il veut; mais il doit en accepter les concéquences sociales. Si l’ensemble de la société juge que la drogue n’est pas à être permise légalement, chacun doit prendre la responsabilité de ses décisions face à cette non permissivité et en accepter les concéquences.’

            Faux!

            Tu n’as pas le ‘droit’ de tuer ou voler ton voisin.

            Tu as peut-être la ‘capacité’ de le faire, mais certainement pas le ‘droit’.

            Par contre, moi j’ai le droit de vivre en paix et de ne pas être dérangé inutilement, même si ‘l’ensemble de la société juge’ que je devrais lui rendre des comptes.

            Je n’ai aucun compte à rendre à quiconque.

          • avatar
            23 juin 2011 à 15 03 29 06296
            Permalink

            « Je n’ai aucun compte à rendre à quiconque. »

            Peut-être en as-tu à te rendre à toi-même?

            Pour moi, ce sont les seuls qui comptent.

            Amicalement

            Elie l’Artiste

          • avatar
            23 juin 2011 à 15 03 56 06566
            Permalink

            À moi ou à ceux à qui j’ai convenu de rendre des comptes ou envers qui j’ai une obligation de rendre des comptes en raison de la nature de la relation, mais pas à ‘la société en général’.

            On ne peut pas vivre comme ça. Si quelqu’un a subi un dommage en conséquence des agissements d’un autre, qu’il/elle se lève et fasse valoir ses droits.

            Je ne reconnais pas ‘la société’. C’est un concept qui n’existe pas dans la réalité.

          • avatar
            23 juin 2011 à 16 04 29 06296
            Permalink

            André,

            Comment tu fais pour conclure que tuer ou voler est un ‘droit’?

            Sais-tu ce qu’est un droit et d’ou proviennent tes droits?

          • avatar
            23 juin 2011 à 18 06 19 06196
            Permalink

            Je ne parle pas de droit légal, mais d’un droit individuel.

            Si un homme viole ma fille, je me donne le droit de le tuer. Par contre, il me faut accepter les conséquences.

            Le droit individuel est inaliénable. Même le droit légal n’y peut rien. Par contre, il est toujours nié socialement.

            Mes droits individuels proviennent de ce que je décide. Les droits sociaux proviennent de ce que décide la société, les droits légaux proviennent de la législation.

            Amicalement

            Élie l’Artiste

          • avatar
            23 juin 2011 à 18 06 51 06516
            Permalink

            L’artiste,

            Personellement, je trouve que tu exagère, et on ne peut s’accorder des droits unilatéralement, comme tu dos dans ta réponse, surtout pas le droit de prendre une vie, de sang-froid. Mais je comprends que tu me donnes une réponse émotive dans un scénario que tu trouves horrible.

            Mais c’est aussi pour ça que les principes existent, pour qu’ils soient appliqués quand nos émotions nous feraient adopter une autre ligne de conduite.

            Oeil pour oeil, dent pour dent n’est pas une formule gagnate, à mon avis.

          • avatar
            23 juin 2011 à 20 08 27 06276
            Permalink

            Je ne fais que souligner que le choix individuel contrôle tous les choix subséquents. Si je choisis de suivre la loi, c’est que je dirige mon choix vers celui de la loi. Sinon, j’adopte un autre choix.

            Donc le choix individuel est le seul droit qui me devient inaliénable. C’est un droit impossible à m’enlever.

            C’est de la simple logique. L’émotionel est plutôt de me dire que cela n’est pas « acceptable » à cause de différentes raisons extérieures à moi-même. Au final, c’est l’individu qui décide face à lui-même.

            Évidemment, pour cela il ne faut pas être trop « conditionné » et croire que le choix des autres est plus valable que son propre choix. Et il faut également connaître et accepter que nous sommes responsables de nos choix; qu’ils soient guidés par la société ou la loi, à la fin il devient toujours un choix personnel.

            Amicalement

            Elie l’Artiste

          • avatar
            23 juin 2011 à 20 08 29 06296
            Permalink

            Oeil pour oeil dent pour dent n’est pas la règle que je préconise.

            La mienne est plutôt « Fait aux autres ce que tu voudrais qu’on te fasse ».

            Donc si quelqu’un détruit ma fille, c’est qu’il me demande de le détruire. Je réponds donc à sa demande.

            Amicalement

            Elie l’Artiste

          • avatar
            23 juin 2011 à 20 08 39 06396
            Permalink

            L’Artiste,

            Mais moi, contrairement à toi, je suis prêt à respecter la loi naturelle. Je ne prétends pas pouvoir faire n’importe quoi, peu importe les conséquences pour autrui.

            Encore une fois, je pense que l’émotion te fait dire des choses que tu ne ferais pas. Mais je ne souhaite à personne d’être dans cette situation.

  • avatar
    23 juin 2011 à 10 10 28 06286
    Permalink

    @ L’Artiste

    « pourquoi rendre la drogue permise dans la société, s’il faut éduquer les gens à ne pas s’y adonner? »

    Pour respecter la liberté de l’individu sans laquelle sa vie n’a pas de sens.

    Ce lien ci-dessous est vers une solution pour contrôler les risques, au moins durant la période de transition:

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/11/145-la-drogue-sous-controle/

    @ Robert et Aimé:

    Vous jouez la reprise de Vaisselle- Villistia ? (K)

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      23 juin 2011 à 11 11 13 06136
      Permalink

      Bonjour Pierre,

      Non, je ne connais pas Vaiselle – Villistia. Une prise de bec entre deux commentateurs je suppose?

      Répondre
      • avatar
        23 juin 2011 à 12 12 49 06496
        Permalink

        @ Aimé & Robert

        OUI. Obtuse, pénible, interminable… mais j’ai trop de respect pour vous deux pour pensez que vous tomberez dans ces exces…

        PJCA

        Répondre
        • avatar
          23 juin 2011 à 12 12 54 06546
          Permalink

          Pierre,

          Je n’ai pas la patience ou l’énergie pour un un débat ‘interminable’. Je suis trop vieux pour ça.

          Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 11 11 51 06516
    Permalink

    @robertbibeau,

    Je trouve dommage que la qualité d’un tel article donne le sentiment que nous sommes tous en l’instant « drogués » de quoi ? Je l’ignore !

    @AimeLaliberté,

    Vous ne pouvez comprendre l’allusion de Pierre et c’est dommage, vous auriez eu sujets à débattre sur les « valeurs » jusqu’à l’exclusion de propos salaces (K)

    Quand à mon métier il peut servir et je n’ai jamais fais d’ordonnance pour des produits illicites, ni je n’en ai jamais consommées déjà dit par mes soins, quant au dames de petites vertues cela est un marché libre car les Etats sont proxénétes.
    Puis soulager les gens parfois avec un « PLACEBO » cela fait respectyer tous les droits de libertés et fait reculer la bétise humaine, vous ne croyez pas.
    @L’Artiste,
    Merci de constatyer que nos idées convergent aussi bien au Québec qu’en France, ce n’est pas pour rien que nous sommes « COUSINS »
    Enfin revenons à undébat digne du respect des citoyens libres à priori que nous sommes !!

    Bonne journée comme dit à Montréal et à plus je vais faire des achats avec ma moitié.

    Je suis parfois MDR à lire certains commentaires alors soyons de grandes personnes lucides.

    Amicalement à tous,

    Le Panda
    Patrick Juan (I) (C)

    Répondre
  • avatar
    23 juin 2011 à 15 03 00 06006
    Permalink

    L’Espagne a décriminalisé les drogues dures et au lieu de criminaliser les utilisateurs, ils les aident à s’en sortir. C’est un succès retentissant jusqu’à date.

    J’écrivais cela en 2009: Prohibition et cannabis

    Voici un extrait concernant la cocaïne:

    Le Projet Cocaïne 1995

    Si vous n’avez jamais entendu parlé du Projet Cocaïne 1995 depuis qu’il a été complété, il y a de cela quatorze ans, c’est parce que l’OMS n’a jamais cru bon le publier ni même d’admettre son existence. Ce n’est que tout récemment que le rapport fut publié par le Transnational Institute, un groupe d’idéologues politiques basé en Hollande. Cette étude sur l’utilisation de la cocaïne était la plus grande du genre conduite, réalisée à l’échelle globale, de l’Australie au Zimbabwe.

    Il suffit de jeter un regard sur les conclusions et recommandations de l’étude pour comprendre pourquoi elle a été gardée loin de l’attention du public durant quatorze années.

    Par exemple, le rapport condamne la « trop grande dépendance envers les mesures policières » et recommande que des programmes « d’éducation, de traitement et de réhabilitation » soient plus nombreux pour balancer de nouveau notre approche à la problématique de l’utilisation des drogues. On peut se demander si l’utilisation abusive de la force policière et de l’État n’est pas un peu le résultat d’avoir enterré ce rapport qui n’avait encore jamais vu le jour jusqu’à aujourd’hui.

    On peut être en désaccord sur la meilleure manière de gérer l’abus des drogues, mais les faits sont une tout autre chose. Ce qui a le plus ennuyé les guerriers de la drogue n’était pas les recommandations, mais bien le fait d’énoncer des faits dérangeants en ce qui a trait aux effets de l’utilisation de la cocaïne. Le rapport indique « que les problèmes de santé reliés à l’utilisation de substances légales telles que l’alcool et le tabac sont supérieurs que ceux occasionnés par la consommation de cocaïne ».

    Comme si cela n’était pas suffisant, on peut lire dans ce rapport que « peu d’experts décrivent la cocaïne comme étant invariablement dommageable pour la santé », et que les problèmes « sont principalement limités aux utilisateurs qui en font de hautes doses ».

    Bien sûr, « typiquement, l’utilisation occasionnelle de cocaïne ne mène pas à des problèmes sévères ni mineurs tant au niveau physique que social… une minorité d’individus commencent à utiliser la cocaïne ou de ses produits dérivés, l’utilise de temps à autre sur une courte ou longue période de temps et n’en souffre que peu ou pas de conséquences négatives, même après des années de consommation ». (Source: The Vancouver Sun)

    Le rapport va jusqu’à mentionner que l’utilisation des feuilles de coca remplissent des fonctions positives thérapeutiques, sociales et sacrées pour les populations indigènes des Andes qui les ont utilisées depuis des milliers d’années.

    L’auteur du Vancouver Sun posait une réflexion importante en guide de conclusion de son article:

    Maintenant, peu importe comment politiquement correctes sont les conclusions du rapport, soit qu’elles sont correctes ou incorrectes. Si elles sont incorrectes, elles doivent être rebutées vigoureusement; mais si c’est le contraire, elles doivent informer notre politique concernant la drogue.

    Mais au lieu de cela, l’OMS a enterré le rapport, largement dû à la pression des États-Unis.

    Pour lire le reste, cliquer ici

    Voilà. S’ils arrêtaient tout le trafic de drogue du jour au lendemain aux États-Unis, c’est 10 millions de personnes qui se retrouveraient sans revenus. C’est un secteur majeur de l’économie américaine qui foutrait le camp. Pensons à cela.

    De plus, un fait que peu de gens osent considérer, c’est que les drogues dures illégales aux États-Unis tuent entre 11 000 et 20 000 Américains par année.

    Les médicaments donnés par des médecins, en milieu hospitalier, et en suivant les doses prescrites par les fabricants pharmaceutiques, tuent ANNUELLEMENT environ 100 000 Américains.

    Ah bon?!

    À quand la guerre contre les médicaments de Big Pharma? À quand leur criminalisation?

    Quel deux poids deux mesures incroyable!

    Ils disent que leurs médicaments peuvent aider les gens? La cocaïne, le cannabis, l’Extasy/MDMA, etc, sont aussi utilisés pour soulager et aider des gens. Des compagnies pharmaceutiques se servent de certaines, des psychologues et médecins en prescrivent d’autres. Le cannabis soulage les cancéreux en phase terminale, ceux atteints du Parkinson, la MDMA fonctionne à merveille dans les thérapies de soldats revenants du front avec des désordres post-traumatiques et des victimes de viol, la feuille de coca sert à une panoplie de produits dérivés utiles dans la médecine moderne, et ainsi de suite.

    Alors, pour des drogues « diaboliques », elles tuent de 5 à 10 fois moins de personnes et elles peuvent même être utiles.

    Donc, il faut se libérer de nos préjugés et conditionnements pour y voir clair dans tout cela. La criminalisation des drogues fait la même chose que lorsqu’ils ont interdit l’alcool: ça pousse le pouvoir et l’argent, le contrôle donc, entre les mains des réseaux du crime organisé et des éléments corrompus à l’intérieur des services secrets et gouvernement.

    Voir l’affaire de Mena, en Arkansas, dans laquelle ont trempé les Clinton et Bush, et la série d’articles « Dark Alliance », du journaliste « suicidé » (de deux balles dans la tête dans sa chambre d’hôtel). jcl31 a touché à ce sujet dans ses commentaires.

    Bref, la guerre et la criminalisation des drogues est plutôt une guerre à la concurrence. Tout cet argent sale est recyclé par des grandes privées comme ce fut révélé officiellement par les journaux américains et fini par financer les « black budgets » et les « blackops » des réseaux comme ceux de la CIA.

    Ce sont des faits, non pas une opinion.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *