Les dangers de l’Intervention sociale

 

Travail de rue et travail de milieu

J’ai désarmé des gens. Je me suis déjà placé entre deux personnes qui voulaient s’arracher la tête… Mais ce n’est pas le pire.

Raymond Viger Dossier CommunautaireSanté

J’ai été longtemps à dire que l’expérience la plus traumatisante a été de tenter de séparer deux filles qui se battaient dans une toilette. Peut-être parce qu’il m’était arrivé souvent de le faire avec deux hommes, j’ai dû sous-estimer le combat de deux filles dans un espace restreint comme des toilettes. Ce n’est pas une pratique courante de se mettre entre deux personnes qui veulent démolir leurs voisins. Il faut connaître les gens concernés, avoir une bonne relation avec elles.

Avec des hommes, tu vois les coups venir. Tu les sens. Tu les devines. Mais quand le combat commence entre deux femmes… Ça grafigne de partout. Ça tire les cheveux. Aveuglé par la violence j’ai eu l’impression qu’elles se battaient les yeux fermés. S’agrippant à n’importe qui qu’elles pouvaient accrocher, que ce soit moi ou son adversaire. J’ai même eu l’impression qu’à un moment donné, j’avais les 4 griffes sur moi!

Une violence différente entre hommes et femmes

J’ai déjà mis un homme sur mes épaules et retenu le 2e avec mon autre bras. Un homme ne m’aurait pas battu. Ce n’était pas son objectif. Il aurait attendu de pouvoir atteindre son adversaire. Peut-être que j’ai eu un abus de confiance par la taille, le poids et l’expérience de combat que j’avais en comparaison avec ces deux frêles femmes. Je ne m’attendais pas à tant d’énergie destructrice qui allait éclater dans toutes les directions dans un espace aussi restreint que les toilettes. Pas grand place pour prendre du recul. Je suis demeuré à porté de toutes ces griffes qui cherchaient de la chair à déchirer.

Depuis cette expérience traumatisante, j’ai maintenant de grandes réserves avant de me placer entre deux femmes qui veulent combattre.

La pire violence

Mais il y a pire que ces quelques anecdotes de violence que j’ai vécu. Je cotoye des personnes marginalisés avec des troubles de santé parfois inquiétants. Le Sida ne m’inquiète pas à outrance. Tant que je n’ai pas à tenter de réanimer une personne qui baignerait dans son sang, le risque est nul. Mais qu’en est-il des autres maladies transmises par voie aérienne telle que la tuberculose et autres?

Je pourrais en parler avec mon médecin de famille quand j’ai des inquiètudes. Seul hic… Je n’ai pas de médecin de famille. Malgré mes problèmes de diabète et de cholestérol je suis obligé de faire renouveller mes prescriptions dans des cliniques sans rendez-vous. Et si je ne vérifie pas moi-même les dates que je devrais renouveller mes prises de sang, personne ne va m’en aviser. Même pas le pharmacien qui peut continuer à me fournir mes prescriptions pendant une année après la date de péremption de la prescription!

Le droit à un médecin de famille

Tout citoyen devrait avoir le droit d’avoir un médecin de famille. Un intervenant social qui cotoye des gens qui ont toutes sortes de maladies et de problèmes de santé encore plus. En tant que citoyen mais aussi en tant que travailleur à risque.

Malgré tout, je demeure sur des listes d’attente depuis peut-être une dizaine d’année. Qu’en penserait les normes du travail?

Vive le système de Santé du Québec!

Autres textes sur Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *