L’enquête sur le vol MH 17 à suivre de près

Que les coupables soient identifiés et jugés

Avion malaisieen1670359

OSCAR FORTIN :

Nous nous souvenons tous de cette tragédie de l’écrasement de l’avion malaisien MH17 où 298 personnes perdirent la vie. Il se trouvait alors dans l’espace aérien ukrainien sous la responsabilité de la Tour de contrôle du secteur.

Une tragédie qui fut aussitôt considérée par les États-Unis, l’OTAN et l’Ukraine comme un attentat et condamnée de ce fait par ces derniers. Selon les rumeurs, amplement alimentées par les pays concernés, l’avion aurait été abattu par un missile sol-air en provenance du territoire ukrainien sous le contrôle des miliciens fédéralistes, appelés les prorusses pour leurs liens culturels et leurs racines russes. D’ailleurs, les débris de l’avion se retrouvèrent comme par hasard dans le secteur sud-est d’Ukraine, sous le contrôle des miliciens ukrainiens fédéralistes. Il n’en fallait pas plus pour que la machine à rumeurs se mette en marche et que les potentiels coupables soient pointés du doigt comme s’ils en étaient les véritables responsables. Les miliciens fédéralistes et la Russie de Poutine devinrent donc la cible de ces accusateurs. Coupables de ce crime horrible, ils devraient en payer le prix.

Une cassette audio, tout ce qu’il y a de plus convaincant, a été présentée le jour même de l’écrasement comme preuve irréfutable de la responsabilité directe des miliciens fédéralistes. On y entendait la voix d’un milicien qui annonçait qu’ils venaient d’abattre un avion.

Il n’en fallut pas plus pour que les professionnels de l’analyse de bandes audio scrutent de plus près cette bande. Ils y détectèrent rapidement qu’il s’agissait d’un montage et plus que tout que cette même bande audio avait été créée presqu’une journée avant l’écrasement de l’avion MH17. De quoi couper le souffle à ceux qui s’en prévalaient pour accuser les miliciens fédéralistes et du même coup la Russie et Poutine de ce crime horrible.

Tout ne s’arrête pas là. Des cartes satellites de la trajectoire du vol MH17, présentées par la Russie, indiquent clairement que la trajectoire de l’avion a été modifiée et que cette modification la faisait passer juste au-dessus de la zone de combat. Pas surprenant que ce changement de trajectoire soulève la question du pourquoi? Seules les conversations entre la Tour de contrôle et l’équipage de l’avion pourront apporter des réponses à cette question. Jusqu’à ce jour, ces enregistrements ont été saisis par le gouvernement de Kiev et ne peuvent être analysés par l’ensemble des experts responsables de l’enquête.

S’ajoute aux précédents constats, il y a cette autre analyse , résultant de l’observation des débris de l’avion, que ce dernier ait pu être atteint par les tirs des avions de chasse qui le suivaient à quelques kilomètres. Cette hypothèse rejoindrait le supposé aveu d’un des pilotes de ces avions de chasse à l’effet qu’il aurait abattu lui-même l’avion ukrainien. Encore là, seule l’analyse balistique de ces marques de projectiles, laissées sur les débris, permettra de répondre à ces questions.

À ces questions s’ajoutent évidemment les dix questions que le gouvernement de Russie a adressées directement au gouvernement de Kiev.

Devant ces accusations et ces rumeurs venant de part et d’autre, le Conseil de sécurité des Nations Unies a été saisi de cette question pour qu’une commission d’experts internationaux et indépendants soit créée pour faire toute la lumière sur l’écrasement de l’avion MH17.

Le 21 juillet, exactement 4 jours après l’écrasement, le Conseil de sécurité des Nations Unies vote à l’unanimité la résolution 2166 sur le vol MH 17.

De cette résolution ressort que tous veulent une enquête indépendante et transparente sous le regard vigilant de l’OACI, elle demande aux divers belligérants de collaborer de manière à faciliter l’accès le plus sécuritaire possible des experts internationaux sur les lieux de l’écrasement de l’avion. Elle réclame la plus grande collaboration de tous les intervenants pour que tous les documents et pièces de nature à éclairer ce qui s’est passé soient transmis à cette commission d’experts. Elle veut que les coupables soient identifiés et soumis à la justice internationale et qu’ils paient pour ce crime horrible. Elle demande également que le Conseil de sécurité soit régulièrement informé du déroulement de l’enquête.

Les suites à cette résolution des Nations Unies

1. Le gouvernement de Kiev confie l’enquête aux Pays bas, un allié traditionnel de l’Occident. Cette décision survient un jour après l’adoption du CS des Nations Unies suggérant que cette enquête soit coordonnée par l’OACI.

2 KIEV poursuit ses attaques sur le territoire Sud-est couvrant la partie du site où se trouvent les débris de l’avion. Cette situation a pour effet de retarder l’enquête.

3. Les miliciens fédéralistes ont remis les deux boîtes noires de l’avion aux autorités malaisiennes et ont facilité l’accès aux corps des victimes de l’écrasement.

4. Les autorités de Kiev n’ont pas encore dédouané les enregistrements des conversations entre le contrôleur de la Tour de contrôle et l’équipage de l’avion BH17. Elles les ont saisies tous dès les premiers jours.

5. Le 18 août dernier, le représentant de la Russie au Conseil de sécurité des N.U. a accusé le gouvernement de Kiev de refuser de livrer au monde entier tous les enregistrements des communications de ses contrôleurs du trafic aérien avant et après la catastrophe. Ce qui est vrai et qui empêche de faire une vraie enquête internationale.

Il ne fait pas de doute que les enquêteurs sont soumis à d’énormes pressions, d’autant plus si c’est l’Occident qui est à l’origine de cette tragédie. Pour le moment la Russie et l’OACI sont là pour s’assurer que toutes les questions soulevées à ce jour soient traitées comme elles se doivent.

Un premier rapport est attendu pour la fin août. Il donnera le ton du degré d’indépendance et de transparence de la part de ceux qui assument la responsabilité d’en assurer la coordination.

Les points qui peuvent déjà faire l’objet d’une confirmation ou d’une négation dans ce premier rapport sont :

1. Le détournement de la trajectoire de l’avion

2. La présence près du vol MH17 d’un ou de deux chasseurs de l’armée ukrainienne

3. La présence sur les débris de l’avion MH17 de perforations qui ne peuvent s’expliquer que par des tirs autres que ceux des missiles.

4. Que les preuves de la bande audio correspondent à un montage ou pas.

5. Que les aveux du contrôleur espagnol sont crédibles ou pas.

6. Que l’aveu d’un des pilotes des avions de chasse disant avoir abattu l’avion MH17 est sans fondement ou demeure sous enquête.

7. Que les dispositions de la résolution 2166 du CS sont respectées par tous les intervenants impliqués directement ou indirectement à la recherche de la vérité et des coupables.

8. Que l’OACI ainsi que tous les membres qui participent à l’enquête ont accès à la totalité des documents nécessaires pour mener à bien cette dernière de façon indépendante et transparente.

Une dernière information révèle que  La Hollande, La Belgique, L’Australie et l’Ukraine ont signé, il y a 10 jours, un « Accord de Non-Divulgation », qui interdit à ces pays de divulguer les résultats de l’enquête concernant le MH17 et leur donne un droit de veto les uns sur les autres.

Il nous faut attendre, pour le moment, ce premier rapport et souhaiter qu’il jette un peu plus de lumière sur les causes de ce triste drame et permette de dissiper dès maintenant les rumeurs qui s’avèrent sans fondement. Il ne faut pas se surprendre que les véritables coupables cherchent à se défiler. Dans le cas présent il ne s’agit ni de la Russie, ni des miliciens fédéralistes.

Que les coupables soient identifiés et jugés.

Oscar Fortin
Québec, le 22 août 2014
http://humanisme.blogspot.com

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.

3 pensées sur “L’enquête sur le vol MH 17 à suivre de près

  • avatar
    25 août 2014 à 11 11 14 08148
    Permalink

    La section pour commentaire est actuellement ouverte.

    Répondre
  • avatar
    25 août 2014 à 13 01 53 08538
    Permalink

    Merci pour ce résumé des plus précis. Hélas cette histoire risque d’être classée dans la filière  »Kennedy » a coté de 9/11 ! Cependant, les faits parles par eux même, comme vous le mentionnez. Toutes déductions logique concernant c’est faits sont malheureusement insuffisants pour traduire en justice les véritables responsables de cette tuerie.

    D’autres articles, issues du lien vers vigile, sont auusi des pistes intéressantes, comme celui-ci : http://www.vigile.net/L-etrange-Monsieur-Dunleavy

    Bonne fin de journée

    Répondre
  • avatar
    25 août 2014 à 14 02 27 08278
    Permalink

    @Oscar Fortin

    Comme toujours, Oscar, votre article est clairement énoncé, chercheur du vrai.

    Je sens parfois que je vis dans un film de science fiction. Il devient si difficile de faire la part des choses. Savoir si une vidéo est truquée ou pas, masquage des traces, mensonges éhontés. Il y a des gens qui aiment jouer à la guerre.

    J’espère que vous nous ferez un résumé du rapport qui doit sortir bientôt.

    Une inquiétude : la signature de l’Accord de Non-Divulgation entre la Hollande, la Belgique, l’Australie et l’Ukraine des résultats de l’enquête. SURTOUT : le droit de VETO au Conseil de sécurité de l’ONU.

    Carolle Anne Dessureault

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *