Les enjeux mondiaux surexposés

.
.

YSENGRIMUS   Touchante analogie. Cet enfançon qui amplifie pour son regard des frémissements perdus sur l’horizon sans voir l’oiseau qu’il a sur la tête, c’est le cirque médiatique contemporain, qui passe à côté des crises sociales cruciales qui lui picorent le ciboulot en braquant constamment ses unilatérales jumelles sur les mêmes appeaux accrocheurs du tout venant typant. Il y a des enjeux mondiaux surexposés et mon agacement à leur égard ne fait que croître, à mesure, justement, que leur importance diminue historiquement (sans que les jumelles médiatiques ne se détachent pourtant d’eux). En voici un petit aperçu représentatif, vous allez bien vite voir où je veux en venir. C’est moins d’un problème factuel que d’un problème de principe qu’il s’agit ici, un problème de ton intellectuel, d’attitude idéologique. La redite médiatique nous a fait prendre de grands faux plis mentaux et ces grands faux plis mentaux, comme ceux des articulations du prisonnier accroupi dans une fillette, sont fondamentalement paralysants et nous forcent, comme fatalement, à marcher accroupis. Ils sont le tout des attitudes générales que nous nous devons absolument de réformer, si on veut cesser que les arbres pourris et creux du journalisme spectacle nous cachent sans cesse la forêt sociopolitique.

UN CERTAIN CONFLIT DU MOYEN-ORIENT. Un conflit moyen-oriental dont je tairai pudiquement le nom fait l’objet d’une tragique superfétation médiatique depuis aux moins deux bonnes générations. Les gogos investissent ce conflit mineur de ci de là d’une sorte de dimension atavique, prétendument millénaire et s’en gargarisent comme si se canalisait en lui le combat fondamental entre je ne sais quel Grands Types Humains. De solides penseurs se sont détruits en niaisant après ce conflit. C’est passablement catastrophique. Je suis particulièrement outré et atterré par une telle mythologisation de ce petit conglomérat de meurtres minus. Je la trouve particulièrement nocive, toxique, stérile, absurde, inutile. Il est consternant de constater que ce conflit, et le camp qu’on prend tapageusement dans icelui, sert souvent de baromètre (pseudo) intellectuel pour jauger de la validité de pensée des uns et des autres. Je trouve inacceptable qu’un conflit local (plutôt qu’un autre) ait acquis ainsi une telle amplitude foutaisière de marqueur idéologique. De plus, il est trois fois hélas indispensable de fermement faire observer que les envolées passionnelles corrélées à ce conflit rendent habituellement à la narine un relent fort brun et fort suspect. Il est plus que temps de traiter ce conflit spécifique comme une escarmouche de théâtre comme une autre, sans moins sans plus, et de cesser d’y lire, comme dans je ne sais quel marc de thé irrationnel, le baromètre de la tension sous-jacente du monde. Arrêtons les frais et arrêtons le tout petit massacre stérile. Le meilleur moyen de régler un problème ordinaire, c’est de le capter dans son angle ordinaire. Le pépin avec ce conflit là est qu’il est englué dans une gadoue de superfétations symboliques dont il est plus que temps de se sortir. Il est inutile de me questionner sur ce conflit surexposé, je n’en parle jamais et ne me laisse jamais aspirer dans le maelstrom gluant et sempiternel de la foire d’empoigne de ritournelles et de redites obscurantistes le concernant.

LA FONCTION (POLITIQUE) DE PRÉSIDENT. Ah, les présidents de républiques. Qu’est-ce qu’on leur en met sur le dos. Did the president know/le président était-il au courant? Mais qu’est-ce qu’on s’en tape. Aucune analyse sociopolitique adéquate ne pourra jamais se formuler tant qu’il ne sera pas limpide dans l’esprit de l’analyste que les dignitaires politiques sont des pots de fleurs. Voyez l’équation américaine, s’il faut encore se vautrer dedans. Georges Bush (fils) prouva hier que n’importe quel toc peut devenir président. Barack Obama prouve aujourd’hui que l’intelligence présidentielle est sans pouvoir réel. On a indubitablement une anti-intellocratie politique structurelle dans les deux cas et le président n’y change pas grand-chose. Personnage symbole, figure phare sous projos dissimulés, timonier d’un esquif en pilotage automatique, le chief of staff, se pose délicatement sur le cloaque remuant du boulot orchestré par les autres et fait un discours. C’est comme ça que notre culture politicienne assure la permanence du spectacle de son autoperpétuation mais, alors là, ce n’est pas une raison, pour l’analyste, de se laisser porter par le confort du flottement de cette sphère creuse. Un corollaire important de cette observation (sur lequel la conjoncture nous fera certainement revenir dans les prochain mois) concerne l’incongruité et l’inanité de l’homme politique bouc émissaire dont on veut la tête en l’investissant, par la négative, de toute la charge (réprouvée, dans son cas) de la crise du moment. Le dignitaire politique est un mannequin de vitrine pour les POUR comme pour les CONTRE. Un régicide ne tua jamais la monarchie. Celle-ci tomba dans la structure de classe des fondements de la société et le roi ne fit que suivre. Cessons une bonne fois de re-monarchiser nos pantins éligibles et nos chefs meneurs de claques contemporains. C’est une cause et une analyse stérile que celle de perdre notre temps sur eux.

L’INSTITUTION RELIGIEUSE ET SES AVATARS. Qu’on parle de la pègre religieuse et de ses avatars, comme le fait fort utilement notre ami Lartiste ici même, en en décrivant la fondamentale pourriture institutionnelle, mais qu’on cesse de lui perpétuer, en ahanant, un halo de valeurs morales qu’elle n’a plus. Il y a encore bien trop de religion et de religiosité dans nos analyses politiques du religieux, autant que du reste. Qu’on traite de la crise des magouilles comptables du Vatican, des compromissions véreuses des partis politiques islamistes ou des derniers coups de Jarnac en vogue du fascisme social de la droite religieuse américaine, il reste toujours cette bien malodorante goutte de déférence envers le sacré qui gâte intégralement la description la plus prosaïque des faits. Il est plus que temps que l’analyse sociopolitique s’installe dans une description athée des superfétations religieuses des sociétés contemporaines. Il faut les décrire froidement, les combattre lucidement, sans constamment partager les illusions oniroïdes qu’elles entretiennent sur elles-même. Il est capital de noter que ce retard intellectuel religiosisé est une convulsion très profondément médiatique, au demeurant. La population ordinaire, elle, beaucoup plus irréligieuse et indifférente à ces questions que le flafla médiatique ne l’admet habituellement, surprend habituellement par la fermeté tranquille de son rejet de la validité sociétale des instances religieuses. Il est plus que temps de remettre ces dites instances à leur (toute petite) place. Leur donner moins de bande passante est un début que nos médias n’ont pas encore intériorisé adéquatement. Le nombre de crypto-curés et de crypto-nonnes qui y traînent surprendrait, si on se donnait la peine citoyenne d’adéquatement les débusquer.

L’ARRIVISME, LE CARRIÉRISME POLITICIEN. Tout événement politicien (une élection, une course à la chefferie) est désormais traité dans les médias comme une joute sportive. Le politicard décrit est implicitement présenté comme un arriviste n’aspirant qu’à grimper sur le haut du tas. Je l’ai dis, je le redis, les aspirations individuelles des chefs, on s’en tape souverainement. Le comédon politique est déjà par lui-même une distorsion suffisamment mystifiée et mythifiante des luttes sociales pour ne pas aller en rajouter une couche, en trivialisant tout ça comme si c’était un sport ou un divertissement. Les mouvements politiciens (alliances, coalitions, montées, déclins) sont trop souvent analysés sur le mode de l’anecdote amusette (quand il n’y a rien de drôle dans tout ça) et l’effort de décoder le profil des luttes sociales que ces mouvements reflètent n’est pas fait ou pire, est sciemment escamoté. Miss météo analyse plus précisément son objet que le chroniqueur ou la chroniqueuse politique de service. L’attitude responsable et authentiquement démocratique de nos meneurs étudiants –par exemple- est barouettée et déformée et il est particulièrement criant et grinçant de voir ces jeunes gens se faire distordre ainsi pour prendre la forme boursouflée et inane du reste de ce que la caméra nous serine. La communication médiatique utilise les mêmes armes politiques que les pouvoirs oppressifs: frapper à la tête, isoler les meneurs, les salir, les trivialiser, les emmailloter dans le moule bourgeois et cynique dont les médias procèdent et dont ils font une promotion veule. Jamais une analyse adéquate des grands mouvements sociaux ne sortira de l’attitude consistant à se restreindre aux visées individuelles des figures empiriquement perceptibles. Faire des rapports politiques un show, sous prétexte de rendre cela intéressant ou compréhensible pour un public dont on méprise implicitement les aptitudes mentales, c’est la forme contemporaine et scintillante du populisme le plus grossier et le plus inepte.

LES PLIS ET REPLIS DU BOTTIN MONDAIN. Le star system est mondialisé et, veut veut pas, aime aime pas, le divertissement culturel est un enjeu mondial immense, en continuelle croissance et en crise de mutation. Et, bon, pourquoi pas? Mais qui en parle adéquatement? C’est quand la dernière fois que vous avez lu une vraie critique de film? Quand avez-vous pris connaissance du commentaire sur un concert qui était autre chose que la redite du dépliant publicitaire dudit concert, déguisée en reportage? Les tendances de l’art contemporain, y compris de l’art de masse, on les connaît vraiment? Non, parce qu’il n’y en a que pour le bottin mondain. La robe d’une telle, le divorce des autres, qui se tenait avec qui lors du lancement de toc Tok ou la remise de hochets Zinzin. La compétition fantasmée et délirante, en feuilleton, en ritournelle, entre ces deux actrices pour le même homme. La couverture médiatique des arts et du divertissement contemporains est une pollution intellectuelle quasi intégrale. On se laisse porter par la tendance du succès de guichet sans l’analyser. Particulièrement ratée et mal avisée est la (non) description des fours (les fameux flops). Hollywood engage des moyens de plus en plus colossaux pour un résultat artistique de plus en plus dérisoire et malingre. Même chose pour l’industrie du spectacle musical. Aucune analyse de cette crise culturelle majeure n’est produite. On se contente de paniquer au premier degré parce que la petite populace pirate des films et des bandes audio. On cherche à la convaincre de ne pas le faire. La couverture médiatique de l’art et du divertissement est une pratique implicitement publicitaire. On tait les fours, on accroche son wagon sur les succès et on requine autour pour mordiller les morceaux qui tombent. Une époque qui ne comprend pas ses crises artistiques ne se comprend pas elle-même. C’est rendu qu’un acteur refuse un rôle de personnage impopulaire parce que c’est mauvais pour son image (commerciale) de marque. C’est rendu que la production de grands feuilletons populaires fonctionne comme de tyranniques dictatures. On continue d’affecter d’ignorer l’impact de masse des jeux vidéo, pourtant comparable à l’impact de masse de la musique populaire dans les années 1958-1978. On ne rend pas compte de ce qui se passe. Et tout est pris pour acquis. Tout est gobé, y compris les souliers, comme disait une chanson d’autrefois. The show must go on et on n’y comprend goutte.

Intox, intox, intox. C’est un état d’esprit de fond qui est en cause. Une constante stable détermine ces enjeux mondiaux surexposés. Fixation sur l’anecdotique rebattu et absence d’analyse critique effective. Ne me dites pas que cela n’est pas fait sciemment. Le petit enfant de ma photo a la décence intellectuelle d’être un enfant, justement. Nous, l’aréopage des éminents observateurs cogitatifs, il est peut-être temps qu’on sorte un petit peu de l’enfance de la pensée dans laquelle nous roule avec constance le journal du matin.

avatar

Ysengrimus

Voir ici: http://ysengrimus.wordpress.com/about/

10 pensées sur “Les enjeux mondiaux surexposés

  • avatar
    13 juillet 2012 à 1 01 33 07337
    Permalink

    Bravo! Très bon texte M. Laurendeau. On lit beaucoup d’expérience et de sagesse dans celui-ci Je suis d’accord sur toute la superficialité des soi-disant débat de nos jours. Et ce qui me désole le plus, c’est quand on tente de parler à quelqu’un de chose plus sérieuse, elle se désiste, préférant demeurer dans son soi disant petit comfort. De peur de perdre leur petite miette acquise au fil des ans en travaillant comme une fourmis, non pas parce qu’ils ne comprennent pas, tout simplement cette attitude défaitiste et résigner de ne pas vouloir prendre conscience de la vie tout simplement.

  • avatar
    13 juillet 2012 à 6 06 03 07037
    Permalink

    Touchante analogie. Cet enfançon qui amplifie pour son regard des frémissements perdus sur l’horizon sans voir l’oiseau qu’il a sur la tête, c’est le cirque médiatique contemporain, qui passe à côté des crises sociales cruciales qui lui picorent le ciboulot en braquant constamment ses unilatérales jumelles sur les mêmes appeaux accrocheurs du tout venant typant.

    Paul,

    Bonjour, c’est du presque sublime à la lecture des 1eres lignes.
    La question qui peut se poser ne sommes nous pas tous des enfants ignorés par les puissances bancaires qui vident la capacité de création que nous portons en nous

    A lire la réaction de cette toute petite analyse, merci

    Amicalement,

    Le Panda

    Patrick Juan

  • avatar
    13 juillet 2012 à 6 06 57 07577
    Permalink

    Merci pour votre analyse
    Ça ne fait qu’amplifier mon désir à l’âge de 69 ans de vivre SEULEMENT ET EXCLUSIVEMENT LE MOMENT PRÉSENT. Après de longues périodes de réflextion sur le but de ma présence sur terre, j’en suis venu à la conclusion que le désir de Celui qui m’a permis de vivre est que je sois HEUREUX, car pour moi ce qui me fais le plus grand bonheur, c’est quand je vois mon fils HEUREUX. (Je suppose que c’est pareil pour Lui)
    Je commence à réaliser que le seul moment ou j’atteins cet état de bonheur, c’est quand je vis pleinement le moment présent, car rien d’autre n’a d’importance.
    Quelle chance j’ai eu la semaine passée, quand, ayant 2 heures d’attente à l’aéroport, le hazard m’a fait découvrir le livre de Eckhart Tolle,
    LE POUVOIR DU MOMENT PRÉSENT
    Quelle bénédiction pour moi qui cheminait déjà dans cette direction.
    Quand vous faites la découverte et que vous réalisez que lorsque vous êtes le plus heureux, c’est quand vous vivez le moment présent,
    Il devient normal et naturel de vouloir le vivre le plus souvent possible.
    Quand comme moi vous l’aurez expérimenté et réalisé, posez vous la question: qu’est-ce qui est le plus important pour moi pour les quelques annèes qui me restent… si votre réponse est ÊTRE HEUREUX vous saurez quoi faire.
    Dans le même sens que le proverbe : si chacun entretient le devant de sa porte, la ville sera propre.
    Si chacun SE rends heureux, la ville sera heureuse.
    Revenant au contenu de votre article vous exposez clairement toute l’absurdité de l’importance que nous donnons à ce qui ne devrait-être que des faits divers.
    Sur ce je vais de ce pas arroser mes plantes ils en n’ont grandement besoin.
    Je vous souhaite la plus agréable journée de votre vie car c’est la plus importante. ( Hier ont s’en foue et demain ont verra)

  • avatar
    13 juillet 2012 à 9 09 14 07147
    Permalink

    Je suis bien content que vous traitiez ici en termes élégants, avec le décorum et tout le sérieux que cette question mérite, de l’outrecuidance des communicateurs à gages des médias qui imposent LEUR vision et LEURS priorités au débat de société. Un débat qui sans eux porterait tout naturellement vers ce qui préoccupe VRAIMENT les gens, et se mettrait au foyer sur la paix, la sécurité, le bien être, les vicissitudes de leur quotidien…

    J’ai parfois réagi aussi, à ma façon plus cavalière – en « démotique », si on peut dire – aux voiles si peu innocents qu’on jette sur nos problèmes et que vous dénoncez aujourd’hui. La concordance me semble assez frappante pour qu’elle vaille d’être soulignée, puisqu’elle corrobore tous et chacun des cinq (5) points que vous soulevez… !

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/04/23/durban-ii-quand-israel-me-les-casse/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/064-tiens-si-on-virait-le-concierge…/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2011/09/19/corruption-a-quebec-et-l’exemple-de-jesus/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2011/09/26/jacques-duchesneau-et-les-faiseurs-de-rois/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2010/03/26/la-politique-comme-jeu-de-societe/

    PJCA

  • avatar
    13 juillet 2012 à 20 08 58 07587
    Permalink

    (Y)

  • avatar
    13 juillet 2012 à 22 10 10 07107
    Permalink

    Ouf!!! Mon cher Paul Laurendeau, ça m’a fait un bien énorme de te lire!!!

    Je suis littéralement vidé de toutes les réactions négatives qui m’habitaient parce que je manquais de « ta culture » pour les expulsées sans me mettre à tempêter et même, me mettre à sacrer comme un charretier.

    Donc je les expulsais peu à peu au moyen de sarcasmes ou de descriptions de la débilité à laquelle j’assiste tous les jours.

    Te lire m’a fait le plus grand bien.

    Merci

    Amicalement

    André Lefebvre

  • avatar
    13 juillet 2012 à 22 10 21 07217
    Permalink

    Mon cher Paul Laurendeau, te lire est d’entendre de la musique.

    Le doux violon précède les cymbales suivies du tambour, pour enchaîner avec le grave violoncelle et la guitare « piquante » dans une mélodie qui passe du staccato au legato de façon parfaitement équilibrée.

    Merci pour ces émotions; quant au contenu, j’ai exprimé ma pensée sur mon commentaire de centpapiers. 🙂

    Amicalement

    André Lefebvre

  • avatar
    17 juillet 2012 à 9 09 47 07477
    Permalink

    « Revenant au contenu de votre article vous exposez clairement toute l’absurdité de l’importance que nous donnons à ce qui ne devrait-être que des faits divers. »

    Excellente et lumineuse formulation. On fait face à une indubitable fait-diversation-diversion de l’info et, journalisme citoyen, ton ci-devant créneau est là et nulle part ailleurs. Il a pour nom: vérité. Ne vas pas le rater…

  • Ping : Les enjeux mondiaux surexposés | Thespiritmarketing

  • avatar
    28 février 2014 à 15 03 26 02262
    Permalink

    Pierre JC Allard me fait penser à certain personnage de Matrix, qui se duplique à l’infini. C’est marrant, et curieux. L’air de dire : « quoi qu’on cherche à faire ou à faire faire, ça giclera de toute façons, sous toutes les formes ». J’ai dû rater un épisode.

    J’ai partagé ce billet sur les rézosocio, avec un extrait.

Commentaires fermés.