LES LEÇONS DES ÉLECTIONS MUNICIPALES FRANÇAISES

Une élection démocratique bourgeoise est un moment suffisamment important dans la vie politique et économique du grand capital pour prendre le pouls de cette classe sociale et tenter de subodorer sa destinée.

Si la «droite» – du moins ce que les plumitifs des médias à la solde, les bureaucrates syndicaux et la pseudo «gauche» accréditée conviennent d’appeler la «droite» – revient en force, c’est que le grand capital français le souhaite ainsi. Depuis quelques années, les différentes factions de la grande bourgeoisie se sont solidarisées pour convenir d’une stratégie unifiée afin de contrer la résistance des ouvriers et des salariés et pour les écraser. Leur stratégie va comme suit :

Premier mouvement : discréditer la vieille garde des oligarques de «droite», en l’incitant à la prévarication sans retenue, au détournement des biens publics, au vol de l’État et à la débauche au beau milieu de la misère populaire. Les sous-fifres politiques s’en sont mis plein les poches sous l’œil approbateur de ceux d’en Haut, qui s’empressaient ensuite de les livrer en livrée à leurs lévriers de la télé. Pour terminer de paralyser cette faction «droitiste» discréditée, une guerre d’avortons a été montée à l’UMP pour la succession de la direction de l’opposition au Palais Bourbon.

Deuxième mouvement de ce menuet du temps présent, il fallut aussi discréditer le deuxième parti de pouvoir d’alternance bourgeoise, le mal nommé Parti «socialiste». Nonobstant les tergiversations, l’insignifiant suprême fut juché au créneau, petit et écervelé, mais fortement amouraché, trottinant en mobylette à la nuit tombée jusque chez sa tendre moitié.

Valls l’estafette fut mobilisé pompette, la kippa sous la bonnette aux cérémonies du CRIF, afin que nul Français n’ignore qui stipendie le gouvernement français pro-sioniste. Sous des simagrées antiracistes, les «socialistes» préparent ainsi les conditions pour l’avènement de l’État policier vichyste. En effet, trop de gens croient naïvement que les néo-fascistes s’empareront du pouvoir d’État au service des riches en paradant – chemises brunes et oriflammes déployées, aligner en rangées bien cordées par centaines de milliers sur les Champs Élysées – vous vous trompez.

*****

Observez la nouvelle façon de travailler des néonazis en Ukraine asservie. Une poignée de mercenaires néonazis occupaient un camp retranché face au parlement des riches tétanisé. Un gouvernement corrompu par les soins des riches, faible et discrédité. Les manifestants néo-fascistes rejoints par des milliers de dupés croyant qu’ils avaient là des militants bien intentionnés. Quelques assassinats ciblés. Le soutien hystérique des médias et des gouvernements impérialistes de la soi-disant «communauté internationale». Pour coiffer le tout, un coup d’État pratiquement sans effusion de sang. Il en fut approximativement selon le même plan en Égypte ou l’armée du pharaon compléta l’opération.

Le grand capital monopoliste élabore et expérimente ses stratégies dans ses néo-colonies avant que de les appliquer dans son pays. La dégradation des conditions économiques et politiques étant habituellement plus avancée dans ces contrées éloignées.

*****

En France la stratégie du grand capital consiste à élaguer toute autre alternative sur son aile «droite» comme sur son aile «gauche» afin que les salariés, dirigés par la petite-bourgeoise paupérisée, en viennent à réclamer la montée des néo-fascistes éduqués jusqu’à l’Élysée.

Le troisième mouvement de cette danse macabre est en place. Il s’agit d’ouvrir le premier niveau du pouvoir de l’État policier aux néo-fascistes de «droite», poussée dans le dos par les néo-fascistes de «gauche» qui ont eu leur chance au temps de l’État providence aujourd’hui révolu. Ainsi la population s’habituera à ces malfrats à travers la gestion du quotidien, tandis que ces faux jetons se feront la main à la gestion de l’État policier. Bientôt ils seront à couteau tiré avec Matignon et le Palais Bourbon créant les conditions de l’implosion de l’État croupion.

Ce que les ouvriers et les autres salariés doivent savoir de ces élections municipales bidons, c’est que cette mascarade démocratique bourgeoise leur échappe complètement et qu’ils ont raison de demeurer indifférent (40% d’abstention) sachant que c’est dans leurs usines, leurs ateliers, leurs chantiers, leurs bureaux, leurs services, leurs quartiers, et leurs cités de banlieue que la lutte de résistance à l’État policier doit se développer afin de préparer les conditions d’un grand et d’un véritable changement.

3 pensées sur “LES LEÇONS DES ÉLECTIONS MUNICIPALES FRANÇAISES

  • avatar
    27 mars 2014 à 4 04 33 03333
    Permalink

    Bonne analyse , tout en symbiose avec ! Dommage pour la Gauche Progressiste et Révolutionnaire de ne pas être plus crédible faute surtout de moyens audiovisuels qui lui sont interdits ! L’accaparement des médias par la bourgeoisie démontre bien une inquiétude chez elle pour persister à masquer sa fourberie démocratique . Et la démonstration est faite en Amérique-Latine de son peu de souci de la démocratie lorsqu’elle perd les élections et donc les pouvoirs politiques et économiques! Notre Résistance doit encore faire des progrès pour dénoncer la fausse démocratie bourgeoise .

    Répondre
  • avatar
    27 mars 2014 à 19 07 59 03593
    Permalink

    @Johannes
    La Gauche progressiste et Révolutionnaire n’est pas crédible parce qu’elle n’est ni de gauche – ni révolutionnaire voilà tout. Le jour ou le grand capital sera sur la corde raide il fera appel à ces faux-jetons pour partager le pouvoir avec lui.
    Les Communistes français ont eu deux à quatre ministres sous De Gaulle alors que ce sont les communistes qui avaient donner leur vie pour chasser les occupants. De Gaulle qui n’avait rien fait leur a accordé 4 ministères le temps de les désarmer et d’écraser les ouvriers puis il les a chassé et depuis ce temps ils n’en finissent plus de trahir les ouvriers et de disparaitre comme entité.

    Pour le reste je suis totalement d’accord avec la suite de ton commentaire = la démocratie ca sert à créer l’illusion d’avoir son mot à dire mais les vrais grande décisions ne se prennent pas par ces gens élus ni pendant une élection. ALCOA aluminerie nous a montré qui est le patron et quel prix il est prête à donner pour l’électricité et pas un sous de plus

    Répondre
  • avatar
    31 mars 2014 à 0 12 58 03583
    Permalink

    Bonjour,

    « La Gauche progressiste et Révolutionnaire n’est pas crédible parce qu’elle n’est ni de gauche – ni révolutionnaire voilà tout. »

    Tout est dit dans cette seule phrase. Cette situation est d’ailleurs logique puisque la France est totalement alignée derrière les USA et son modèle 100 % capitaliste.

    En fait, la gauche française n’est constituée que des politicards n’ayant pas trouvé de place à droite. Ce pays n’est autre qu’une dictature où l’alternance n’est pensée que pour donner un semblant de démocratie. Idem pour le Front National, sorte de marionnette venant amuser les plus jeunes.

    http://www.refletsdechine.com/front-national-et-municipales-une-croissance-a-la-chinoise.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *