Les grands singes … nos cousins! (1)

Les grands singes qui seront traités dans cet article sont principalement le chimpanzé et le bonobo.  Mon texte s’inspire de sources diverses et surtout des écrits du primatologue Frans de Waal «Le singe en nous».

Une série d’articles suivront dans les prochaines semaines sur les points que l’homme a en commun avec les grands singes, le cerveau de ces derniers et celui de l’être humain, ainsi que l’évolution  ou l’involution de nos espèces respectives.

Introduction (Fiction)

Nous sommes au Zoo de Granby dans la Vallée des gorilles, habitat qui tente de reproduire les forêts tropicales de l’Afrique où vivent les gorilles en liberté.

Nous sommes en juillet. Il fait chaud. Il est midi, l’heure du déjeuner pour plusieurs visiteurs. Le site est plutôt calme. Un vent balaie la chaleur de temps à autre transportant une fraîcheur bienvenue. Le gorille à demi-allongé n’est pas très loin de la grille de l’entrée. Il observe avec passivité la petite famille collée aux clôtures, qui l’observe avec passion.

C’est papa le plus excité. Il fait des signes au gorille, se frappe la poitrine, lui dit d’avancer. Muni d’un long bâton, il agace l’animal, essaie d’atteindre ses pattes. Celui-ci reste immobile, masse énorme trapue, tout en le scrutant de ses yeux noirs brillants comme des billes de verre. Le fils se tient près de son père tandis que la petite fille s’accroche à la jupe de sa mère. Les deux enfants regardent la grande bête devant eux, fascinés, en léchant leur crème glacée aux mûres.

«Viens, approche, espère de gorille! Viens voir papa.»

Papa a beaucoup de plaisir à faire le singe devant le singe.

«Viens, viens donc, montre-moi que tu n’as pas peur», répète l’homme en atteignant enfin une de ses pattes.

Il jubile, saute presque, et dans un geste inconscient, remonte son pantalon en même temps que ses parties génitales.

«C’est assez…. Il y a un gardien pas loin je le vois venir …. Arrête», implore sa femme en surveillant l’animal qui vient d’émettre un grognement significatif.

Le fils regarde son père avec admiration. Papa rit. Il jette le bâton et file avec sa petite famille sur ses pas, fier de sa démonstration de bravoure.

Oui, papa est très bon quand il détient le gros bout du bâton.

Un même ancêtre

Tout le monde sait maintenant que nous ne descendons pas du singe comme on l’a longtemps cru. Nous ne descendons pas du singe, tout simplement parce que nous avons partagé le même ancêtre, Pan, que les grands singes. Nous sommes des cousins. Bienvenue dans la famille! Et rappelons-nous toujours : on peut sortir le singe de la jungle, mais pas la jungle du singe!

Les grands singes sont des primates de grande taille, dépourvus de queue. Ces deux traits isolent la famille des humains et des grands singes (apes) – appelés hominoïdes – des autres singes (monkeys). Parmi les grands singes, nos plus proches parents sont les chimpanzés et les bonobos, aucune de ce deux espèces, par ailleurs, ne se rapprochant plus de nous que l’autre.

Si nous descendons tous de l’ancêtre Pan, une espèce peut avoir conservé une plus grande partie de ses traits que l’autre. Toutefois, affirme Frans de Waal, il est impossible dans l’état actuel des connaissances, de dire laquelle. Prenons pour acquis que le chimpanzé et le bonobo, à ce moment-ci, offrent les meilleurs modèles ancestraux de l’homme, quoique fort différents.

Les humains ont partagé un même ancêtre au cours de leur évolution La lignée humaine s’est écartée de l’ancêtre Pan il y a quelque 5,5 millions d’années en empruntant une voie différente. Les chimpanzés et les bonobos quant à eux se sont séparés du tronc commun il y a 2,5 millions d’années, mais ne se sont pas éloignés de la lignée Pan (ils sont restés en ligne droite). Ayant divergé plus tôt, soit il y a 7,5 millions d’années, le gorille est plus éloigné de nous, de même que le seul grand singe asiatique, l’orang-outan, qui a quitté le tronc il y a 14 millions d’années.

Quelques caractéristiques physiques sur les grands singes

Les grands singes nous ressemblent tant qu’on les qualifie d’«anthropoïdes». Le chimpanzé, avide de pouvoir et brutal, contraste avec le bonobo pacifique et érotique. Ce qui ne signifie pas que l’un est toujours brutal et l’autre pacifique.

Ce sont deux modes de fonctionnement différents. On pourrait simplifier en disant que le chimpanzé utilise le pouvoir pour avoir du sexe alors que le bonobo l’utilise pour maintenir l’harmonie et régler les conflits. Les bonobos font l’amour, pas la guerre. Ils sont les hippies du monde des primates.

A) LE CHIMPANZÉ PAN TROGLODYTES (qui habite des grottes)

Le chimpanzé a une grosse tête, une nuque épaisse et de larges épaules. Il donne l’impression de lever des haltères tous les jours dans un club de gym. Le chimpanzé est d’aspect bourru, ambitieux, obligé de composer avec son tempérament susceptible.

Le chimpanzé a une taille d’environ 1,6 mètres et pèse quelques 70 kilogrammes. Ses bras font une fois et demie son corps. La femelle est plus petite que le mâle. Le chimpanzé communique avec la vocalisation, les expressions du visage. Il a tendance à toucher la personne avec qui il veut parler. C’est un animal très intelligent. Il est capable d’utiliser des outils simples, un bâton qu’il trempe dans une fourmillère pour que les fourmis montent dessus, et qu’il va par la suite manger.

À QUATRE PATTES, le chimpanzé prend appui sur les articulations des doigts, a le dos courbé à partir de ses épaules puissantes.

LE CHIMPANZÉ HABITE les forêts équatoriales humides de l’Afrique. Espèce protégée, mais menacée.

B) LE BONOBO PAN PANISCUS (nain)

Le bonobo se signale par une apparence plus intellectuelle que le chimpanzé (si on peut s’exprimer ainsi) avec un thorax mince et un cou délié. Ses jambes sont plus longues que celles du chimpanzé. Style capillaire particulier : des cheveux longs et noirs, nettement partagés par une raie au milieu.

Le bonobo est plutôt égalitariste, adepte d’un style de vie hédoniste. Les bonobos sont une bande de joyeux lurons dotés d’un solide appétit sexuel.

Le bonobo a plus de classe que le chimpanzé. Il a le visage plus aplati, plus ouvert et le front plus

haut que le chimpanzé. Ce serait l’homme aristocrate si on le compare aux humains.

À QUATRE PATTES, le bonobo a le dos presque à l’horizontale. Debout ou en marchant, le bonobo paraît plus droit que le chimpanzé, celui qui lui donne une posture humaine pour le moins dérangeante. C’est pour cette raison qu’on a pu comparer le bonobo à «Lucy», notre ancêtre australopitcus. Le bonobo se tient plus souvent sur ses deux pattes que le chimpanzé, bien que ce dernier soit parfaitement capable de le faire.

LE BONOBO HABITE originairement les forêts marécageuses et humides dans la République Démocratique du Congo (anciennement le Zaïre). C’est une espèce en voie de disparition qui nécessite une protection des autorités gouvernementales.

C) L’HOMO

L’homme est un conquérant.

L’HOMME HABITE les cinq continents.

Qu’ont le chimpanzé, le bonobo et l’homo en commun?

  • le pouvoir et la politique
  • le sexe
  • la violence
  • la conquête du territoire
  • la vie de clan et son habitat
  • la hiérarchie
  • l’empathie et la cruauté
  • la solidarité
  • des comportements socialement appris

À SUIVRE. La description des éléments ci-dessus sera traitée la semaine prochaine.

Carolle Anne Dessureault

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d’argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l’épanouissement de la personne par la pratique de l’attention vigilante : la pleine conscience.

6 pensées sur “Les grands singes … nos cousins! (1)

  • avatar
    26 avril 2012 à 14 02 00 04004
    Permalink

    Madame Carolle-Anne Dessureault , avant le pouvoir et la politique , je suis sur que c’est le  »SEXE » le 26/04/2012. === Les  »PETITES PITOUNNES d’Israël , en parlerez vous ? Pauline Marois(8 milliards de perte à la SGF , son chum Blanchet était à la tête) , Julie Couillard , Monique-Jérome Forget( La sacoche , 40 milliards de pertes) , Nathalie Normandeau et la TITE-Dernière la Beauchamp Line( Sacrament qu’est dain patates avec les  »ÉTUDIANTS ». Les  »ÉTUDIANTS » , il n’y a rien de clair et ce n’est pas Gendron et la Proulx qui vont l’éclaircir , l’afaire. === Je crois que si on n’a pas suggéré un moratoire , on devrait en suggérer un. On verra demain lorsque l’on sura qui dirigent les Gouvernements au Québec. === Est-ce une paire de tettons , ou toutes les règles que les  »ÉLUS » ont à suivre en 2012. === La Transparence , ils vont avoir bien de la misère avec cela.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    27 avril 2012 à 10 10 01 04014
    Permalink

    Salut!) les jeunes.
    Dire que il n’y a pas si longtime la GRC enlevait les enfants des Indiens pour les amenez a l’école.

    Prix mate

    P.S. J’me demande si ils leurs envoyaient une facture par la poste?

    Répondre
  • avatar
    27 avril 2012 à 14 02 20 04204
    Permalink

    Monsieur Alain Bellemare alias Mc AB, cela fait un petit bout pas vu vous , content de vous revoir , et au plaisir ,  »YES » , sacrament.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    29 avril 2012 à 14 02 09 04094
    Permalink

    @Alain Bellemare
    @ Jean-Marie De Serre

    Merci à tous deux de vos commentaires.
    Sexe ou pouvoir … souvent c’est pareil!
    Il est vrai que très souvent les deux se confondent.

    A bientôt,

    C.A. Dessureault

    Répondre
  • avatar
    29 avril 2012 à 14 02 52 04524
    Permalink

    Sauf que le premier donne du plaisir et que le deuxième, des maux de têtes.
    🙂

    Par contre quand l’un est présent, l’autre ne l’est pas. 😉

    Bonne journée

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    1 mai 2012 à 23 11 18 05185
    Permalink

    L’homme est encore dans l’animalité. Le rôle de la femelle est de faire des bébés et celui de l’homme est de monter les femelles. Cela n’a guère changé depuis des millions d’années. De façon inconsciente, la dominance par le pouvoir, le prestige et le sexe que nous exprimons dans nos comportements sont vraiment les traits caractéristiques de notre espèce animale. L’homosapiens traverse une crise évolutive. On voit bien que tous les systèmes que nous avons créés, qu’ils soient économiques, financiers, politiques, etc. sont tous en train de s’écrouler. L’élite qui dirige cette planète ne pourra pas arrêter cette évolution. L’homosapiens n’est pas la finalité de l’univers mais bien un être de transition. La conscience de l’homme est en train de s’élever et favorisera non plus la division mais bien l’union entre son âme et son corps. Le chemin de la souveraineté individuelle prend forme de plus en plus pour le bénéfice de l’évolution de toute l’humanité. À nous d’en prendre conscience !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *