Les hommes, sexuellement plus menteurs

Raymond Viger   Dossier Sexualité

La compagnie de préservatifs Durex a commandé une enquête mondiale sur le bien-être sexuel. J’ai été surpris par certains résultats publié sur Canoe.ca et tiré du fil de presse CNW. La disparité dans le nombre de partenaires sexuels entre les hommes et les femmes.

Les Canadiens disent avoir eu 23 partenaires différentes en moyenne. Les Canadiennes, tant qu’à elle, 10 ! Si les Canadiens ont eu plus de partenaires et qu’on en retrouve pas l’équivalence chez les canadiennes, alors on pourrait supposer que les Canadiens ont eu des relations sexuelles avec des partenaires d’un pays étrangers.

Pourtant, les Autrichiens disent avoir eu 29 partenaires et les Autrichiennes seulement 17. Les Américains 13 partenaires et les Américaines seulement 9. Les Français disent en avoir 17 mais les Françaises seulement 7. Dans l’enquête 2004, la moyenne pour les hommes de tous les pays étaient de 12,4 tandis que les femmes 7,2.

En supposant que le nombre de partenaires homosexuels est similaires du côté des hommes que du côté des femmes, quand on calcule la moyenne de partenaires que les hommes disent avoir eu, cette moyenne doit être similaire à celle des femmes. C’est mathématique.

Deux possibilités peuvent expliquer cet écart dans les moyennes. Soit que les hommes amplifient le nombre de conquêtes, soit que les femmes sont plus réservées et sous-évaluent le nombre de partenaires ! Ou encore, les femmes ne tiennent pas compte des partenaires qui les ont déçus et qui n’ont pas été à la hauteur !

Autres textes sur Sexualité

Les difficultés d’avorter au Canada.

La sexualité au pénitencier.

Sexualité, éducation sexuelle et hypersexualisation

Le sexe banalisé?

Enquête sur le bien-être sexuel.

5 pensées sur “Les hommes, sexuellement plus menteurs

  • avatar
    12 novembre 2007 à 9 09 03 110311
    Permalink

    Raymond

    Plus menteurs ou plus seducteurs ? Je me vois plus seducteur que menteur. On pourra toujours dire qu’il y a des petits mensonges dans la seduction. J’aime bien cet article.

    Gabriel Aube

  • avatar
    12 novembre 2007 à 16 04 38 113811
    Permalink

    Dans le contexte présent, on parle d’un sondage, d’une enquête. L’homme ne se retrouve pas dans un contexte de séduction. Il est vis-à-vis l’incapacité de dire la vérité à un sondeur sur la réalité de sa vie sexuelle.

    Si nous touchons la question de la séduction, est-ce que ce jeu permet ou nécessite de conter quelques menteries ?

    La séduction, basée sur des menteries, se limite à être éphémère. Tôt ou tard, la vérité sortira au grand jour. Basée sur la vérité, pour ma part, elle permet de toucher à une plus grande satisfaction. La partenaire sexuelle n’a pas une relation sexuelle avec un personnage que je présente, mais vraiment avec moi, pour ce que je suis. Je trouve cela plus gratifiant.

    Mais c’est vrai que je ne suis pas un homme de théâtre et je n’aime pas jouer un rôle. Certaines personnes peuvent toucher à une satisfaction similaire en jouant des rôles.

    Le type de séduction demeure donc une question de goût personnel.

  • avatar
    13 novembre 2007 à 12 12 28 112811
    Permalink

    Raymond

    J’avais peut etre pas saisi le sens de l’article. Je prends note de votre commentaire.

    Gabriel

  • avatar
    20 janvier 2011 à 16 04 17 01171
    Permalink

    est ce que la simulation compte comme un mensonge?

Commentaires fermés.